Les Asperger est le sport

Espace libre de discussions à propos de l'autisme.

Les Asperger est le sport

Message par philette » Mar Sep 06, 2005 18:45

Citation :
Philette,
A propos du sport. Avant, j'avais jamais fait attention, je faisais du sport quand ça n'avait pas l'air d'en être, voile, vélo, marche,barres asymétriques, du moment que ce n'était pas pour faire du sport, mais par plaisir. En cours, j'avais beaucoup de mal à comprendre l'intêret de courir après un ballon ou de courir tout simplement. Mais quand j'ai fait la formation d'AVS, j'ai dû faire de l'ergonomie, c'est à dire apprendre à manipuler des personnes + ou - paralysées, et là, problème, incapable de reproduire les mouvements qu'on me montrait jusqu'à ce que je comprenne à quel résultat je devais arriver. Comme pendant 28 ans j'avais soulevé des poids lourds (fruits & légumes), j'ai compris que c'était le même système à utiliser et ça a marché.
Et, au contraire de Jils, je danse,(si je ferme les yeux, m'isole des autres mentalement)en rentrant dans la musique, en suivant l'un ou l'autre des instuments, jamais tous à la fois, mais j'ai le plus grand-mal à jouer d'un instrument, mentalement, j'en joue, mais les doigts ont du mal à suivre.
Et j'ai fait l'expérience d'oser un jour plonger, je répétais le mouvement mentalement, je l'executais de cette façon et d'un coup, je me suis lancée, pas trop mal. 5 mn après le maitre nageur a voulu me montrer le mouvement pour me corriger, pleine de bonne volonté, j'ai essayé;j'ai eu mal à une vertèbre plusieurs années. J'en ai conclu que je ne pouvais pas faire ce qu'on me disais, mais que je pouvais intégrer le mouvement décomposé, le travailler dans la tête et ensuite le faire .
Mais le résultat à ce jour, c'est qu'il y a quantités de trucs que je ne peux pas faire dès l'instant qu'on me regarde, comme une sorte de culpabilité, de peur de me faire engueuler, mais ça viens de la manière un peu sèche utilisée pour mes apprentissages (comme je trainais à faire du vélo, mon père s'est impatienté, m'a collé une baffe et m'a ordonné de rouler. ca a marché, avec la peur on obtient des miracles, mais ça a laissé quelques traces, c'est un exemple entre autres).
Toi, tu appelles ça une réflexion, je ne sais pas si c'est pareil? pas réfléchir au mouvement, mais je dirais intégrer le mouvement mentalement ? je n'arrive pas à trouver de terme pour ça, pas une idée, ni une réflexion, ni une pensée.C'est physique, mais que dans la tête, peut-être comme quelqu'un amputé sent quand même son membre absent, un mouvement mental?


C'est très intéressant ce que tu racontes, car c'est une question très importante pour moi et je ne m'en sors pas!

Anne-Marie,
Voudrais-tu dire que toi aussi, pour pouvoir réaliser un mouvement, tu est obligé de te construire aupravant une sorte de "représentation mentale" de ce que tu as à faire?
Ce serait important que tu précise encore ton hypothèse car c'est essentiel dans mes propres recherchesetça pourrait me donner une clé pour dépasser mes problèmes de communication lorsqueje suis confrontée au sport.

J'ai toujours la même reflexion de la part de mes prof de sport, à savoir "tu reflechis trop". Et ce n'est pas du tout ce que je ressens. J'ai longtemps pensé qu'ils ne m'évaluaient pas bien, mais je n'ai jamais compris en quoi! Je n'ai jamais compris ma différence. Et le sport est très important pour moi.

L'histoire de ton plongeons, ma vie sportive entière est truffé d'exemples de ce type. Je suis lassée, en fait, car je n'ai jamais trouvé quelqu'un qui m'enseigne une activité sportive en ayant une perception juste de ce que j'étais. Certains ont vu le potentiel, d'autres sont complètement passés à côté. Mais aucun ne m'a perçu d'exacte façon. C'est extrèmement frustrant!
(Je m'excuse auprès de ceux sur le forum qui rencontrent des problèmes beaucoup plus vitaux que celui que j'expose. Mais je cherche à comprendre ce qui se passe dans ce domaine, car c'est ma passion, et je vie et parfois même je n'ai sur-vecu en fait que au travers de mes passions, et je n'ai jamais reussi à trouver un compromis suffisant pour vraiement faire de la performance, ce qui m'aurait permis d'en vivre, en fait. Dans mon cas, comme pour de nombreux SA, les passions sont des moteurs essentiels de notre vie. Alors excusez-moi encore si ce sujet semble futile. Il ne l'est pourtant pas!)
Depuis que j'ai compris que j'étais Aspie, j'ai repéré des personnes qui sont semblables et qui rencontrent les même difficulté de "représentation mentale" (en attendant peu-êtrte de trouver un terme compretyement approprié à ton idée) dans l'apprentissage sportif, que moi ou bien les mêmes problèmes de communication. Lorsque l'on sait que la performance est basée sur la confiance... que de dégats, et quel force de caractère est-on obligé de mettre en oeuvre!!!

J'ai fait de la musique aussi, mais là, je suis tout de suite tombée sur quelqu'un qui a évalué mon profil de façon juste, en y intégrant ce que j'avais de particulier. C'est la seule fois, en fait. Je crois que la musique permet une ouverture plus grande et donc les NT acceptent plus facilement des gens différents. (comme en informatique d'ailleurs)

Merci de me lire
philette
Regulier
 
Message(s) : 83
Inscription : Lun Juin 06, 2005 10:20

Message par jokair » Mar Sep 06, 2005 19:40

bonjour Philette, bonjour Anne-Marie, bonjour a tous !

A table ce soir, on a parlé des trois jours de ski qu'on a fait avec mon frere cet hiver (nous sommes allés en vacances en metropole)

et j'ai repensé a mon apprentissage de ce "sport" que j'ai vu comme un loisir

j'en ai fait 3 fois
la premiere fois j'ai tres mal demarré, mais a la fin du 2eme jour j'ai reussi a descendre une piste entiere ... j'etais fier, et tellement reconnaissant envers la camarade de classe qui m'a poussé et encouragé tout le long ...
la 2eme fois j'etais seul. je travaillais en station de ski, et j'ai pu trouver quelques moments pour skier ... et la j'ai appris tout seul ... j'ai regardé les autres ... pas leurs mouvements, mais plutot le resultat, et j'ai essayé d'obtenir les memes ... ca a pas ete tres concluant, j'ai pas pu appronfondir (j'en ai fait 3 fois en 2 mois)
et la cet hiver ben ... quel plaisir ... quel pied !!! les sensations etaient la ... j'ai reussi a descendre des pistes rouges la 2e journee ... un grand bonheur vraiment ...
j'avais corrigé ma technique assez vite, peut-etre avais-je assez de connaissances théoriques a ce moment la ... (c'etait apres 7 ans sans pratiquer ). en fait je pense que de conduire m'a aidé a skier ... c'est ce que je m'etait dit :)

voila un de mes exemples en sport ...
j'ai beaucoup aimé l'escalade, le judo. et un peu le rugby (j'adore a la télé)
a l'école ca a toujours été tres dur en EPS ... peut etre que je me representait pas assez dans le detail le mouvement a faire ...
un sport comme le saut en longueur est une torture pour moi

et comme Anne-Marie le disait si justement : il faut y voir un interet ...
courir 20 minutes autour d'un stade ... merci


je fais peu de sport actuellement, mais je suis capable de partir en rando 2 jours en montagne (Mafate), ou de faire une rando de 6 h dans la journee (waaa le volcan !!!)
il faut qu'au bout, il y ai un spectacle terrible, sinon j'ai l'impression d'avoir "fait tout ca pour rien" -->> frustration

pour la musique ... j'ai joué de la flute a bec a l'ecole et au college, et je m'en sortait plutot bien ... il aurait juste fallu que je travaille un peu (ce que je n'avais vraiment pas l'habitude de faire a l'epoque)
mais je n'ai jamais réussi a jouer d'un autre instrument ... la guitare par exemple.
le seul clavier que j'ai pu maitriser est celui sur lequel je tappe actuellement ;)

notre conscience du corps ou du mouvement est differente je suppose ... toujours est il qu'il me faut un effort pour faire un mouvement précis ... mais a un moment, a force de repetition, le mouvement est acquis. c'est valable pour le sport, mais pour tout autre activité (j'ai essayé l'hotellerie... ).

merci de m'avoir lu ;)
a bientot
°o<*o*>o°
Avatar de l’utilisateur
jokair
Regulier
 
Message(s) : 76
Inscription : Dim Sep 04, 2005 11:55
Localisation : 974

Message par anne-marie » Mar Sep 06, 2005 21:34

Philette,
En fait, j'ai l'impression de fonctionner comme les nouveux-nés: ils emmagasinent des informations et quand ils sont prêts, c'est bon. Pour eux, c'est le plus flagrant avec le langage et la marche. Il y a une longue période où ils "intègrent", avec parfois une régression dans d'autres domaines et tout à coup, ils marchent ou sortent une phrase entière.
Ca me fait un peu pareil; en ergonomie, comme c'était une formatrice habituée aux handicapés physiques, elle a bien dû voir qu'il y avait un petit problème, et elle ne m'a jamais brusquée, ce qui aurait tout bloqué.
Pour ce qui est du mécanisme interne, je fonctionne beaucoup par analogie, donc j'observe, parfois assez longtemps,je répète le mouvement, mais ce n'est pas délibéré, ça échappe à ma volonté, et quand mentalement, j'ai pu faire le lien avec quelque chose que j'ai déjà expérimenté, il y a un déclic. Et là, je le fais physiquement, en général avec succès. Finalement, moins j'intellectualise, mieux j'y arrive, on peut croire que je réfléchis, parce que le processus peut être long, mais en fait, je ne réfléchis pas, je ne pense pas, j'intègre, par quel procédé, je ne sais pas vraiment. Je sais seulement que j'éprouve vraiment du plaisir à me servir de mon corps, peut-être parce que je suis très maladroite, en fait, je perds souvent l'équilibre, mais je suis devenue experte dans l'art de me rétablir et je me fais très rarement mal,et gérer mon corps, c'est comme une victoire sur je ne sais quoi, un peu comme l'histoire de mon chat. Je crois que perpétuellement, je fête le fait d'être en vie, et chaque mouvement réussi, c'est une victoire sur la mort. Mon vécu, à ce niveau là, n'est peut-être pas vraiment le même que vous, parce que avant de me sentir handicapée, je me sens survivante et du coup, le handicap me semble moins insurmontable, moins handicapant que la mort si je peux dire. :D :D
anne-marie
Passionné
 
Message(s) : 255
Inscription : Jeu Juin 30, 2005 17:06
Localisation : Montceau les mines

Message par philette » Mer Sep 07, 2005 8:18

Merci Jokair et Anne-Marie, vos témoignages sont importants.

Anne-Marie, merci de l'image du bébé qui apprend, tu ma clarifie grandement mes idées sur la question. Ainsi, donc, lorsque les gens me disent "arrête de reflechir", ils me disent en fait "arrete de te construire ta représentation mentale. Et c'est la raison pour laquelle je suis choquée. En plus, ce qu'ils croient m'enerve, car leur croyance m'eloignent de mes possibilités de performances. C'est du temps de perdu. J'ai eu toujours espoir d'arriver un jour à me faire comprendre de quelqu'un qui peut m'aider à progresser. Vos mots peuvent peut-être un jour m'y aider. Ceci dit, je crois avoir fait le tour des profs et pas un n'est prêt à m'écouter. Ils sont tellement sur d'eux en général, bourrés de certitudes quand à leur maitrise du sujet. Je crois que je ne vais plus chercher... J'aurai aimé qu'un jour, un accepte de voir autrement que par ses yeux et se laisse guidé par ce que je lui dit ou ce qu'il constate de moi; Il aurait appris aussi pour lui même et son approche des sportifs aussi. Mais non, ... c'est comme ça!!

Jokair, ce que tu décris d'un processus extrèmement lent d'apprentissage ressemble tout à fait à ce que je connais.

Ca me soulage de discuter avec vous, car c'est un mystère que je n'arrivais pas à résoudre.


Anne-Marie,
je vis dans la même logique que toi pour 2 raisons :
- quand, j'ai eu 15 ans, j'ai décidée de me sortir de mon isolement. J'ai décidé de survivre.
- il y a quelques années, j'ai fait un très grave problème de santé dont je suis ressorti par miracle. Là, j'ai décidé de vivre. J'ai eu comme un electro-choc. Je pense même que cela m'a presque "guerri" de mes troubles autistiques. Il y a un profond changement de communication en moi avant et après mon problème. C'est aussi la raison pour laquelle j'arrive à décrire ce qui s'est passé lorsque j'ai été dans un isolement plus grand.


Bonne journée à tous
philette
Regulier
 
Message(s) : 83
Inscription : Lun Juin 06, 2005 10:20

Message par Jils » Mer Sep 07, 2005 11:46

Je confirme aussi qu'on m'accuse toujours de "trop intellectualiser", mais si "je laisse parler mon corps" (comme on me le recommande quelquefois), il ne me dit rien du tout. ;) Il faut que "j'intellectualise" pour arriver à quelque chose... Une fois que j'ai saisi le geste ou la technique, après, je le maitrise de manière reproductible, ou du moins, je sais le travailler pour le rendre reproductible ; alors qu'avant ça, je ne sais pas trop comment faire pour travailler le geste ou la technique... :)

A mon avis, la "pédagogie standard" n'est pas adaptée au cas de tout le monde, et apparemment pas au tien... C'est pas adapté à mon cas non plus d'ailleurs, car j'ai de mauvais souvenirs d'EPS à l'école, aussi.

Du coup, je serais tenté de demander si les profs d'EPS n'auraient peut-être l'ouverture d'esprit nécessaire pour adapter leur pédagogie à leurs élèves ? Mais bon, peut-être que je règle juste quelques comptes personnels sur tous les profs d'EPS (alors que la plupart d'entre eux ne m'ont rien fait)... ;)

Ce que tu dis sur la phase d'intégration, Anne-Marie, ça me rapelle ce que j'avais constaté sur les langues : pendant longtemps, tu travailles une langue avec peu ou pas de progrès apparent. J'ai lu des milliers de pages en anglais plus ou moins littéraire sans avoir l'impression que ça changeait mon niveau. Et puis un jour, mystérieusement, je m'apperçois que je franchis une étape, que je monte d'un niveau et que j'ai une compréhension bien plus fine que je ne l'avais un mois avant...

Bref, tout ce que vous dites sonne vrai par rapport à mon expérience... :)

Bonne journée à vous et A+
:D
Jils
Passionné
 
Message(s) : 184
Inscription : Lun Août 01, 2005 10:01
Localisation : Lyon, France

Message par philette » Mer Sep 07, 2005 19:10

Jils a écrit :Je confirme aussi qu'on m'accuse toujours de "trop intellectualiser", mais si "je laisse parler mon corps" (comme on me le recommande quelquefois), il ne me dit rien du tout. ;).


Un jour, c'est ce que j'ai dis à mon prof, que je ne reflechissais pas, que je ne pensais à rien, et que rien ne me venait non plus. :( On me dit de faire quelque chose, je vais y arriver par reproduction immédiate (une sorte de copier-coller), mais après il me faut du temps pour reproduire. Et il me faut un but personnel obligatoire presque artistique (la beauté du mouvement par exemple ou bien un résultat esthetique, ...)Une fois que je peux reproduire, je peux enfin me servir de ma créativité.... :D

[/quote]Ce que tu dis sur la phase d'intégration, Anne-Marie, ça me rapelle ce que j'avais constaté sur les langues : pendant longtemps, tu travailles une langue avec peu ou pas de progrès apparent. J'ai lu des milliers de pages en anglais plus ou moins littéraire sans avoir l'impression que ça changeait mon niveau. Et puis un jour, mystérieusement, je m'apperçois que je franchis une étape, que je monte d'un niveau et que j'ai une compréhension bien plus fine que je ne l'avais un mois avant...
[/quote]

L'anglais, je n'ai jamais pu m'y faire. Les seuls moments ou j'arrive à utiliser de l'anglais sont quand il s'agit d'un sujet qui me passionne et que je connais déjà très bien en français. Cela dit, la façon dont tu as appris l'anglais, je la retrouve pour des tas d'apprentissages chez moi. (vélo, tennis, mais egalement intellectuellement, apprentissage de différentes matières à la fac, aujourd'hui dans mon travail, je migeotte ce que j'apprend avantde le réstituer tout d'un bloc)...

Si d'autres veulent bien me raconter leur expérience par rapport au sport, surtout, n'hésitez pas, cela me rendrait grand service.
philette
Regulier
 
Message(s) : 83
Inscription : Lun Juin 06, 2005 10:20

Message par anne-marie » Mer Sep 07, 2005 21:45

philette a écrit:
Et il me faut un but personnel obligatoire presque artistique (la beauté du mouvement par exemple ou bien un résultat esthetique, ...)Une fois que je peux reproduire, je peux enfin me servir de ma créativité.... :D

J'ai exactement la même motivation que toi. Et à y réfléchir, je me demande si ça fait partie de notre fonctionnement, comme le sens des détails, par exemple, ou si c'est une réaction instinctive (je parle de avant qu'on n'en sache chacun autant sur nous mêmes et nos particularités) sentant que nous sommes autres, nous avons besoin, en quelque sorte, de reformater ce qui nous arrive de l'extérieur, selon nos propres ressources. J'en reviens toujours, en fait à cette "traduction" à laquelle on ne peut échapper, qui génère ce besoin de temps, d'image mentale, de panique à l'idée de ne pas tout maitriser pour nous-mêmes, et même de perfection, comme un étranger parlant couramment le français, le parle plus parfaitement que les français. Nombres de nos "symptômes" seraient une préservation de notre santé.

Une histoire que j'ai lue un jour, je ne sais plus de quel pays mais elle résume bien ça :

-Un jour, un peuple découvre un cheval. Comme ils attendaient l'arrivée d'un dieu, ou d'un messie, ils le prennent pour lui.
Ils lui offrent tout ce qu'ils pensent lui plaire parce que ça leur paraît être le comble du bonheur .
Des palmiers, le cheval n'en veut pas; de la viande, il n'en veut pas non plus, etc...... Le conseil des sages se réunit pour chercher une solution, et durant tout ce temps, le cheval dépérit à quelques mètres d'une clairière où il aurait trouvé à manger et tout ce dont il avait besoin, s'il n'y avait pas eu cette barrière pour le protéger de ce que ses protecteurs et adorateurs pensaient être un danger pour lui.
No coment!!!!! :cry: :cry: :cry:
anne-marie
Passionné
 
Message(s) : 255
Inscription : Jeu Juin 30, 2005 17:06
Localisation : Montceau les mines

Message par philette » Jeu Sep 08, 2005 7:59

anne-marie a écrit : Et à y réfléchir, je me demande si ça fait partie de notre fonctionnement, comme le sens des détails, par exemple, ou si c'est une réaction instinctive (je parle de avant qu'on n'en sache chacun autant sur nous mêmes et nos particularités) sentant que nous sommes autres, nous avons besoin, en quelque sorte, de reformater ce qui nous arrive de l'extérieur, selon nos propres ressources.
Une histoire que j'ai lue un jour, je ne sais plus de quel pays mais elle résume bien ça :


Oui, je pense que ça fait parti de nos particularités.

Ton image est parlante. C'est une histoire qui arrive sans doute souvent. C'est aussi pour cela que j'inteviens sur ce forum, pour que petit à petit, nous sortions de notre isolement. Une petite pierre à l'édifice.
L'histoire se finit autrement si le cheval se rebelle et tente de s'echapper, tu ne crois pas?
philette
Regulier
 
Message(s) : 83
Inscription : Lun Juin 06, 2005 10:20

Message par bb » Jeu Sep 08, 2005 10:11

j'aimerais ne faire dans ma journée que du sport de l'instrument de musique et la découvertes de toutes les choses qui m'intéressent dans le monde.

quand mes enfants ne se réveillent pas avant moi, je me lève à 6h-6h30 et je vais faire mon jogging, 2km et après je me douche et je commence ma journée de maman de jumeaux.
le sport c'est une telle passion que je ne parvenais à accepter de dormir pour y sacrifier ce temps de pratique des sports que j'aime.
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par philette » Jeu Sep 08, 2005 20:38

Et toi, bb, comment apprend-tu? Sais-tu de façon innée le sport que tu aime? sinon, comment fais-tu pour apprendre?
philette
Regulier
 
Message(s) : 83
Inscription : Lun Juin 06, 2005 10:20

Message par bb » Jeu Sep 08, 2005 23:24

bonjour philette,

en fait les sports que j'aime hormis le in-line, ont été des passions depuis toujours .
par exemple, j'avais une année et demie quand je shootais déjà dans un ballon de foot, le ballon faisant entre le tiers et la moitié de ma hauteur!

je suis plutôt gauche comme disent les autres, je suis maladroite pierre richard me prendrais dans un de ces films c'est presque sur! :lol: :lol:

quand j'apprends, je suis comme un ordinatuer je recommence et recommence les gestes à faire pour réussir une figure en in-line, un geste au foot, une certaine passe au badminton( c'était avant ma grossesse et ma stabilisation de l'épaule en septembre 2004)je suis comme fiévreuse, il pouvait pleuvoir pour le foot, faire hyper chaud pour le in-line, etc.

en fait quand j'ai une idée en tête, je ne la lâche pas... voilà comment j'apprends le sport. par exemple maintenant j'ai décidé de reprendre ma condition sportive d'il y a deux ans, je vais courir tous les jours(quand mes enfants ne se réveillent pas bien sur!) à 6h-6h30 sur deux kilomètres je fais ensuite ma musculation et pour finir le stretching. j'ai beaucoup de poids à perdre pour me sentir comme je suis bien d'avant. j'ai arrêté de fumer il y a tois semaines exactement car cela donne beaucoup d'énergie et je n'arrête pas de me réveiller avec l'obssession de mon jogging pour me défouler

voilà merci de me lire a+
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par philette » Sam Sep 10, 2005 10:25

Merci bb pour tes explications... :) 8)
philette
Regulier
 
Message(s) : 83
Inscription : Lun Juin 06, 2005 10:20

Message par bb » Dim Jan 08, 2006 15:09

voilà j'ai eu quelques mois difficiles comme la rareté de fréquentation du site le prouve, période soldée par une hospitalisation.
rien de conséquent, aucune séquelles...
mais je reviens vous écrire que je reprends officiellement mon reconditionnement sportif, de sorte à ce que je me dise que comme je vous l'ai écrit je dois tenir parole...
donc, je reprends le sport dès demain matin... a+ et....

merci de me lire
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Re: Les Asperger est le sport

Message par Storm » Mar Mai 26, 2015 21:57

Très bonne idée que d'ouvrir un club de tennis pour les autistes !!! Ça me tenterait bien car j'aimerais justement m'y mettre au tennis histoire d'avoir une activité physique régulière ! :) Moi qui aime les sports individuels et aussi les sports à deux surtout ayant besoin d'avoir de la compagnie , alors avec d'autres aspi(e) c'est encore mieux ! :D

http://www.lexpress.fr/actualites/1/sty ... 83311.html
29 ans , Aspi.
Avatar de l’utilisateur
Storm
Passionné
 
Message(s) : 14618
Inscription : Mar Fév 07, 2006 20:38
Localisation : T-&-G ... et aussi dans mon monde ...


Retour vers Le Syndrome d'Asperger et Autisme de Haut Niveau

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron