Nouvelles...

Pour que les parents puissent exprimer les difficultés rencontrées avec leurs enfants autistes.

Nouvelles...

Message par Topaze » Mer Déc 13, 2006 12:05

Bonjour!

Je viens vous tenir au courant même si je suis petite nouvelle pas trés présente pour le moment. Pas trés présente justement faute de temps face à tout ce qu'il se passe en ce moment.

Pour mieux comprendre on me retrouve dans la rubrique "présentations".
Le ptit bonhomme a fêté ses 10 ans la semaine passée, que de fièreté! Et quel plaisir de voir son estime de soi remonter progressivement même si elle n'est pas encore aussi haute qu'il le faudrait.

Ses 10 ans représentent oui le fait de passer une décennie, avoir le droit d'aller à l'avant dans la voiture, regarder des films interdits aux moins de 10 ans (encore que... ça dépend), avoir arrêté sde sucer son pouce en journée depuis 10 mois (ben tiens, justement), mais surtout, surtout aller dans une vraie école à mi-temps!

Avoir un vrai diagnotisque fiable posé par des spécialistes et évoluer enfin dans les apprentissages grâce à une enseignante formidable qui à redonné ce goût de travailler, apprendre et réussir.

Depuis 3 semaines ça y est l'AVS est arrivée, le ptit père a fait sa rentrée. Bon... c'est en CE2 au lieu de CM2, il y a une grande dysharmonie à cause de troubles des apprentissages non traités jusqu'à présent (dyslexie, dysgraphie) parce qu'une pedopsychiatre estimait que ce n'était pas nécessaire. Mais il y a maintenant l'orthophonie aussi souvent que possible, la psychomotricité et du plaisir en géographie, déjà deux 20/20 en maths! Et la découverte d'un grand plaisir, celui de la chorale de chant en vue d'un spectacle dans une des plus belles salles de la ville. La découverte qu'en collectivité (90 enfants à la chorale) ça peut se gérer et même plutôt bien car la maîtresse le dit "un ange" en chorale.

Une intégration qui commence bien avec déjà quelques copains, des enfants qui le salue quand il arrive dans la cours de récré, des échanges de billes, des jeux de ptites voitures, la fameuse photo de classe qu'il ne connaissait plus aprés ces 3 années passées en hôpital de jour...

Et puis à l'école dit-il, les enfants sont presque tous gentils et ils ne tapent pas car pas un seul jour ne se passe en hôpital de jour où il n'y ait eu des coups avec les autres enfants, parfois il y a eu danger et la peur d'aller en récré était là bien présente...

Ca y est il évolue, un grand pas en avant, le sentiment d'une libération, d'un gros poid en moins, il se tient + droit, à le regard apaisé.

Quelques colères, refus de la frustration, peur de l'échec, refus d'écrire de faire sa dictée tant c'est difficile. Oui l'école c'est difficile a t-il dit à sa maîtresse. Mais il en a la volonté, il veut réussir, il ne veut plus aller en centre, il veut aller à l'école, dans une vraie école.

Il y a eu déjà 2 réunions éducatives, l'équipe est formidable, tout le monde se mobilise, c'est un défi apparemment pour l'école qui accueille le fiston avec plaisir et détermination. Ils veulent le comprendre, l'accompagner, le soutenir dans son projet de scolarisation.

Mais toujours cette vilaine pedopsy, pedopsy officielle de l'hôpital de jour où il va encore (on peut dire aussi "seulement" aprés 3 années à temps complet) 3 aprés-midi/semaine.
Pedopsy qui le considère "psychotique", avec confusion réalité/imaginaire (le fiston ne croit plus au père noël...), ne se remettant pas en question et affirmant que les difficultés sont trop grande "c'est compliqué..." dit-elle si souvent, "il n'y arrivera jamais en milieu ordinaire" intention ferme de l'inscrire en ITEP à la rentrée 06/07, la scolarisation ne sert qu'à analyser ses comportements.

Et bien non, je ne suis pas d'accord!

Mais n'y a t-il pas un souci quand le spécialiste qui suit l'enfant et qui assiste aux réunions éducatives avec toute l'équipe pédagogique en vue du PPS (Projet Personnalmisé de Scolarisation) est contre ce même projet?
Quand lors des réunions, murée dans le silence, fait quelques d'interventions, si peu d'interventions mais tellement assassines tout ceci dans l'hypocrisie. Observer calmement puis convaincre les gens doucement que ce projet ne peut aboutir...?

Le pire dit mon entourage, c'est qu'à force d'essayer elle risque de te couper l'herbe sous les pieds...

Ah... Elle va être célèbre a force que j'en parle de celle-ci mais ce qu'il faudrait c'est que cela cesse.
Elle s'oppose et s'est toujours opposé à toutes mes démarches pour mon fils, elle campe sur ses positions avec orgueil et détermination.

Mais cette année est décisive, ça passe ou ça casse. Si ça ne passe pas rien n'empêche une orientation ITEP mais l'inverse est impossible.

Je ne souhaite plus que cette pedopsy assiste à ces réunions. Ce doit être un pedopsy qui conseille l'école, porte le projet vers le haut, pas un pedopsy qui dit que cela ne se fera pas et n'a que des propos négatifs. Mais c'est elle la pedopsy officielle de mon fils.

Alors la question se pose. Quitter le centre? L'idée est séduisante, en effet depuis un certain temps je me demande si le centre est toujours profitable à mon fils. Je l'ais tellement souvent vu angoissé, remonté en rentrant à la maison car il avait passé la journée dans les cris, les insultes et les coups (c'est ce qu'il me racontait presque tout le temps). J'ai perçu du mimétisme et une incapacité d'intégration réelle et durable.

Mais en dehors du fait que nous aurons 3 aprés-midi vides, là-bas il y a une enseignante formidable, celle-là même qui l'a porté vers le haut, lui a redonné goût aux apprentissages, s'est démenée pour qu'une AVS se libère, a été la 1ère à rencontrer l'enseignant référent.
Elle ne reconnaît plus le fiston depuis qu'il va à l'école. Gardant ce lien en lui faisant encore classe une aprés-midi/semaine au centre elle constate de grands progrès en lecture, une motivation à se mettre à la tâche alors qu'avant parfois il rechignait, il se tient + droit dit-elle, à l'air + sûr de lui, + apaisé. L'école lui fait le + grand bien.
Elle est un contact, un lien essentiel, un lien clé avec l'école. Elle les connait bien et peut les conseiller, les guider. Elle rassure le ptit père parmis tous ces changements si radicaux d'emploi du temps. Ce lien entre l'école et elle est rassurant et utile. Il serait trop tôt pour que cela cesse et si on quitte le centre on la perd.

Et puis il y a 3 semaines il a subit un grand changement, beaucoup de pression, ce serait trop tôt pour encore tout bouleverser.

Alors que faire de cette pedopsy? Je suis en pleine réflexion, la décision que j'ai à prendre est grave et j'en suis arrivée à l'idée déjà d'en discuter avec la maîtresse du centre qui n'est absolument pas au courant de ces désaccords puis mettre les points sur les I avec cette pedopsy, moi ayant toujours marché sur des oeufs il me faudra faire une omelette.

Les conséquences... il faut que je les anticippes mais j'ai aucune idée de ce que cela va engendrer. Et c'est ça qui me dérange...

En attendant le ptit père s'inquiète, craint les disputes car il a surpris une conversation sur le sujet. Je lui ais dit "Toi tu continues à travailler à l'école, c'est tout ce que tu as à faire. Moi je m'occuppes du reste, ne t'inquiètes pas tout ira bien."


A suivre...

Désolée j'ai encore fait long... :wink:
Topaze
Nouveau
 
Message(s) : 10
Inscription : Ven Juin 23, 2006 18:09

Retour vers Asperger Parents - Difficultés et Démarches

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron