Décision en coup de tête suivi de regrets

Pour permettre aux membres d'échanger des idées ou procédures sur le théme de la communication.

Décision en coup de tête suivi de regrets

Message par Storm » Lun Oct 06, 2014 23:22

Bonsoir ici !

Est-ce qu'il vous arrive de prendre une décision immédiate en coup de tête à la suite d'une simple bricole (Genre une dispute ou un coup de colère qui éclate pour un rien et qui finit en rupture voire pire) et que vous allez regretter ensuite à froid après avoir bien réfléchi sur le problème (Genre plusieurs heures , jours ou semaines + tard) au point de revenir à votre décision et espérer que tout revienne comme avant ?

Dans mon cas c'est très souvent. :roll: Il y a des comportements dont je culpabilise parfois énormément comme par exemple la réaction imminente de mettre fin à un appel si la personne que j'ai au bout du fil se met à tousser (Oui je sais c'est débile cette satané phobie de ce bruit que je supporte pas et qui me pourrit ma vie !!!) et de me mettre en colère contre cette personne qui risque elle aussi peut se mettre en colère contre moi sans comprendre ma réaction bizarroïde , puis moi le regretter plusieurs instants + tard en rappelant cette personne et tenter d'oublier tout ça en présentant mes excuses. Et parfois ben le mal est fait et c'est trop tard ! :(

Autre exemple lorsque je suis excédé par des voisins très bruyants et je peux appeler la gendarmerie et avant que les flics arrivent sur les lieux je regrette de les avoir dérangés en les faisant déplacer pour rien au risque que je prenne cher à récolter une prune.

Voilà , et de votre côté , c'est + ou - fréquent ou intense ?

Je voudrais travailler à fond pour éviter ce genre de geste brusque qui peut en un éclair envoyer tout en l'aire et que je peux regretter pendant tout le reste de ma vie ! :!:
Dernière édition par Storm le Lun Juin 05, 2017 2:55, édité 2 fois.
29 ans , Aspi.
Avatar de l’utilisateur
Storm
Passionné
 
Message(s) : 10345
Inscription : Mar Fév 07, 2006 20:38
Localisation : T-&-G ... et aussi dans mon monde ...

Re: Décision en coup de tête suivi de regrets

Message par Kilou1984 » Dim Oct 12, 2014 20:08

Bonsoir,

Ca m'est arrivé à une période ou je dormais trop peu, je pouvais avoir plus 48 heures sans dormir.
J'étais devenu agressive, très colérique et méprisante pour 3x rien. Ça c'est vraiment l’Effet du manque de sommeil.
Certains médicaments que j'ai prie dans mon passé m'ont rendue impulsive aussi.
- Rencontre entre aspergers : Cliquez ici
Forum pour des rencontres amicales ou amoureuses classé par régions et départements. Réservé aux personnes avec autisme.
Avatar de l’utilisateur
Kilou1984
Regulier
 
Message(s) : 78
Inscription : Dim Avr 07, 2013 2:06

Re: Décision en coup de tête suivi de regrets

Message par Lebleu » Mer Mai 13, 2015 11:41

Lebleu a écrit :Bonsoir,

Encore fait une crise légitime aujourdhui, l'aide pédagogique m'enligne tout croche et je me suis fâché. On dirait que je réussis à faire avancer ma cause seulement quand je me fâche, car je peux être très incisif, j'insulte pas, mais je dis tout ce que j'ai accumulé de manière si directe que je peux démolir quelqu'un. C'est tellement vrai que l'autre n'a de choix que de se sentir misérable et tenter de se racheter, ou m'ignorer. Dans l'autre sens, je peux sortir quelqu'un de la dépression facilement de la même manière. Je suis vraiment pas de nature méchante ou agressive. Mais quand je me fâche, je me sens mal pendant des jours. Si je me fâche 2x par semaine, c'est assuré que ma semaine sera exécrable.

Des fois je me dis qu'ils le méritent, que je leur rends service en les confrontant à la réalité. D'autres fois je me dis que je réagis trop brutalement. Des fois je me considère comme un monstre qui devrait se magasiner un coeur sur e-bay.

Quelqu'un a un truc ou une logique pour gérer cette culpabilité? Car en fait, la crise est utile : elle fait vraiment avancer les situations problématiques. Et je 'l'utilise' seulement en ultime recours, quand la situation a trop d'implication sur ma vie.

Merci.


Storm a écrit :Salut ,

J'ai pu t'apporter quelques éléments de réponse dans un post publié dans le sujet de Sebajuste. En espérant que ça réponde en partie à tes questions. Mais pour être bref de mon côté j'ai horreur d'être méchant avec autrui et encore moins envers des personnes qui me sont prévieux(ses) à mes yeux et si crise il y a (et j'en ai toujours peur ) , la culpabilisation est énorme au point de me sous-estimer voire d'en finir parce que je suis une m*rdre , je vaux rien et caetera. Je travaille de moi mieux pour lutter contre de nouvelles crises de ce genre ou tout se passe bien mais une situation stressante (a cause du bruit pour moi le + souvent) et j'arrive à saturation de mon self-contrôl et hop j'explose tel un ballon de baudruche surgonflé de manière abrupte et là c'est la catastrophe ! Ensuite selon les circonstances je peux aussi vite m'en remettre que .... jamais !

Voilà mon avis !

Edit : J'avais crée un sujet du genre il y a presque 1 an visible par ici => viewtopic.php?f=80&t=5650


Regroupement de topics ça fait du ménage! J'avais jeté un oeil pour un sujet semblable, mais il y eut manque de persévérance ahah

Certains bruit m'incomode , comme quelqu'un qui tape au clavier durant un examen, ou qui parles à la bibliothèque ou au local informatique, je trouve que c'est tellement un manque de respect que je me rabaisse à leur niveau et honnêtement, j'ai du charisme quand je me mets en colère. Malgré que ce ne soit pas socialement acceptable, c'est surtout la culpabilité qui m'incommode, car la crise ne provient pas de nulle part, et c'est pas caractériel, mais vraiment un mécanisme de défense quand je ne suis plus cappable de supporter une situation désagréable. Ça reste pas mal toujours objectif, je gardes les idées claires et mes propos deumeurent pertinents. C'est vraiment la culpabilité qui m'ennuie, la culpabilité de culpabiliser je dirais même.

Au fonds, je cherche surtout à me faire dire qu'en certaines occasions, et quand c'est bien fait, c'est bien de se fâcher. J'ai été élevé dans une société judéo-chrétienne qui répugne l'aggressivité..
Lebleu
Enthousiaste
 
Message(s) : 49
Inscription : Mer Avr 01, 2015 5:45
Localisation : Dans ma bulle.

Re: Décision en coup de tête suivi de regrets

Message par Storm » Jeu Oct 08, 2015 22:27

C'est encore mon cas et ça me fait suer. :( Et en même temps avec une telle souffrance c'est pas très étonnant que face aux éléments je devienne maladroit au point de culpabiliser lorsqu'un léger mieux survient ... :roll:
29 ans , Aspi.
Avatar de l’utilisateur
Storm
Passionné
 
Message(s) : 10345
Inscription : Mar Fév 07, 2006 20:38
Localisation : T-&-G ... et aussi dans mon monde ...

Re: Décision en coup de tête suivi de regrets

Message par thevenet-jean » Ven Oct 09, 2015 7:04

Il faut rester autant que possible FRANC avec soi même, avec ce qu'on a réellement besoin.

Voici ce que mon mental calculateur peut déduire des observations et expériences passées, associées aux fondements de l'énergétique chinoise pour tenter de hacker le BUG de la conscience humaine.

Tout ce que j'écris là j'y ait un moment crut une production mentale "provisoire" associée à un processus transitoire similaire à celui par lequel vous pourriez passer.
En résumé le point clef.

la "raideur" corporelle provient d'une armure interne produite par de la tristesse accumulée: la difficulté de coordination motrice est l'expression physique des décisions hasardeuses... car "en armure" on est MALADROIT dans TOUS LES PLANS DE CONSCIENCE.

"L'armure" est associée à des problèmes d'asthme et d'excéma par symbolisme corporelle de la séparation d'une partie de SOI (de cet "enfant" qui attend encore TOUT de tout autre, pour continuer de grandir, maus TOUT autre ne peux qu'abandonner, ou rejeter cet enfant, tant il est détestable..)

Autre exemple lorsque je suis excédé par des voisins très bruyants et je peux appeler la gendarmerie et avant que les flics arrivent sur les lieux je regrette de les avoir dérangés en les faisant déplacer pour rien au risque que je prenne cher à récolter une prune.

Voilà , et de votre côté , c'est + ou - fréquent ou intense ?

En effet, c'est les gendarmes eux même qui se plaignent qu'on les dérange pour si peu, eux qui étaient venues toucher la prime des salaires augmentés dans les DOM, qui voulaient rester en "vacances" ici.
Solution: se faire un BUNKER..

LE CYCLE DES ÉMOTIONS (c'est du chinois, comprenne qui pourra)
Pour revenir à "l'armure", c'est un des blocages d'un cycle de décharge émotionnelle que l'énergétique chinoise me semble bien appréhender et qui suivrait ces étape

dans le sens négatif


frustration de joie- problèmes de coeur (feu: les "feu de l'amour", c'est vraiment une connerie et je pèse bien ce mot en sachant la signification réelle de CON et de l'enjeu qui tourne autour du CON), alors on s'isole dans "l'hystérie" au sens psychanalytique du terme, vous ne pouvez pas imaginez comme c'est CON car ça transcende l'infini connerie humaine - en découle une rumination mentale sur des problèmes virtuels qui sont hors de portée des raisonnement ou ne correspondent pas au réel ressenti: rates pancréas sont affectés (terre: on reste planté là et on ne digère pas) - de cette situation découlent des pleurs retenus car on ne va pas se ridiculiser à chialer pour des conneries pareilles, d'où un blocage de la tristesse dans les poumons qui ressort en asthme exéma (une armure, et de métal en plus, ça pèse carrément et plombe le moral) - si on touche alors aux mémoires inconscientes car enfouie, on s'arrête sur la peur de se noyer dedans (l'eau: ça fait peur, ça détruit tout, surtout en saison cyclonique), et alors, si on y parvient tout de même on apprend ce que l'on se cachait sur soi, et alors à quel point c'était con: on a gâché sa vie pour ça (pire, qu'on a pas vécu à cause de ça) on en prend du coup une forte colère confronté à la vérité de ce qu'on a appris sur soit: c'est finalement si tragique que on s'écroule d'une frustation encore plus grande, de quoi vite arriver à l'arret cardiaque: blocage du coeur, le feu de la vie s'arrête on n'en parle plus.. hop!


et dans le sens positif là où ça bloquait
joie enfin partagée, chaleur rayonnante (on attire des sources de joie autour de soi) et aptitudes d'endurance,
analyse mentale enfin juste qui fait avancer et équilibre alimentaire spontané: enfin on reste pas terre à terre (enfin on s'autorise à lâcher ça et à en pleurer)
Enfin on pleur: ces tensions lâchés on a l'acquisition de la conscience corporelle et de la sensualité et enfin on respire,
Enfin sont les mémoires retrouvées et avec résolution des problèmes de dos, de rein, l'évitement de la calvitie, peur de rien..,
Enfin la colère est exprimée en créativité et élan vital qui provoque de la joie de vivre...


Tout ces reflexes "accrochés" à des symboliques corporelles sont la source des maladies psychosomatiques (les autistes n'y échappent pas!!!), elles s'associent avec la peur de naître, la peur du changement qui résulterait de l'aveu de ce qu'on veut... réellement.
Pour ne pas se l'avouer, on a souvent construit "sa vie" et "sa personalité" dessus... il est donc difficile de débloquer le cycle des émotions.

Ce cycle des émotions m'a apparu plusieurs fois, et chez plusieurs personnes.
Il est associé à un processus de "renaissance" ou au contraire, de peur de renaissance (peur de changer)

Image
Si vous voulez voir ce que cela donne à l'échelle d'une ville, la psychologie de la population de Cilaos vaut le voyage. Pour y aller il faut passer par le Petit Serré d'abord..
"C'est pas triste"... enfin...
le paysage est beau, le climat météo correct... heureusement.
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion

Re: Décision en coup de tête suivi de regrets

Message par thevenet-jean » Ven Oct 09, 2015 19:24

Quand cela se débloque la peur laisse place à la haine en libérant une énergie terrible.

c'est bien dans l'ordre: la peur laisse place à la colère.
dans le positif, la révélation de ses mémoires inconscientes (cachées par la peur), laisse place à l'élan vital (le coté positif de la l'énergie de la colère)
en outre, au niveau de ton odeur, tu me semble plutôt fixé sur une problématique qui semble reliée à l'élément eau (la peur), et quand tu m'a rencontré, tu avais peur... ça se sentais. (peut être valait mieux pas le dire là, au cas où ça libère une énergie trop terrible...)

Image
source Jeanine Israël (pour son mémoire d'acuponcture)
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion

Re: Décision en coup de tête suivi de regrets

Message par Kimyona » Sam Oct 10, 2015 15:45

.
Kimyona
Enthousiaste
 
Message(s) : 39
Inscription : Jeu Sep 17, 2015 10:23


Retour vers Asperger et communication

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité