Asperger et compétition

Un forum où l'on parle des points forts et des réussites chez les Aspergers.
Si vous avez des enfants qui ont réussi leur brevet, leur bac ou plus, n'hésitez pas à nous faire part de vos témoignages.

Asperger et compétition

Message par écho » Ven Oct 05, 2012 18:56

Bonjour,

Pour ma part, j'ai toujours eu des difficultés dans les situations de compétition, d'émulation ou de concurrence. Ce n'est pas la peur d'affronter l'autre, ni de perdre, c'est que je ne sais pas comment aborder la situation.
De ce fait, j'ai toujours évité ces situations, ce qui devient compliqué dans notre société d'aujourd'hui fondée sur la compétition.
Eprouvez-vous cette même difficulté ?
écho
 
Message(s) : 7
Inscription : Sam Août 04, 2012 11:33
Localisation : France

Message par Kardrem » Ven Oct 05, 2012 19:08

Ce n'est pas la peur d'affronter l'autre, ni de perdre, c'est que je ne sais pas comment aborder la situation.


Se concentrer sur l'activité et ignorer l'autre.

Eprouvez-vous cette même difficulté ?


Oui
Avatar de l’utilisateur
Kardrem
Passionné
 
Message(s) : 226
Inscription : Ven Juil 13, 2012 14:19
Localisation : à l'autre bout du net

Re: Asperger et compétition

Message par Amarnis » Ven Oct 05, 2012 19:25

écho a écrit :Bonjour,

Pour ma part, j'ai toujours eu des difficultés dans les situations de compétition, d'émulation ou de concurrence. Ce n'est pas la peur d'affronter l'autre, ni de perdre, c'est que je ne sais pas comment aborder la situation.
De ce fait, j'ai toujours évité ces situations, ce qui devient compliqué dans notre société d'aujourd'hui fondée sur la compétition.
Eprouvez-vous cette même difficulté ?

J'adore la compétition, le sujet le plus objectif, je suis un gros compétiteur dans tous les domaines et je me dépasse régulièrement.
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Re: Asperger et compétition

Message par Amarnis » Ven Oct 05, 2012 19:38

n0x a écrit :
Amarnis a écrit :Je me dépasse régulièrement.

C'est vrai tu te dépasses toi-même ? Et quand tu t'observes ça provoque la décohérence parfois ? Je plaisante. :lol:

:lol:
Pour être moins sujet aux gentils moquerie je précise : j'adorais l'athlétisme parce que je me battais contre moi en essayant dans tirer le meilleur et ça quelque soit la place, si j'avais battu mon record j'étais satisfait.
Sinon mon coté compétiteur est sûrement très structurant :roll:
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Re: Asperger et compétition

Message par Manex » Ven Oct 05, 2012 19:50

écho a écrit :Bonjour,

Pour ma part, j'ai toujours eu des difficultés dans les situations de compétition, d'émulation ou de concurrence. Ce n'est pas la peur d'affronter l'autre, ni de perdre, c'est que je ne sais pas comment aborder la situation.
De ce fait, j'ai toujours évité ces situations, ce qui devient compliqué dans notre société d'aujourd'hui fondée sur la compétition.
Eprouvez-vous cette même difficulté ?


Faut pas penser a la compétition quand tu est avec les autres, sinon tu te stress et tu fais mal les choses.
Dans une situation comme ça le mieux est de faire le vide autour de toi, moins tu préoccupe de ce qui se passe autour de toi plus tu est concentré et plus tu réussie.
Les meilleurs champions olympiques font comme ça.

PS : Amarnis : pas de nouvelles de toi veut tu mon mail ? ou mon tel ?
Avatar de l’utilisateur
Manex
Passionné
 
Message(s) : 720
Inscription : Lun Mai 28, 2012 18:22
Localisation : Mulhouse

Re: Asperger et compétition

Message par écho » Lun Oct 08, 2012 12:35

Amarnis a écrit :J'adore la compétition, le sujet le plus objectif, je suis un gros compétiteur dans tous les domaines et je me dépasse régulièrement.


@ Amarnis :

Je crois qu’il y a confusion. Je ne parle pas de performance (sportive ou autre) ni d’excellence dans un domaine, ce qui me convient tout à fait. Je parle seulement de la relation aux autres lorsque je suis mis en situation de compétition ou de concurrence.
écho
 
Message(s) : 7
Inscription : Sam Août 04, 2012 11:33
Localisation : France

Re: Asperger et compétition

Message par écho » Lun Oct 08, 2012 12:36

Manex a écrit :Faut pas penser a la compétition quand tu est avec les autres, sinon tu te stress et tu fais mal les choses.
Dans une situation comme ça le mieux est de faire le vide autour de toi, moins tu préoccupe de ce qui se passe autour de toi plus tu est concentré et plus tu réussie.
Les meilleurs champions olympiques font comme ça.


@Manex

Je ne suis pas en demande d’aide, néanmoins je te remercie.
Depuis le temps, sans savoir que j’étais SA, je gère ces problèmes avec satisfaction. En situation de compétition ou de concurrence, j’ai plusieurs possibilités. Soit j’essaie d’être le meilleur, ce qui m’est arrivé à plusieurs reprises. Dans ce cas, je n’éprouve pas le plaisir du gagnant vis à vis des autres, mais plutôt la sérénité de celui qui n’a plus à justifier sa position vis à vis des autres. Je peux également, par exemple lorsqu’on attends quelque chose de chaque membre d’un groupe (situation de travail), aborder la question d’une façon inattendue propre à me distinguer des autres et à impressionner éventuellement l’évaluateur. Lorsque je suis amené à créer uenactivité, je choisis de préférence un domaine très pointu, dans lequel je rencontre peu de concurrent. Enfin il m’arrive de faire le dos rond et de travailler discrètement, seul.
Ce n’est pas par peur d’affronter qui que ce soit, je ne manque pas de courage lorsque cela est nécessaire. mais c’est surtout parce que je maitrise pas les codes de la concurrence. C’est une situation qui me trouble, dans laquelle je me sens mal à l’aise. J’évite donc de me trouver dans ces situations.
Je voulais juste savoir si d’autres aspis éprouvaient ce même trouble.
écho
 
Message(s) : 7
Inscription : Sam Août 04, 2012 11:33
Localisation : France

Re: Asperger et compétition

Message par FemmeAspie » Mar Juil 09, 2013 7:17

J'ai tjrs été tres competitive. Faut tjrs que je sois la meilleure :P . Une ancienne collegue m'en avait fait la 'remarque'.

Bon j'ai beaucoup moins l'occasion maintenant d'etre confrontée a des situations avec compétition.
Femme Aspie diagnostiquée d'un certain age
FemmeAspie
Enthousiaste
 
Message(s) : 33
Inscription : Jeu Juin 27, 2013 7:37
Localisation : Planète Terre

Re: Asperger et compétition

Message par Wise » Sam Avr 19, 2014 2:18

Si la compétition, nécessite : de la détermination, de la persévérence, de l'acharnement, de la force, de l'énergie...

alors je suis éliminé à tous les coups.
impossible de m'imposer.
je perds à tous les coups.

je trouve ça injuste.
pourquoi valoriser et récompenser la force ?

je suis faible.
mais brillant.
je pourrais être tres utile...
actuellement je suis exclu de la société, je ne joue aucun rôle, et vis dans la misère.
Avatar de l’utilisateur
Wise
Regulier
 
Message(s) : 83
Inscription : Jeu Jan 31, 2013 0:33
Localisation : 30

Re: Asperger et compétition

Message par Jhaal » Dim Avr 20, 2014 22:27

je n'aime pas la compétition.
Non pas parce-que j'échoue systématiquement, mais à cause de l'état d'esprit que ça induit.
Cet état d'esprit me met dans un état de stress que je supporte mal et je m'en préserve.
Je m'en préserve d'ailleurs en me mettant en position d'échouer, en n'entrant pas en compétition.
Si on me propose une course de natation par exemple, alors que je suis un très bon nageur, je vais faire exprès de laisser les autres se battre pour gagner et moi je nagerais tranquille derrière sans aucun effort pour faire même mine de participer.
Lorsque j'ai pratiqué le kung fu, je le pratiquais à la manière traditionnelle chinoise c'est à dire sans compétition. Le seul point de référence c'était soit même, pas les autres.
L'idée de vaincre m'est désagréable.

Lorsque malgré tout je me retrouve en situation de devoir me mesurer à quelqu'un (dans un jeu par exemple), si je gagne, je suis d'un humilité extrême et je n'en tire aucune fierté. Si je perd je n'en tire aucune rancoeur ni amertume. Ça m'est complètement égal. Pour autant, le moment de "lutte" m'est désagréable.

Dans un autre aspect de la vie, par exemple pour les sentiments, je ne livre pas de combat. je suis prévenant et attentionné, mais si une femme me dit qu'elle ne veut pas, je n'insisterais jamais. Je ne chercherais jamais a convaincre.
Et si jamais je me retrouvais en concurrence avec un autre mâle, je me retirerais avant même que la lutte ait commencé.

Pour autant, contrairement à toi Wise, je ne considère, bizarrement, pas ça comme une faiblesse.
Il y a des combats que je ne livre pas.
Je me battrais si on cherche à me blesser volontairement ou bien je me battrais contre moi même pour m'améliorer.
Mais je ne me battrais jamais pour me mesurer aux autres ou pour me faire valoir auprès d'eux. Je n'en vois pas l'intérêt et je n'en tire que du stress.
Avatar de l’utilisateur
Jhaal
Passionné
 
Message(s) : 1656
Inscription : Mer Déc 19, 2012 11:52
Localisation : limousin

Re: Asperger et compétition

Message par Klopmann » Sam Nov 01, 2014 2:50

Pour repondre a ce probleme de competition, ma reponse est simple:je n'ai aucun gout pour ce type de relation avec les
autres.La competition releve a mon sens de la hierarchie pyramidale.Le gagnant devient le sommet et les autres la base.
C'est une histoire de chef deguisee.En plus, je m'aime pas les hierarchies et j'aurais tendance a les combattre.Ce qui est
amusant c'est que le gagnant (?) a besoin des autres pour gagner, car sans cela il penserait ne pas avoir gagne.La seule
vraie competition c'est bien sur avec soi meme.Le reste pour moi manque beaucoup d'interet.Je me souviens d'un bon
mot sur la competion."il aime si peu la competition, que s'il partait seul dans une course (a pieds) il serait capable
d'arriver deuxieme.Cette phrase resume bien ce que je pense de la competition.
Klopmann
 
Message(s) : 2
Inscription : Mer Oct 22, 2014 0:17

Re: Asperger et compétition

Message par thevenet-jean » Sam Nov 01, 2014 8:06

la compétition est une canalisation de la perversion névrotique de l'enneatype 3
Le noyau affectif de cette maladie est la psychopathie (tuer l'autre pour vaincre). Vous aurez bien du mal à avoir une relation épanouie avec un athlète.
L'athlète en performance sportive n'est qu'un aspect de cette structure.

L'égo est construit sur ne pas pouvoir être aimé pour ce que l'on est (pas le droit d'être VRAI en tant que être incarné en recherche de protection, de jouissance et de sensualité dans les câlins et le contact fusionel avec QUI fait exister: ses parents, ses copains d'enfance, ses amis, ses frères et seours..)

La structure de remplacement du déni de sensualité affective est de se faire aimer pour
- sa performance sexuelle qui compense le manque de plaisir de vivre (comme la sensualité profonde n'y est pas il faut à long terme du viagra, quand l'usage des fantasmes acquis par formatage intellectuel est épuisé). Cela demande une fonction peu accessible aux autiste: ressentir ce qui est imaginé: c'est une sexualité simulée à soi... en vérité le désir profond est tourné vers un désir de refaire une naissance à la vie, et il peut y avoir un blocage (se sentir avec sa meuf comme avec MAMAN affectivement pour finir de grandir comme un enfant non achevé, en même temps que faire l'inceste sexuel en voulant la "niquer" pour ÊTRE UN HOMME)

Cette sexualité sans sensualité profonde, coupable et frustrée mène à la relation hystérique (insatisfaction profonde) et à détruire l'autre en projetant sa souffrance sur l'autre, pour le tuer et vaincre de ce mauvais de soi qu'on a projeté: celç se traduit parfois par un meurtre, dans les cas graves.

Fondamentalement pourri jusqu'au cellule (c'est ce que l'égo croît), on se fait donc aimer pour:

- sa performance sportive OU sexuelle (l'un prenant l'énergie de l'autre)

- sa performance économique (remonter les entreprises, concurrence, commerce..)

- sa performance transposée dans un moteur (voiture puissante)

la maladie somatique est centrée autour des problèmes d'infarctus, généralement cardiaques. Il est fréquent d'avoir du versicolor sur la peau.

Il y a une tendance au suicide et au sports "extrêmes" pour chercher cette sensualité déficiente dans le bonheur de vivre

en voici un exemple (les 3 y ont eu droit je crois), et l'espérance de vie est de 6 ans.

http://cilaos-mon-amour.com/cilaos/lien ... lants.html

Le slogan est
"TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS"... avec un esprit guerrier: "se battre", contre soi même d'abord.. tuer cette partie de soi faible qui est encore, au fond, un enfant en devenant une machine de guerre.. un terminator qui joue un rôle dans une vie non authentique selon la devise de PAPA.
Cet état d'esprit est l'esprit guerrier actuellement ruineur de planète en tant que guerre tout court ou guerre économique...

PAROLES DE PÈRE

Apprend à faire tomber les femmes à condition de ne pas en dépendre, c'est une activité formatrice, ça t'obligera à développer une certaine maîtrise de toi... Attention: si tu arrives à tomber une femme tu t'en décolles et tu passes à la suivante..

N'oublie pas, tu es un acteur qui ne pleure jamais, sinon regarde Terminator 2 aussi souvent que nécessaire... comme il y a chez toi une tendance à réfléchir comme un ordinateur ce rôle te va très bien.

L'homme est synthétique, rempli, complet et n'a pas besoin d'analyse, ça c'est bon pour les femmes et leur communication à 99% futile.


Si un athlète vous ouvre son coeur, c'est en fait un yogi. Le sport peut être converti de la performance vers la recherche de soi, dans des perceptions qu'on rencontre dans l'effort physique qui se transforme si on le fait en s'aimant soi tout en se détachant de l'objectif (surtout, ne plus chercher à gagner mais à se faire plaisir: laisser partir le peloton pour renifler une fleur, aller se baigner dans la rivière, ou faire des photos), ce qui est différent (ce n'est plus de la compétition mais une recherche de plaisir et de sensualité profonde dans de l'activité physique jamais maximale, avec une recherche de plaisir de vivre, mais tout de même un bon niveau de performance, souvent au dessus des athlètes amateurs, par ce que l'activité physique à un niveau sous maximal en contact avec ses perceptions fait faire très facilement les plus grands progrès: la condition physique obtenue est facilement en puissance disponible, en endurance, pour un temps égal, 80 à 90% de la puissance en endurance des grands athlètes professionels, sans forcer.)
* en endurance = effort non pénible mais efficace comme celui à faire pour aller vite et loin sans se crever


Voilà ce que je croît pertinent à propos de la compétition.
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion


Retour vers Asperger et Réussite

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron