Ritaline

Info sur les médicaments et informations sur Teach ABA etc

Ritaline

Message par Hilda » Dim Fév 08, 2004 3:47

Le medecin préscrit Ritaline pour mon fils. Est-ce que ce médicament a des effets sécondaire nocifs?

Hilda
Hilda
Enthousiaste
 
Message(s) : 37
Inscription : Ven Fév 06, 2004 14:36

Ritaline

Message par mireille » Jeu Fév 26, 2004 11:32

Pour répondre aux interrogations d'Hilda sur la ritaline
Je te suggère de visiter le site :

http://www.hyperactif.org/

Mireille
Parents d'une jeune fille asperger, au régime sans gluten et sans lait.
mireille
Nouveau
 
Message(s) : 26
Inscription : Mar Jan 20, 2004 0:13
Localisation : Région parisienne

Re: Ritaline

Message par ouazane » Lun Fév 13, 2006 23:50

Hilda a écrit :Le medecin préscrit Ritaline pour mon fils. Est-ce que ce médicament a des effets sécondaire nocifs?

Hilda
Oui il y a des effets secondaire augmentation de la tension,certains sujet deviennent dépressif au point de broyer de noir toute la journée et d'avoir même des idées sucidaires.Alors attention
ouazane
 

Re: Ritaline

Message par barolet » Jeu Avr 06, 2006 21:58

Hilda a écrit :Le medecin préscrit Ritaline pour mon fils. Est-ce que ce médicament a des effets sécondaire nocifs?

Hilda



Voici ce que j'avais trouvé sur internet sur la RITALINE et je vous conseille MIREILLE.


Doc trouvée sur site internet : www.alterpsy.org/breggin.php

Hyperactivité chez l'enfant: la Ritaline et ses risques.
Quelques 5% des enfants souffriraient d'hyperactivité, une maladie chronique affectant leur comportement. Un enfant dit hyperactif est incapable de se concentrer sur une tâche et ne tient pas en place, au désespoir des maîtres et des parents. Des psychiatres leur prescrivent des médicaments appartenant à la classe des amphétamines. Les amphétamines agissent au niveau des transmetteurs dans le système nerveux, et stimulent l'activité d'un des transmetteurs les plus importants, la dopamine. Alors que les neuroleptiques inhibent la transmission de la dopamine, les amphétamines font exactement le contraire. Étonnant, quand on sait que les médecins hésitent parfois entre étiqueter un enfant comme "psychotique" ou comme "hyperactif"...
La Ritaline est-elle vraiment efficace? Certains parents assurent qu'elle leur a apporté un grand soulagement... Mais ce médicament est loin de faire l'unanimité parmi les pédopsychiatres. La seule chose qui soit sûre, c'est que pour l'entreprise Novartis, qui produit la Ritaline, ce médicament représente des bénéfices considérables...

Nous donnons ici la parole à Peter Breggin, un psychiatre étasunien engagé depuis des décennies contre les abus de la psychiatrie médicamenteuse.

S. An.
Informations importantes sur la Ritaline et l'hyperactivité.
Par Peter Breggin
(Ce texte figure en annexe de "Talking Back to Ritalin", de Peter Breggin (1), et peut être reproduit librement, afin que le public soit informé des risques inhérents à ce médicament. Il doit être diffusé dans son intégralité, avec mention de son origine, gratuitement).
· Plusieurs millions d'enfants sont traités avec de la Ritaline, ou d'autres stimulants, parce qu'ils sont hyperactifs (2). Il souffrent d'inattention et d'impulsivité. Ces stimulants s'appellent: Ritaline, (methylphenidate), Dexedrine et DextroStat (dextroamphetamine or d-amphetamine), Adderall (d-amphetamine mixture d'amphétamine), Desoxyn and Gradumet (methamphetamine), ou Cylert (pemoline). A l'exception du Cylert, tous ces médicaments ont des effets similaires, qu'il s'agisse des effets secondaires ou primaires. La Ritaline et les amphétamines peuvent, dans la plupart de leurs utilisations, être considérées comme une même sorte de médicament.
· Le nombre d'enfants traités avec ces médicaments s'est multiplié ces dernières années. La Ritaline et les autres amphétamines ont presque les mêmes effets indésirables sur le cerveau, l'esprit et le comportement. Notamment: désordres du comportement, psychoses, manies, abus de drogues ou de médicaments, et dépendance.
· La Ritaline et les amphétamines provoquent souvent les maux auxquels elles sont censées remédier: inattention, hyperactivité, et impulsivité.
· De nombreux enfants deviennent léthargiques, déprimés. Ils font penser à des robots. La Ritaline peut provoquer des tics neurologiques permanents, y compris le syndrome de Gilles de la Tourette.
· La Ritaline peut retarder le développement des enfants en perturbant les cycles d'hormones de croissance produits par l'hypophyse (3).
· La récente découverte des effets cancérigènes de la Ritaline essayée sur certains animaux n'a pas été prise suffisamment au sérieux ni par la compagnie qui produit le médicament, ni par l'administration fédérale des médicaments (4).
· La Ritaline provoque régulièrement des malformations importantes dans le cerveau de l'enfant. Il a été démontré par des tests scientifiques contrôlés que la Ritaline provoque un rétrécissement (atrophie) ou d'autres anomalies physiques permanentes du cerveau.
· Le sevrage de la Ritaline peut provoquer des souffrances psychiques telles des dépressions, de l'épuisement, ou des tendances suicidaires. Ces effets peuvent inciter l'entourage des enfants à prescrire à nouveau le médicament, à fortes doses.
· La Ritaline provoque une dépendance qui peut en entraîner d'autres. Elle est souvent utilisée comme drogue récréative, tant par des enfants que par des adultes.
· L'hyperactivité et la Ritaline sont des lubies étasuniennes et canadiennes. Les États-Unis consomment 90% de la Ritaline produite dans le monde. La compagnie CibaGeneva Pharmaceuticals (également connue comme Ciba-Geigy Coorporation), une division de Novartis, produit la Ritaline et tente d'étendre le marché à l'Europe et au reste du monde (5).
· La Ritaline "fonctionne" en provoquant des dommages au cerveau plutôt qu'en améliorant les fonctions du cerveau. Elle fonctionne uniquement de cette manière.
· A court terme, la Ritaline inhibe la créativité et la spontanéité chez les enfants. Elle les rend plus dociles et obéissants, plus à mêmes de mener à bien des tâches monotones et ennuyeuses, telles l'étude en classe ou les travaux à domicile.
· A court terme, la Ritaline n'a pas d'effets positifs sur la psychologie de l'enfant, ses performances scolaires ou autres réalisations. Ceci a été confirmé par de nombreuses études.
· A long terme, au-delà de plusieurs semaines, la Ritaline n'a pas d'effets positifs sur aucun des aspects de la vie d'un enfant.
· Étiqueter des enfants comme hyperactifs et les traiter à la Ritaline peut limiter leurs futurs choix professionnels, et les stigmatiser à vie. Cette étiquette peut ruiner leur estime de soi et les décourager ainsi de développer leur plein potentiel.
· Il n'y a aucune preuve solide que l'hyperactivité soit une maladie organique.
· Plusieurs études confirment que des problèmes psychologiques liés à l'environnement des enfants concernés provoquent des symptômes de ce qu'on appelle l'hyperactivité.
· Il est possible qu'un petit nombre d'enfants souffrent des symptômes de l'hyperactivité en raison de troubles organiques, tels l'empoisonnement par le plomb, une intoxication médicamenteuse, l'épuisement, ou des traumatismes au cerveau. Ces facteurs organiques pourraient être plus fréquents dans les milieux défavorisés des États-Unis.
· Il n'y a aucune preuve quant à l'existence d'anomalies physiques dans le corps ou le cerveau d'enfants étiquetés comme hyperactifs. Ils ne souffrent pas de déséquilibres biochimiques.
· L'hyperactivité est un diagnostic controversé, reposant sur une base scientifique faible, voire inexistante. Un parent, enseignant ou médecin peut en toute bonne conscience refuser d'appliquer ce diagnostic à un enfant.
· Novartis dépense des millions de dollars pour vendre l'idée d'utiliser la Ritaline à des groupes de parents et à des médecins. Novartis soutient l'association CH.A.D.D. (Children and Adults with Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder) (6) et les organisations de psychiatres.
· Aux États-Unis, le département de l'éducation et l'institut national pour la santé mentale (NIMH) (7) pousse à l'utilisation de la Ritaline avec autant de vigueur que le producteur du médicament, souvent en usant de termes encore plus enthousiastes que ceux que Novartis peut se permettre sans tomber dans l'illégalité.
Notre société a institutionnalisé l'abus de médicaments parmi nos enfants. Pire: nous maltraitons nos enfants avec des médicaments au lieu de faire un effort pour mieux répondre à leurs besoins. Sur le long terme, nous donnons une très mauvaise leçon à nos enfants - que les médicaments sont une réponse à leurs problèmes émotionnels.
Le contenu du présent résumé est documenté, avec des citations extraites de la littérature scientifique, dans Talking Back to Ritalin. Le livre explique comment venir en aide sans médicaments aux enfants étiquetés hyperactifs, en déterminant leur besoins, en s'efforçant de les combler, et en améliorant leur vie à l'école et en famille.
Si vous désirez soutenir nos efforts pour faire cesser les abus en matière de médication aux enfants, et recevoir notre bulletin d'informations, nous vous invitons à rejoindre l'association "International Center for the Study of Psychiatry and Psychology", 4628 Chestnut Street, Bethesda, MD, 20814. Notre site web: www.breggin.com.
Traduit par: Schizo Anonyme. La clarté a été préférée à l'élégance du style.

P.-S: Ce texte a suscité une vive réaction de la part d'une lectrice de ce site, Marlène Wahl. Pourtant, Breggin n'est pas seul à dénoncer les effets de ce médicament. Voir cet article paru dans "L'Express", par exemple... qui a encore fait régir la même lectrice.

1Talking Back to Ritalin by Peter R. Breggin, M.D.
Available in book stores or contact Common Courage Press, P.O. Box 702, Monroe, Maine 04951. Phone: 1-800-497-3207..
2Note du traducteur: En anglais, ce trouble est désigné par: "attention deficit-hyperactivity disorder (ADHD)". En français, on écrit parfois: "Trouble hyperactif avec déficit d'attention (THADA). Mais les dénominations varient selon les médecins. Dans la présente traduction, j'ai choisi de désigner ce trouble (ou soi-disant trouble) par hyperactivité.
3Glande endocrine située sous le cerveau.
4Federal Drugs Agency (FDA).
5En Europe, l'entreprise Novartis, issue de la fusion, en 1996, de deux entreprises suisses, Ciba-Geigy et Sandoz, s'appelle simplement Novartis.
6"Enfants et adultes avec trouble hyperactif de déficit d'attention.
7" National Institute of Mental Health"
barolet
Enthousiaste
 
Message(s) : 42
Inscription : Jeu Oct 06, 2005 11:11

Re: Ritaline

Message par barolet » Jeu Avr 06, 2006 21:59

barolet a écrit :
Hilda a écrit :Le medecin préscrit Ritaline pour mon fils. Est-ce que ce médicament a des effets sécondaire nocifs?

Hilda



Voici ce que j'avais trouvé sur internet sur la RITALINE et je vous conseille le site de MIREILLE.


Doc trouvée sur site internet : www.alterpsy.org/breggin.php

Hyperactivité chez l'enfant: la Ritaline et ses risques.
Quelques 5% des enfants souffriraient d'hyperactivité, une maladie chronique affectant leur comportement. Un enfant dit hyperactif est incapable de se concentrer sur une tâche et ne tient pas en place, au désespoir des maîtres et des parents. Des psychiatres leur prescrivent des médicaments appartenant à la classe des amphétamines. Les amphétamines agissent au niveau des transmetteurs dans le système nerveux, et stimulent l'activité d'un des transmetteurs les plus importants, la dopamine. Alors que les neuroleptiques inhibent la transmission de la dopamine, les amphétamines font exactement le contraire. Étonnant, quand on sait que les médecins hésitent parfois entre étiqueter un enfant comme "psychotique" ou comme "hyperactif"...
La Ritaline est-elle vraiment efficace? Certains parents assurent qu'elle leur a apporté un grand soulagement... Mais ce médicament est loin de faire l'unanimité parmi les pédopsychiatres. La seule chose qui soit sûre, c'est que pour l'entreprise Novartis, qui produit la Ritaline, ce médicament représente des bénéfices considérables...

Nous donnons ici la parole à Peter Breggin, un psychiatre étasunien engagé depuis des décennies contre les abus de la psychiatrie médicamenteuse.

S. An.
Informations importantes sur la Ritaline et l'hyperactivité.
Par Peter Breggin
(Ce texte figure en annexe de "Talking Back to Ritalin", de Peter Breggin (1), et peut être reproduit librement, afin que le public soit informé des risques inhérents à ce médicament. Il doit être diffusé dans son intégralité, avec mention de son origine, gratuitement).
· Plusieurs millions d'enfants sont traités avec de la Ritaline, ou d'autres stimulants, parce qu'ils sont hyperactifs (2). Il souffrent d'inattention et d'impulsivité. Ces stimulants s'appellent: Ritaline, (methylphenidate), Dexedrine et DextroStat (dextroamphetamine or d-amphetamine), Adderall (d-amphetamine mixture d'amphétamine), Desoxyn and Gradumet (methamphetamine), ou Cylert (pemoline). A l'exception du Cylert, tous ces médicaments ont des effets similaires, qu'il s'agisse des effets secondaires ou primaires. La Ritaline et les amphétamines peuvent, dans la plupart de leurs utilisations, être considérées comme une même sorte de médicament.
· Le nombre d'enfants traités avec ces médicaments s'est multiplié ces dernières années. La Ritaline et les autres amphétamines ont presque les mêmes effets indésirables sur le cerveau, l'esprit et le comportement. Notamment: désordres du comportement, psychoses, manies, abus de drogues ou de médicaments, et dépendance.
· La Ritaline et les amphétamines provoquent souvent les maux auxquels elles sont censées remédier: inattention, hyperactivité, et impulsivité.
· De nombreux enfants deviennent léthargiques, déprimés. Ils font penser à des robots. La Ritaline peut provoquer des tics neurologiques permanents, y compris le syndrome de Gilles de la Tourette.
· La Ritaline peut retarder le développement des enfants en perturbant les cycles d'hormones de croissance produits par l'hypophyse (3).
· La récente découverte des effets cancérigènes de la Ritaline essayée sur certains animaux n'a pas été prise suffisamment au sérieux ni par la compagnie qui produit le médicament, ni par l'administration fédérale des médicaments (4).
· La Ritaline provoque régulièrement des malformations importantes dans le cerveau de l'enfant. Il a été démontré par des tests scientifiques contrôlés que la Ritaline provoque un rétrécissement (atrophie) ou d'autres anomalies physiques permanentes du cerveau.
· Le sevrage de la Ritaline peut provoquer des souffrances psychiques telles des dépressions, de l'épuisement, ou des tendances suicidaires. Ces effets peuvent inciter l'entourage des enfants à prescrire à nouveau le médicament, à fortes doses.
· La Ritaline provoque une dépendance qui peut en entraîner d'autres. Elle est souvent utilisée comme drogue récréative, tant par des enfants que par des adultes.
· L'hyperactivité et la Ritaline sont des lubies étasuniennes et canadiennes. Les États-Unis consomment 90% de la Ritaline produite dans le monde. La compagnie CibaGeneva Pharmaceuticals (également connue comme Ciba-Geigy Coorporation), une division de Novartis, produit la Ritaline et tente d'étendre le marché à l'Europe et au reste du monde (5).
· La Ritaline "fonctionne" en provoquant des dommages au cerveau plutôt qu'en améliorant les fonctions du cerveau. Elle fonctionne uniquement de cette manière.
· A court terme, la Ritaline inhibe la créativité et la spontanéité chez les enfants. Elle les rend plus dociles et obéissants, plus à mêmes de mener à bien des tâches monotones et ennuyeuses, telles l'étude en classe ou les travaux à domicile.
· A court terme, la Ritaline n'a pas d'effets positifs sur la psychologie de l'enfant, ses performances scolaires ou autres réalisations. Ceci a été confirmé par de nombreuses études.
· A long terme, au-delà de plusieurs semaines, la Ritaline n'a pas d'effets positifs sur aucun des aspects de la vie d'un enfant.
· Étiqueter des enfants comme hyperactifs et les traiter à la Ritaline peut limiter leurs futurs choix professionnels, et les stigmatiser à vie. Cette étiquette peut ruiner leur estime de soi et les décourager ainsi de développer leur plein potentiel.
· Il n'y a aucune preuve solide que l'hyperactivité soit une maladie organique.
· Plusieurs études confirment que des problèmes psychologiques liés à l'environnement des enfants concernés provoquent des symptômes de ce qu'on appelle l'hyperactivité.
· Il est possible qu'un petit nombre d'enfants souffrent des symptômes de l'hyperactivité en raison de troubles organiques, tels l'empoisonnement par le plomb, une intoxication médicamenteuse, l'épuisement, ou des traumatismes au cerveau. Ces facteurs organiques pourraient être plus fréquents dans les milieux défavorisés des États-Unis.
· Il n'y a aucune preuve quant à l'existence d'anomalies physiques dans le corps ou le cerveau d'enfants étiquetés comme hyperactifs. Ils ne souffrent pas de déséquilibres biochimiques.
· L'hyperactivité est un diagnostic controversé, reposant sur une base scientifique faible, voire inexistante. Un parent, enseignant ou médecin peut en toute bonne conscience refuser d'appliquer ce diagnostic à un enfant.
· Novartis dépense des millions de dollars pour vendre l'idée d'utiliser la Ritaline à des groupes de parents et à des médecins. Novartis soutient l'association CH.A.D.D. (Children and Adults with Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder) (6) et les organisations de psychiatres.
· Aux États-Unis, le département de l'éducation et l'institut national pour la santé mentale (NIMH) (7) pousse à l'utilisation de la Ritaline avec autant de vigueur que le producteur du médicament, souvent en usant de termes encore plus enthousiastes que ceux que Novartis peut se permettre sans tomber dans l'illégalité.
Notre société a institutionnalisé l'abus de médicaments parmi nos enfants. Pire: nous maltraitons nos enfants avec des médicaments au lieu de faire un effort pour mieux répondre à leurs besoins. Sur le long terme, nous donnons une très mauvaise leçon à nos enfants - que les médicaments sont une réponse à leurs problèmes émotionnels.
Le contenu du présent résumé est documenté, avec des citations extraites de la littérature scientifique, dans Talking Back to Ritalin. Le livre explique comment venir en aide sans médicaments aux enfants étiquetés hyperactifs, en déterminant leur besoins, en s'efforçant de les combler, et en améliorant leur vie à l'école et en famille.
Si vous désirez soutenir nos efforts pour faire cesser les abus en matière de médication aux enfants, et recevoir notre bulletin d'informations, nous vous invitons à rejoindre l'association "International Center for the Study of Psychiatry and Psychology", 4628 Chestnut Street, Bethesda, MD, 20814. Notre site web: www.breggin.com.
Traduit par: Schizo Anonyme. La clarté a été préférée à l'élégance du style.

P.-S: Ce texte a suscité une vive réaction de la part d'une lectrice de ce site, Marlène Wahl. Pourtant, Breggin n'est pas seul à dénoncer les effets de ce médicament. Voir cet article paru dans "L'Express", par exemple... qui a encore fait régir la même lectrice.

1Talking Back to Ritalin by Peter R. Breggin, M.D.
Available in book stores or contact Common Courage Press, P.O. Box 702, Monroe, Maine 04951. Phone: 1-800-497-3207..
2Note du traducteur: En anglais, ce trouble est désigné par: "attention deficit-hyperactivity disorder (ADHD)". En français, on écrit parfois: "Trouble hyperactif avec déficit d'attention (THADA). Mais les dénominations varient selon les médecins. Dans la présente traduction, j'ai choisi de désigner ce trouble (ou soi-disant trouble) par hyperactivité.
3Glande endocrine située sous le cerveau.
4Federal Drugs Agency (FDA).
5En Europe, l'entreprise Novartis, issue de la fusion, en 1996, de deux entreprises suisses, Ciba-Geigy et Sandoz, s'appelle simplement Novartis.
6"Enfants et adultes avec trouble hyperactif de déficit d'attention.
7" National Institute of Mental Health"
barolet
Enthousiaste
 
Message(s) : 42
Inscription : Jeu Oct 06, 2005 11:11

Re: Ritaline

Message par calande » Jeu Mars 05, 2015 20:07

Ceux parmi vous qui sont Aspies TDA/H et qui prennent de la Ritaline ont-ils une amélioration des symptômes TDA/H ? (voire Aspie peut-être ?)
Avatar de l’utilisateur
calande
Passionné
 
Message(s) : 1125
Inscription : Mar Août 19, 2014 12:31
Localisation : Nantes

Re: Ritaline

Message par aby » Mar Mars 10, 2015 13:09

Je remonte la question de Calande ; c'est une question que je me pose aussi même si je ne souhaite pas que mon fils en arrive là, un jour :(
" Etre différent, c'est normal ! "

Maman de Tom - 10 ans - diagnostiqué autiste de haut niveau "léger" en janvier 2016
aby
Passionné
 
Message(s) : 2320
Inscription : Mer Jan 07, 2015 1:17
Localisation : Pays de la Loire

Re: Ritaline

Message par calande » Mar Mars 10, 2015 14:21

Je commence le traitement après-demain...
Avatar de l’utilisateur
calande
Passionné
 
Message(s) : 1125
Inscription : Mar Août 19, 2014 12:31
Localisation : Nantes

Re: Ritaline

Message par aby » Mar Mars 10, 2015 14:33

J'espère pour toi que les effets bénéfiques te feront supporter les effets secondaires :wink:
" Etre différent, c'est normal ! "

Maman de Tom - 10 ans - diagnostiqué autiste de haut niveau "léger" en janvier 2016
aby
Passionné
 
Message(s) : 2320
Inscription : Mer Jan 07, 2015 1:17
Localisation : Pays de la Loire

Re: Ritaline

Message par Storm » Mar Mars 10, 2015 15:10

Bon courage à toi Calande pour ce traitement qui j'espère te provoquera pas d'effets secondaires trop pénibles !

Sinon quel est le nom du médicament que tu vas prendre ?
29 ans , Aspi.
Avatar de l’utilisateur
Storm
Passionné
 
Message(s) : 14618
Inscription : Mar Fév 07, 2006 20:38
Localisation : T-&-G ... et aussi dans mon monde ...

Re: Ritaline

Message par thevenet-jean » Mar Mars 10, 2015 17:17

calande a écrit :Je commence le traitement après-demain...


Il est encore temps de réagir:
Image
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion

Re: Ritaline

Message par aby » Mer Mars 11, 2015 12:16

Si tu as une méthode naturelle, efficace et simple pour remédier aux troubles de l'attention, tu peux toujours nous la faire partager :wink:
" Etre différent, c'est normal ! "

Maman de Tom - 10 ans - diagnostiqué autiste de haut niveau "léger" en janvier 2016
aby
Passionné
 
Message(s) : 2320
Inscription : Mer Jan 07, 2015 1:17
Localisation : Pays de la Loire

Re: Ritaline

Message par thevenet-jean » Mer Mars 11, 2015 13:22

j'ai essayé pendant des années de la faire admettre, mais elle se heurte à une ambivalence et sabotage généralisé que j'ai découvert s'appeller "la névrose".

Résoudre l'état "insécure" qui provoque la fuite dans l'hyperactivité, la frustration et la peur et l'hypersrutation des détails lié à tout attachement affectif en expérimentant la fusion physique, en exprimentant le fait de "se fondre dans l'AUTRE" avec confiance et autorisation... se laisser prendre dans les bras de quelqu'un avec qui on a envie de partager, et décharger peu à peu cette frustration d'avoir perdu le contact avec l'AUTRE très tôt (avant la formation du "moi").

C'est si simple...
Mais c'est compliqué à cause de l'ambivalence "sexuelle" que l'on met sur cet acte qui est une réparation totalement en dehors de tout ça.
En clair: surtout pour les hommes qui ont peur de bander dans les bras d'un ou d'une amie, la peur du coup d'être homo ou la focalisation sur la sexualité fait se détourner ou interdit d'expérimenter cela au moyen d'un magnifique sabotage fait de non-confiance et d'ambivalence, et plus ils se l'interdisent plus la honte et la peur immédiate de rejet et d'abandon fait barrage, plus le désir augmente et plus le conflit psychique augmente.
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion

Re: Ritaline

Message par calande » Mer Mars 11, 2015 14:34

Jean: l'hyperactivité est présente 24/7, donc, même quand on est tout seul, ou la nuit quand on se réveille. Je ne pense pas qu'elle soit liée aux rapport qu'on a avec autrui.
Avatar de l’utilisateur
calande
Passionné
 
Message(s) : 1125
Inscription : Mar Août 19, 2014 12:31
Localisation : Nantes

Re: Ritaline

Message par thevenet-jean » Mer Mars 11, 2015 16:55

Tu peux le croire vu l'effet que l'angoisse lié à ce type de manque provoque en continu toute la vie instant sur instant même dans le sommeil..
Ce qui est inconscient est actif en continu sans relâche, parait immuable (pour toujours).

Toute façon c'est une solution des plus simple et une réparation naturelle.
Ce qui est compliqué est d'oser quitter la honte d'avoir besoin de le faire...
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion

Re: Ritaline

Message par Mthoret » Sam Juil 23, 2016 9:30

Bonjour à tous,

Je suis tombé par hasard sur ce forum en faisant des recherches.

Et j'ai trouvé ce forum très intéressant, et je souhaiterai partager mon expérience si cela peut aider.

J'ai étais diagnostiqué hyperactif et surdoué a l'âge de 8 ans ( centre hospitalier de Périgueux à une section spéciale pour l'hyperactivité ) j'ai commencer mon traitement à la Ritaline a 10 ans par ce que l'homéopathie ne faisait pas assez.
J'ai commencer le traitement à 10mg ( donc 1 cachet de ritaline par jours ) et j'ai fini à 16 ans avec un traitement à 95mg (ritaline + concerta LP).

Ce médicament est très efficace vraiment il m'a beaucoup apporter il a pu rétablir certaine connections, et le traitement plus d'apprendre à canalisé et comprendre mon hyperactivité m'a énormément apporter pour ma vie professionnelle et personnelle aujourd'hui.

Par contre oui comme certain l'on dit je confirme bien qu'il y a des effect secondaire, sa commence par une sensation de manque ( oui en même temps c'est des amphét - et meme si ça n'a pas le meme effect sur nous que les autres gens sa en reste une drogue ), et le plus dure pour moi sa reste les tic, pareil il faut apprendre très tôt à les canalise chose pas facile, mais y a des périodes de grosse crise vraiment dure.

Mais si j'ai un conseil pour les parents, faites faire si nécessaire le traitement mais veillez vous à la médication et si nécessaire arrêtez le traitement de l'enfant quand vous voyez des nette amélioration, sa limitera les effect secondaire.
Et 2em conseil, vraiment prendre en compte que c'est tres dure pour l'enfant, il ne pence pas comme les autres, réagit pas comme les autres, et a besoin d'être constamment occuper, dessin, mécanique, sport bref il faut il s'occupe et apprenne sa l'aidera énormément.
Mthoret
 
Message(s) : 1
Inscription : Jeu Juil 21, 2016 9:10


Retour vers Asperger Médicaments et Suivi

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron