L'influence des mots sur la perception générale

Pour permettre aux membres d'échanger des idées ou procédures sur le théme de la communication.

L'influence des mots sur la perception générale

Message par Kardrem » Ven Sep 21, 2012 17:59

Bonjour à tous,

Ce sujet a pour vocation de récolter les différentes observations des membres sur l'utilisation du langage et son influence directe/indirecte sur les individus (sentez-vous libre d'ouvrir des topics séparés, c'est un vaste sujet).

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je commencerais en partageant une suite d'observations à la fois simples et cruciales :

- Depuis l'enfance, mes parents utilisent un vocabulaire anxiogène et des tournures de phrases négatives.

- J'ai répété ce schéma jusqu'à l'âge adulte, malgré une perception neutre des interactions directes.

- Quand il est étudié seul, le sujet est neutre. Lorsqu'il est mis en perspective avec toutes les autres données stockées dans la mémoire à long terme, le sujet prend une connotation négative.

- La négativité était perçue comme normale et référentielle.

- Suite à un entretien professionnel infructueux, grosse crise d'angoisse et grosse remise en question. J'étais obsédé par la compréhension de la situation et désespéré de ne pas comprendre quelle information me manquait.

- Après une recherche sans espoir, je suis tombé sur l'affirmation suivante :

¤ Une perception positive entraîne le bien être
¤ Une perception neutre entraîne la neutralité
¤ Une perception négative entraîne la dépression

- Blocage, calcul des données, eurêka. Qu'est ce qui est à l'origine de la perception ? la formulation de l'information. De quoi dépend la formulation de l'information ? De la perception. Cela forme une boucle redondante qui s'auto-alimente perpétuellement.

- Peut-on modifier la perception bien enfuie dans la mémoire à long terme ? Difficilement. Peut-on modifier la formulation de l'information ? Ho que oui. Tout le monde le fait tout le temps. Sauf que dans la pratique, c'est difficile. Ca demande de l'entraînement.

- En partant d'une perception négative des évènements, je me suis entraîné à formuler les évènements de manière neutre, et de manière positive lorsque c'est possible. Idem avec les souvenirs. Quand un souvenir négatif remonte, il est reformulé. Quand la formulation est adéquat, je sens une vibration agréable au niveau du plexus (me demandez pas pourquoi), et je me détend.

- Aujourd'hui j'observe mon passé et le monde actuel de façon neutre/positive. Je dors bien mieux, les crises d'angoisse sont rares, courtes, maîtrisables et la qualité de mes relations avec tout le monde est bien meilleure.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avez-vous fait des observations de cette nature ? Pouvez-vous les partager au nom du bien commun ?
Avatar de l’utilisateur
Kardrem
Passionné
 
Message(s) : 226
Inscription : Ven Juil 13, 2012 14:19
Localisation : à l'autre bout du net

Message par Kardrem » Mer Sep 26, 2012 17:56

C'était pour être généraliste et compris de tout le monde, pour être formel, je dirais :

¤ Une perception constructive entraîne le bien être
¤ Une perception neutre entraîne la neutralité
¤ Une perception non-constructive entraîne la dépression

Si on doit élargir à la pensée en image, je suis mon seul cadre de référence. Je pense (approximativement) à 70% en images et 30% en mots. Ce n'est pas représentatif de l'ensemble, donc je m'en tiens au sens premier des mots pour traduire ce concept.

Mon raisonnement est le suivant :

- Les mots sont des unités sémantiques qui véhiculent un sens.
- En fonction du sens donné, les tenants et les aboutissants changent du tout au tout.
- De la somme des aboutissants est déterminée notre vision de la situation.

- Si la situation comporte des implications constructives pour nous, on peut respirer tranquillement.
- Si la situation comporte des implications neutres, n'ayant aucun impact sur nous, on peut respirer tranquillement (et se poser la question pour les autres).
- Si la situation comporte des implications non-constructives pour nous, on peut travailler à leur résolution (ou partir en dépression).

Si quelqu'un exprime une situation avec des mots inadaptés, la "réalité" peut être biaisée. Si ça se répète dans de nombreuses situations, sur de longues durées et à différentes échelles de communication, ça peut vite déformer la "réalité" d'une population entière (un pays, une catégorie de personnes, une communauté).

A l'échelle de l'individu, ça peut lui donner l'impression que le monde est terne, alors qu'il est lumineux. Ne le souhaitant à personne, je communique une méthodologie qui fonctionne pour moi, afin que d'autres puissent en bénéficier.
Avatar de l’utilisateur
Kardrem
Passionné
 
Message(s) : 226
Inscription : Ven Juil 13, 2012 14:19
Localisation : à l'autre bout du net

Message par Kardrem » Jeu Sep 27, 2012 11:25

Peut-être faites vous un amalgame malheureux entre ce que vous connaissez du sujet et ce que j'essaie d'exprimer. Je ne me base PAS sur cette culture (commerciale) pour développer et appliquer mon idée.

Le but n'est pas de déformer la réalité, c'est justement l'inverse. Une bonne partie de mes souvenirs d'enfance étaient trop déprimants parce que je n'étais pas capable de comprendre que ce que j'avais sous les yeux. Alors que si j'avais eu plus d'informations à disposition, j'aurais pu avoir une approche plus réaliste et moins dramatique.

C'est le but de la démarche, relativiser sa vision du monde pour se sentir plus léger au quotidien. Pas de fantaisie relativiste ou de petits poneys, que des faits réalistes.
Avatar de l’utilisateur
Kardrem
Passionné
 
Message(s) : 226
Inscription : Ven Juil 13, 2012 14:19
Localisation : à l'autre bout du net

Message par Kardrem » Jeu Sep 27, 2012 12:15

C'est vrai, un exemple sera plus parlant. On va prendre un souvenir réel pour illustrer.

Quand j'étais petit, j'étais souvent mis à l'écart, rabaissé, menacé, frappé, etc. et ce durant de nombreuses années. C'était un environnement instable et stressant. Je l'ai assez mal vécu et j'ai mis du temps à m'en remettre.

Quand j'essaie de comprendre le pourquoi du comment, J'ai le choix entre 3 façons de voir la situation globale :


Premier niveau de compréhension : non-constructive :
Je me basais sur la seule explication que me fournissait la société à ce sujet : Je pensais qu'ils me faisaient ça parce que certaines personnes sont méchantes (interprétation manichéenne), mauvaises, violentes par nature.

Deuxième niveau de compréhension : neutre :
Ce sont des enfants qui chahutent un autre enfant. C'est commun, c'est un mécanisme grégaire, il y en a des milliers de personne qui vivent une situation similaire chaque jour. Ca disparait en grandissant.

Troisième niveau de compréhension : constructive :
Je connaissais les familles des gens qui me faisaient ça. Ils transmettaient beaucoup de pré-jugés et de raisonnements faciles à leurs enfants. Certains étaient relativement violents quand fatigués ou alcoolisés. Les autres enfants ne faisaient qu'exprimer l'instabilité de leur noyau familial à l'extérieur, pour se décharger psychologiquement. Ils n'étaient pour ainsi dire pas vraiment responsables, dans la mesure ou ils ne comprenaient pas pourquoi ils faisaient ce qu'ils faisaient.

Visualiser ça me permet de reconsidérer les choses de manière plus posée, et de me questionner sur les raisons logiques qui entraînent ce type de comportement.

Quand j'étais enfant, je n'avais pas ce qu'il fallait pour voir les choses sous cet angle. Avec le recul et plus de données sociales en stock, je suis capable d'identifier ce type de mécanismes plus facilement, et de relativiser plus facilement. C'est un acquis sur la base de l'observation.
Avatar de l’utilisateur
Kardrem
Passionné
 
Message(s) : 226
Inscription : Ven Juil 13, 2012 14:19
Localisation : à l'autre bout du net

Message par Kardrem » Jeu Sep 27, 2012 13:00

danielt a écrit :Cette attitude n'a rien de constructif car tu n'évoques aucun moyen comment contenir ces personnes hostiles. L'explication ou le sens de leur comportement ne servent à rien s'ils ne te permettent pas d'agir.


Ca me permet d'agir aujourd'hui, pour désamorcer les situations de conflit. J'aurais mis 25 ans à apprendre, mais maintenant je suis peinard et je n'ai plus peur des gens.

danielt a écrit :La notion de la responsabilité fait partie de la rhétorique neurotypique, de même que le fait qu'une personne sait ou elle ne sait pas ce qu'elle fait. Tout cela n'est qu'une langue de bois. La seule chose qui est réelle sont les faits et que les faits. Tout le reste n'est qu'une illusion sans intérêt, une construction mentale sans lien avec la réalité.


Je l'ai vérifié auprès des personnes concernées en 2011. C'était un mélange de comportement grégaire, de frustration et de manque d'éducation verbale. C'est des mecs sympas dans le fond.
Avatar de l’utilisateur
Kardrem
Passionné
 
Message(s) : 226
Inscription : Ven Juil 13, 2012 14:19
Localisation : à l'autre bout du net

Message par Kardrem » Jeu Sep 27, 2012 13:11

Ca arrive toujours, mais maintenant je sais quoi faire et comment le faire. J'ai pratiqué pendant 2 ans le métier de téléconseiller. Les agressions verbales et les erreurs de communication sont courantes. C'est grâce à ce travail que j'ai appris à identifier les structures linguistiques et à les gérer.

C'est pas de la magie, le langage c'est des maths.
Avatar de l’utilisateur
Kardrem
Passionné
 
Message(s) : 226
Inscription : Ven Juil 13, 2012 14:19
Localisation : à l'autre bout du net

Message par Amarnis » Jeu Sep 27, 2012 13:42

danielt a écrit :
Kardrem a écrit :Troisième niveau de compréhension : constructive :
Je connaissais les familles des gens qui me faisaient ça. Ils transmettaient beaucoup de pré-jugés et de raisonnements faciles à leurs enfants. Certains étaient relativement violents quand fatigués ou alcoolisés. Les autres enfants ne faisaient qu'exprimer l'instabilité de leur noyau familial à l'extérieur, pour se décharger psychologiquement. Ils n'étaient pour ainsi dire pas vraiment responsables, dans la mesure ou ils ne comprenaient pas pourquoi ils faisaient ce qu'ils faisaient.

Cette attitude n'a rien de constructif car tu n'évoques aucun moyen comment contenir ces personnes hostiles. L'explication ou le sens de leur comportement ne servent à rien s'ils ne te permettent pas d'agir.

La notion de la responsabilité fait partie de la rhétorique neurotypique, de même que le fait qu'une personne sait ou elle ne sait pas ce qu'elle fait. Tout cela n'est qu'une langue de bois. La seule chose qui est réelle sont les faits et que les faits. Tout le reste n'est qu'une illusion sans intérêt, une construction mentale sans lien avec la réalité.

Kardem à simplement parler de compréhension et il a parfaitement raison. C'est une très bonne attitude que de comprendre le fonctionnement des NTs, après que faire c'est effectivement un autre sujet. Mais tous commence par comprendre.
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Message par Amarnis » Jeu Sep 27, 2012 14:23

danielt a écrit :
Amarnis a écrit :Kardem à simplement parler de compréhension et il a parfaitement raison. C'est une très bonne attitude que de comprendre le fonctionnement des NTs, après que faire c'est effectivement un autre sujet. Mais tous commence par comprendre.

Sauf que la difficulté principale pour un aspie est son incapacité d'agir correctement et pas son incapacité de comprendre ce qui se passe. Tous ces conseils ne sont adaptés qu'aux personnes qui n'ont pas de difficultés autistiques et ils ne concernent pas le cœur des problèmes d'un aspie.

Il est vrai qu'un aspie peut avoir les mêmes problèmes qu'un NT mais ces problèmes communs avec les NTs ne sont pas au cœur de nos préoccupations sur ce forum.

Là encore je ne te suis pas pas, il n'y a pas incapacité à agir, nombres d'aspie en sont la preuve vivante (intégré, marié, ect). Une fois passé par la compréhension, l'aspie peut s'adapter, il ne brillera probablement pas mais il peut honnêtement s'en sortir. Pourquoi nous voir aussi structurellement incapable ? Cela ressemble à un enfermement :cry:
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Message par Amarnis » Jeu Sep 27, 2012 14:51

danielt a écrit : Un aspie qui sait influencer les autres donc agir n'est pas vraiment aspie. Il peut en avoir l'apparence à première vue mais il n'en est pas un.


Une nouvelle fois tu projettes ta manière de voir comme une vérité suprême. De nombreux aspies ont appris à influencer le monde à leur manière.
Je suis indéniablement aspie et je peux agir donc il n'y a rien de contradictoire. Ta théorie est enfermante et non fondée, mon seul contre-exemple, la fait s'effondrer.
A moins que tu ne te crois autoriser à décerner des diplômes d'aspie il va falloir que tu admettes que tes idées n'englobent pas tous les aspies.
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Message par Kardrem » Jeu Sep 27, 2012 14:54

danielt a écrit :Il y a pourtant un problème : les solutions pour résoudre des problèmes des NTs ne sont pas souvent adaptées pour les aspies. Elles constituent souvent une impasse ou même une fausse route pour les aspies. C'est pourquoi il vaut mieux ne pas mélanger ces méthodes avec des méthodes adaptées à nous.


Deux possibilités dans ce cas :

- Soit je suis un NT qui se prend pour un SA. Auquel cas la méthodologie n'est pas adaptée et ne représente qu'un (relatif) mode d'emploi supplémentaire dans la compréhension des NT.

- Soit je suis un SA qui a passé beaucoup de temps à comprendre et à observer les NT (comme un anthropologue/linguiste), pour qui ce type de méthodologie porte ses fruits, parce que son positionnement sur le spectre autistique lui permet d'accéder à la mise en relation des deux modes de fonctionnement.
Avatar de l’utilisateur
Kardrem
Passionné
 
Message(s) : 226
Inscription : Ven Juil 13, 2012 14:19
Localisation : à l'autre bout du net

Message par Amarnis » Jeu Sep 27, 2012 14:58

Kardrem a écrit :Deux possibilités dans ce cas :

- Soit je suis un NT qui se prend pour un SA. Auquel cas la méthodologie n'est pas adaptée et ne représente qu'un (relatif) mode d'emploi supplémentaire dans la compréhension des NT.

- Soit je suis un SA qui a passé beaucoup de temps à comprendre et à observer les NT (comme un anthropologue/linguiste), pour qui ce type de méthodologie porte ses fruits, parce que sont positionnement sur le spectre autistique lui permet d'accéder à la mise en relation des deux modes de fonctionnement.


Bravo Kardem et oui tu peux être aspie et répondre à ta deuxième possibilité. C'est exactement mon cas et je crois que d'autres peuvent faire de même.
Nous ne sommes pas des incapables, bien au contraire, à l'étranger ou dans des situations exceptionnelles je m'adapte beaucoup plus vite qu'un NT, j'ai tellement l'habitude de devoir toujours m'adapter que s'en est devenu un vrai talent. Sais-tu que des aspies peuvent devenir des acteurs remarquables à force d'apprendre à mimer ?
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Message par Kardrem » Jeu Sep 27, 2012 15:12

Amarnis a écrit :Sais-tu que des aspies peuvent devenir des acteurs remarquables à force d'apprendre à mimer ?


Je l'ignorais. Ca doit demander une connaissance importante de la liste des "stimuli>réponse" existants, et des connaissances pointues en psychologie. Merci de l'info.

Y-a-t-il des acteurs SA dont on peut observer les performances ?
Avatar de l’utilisateur
Kardrem
Passionné
 
Message(s) : 226
Inscription : Ven Juil 13, 2012 14:19
Localisation : à l'autre bout du net

Suivant

Retour vers Asperger et communication

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron