Privé d'un diagnostic du CRA Aquitaine

Pour que les parents puissent exprimer les difficultés rencontrées avec leurs enfants autistes.

Privé d'un diagnostic du CRA Aquitaine

Message par rebetika » Jeu Juil 12, 2012 13:16

Mon fils de 26 ans est hospitalisé depuis trois mois en psychiatrie et devrait sortir prochainement (ça fait un mois qu’on nous le dit) ;
Nous le prenons tous les week-ends en permission et nous constatons que si les médicaments le rendent plus calme, il n’y a pas la moindre amélioration concernant les graves perturbations relationnelles et lubies qui l’ont conduit à la crise à l’origine de cette hospitalisation.

Pour nous ses parents, il n’y a pas l’ombre d’un doute : il est autiste Asperger .

Si nous avions connu le syndrome d’Asperger dès son enfance, tout aurait été différent. Longtemps considéré comme surdoué, doté d’une mémoire prodigieuse mais incapable de s’adapter à un groupe faute de pouvoir calquer son comportement sur celui des autres et encore moins de se faire des amis, il a toujours eu des bizarreries dès l’âge de 3 comme par exemple tourner le dos à l’écran quand l’institutrice passait un film et à la place regarder les enfants regardant le film.

Ses difficultés se sont renforcées à partir de la puberté quand nous avons été obligés de le changer de collège car il regardait outrancièrement sous les jupes des filles lorsqu’elles étaient dans l’escalier et aucune remarque ou réprimande n’y faisait rien.

A l’origine de ça , il y avait cette chanson d’Alain Souchon qu’il aimait bien « Voir sous les jupes des filles ». Il l’avait prise au premier degré et pensait donc que c’était un comportement social qui coulait de source.
Par la suite , sa scolarité a été chaotique car il a reçu des coups et a été considéré comme bouc émissaire au point qu’il s’est comparé et identifié à des gens que la société rejette notamment certains criminels.

Il a raté son bac parce qu’il ne supportait pas la pression de l’examen. Après son redoublement de al terminale nous l’avons enlevé du lycée parce qu’il était monté sur le rebord de la fenêtre prêt à sauter dans le vide.

Il s’intéresse aux élections dans le menu détail allant chercher des résultats dans des villages que personne ne connait eu encore il mesure des records de froid au sol au même endroit dans au petit des périodes de gelées matinales ( y compris en mai) et fait 15 km en vélo et parfois à pied pour venir à cet endroit précis

N’importe quelle personne qui l’observe un peu dans la vie courante , notamment dans les groupes comprend et souvent lui dit qu’il est autiste. I
l est peintre Sa peinture en laquelle il fait des calendriers dont il calcule les jours de la semaine exact dans plusieurs siècles( par exemple l’année 2458 !) et choisit un motif qu’il reproduit à la martrette ( pinceau très fin) des centaines et parfois des milliers de fois sur sa toile.

Ces indications et bien d’autres devraient être suffisante pour qu’il ait droit à un diagnostic. Or ce diagnostic nous est refusé et à lui aussi puisqu’il l’a demandé avec insistance ! La psychologue de son service qui a fait un bilan classique de son profil affirme qu’il n’est pas autiste et lui propose de le pendre en psychothérapie à l’hôpital de jour.

Vu qu’il a vraiment besoin d’une psychothérapie pour se libérer des identifications qui le perturbent, ça ne peut pas lui faire de mal et ça remplacera aisément ce psychiatre fumiste qui le suivait depuis 10 ans un quart d’heure par semaine le temps de d’écouter ses précisions sur ses sujets favoris...

Le vrai problème est que vu qu’il a une approche bizarre de la sexualité et qu’il regarde les fillettes se changeant sur une plage avec une fascination dérangeante qui lui vaut des menaces des parents (certains ont parlé de le noyer). il est question de l’envoyer dans une consultation pour délinquants sexuels. Or si certains de ses propos sont inquiétants, il me semblent directement liées à son autisme.

Au vu des risques qu’il soit mal évalué , la personne qui anime l’atelier de peinture à l’hôpital m’a dit qu’une des ses amies psychologues ( qui a vu sa peinture) pensait qu’il fallait nous rapprocher du CRA. Or au CRA Aquitaine, nous n’essuyons que des refus.

A deux reprises on nous a affirmé qu’il fallait qu’il y soit soit envoyé par son psychiatre ; celui qui le suivait depuis dix ans s’y refusait et celle qui le suit dans son unité de soins à posé un diagnostic de schizophrénie d’autant plus grave selon elle qu’il a construit ce système de pensée depuis très longtemps ! Même hospitalisé dasn l'hôpital où se trouve le CRA, il n'a aucunaccès à ce diagnostic.

Nous n’avons pas les moyens de le faire diagnostiquer par le privé.
En désespoir de cause, j’ai écrit une lettre au médecin coordonnateur du CRA Aquitaine expliquant le problème et en lui joignant les principaux éléments de l’enfance de mon fils qui me conduisent à penser que ce diagnostic serait nécessaire.

C’était une bouteille à la mer ;je ne constate aucune évolution de la situation et je ne me fais guère d’illusions.

Je suis tout de même scandalisée car j’avais assisté à une conférence du CRA en 2008 et il avait été mis l’accent sur la nécccesité d’une équipe pluridisciplinaire pour faire ce diagnostic.

Mais si n’importe quel psychologue ou psychiatre peut se permettre de décréter qu’une personne n’est pas autiste (et encore ; nous n’en sommes même pas à parler le l’autisme Asperger), je me demande à quoi servent les CRA ?

Il est vrai que sur les symptômes autistiques de mon fils se sont greffés d’autres perturbations qui les masquent et dont l’amélioration semble plus urgentes que ce diagnostic mais je ne vois pas comment on pourrait appréhender un parcours de soins efficace pour lui sans prendre en compte son autisme.

Au font tout aurait été plus simple s’il n’y avait pas eu de psychiatre entre le CRA et lui.
Reste plus qu’à espérer que la recherche avance et qu’un jour, les autorités compétentes daignent confirmer par le diagnostic ce qui semble pourtant est évident.

En espérant qu’il ne sera pas trop tard car vu qu’il ne sait pas trop qui il est, et qu’il s’identifie souvent à ce que des gens pensent de lui il ya un réel danger à le considérer comme un délinquant sexuel alors qu’il n’a jamais rien fait.

Si quelqu’un peut me conseiller une association en Gironde s’occupant aussi des Asperger adultes et pouvant m’aider à obtenir du CRA son inscription pour un diagnostic, ça me rendrait service.
rebetika
 
Message(s) : 7
Inscription : Mar Mars 06, 2012 14:21
Localisation : Bordeaux

Désolée pour le doublon

Message par rebetika » Jeu Juil 12, 2012 13:19

Comme mon sujet ne s'affichait pas, j'ai cliqu" deux fois. Est-il possible d'enlever le doublon ?
rebetika
 
Message(s) : 7
Inscription : Mar Mars 06, 2012 14:21
Localisation : Bordeaux

Re: Désolée pour le doublon

Message par mashka » Jeu Juil 12, 2012 20:12

je ne connais aucune asso, mais je vous souhaite du courage, il ne faut pas le laisser en HP, ce n'est pas sa place .
Le problème en ce bas monde est que les imbéciles sont sûrs d’eux et fiers comme des coqs de basse cour, alors que les gens intelligents sont emplis de doute.
Avatar de l’utilisateur
mashka
Passionné
 
Message(s) : 631
Inscription : Sam Avr 07, 2012 1:17
Localisation : deux-sèvres


Retour vers Asperger Parents - Difficultés et Démarches

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron