Scolarité : le parcours du combattant

Asperger, Scolarisation et Suivi

Scolarité : le parcours du combattant

Message par benk » Jeu Jan 03, 2008 12:09

Bonjour, je vais essayer de résumer notre parcours et celui de notre fille depuis qu'elle est scolarisée.
Louise est entrée à l'école maternelle à l'âge de 3ans1/2. Avant cela, elle éveillait la curiosité de certains de nos proches ainsi que de sa nounou. Peu communicative, elle commença son apprentissage de la lecture à l'âge de 3 ans. Son plus grand plaisir étant les abécédaires, les bottins téléphoniques et déchiffrer les plaques d'immatriculation. Louise est notre premier enfant. Difficile donc pour nous de voir que ce comportement ne correspondait pas à la norme. Toutefois, nous avions fait suivre notre fille dés son plus jeune âge pour des troubles du sommeil. A chaque grand évènement de sa vie (naissance de sa petite soeur, déménagement, entrée à l'école), nous retournions consulter car Louise n'arrivait pas à faire face.
Mais le plus grand choque a été incontestablement son entrée à l'école maternelle. Alors qu'elle dessinait sans problème les bonshommes, qu'elle déchiffrait de mieux en mieux les mots et même les prénoms de ses camarades, tout s'est arrêté. Petit à petit, elle a stoppé son apprentissage de la lecture, n'a plus su dessiner un bonhomme, et s'est mise à développer des phobies. Elle allait mal, très mal. Très vite, nous avons sollicité l'aide du CMPP qui lui a proposé d'intégrer un groupe d'enfants trois fois par semaine sur le temps scolaire. Son institutrice était perdue. Elle a préféré la laisser faire à sa guise. L'exclure en quelque sorte. Heureusement, son entrée en moyenne section a pu se faire car l'institutrice qui l'accueillait souhaitait relever le défit. Son objectif étant de permettre à Louise de se sentir bien à l'école. Pour cela, elle a proposé de la maintenir en moyenne section l'année suivante. A l'époque, il n'y avait pas d'AVS mais des aides éducateurs. L'école a eu l'intelligence de consacrer une partie du service de l'aide éducateur à Louise. Elle s'est mise à progresser rapidement.
En fin de grande section, tout le monde s'accordait à dire que louise devait entrer au CP comme ses camarades. Seulement, 1 mois avant la fin de l'année scolaire, la psychologue scolaire nous annonce qu'aucun enseignant ne souhaite avoir dans sa classe la présence d'un aide éducateur pour louise. Elle nous propose alors une place en CLIS. Horrifiés par la réaction des enseignants, nous refusons. Une enseignante se dévoue et permet à Louise d'entrer normalement au CP. Sa scolarité se passe bien jusqu'à son entrée en 6eme. Alors qu'elle bénéficiait depuis le CM1 d'une AVS, elle fera sa 6eme pratiquement toute seule. Les emplois d'AVS étant particulièrement précaires, la première personne qui est arrivée à la fin du premier trimestre, a quitté son poste au début du deuxième trimestre. C'est seulement au troisième trimestre qu'une personne a été recrutée. Malgré tout, Louise s'en sort plutôt pas mal. Sa plus grande difficulté étant les autres et leurs moqueries. Nous réalisons à quel point c'est une souffrance pour elle.
Cette année, Louise est entrée en 5eme accompagnée de son AVS. Mais Louise a changé ces derniers mois, elle est entrée dans l'adolescence. Elle refuse de travailler, elle nous manipule en nous faisant croire que son travail a été fait avec son AVS sur les temps de permanence et elle se sert de son AVS comme de sa secrétaire particulière. Comme cette dernière n'a aucune formation et qu'elle ne sait pas comment s'y prendre avec louise qui je l'avoue peut être fort désagréable, elle prend note de tous les cours à sa place et rattrape même ceux que louise n'a pas pris la peine de prendre lorsqu'elle n'est pas accompagnée. Ses résultats baissent dangereusement et son même catastrophiques dans certaines matières. Nous sommes conscients que l'enseignement tel qu'il est n'est pas adapté mais nous pensons qu'il y a des moyens de le rendre accessible avec de la volonté. Louise a besoin de "reformulation" pour décrypter les consignes qu'elle ne comprend pas. Les enseignants sont un peu désemparés et ne savent pas comment s'y prendre. Nous, nous sommes très inquiets pour son avenir. On a un peu l'impression d'être arrivés au terminus, que sa course à l'école s'arrête là.
Comment pouvons-nous l'aider ? Que faire ?
benk
 

Message par Veronique1 » Lun Jan 07, 2008 1:38

Bonjour,

Vous pourriez dans un premier temps demander un changement d'avs. Je suppose que si les resultats de votre fille baisse, on va vous proposer une orientation, je pense qu'il faudra vous y opposer, en argumentant, qu'une avs non formée ne peut pas vraiment aider votre fille, car meme si les résultats ne suivent pas, son cerveau enregistre ce qui se passe en classe. Quelles sont les relations avec l'école ?
Essayez de voir s'il existe dans votre région des groupes de socialisation, n'attendez pas car si votre fille entre en période d'adolescence, elle risque de ne pas en voir l'interet, et cela peut beaucoup l'aider.
Que s'est il passé avec le cmpp ?
Ne baissez pas les bras, courage !
Pour les moqueries, il faut apprendre à votre fille des réponses, et travailler avec elle la dessus. Ne pas hesiter à aller trouver les personnes malvaillantes et leur demander des explications si cela va trop loin. Il y a des tas de choses à tenter. N'hesitez pas à revenir sur le forum, ou à appeler Elaine. A bientot Véronique
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par benk » Lun Jan 07, 2008 10:31

Bonjour et merci de m'avoir lu et répondu.
Pour ce qui est du changement d'AVS, j'ai peur que ce ne soit un peu compliqué. Il a déjà été tellement difficile d'avoir quelqu'un que nous sommes considérés comme des privilégiés. Je suis absolument certaine que notre demande serait accueillie avec beaucoup d'indignation. De plus, la fonction d'AVS n'est malheureusement pas un métier en soi et de ce fait, tomber sur une personne vraiment compétente, relève du petit bonheur la chance.
En effet, on commence déjà à parler d'orientation, ce qui me terrifie. Je n'imagine pas du tout ma fille dans un lycée professionnel, dans une section qu'elle n'aura pas choisie. En même temps, ses résultats ne permettront pas un passage en seconde générale. Il faut minimum 13 de moyenne générale.
En ce qui concerne les relations avec l'école, je dois dire qu'elles sont plutôt bonnes (pour le moment). C'est la principale adjointe qui est en charge du suivi et je dois dire qu'elle le fait avec beaucoup d'attention. En revanche, les relations sont assez conflictuelles avec les profs. Pas tellement entre nous et eux car nous faisons en sorte d'arrondir les angles mais entre eux et la principale adjointe et le CPE qui connait mieux ma fille que ses professeurs. En fait, pour une fois ils doivent remettre en question leur fonctionnement et ça les dérange énormément. Certains sont pour alléger les contrôles de Louise, d'autres ne sont pas d'accord. Certains interdisent à Louise de sortir ses magasines en classe, d'autres ne disent rien et la laissent ainsi s'évader. Toutefois, l'équipe enseignante a décidé de se réunir pour harmoniser ses pratiques et avoir ainsi une attitude cohérente vis à vis de notre enfant.
Concernant le CMPP, je n'ai pas précisé que cela se passait en région parisienne et que nous avons arrêté de nous y rendre lorsque nous avons déménagé dans la région toulousaine. C'est pourquoi Louise est dorénavant suivie par le CMP. Nous devons rencontrer prochainement le nouveau médecin psychiatre du CMP. Je lui parlerai des groupes de socialisation. Qui est Elaine et comment puis-je la contacter ?
Merci pour tout.
benk
 

Message par Veronique1 » Lun Jan 07, 2008 23:07

Bonsoir,

Je connais malheureusement bien le problème des avs, vous devez vous concentrer sur le but à atteindre et non sur comment sera accueillie votre demande, ce ne sont pas ces personnes qui ont la mission de conduire un enfant vers la vie d'adulte, c'est vous. Il n'y a pas d'avs compétentes car elles ne sont pas formées, mais chaque personne réagit differement avec tel ou tel accompagnement, d'autant plus un SA qui est très sensible, ce que je veux dire c'est que les qualités humaines de la personne, son intelligence, sa volonté etc... sont aussi très importantes.
Vous avez le droit de vous opposer à une orientation, et avez quelques ressources, nous pouvons en reparler. Quand au cmp, je vous conseille de fuir ce type de structure qui n'est d'aucune utilité pour votre fille.
Elaine est la présidente d'Aspergeraide, son numero est sur la page d'accueil du site.
A très bientot,
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par benk » Jeu Fév 07, 2008 10:01

Bonjour, j'ai contacté Elaine qui m'a bien aidée. J'ai acheté et lu le livre de Tony Attwood qu'elle m'avait conseillé et à mon tour je le conseille vivement aux parents concernés par cette maladie. J'ai vraiment appris des choses. J'ai proposé de le prêter à l'AVS de ma fille dans l'espoir que ça l'aide elle aussi dans son travail avec Louise. Merci de vos conseils ils ont été précieux.
Bonne journée à tous.
benk
 

Message par Veronique1 » Dim Fév 10, 2008 20:30

Bonjour,

Le SA n'est pas une maladie, mais une façon differente de fonctionner.
Nous naissons avec le SA, nous mourrons avec le SA. Une maladie s'attrape, se soigne ou non, pas le SA.
N'hesitez pas à revenir donner des nouvelles !
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne


Retour vers Asperger, Scolarisation et Suivi

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron