Elle veut me psychanalyser... Help! :-D

Les difficultés que l'on rencontre avec les psychologues/psychiatres.
(Tous les messages professionnels doivent se trouver dans le forum 'petites announces').

Elle veut me psychanalyser... Help! :-D

Message par Hula Hoop » Lun Juin 13, 2016 18:50

Bonjour à tous,

Je m'adresse à vous car je sors un peu décontenancée d'un rdv chez le psychiatre.
J'ai demandé au CRA de ma région un bilan. Ils m'ont demandé de joindre au dossier un avis de professionnel extérieur (psychologue, psychiatre...).

RDV aujourd'hui. La psychiatre écarte totalement cela, veut que j'entame une psychothérapie pour parler des relations précoces avec ma mère quand j'étais bébé; et avec mon père en regard de leur divorce quand j'avais 5 ans.

Je vais vous expliquer ce qui me conduit à demander ce bilan.
Mais avant tout, je pense que ce qui biaise (à mon sens) le regard de cette professionnelle c'est que j'ai été maltraitée par ma mère. Je ne nie pas que cela ait pu avoir beaucoup d'influence sur mon caractère. Et pourtant, je ne peux pas m'empêcher de douter à propos d'un certain nombre de traits qui se rapportent pour moi à des traits autistiques. Pour elle, j'ai un travail et je suis capable d'habiter seule, et en plus j'ai quelques amis, donc je ne présente pas d'autisme, j'ai seulement "surinvesti la sphère intellectuelle".

J'ai commencé à parler à cette personne de mes difficultés mais je la sentais fermée.

Que pensez-vous des particularités suivantes (qui sont souvent des difficultés dans mon environnement en fait)? J'en ai recensé beaucoup beaucoup, et depuis mon enfance, mais pour que vous ne soyez pas trop lassé de la lecture, si vous voulez bien m'aider (merci!!), je n'en mets que quelques-unes.

Enfance:
Ma mère me disait que je pleurais sans cesse, et que j’étais très solitaire, et tout le temps “dans ma bulle”. C’est une expression souvent utilisée pour me qualifier. Plus grande, lors de journées/soirées chez des amis de mes parents, on pouvait me laisser des heures d’affilée dans un canapé avec des livres ou un jeu, je ne les sollicitais jamais. On disait toujours de moi que j’étais très silencieuse, calme, qu’on aurait pu ne pas s’apercevoir de ma présence.
Petite, peu de copines, pas d'amies. J'étais souvent seule et je pense assez moquée déjà. J'étais différente des autres, très intellectualisante et je ne jouait pas beaucoup.
Au parc je ne rentrais jamais en interaction avec les autres enfants. Notamment de mon fait, car j'en n'avais aucune idée de quoi dire ou faire pour créer et maintenir un contact (c'est toujours le cas d'ailleurs). A la récréation, mon plaisir était d'être autorisée à aller à la bibliothèque, je n'aimais que lire des livres de toutes façons. J'en lisais 1 par jour généralement. Et cela me permettait d'éviter ces relations gênantes. Je parlais de sujets qui n'intéressaient pas les autres, de sujet d'école ou de culture générale. J'étais très intéressée par les petites voitures, les majorettes que j'aimais aligner inlassablement. Et les legos, que j'adorais vraiment beaucoup construire en suivant le modele de construction. Après je ne jouais pas avec par contre.
J'avais beaucoup besoin d'être rassurée et était perturbée par les situations de changement. Je pouvais rencontrer de grandes tristesses ou angoisses.
Je mangeais peu et chaque jour la même chose. Je ne me lassais jamais des quelques aliments que j’acceptais. C’est toujours le cas aujourd’hui. Ceci est assez incompris par la société et me met régulièrement en situation de malaise lors de repas pris en commun.
A l'âge de 2 ans ma mère était persuadée que j'étais autiste: j'étais toujours bizarre , me balançait, avait un langage trop élaboré pour mon âge (ex la maternelle), très en avance sur beaucoup de points intellectuels mais avec un grand déficit de relation sociale et de maturité émotionnelle.

Difficultés sociales:
J'ai beaucoup de difficultés à interagir avec les autres, cela se voit assez peu car j'ai l'impression de beaucoup compenser en intellectualisant tout, en apprenant tous les codes sociaux.
Difficulté à comprendre le second degré ou les demandes implicites (par exemple "Je n'y arrive pas" pour "j'ai besoin d'aide")
Comprendre les autres me demande beaucoup d'effort.
Parfois je me concentre sur les détails d'une conversation et cela n'aide pas à maintenir le dialogue.
J’ai du mal à comprendre les réactions qui ne sont pas logiques, par ex quand on explique à qqn un raisonnement factuel par A+ B mais qu'il préfère une théorie perso mal construite à la vérité nue.
La vie sociale m'est parfois un continent étranger; je demande beaucoup à mon compagnon ce que veut dire telle ou telle phrase, ou comment réagir dans telle situation.
Je ne parle jamais avec des sous-entendus, des sens cachés, ce que je dis veut dire exactement ce que j'ai prononcé le plus souvent. Si la personne en face de moi fait pareil, ça va.
J'ai du mal à repérer si qqn me dispute ou non si l'intention n'est pas très claire; je me sens d'ailleurs souvent disputée ou dévalorisée par ma hiérarchie, je crois à tort car les évaluations sont toujours globalement élogieuses.
Je ne reconnais pas les gens, je peux dire plusieurs fois bonjour à la même personne, je n'associe pas non plus les noms aux visages, même pour des gens que je côtoie régulièrement au bureau par exemple. J'ai toujours un doute.
Je suis souvent très fatiguée par les interactions sociales, qui me nécessitent beaucoup de repos ensuite
Petite je me réfugiais dans les toilettes pour me reposer de ces interactions (1h-1h30)
Globalement j'arrive à me débrouiller dans toutes les interactions sociales, je crois que mes difficultés sont assez indétectables par les autres. J'arrive à quasi tout faire, mais cela me coûte beaucoup en énergie, cela a un coût cognitif important et au prix d'un paiement émotionnel certain.
Je ne comprends régulièrement pas le sens de certaines conversations. Par exemple, les gens qui utilisent fréquemment des pronoms ou font des ellipses. Je perds le fil, je ne comprends plus, cela n'est pas assez logique. On dit de moi d'ailleurs que j'ai une pensée assez organisée et logique, que ma manière de parler est pédagogue car mes idées bien ordonnées. Si je développe une idée, j'en fais souvent le plan par exemple à mes interlocuteurs.
De la même manière, j'ai du mal à intégrer une réponse qui ne soit pas oui ou non. Combien de fois je bataille avec mon conjoint pour avoir une réponse claire. "Iras-tu ce soir faire des courses?" "La voiture est en panne" "ca veut dire oui ou non???" Parfois c'est source de conflit car c'est une gymnastique mentale réellement difficile pour moi et très mécomprise des autres.
Je n'ai pas mon permis, cela est trop difficile pour moi. J'ai pris des leçons mais je me concentre sur des détails de la route, j'ai du mal à avoir une vision globale, je suis préoccupée par regarder devant mes roues pour être sûre de ne pas écraser qqn ou qqch qui viendrait par surprise s'y loger.

Difficultés sensorielles:
Grande sensibilité aux textures: nourriture (ex quiche, yahourts aux fruits: tous les plats ayant trop d’aliments en même temps, ou des textures différentes, je ne peux pas les manger), ou tissu (une couture de chaussettes est un cauchemar et pourrait me faire pleurer). Je choisis mes vêtements en fonction de leur douceur, les étiquettes peuvent être extrêmement gênantes.
Grande sensibilité aux bruits et aux lumières. J'achète un PC en fonction de la capacité à baisser la luminosité. Je n'entends pas plusieurs conversations en même temps, pas une. Si deux personnes se coupent la parole et essaient de parler en même temps, cela m’est impossible de les entendre. Souvent problématique en réunion. Je déteste les bruits forts: le téléphone qui sonne, la moto dans la rue, les sirènes, les bips… Ca m’est épidermique, de l’ordre du réflexe.
Je dois bien me concentrer sur la bouche des gens pour comprendre le sens de leur parole. Je fixe la bouche.
Je vis très mal l'intrusion de qqn dans mon espace vital. Par exemple je redoute toutes les semaines dans le train si qqn à son manteau sur les genoux dans le train et que la manche touche ma cuisse. C'est horrible pour moi.

Centres d'intérêt:
Petite, l'espace
J'ai aussi pas mal étudié le vivant: les animaux, insectes, phénomènes naturels type réveil de volcans, tremblements de terre...
Aussi l'Égypte ancienne a un moment
J'ai eu également une période où c'était l'informatique, j'ai beaucoup appris sur le fonctionnement de Windows, puis appris comment démonter/monter un PC et l'ai fait plusieurs fois. Ensuite j'ai voulu apprendre à coder et je l'ai fait mais me suis arrêtée rapidement.
J'ai aussi eu une passion pour les jeux, en apprenant les règles de jeu que je ne connais pas ni n'ai pas.
En ce moment c'est tout ce qui concerne l'accouchement.
J'aimerais beaucoup apprendre l'électricité et la mécanique.
Je peux être absorbée par un centre d'intérêt, complètement.

Fixations:
Je fais une monomanie sur certains types d'aliment
Se moucher, seule, plusieurs fois par jour. Ne rien avoir dans le nez.
Me lave les mains plusieurs fois par jour: une dizaine généralement. Cela a parfois été plus, jusqu'à les brûler à force de les laver, lorsque j'étais en restauration.
Je déteste les gens qui amènent des saletés de l'extérieur chez moi. Ceux qui n'enlèvent pas leurs chaussures par exemple. Je peux jeter des trucs qui ont été utilisés par qqn d'autre par ex.

Habiletés:
Petite, très maladroite. Aujourd'hui hui c'est mieux.
Cela peut être parfois plus facile pour moi de parler à 120 personnes qu'à 1 ou 2. Au moins dans un exposé je peux préparer, il n'y a pas d'interactions... Je ne suis pas hyper à l'aise mais je le fais, mieux que certains collègues par exemple.
J'étais dite surdouée par mon pédiatre et les psychologues que j'ai rencontrés. J'ai fait plusieurs sauts de classe.
Aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir perdu cette habileté et d'avoir une mémoire moyenne. J'ai la réelle impression d'avoir dû perdre en capacités intellectuelles, au profit d'une connaissance, et d'un mimétisme, du monde qui m'entoure. Comme si mon cerveau devait faire des choix, des vases communiquants.
J'aime beaucoup les mots. D'ailleurs les gens disent de moi que j'ai souvent un vocabulaire élaboré et certains disent avoir du mal à comprendre. C'est surtout parce que ce sont des mots que l'on n'utilise pas souvent, mais qui existent. Les dernières fois où on me l'a fait remarquer: crémone, olibrius, anticlérical, canopée, chambranle, le pêne de la porte. Ca c'est une difficulté pour moi car j'ai du mal à évaluer la différence entre un vocabulaire riche ou soutenu, et un vocabulaire que les gens ne vont pas comprendre. Cela me pose beaucoup de difficultés car les gens me comprennent mal et je ne m’en rends pas compte, et comme mon ton est je crois souvent décrit comme un peu pédant, cela n’arrange pas...

Caractère:

Si on demandait à mon entourage de me décrire, je pense qu'ils diraient: intelligente, gentille, secrète, caractère labile, jusqu'à parfois autoritaire (cela dépend des gens), et que j'ai des réactions qu'ils ne comprennent parfois/souvent pas. Au bureau beaucoup diraient que je suis intelligente et froide.
Solitaire. Anxieuse.Je n'aime pas les imprévus. Je n'aime pas le changement. Je n’aime pas que l’emploi du temps change, qu’un rdv soir décalé, un horaire modifié...
Au bureau quand il a fallut changer de bureau par exemple, c'est source d'angoisse pour moi. J'ai peur que cela arrive à nouveau.
Je déteste la violence et suis totalement désarmée ou ai des réactions disproportionnée face à elle.Je suis très sensible à l'injustice. Pour moi ou pour les autres. Cela peut me miner terriblement.
Je suis très respectueuse des règles. Trop. Trop de déférence à l'autorité, réelle ou établie (mon boss, la loi, le règlement, etc)
Très très sensible émotionnellement: pleure facilement, vite débordée par mes émotions

J'ai globalement le sentiment d'avoir beaucoup beaucoup de difficultés et aussi de réussir à déployer beaucoup beaucoup de techniques ou de réussir à prendre beaucoup sur moi pour avoir l'air assez normale. Un diagnostic me légitimerait en quelque sorte à mes yeux: je n’aurais pas toutes ces particularités parce que je suis fainéante, bête ou soupe-au-lait, cela serait reconnaître que mes difficultés sont réelles. Je me sentirais comprise et légitime.


Voilà, je vous en ai dit déjà beaucoup, si vous êtes arrivés jusque-là, et êtes prêts à m'accorder un petit mot pour me dire ce que vous en pensez, je vous remercie beaucoup beaucoup!!
Je ne sais pas quoi faire après cette entretien avec la psychiatre. Dois-je persévérer dans un bilan autistique avec le CRA? Que faire quand un professionnel ne vous prend pas au sérieux?
Ou bien est-ce que je me fourvoie dans ma reconnaissance de traits autistiques?

Merci :)
Hula Hoop.
Hula Hoop
 
Message(s) : 6
Inscription : Lun Juin 13, 2016 18:07

Re: Elle veut me psychanalyser... Help! :-D

Message par ptitevero » Ven Juil 01, 2016 13:09

Bonjour

Je ne peux que te donner mon sentiment personnel car je suis dans la même recherche que toi. Je me reconnais beaucoup dans plusieurs des caracteristiques que tu dépeints et c'est pour cette raison que j'ai pris un rdv avec un psychiatre. Dans ma région les rdv peuvent prendre plusieurs mois mais l'une des psy à accepter de me recevoir sous 1 mois quand je lui ai parlé de mes doutes quant au SA. Depuis, je ressasse toujours mon futur "entretien" avec elle, suis déjà très stressé et prépare le plan de mes idées à évoquer le jour J.
J'espère qu'elle sera plus compréhensive que la tienne et qu'elle engagera les demarches auprès du CRA. Je pense que tu devrais persévérer dans tes démarches car, encore 1 fois ce n'est que mon avis, tu sembles en effet avoir bcq des caractéristiques Aspie...
Tiens moi au courant stp, ça m'intéresse !
Bonne continuation.
ptitevero
 
Message(s) : 2
Inscription : Dim Juin 26, 2016 15:26

Re: Elle veut me psychanalyser... Help! :-D

Message par Hula Hoop » Sam Jan 14, 2017 20:48

Bonjour à tous,

Simplement pour donner quelques nouvelles; j'ai rencontré une autre psychologue spécialisée cette fois dans le syndrome d'Asperger et celle-ci a pris ma demande très au sérieux. Cela n'a pas été facile de revenir exposer mon histoire et les éléments qui me faisaient penser à des caractéristiques Asperger, car j'avais peur d'être moquée une nouvelle fois.
Mais la persévérance a été une bonne chose, puisque cette deuxième personne m'encourage et ce qu'elle voit de l'entretien clinique, pour le moment, lui semble très évocateur du SA.
Je continue ma route vers le diagnostic!
Merci à tous,
Bises.
Hula Hoop
 
Message(s) : 6
Inscription : Lun Juin 13, 2016 18:07

Re: Elle veut me psychanalyser... Help! :-D

Message par Storm » Mer Juin 14, 2017 21:11

Des news Hula Hoop ?
29 ans , Aspi.
Avatar de l’utilisateur
Storm
Passionné
 
Message(s) : 14618
Inscription : Mar Fév 07, 2006 20:38
Localisation : T-&-G ... et aussi dans mon monde ...


Retour vers Asperger et Psychologues

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron