Votre avis sur les activités médico-sociales

Les difficultés pour trouver un travail et les relations avec nos collègues.

Votre avis sur les activités médico-sociales

Message par Kardrem » Mer Fév 06, 2013 8:19

Bonjour,

pour poser le décors, j'ai 25 ans, quelques années d'expérience en centre d'appel et diverses activités intérimaires purement physiques, et ai pour objectif sur le long terme de concevoir des jeux vidéos afin d'assurer la transmission de connaissances (psychologie, philosophie, biologie et d'autres matières) au plus grand nombre. Je pense être opérationnel dans cette activité d'ici une vingtaine d'années.

Le fait est que le travail en centre d'appel n'est pas gratifiant à titre personnel. C'est généralement extrêmement redondant, les échanges sont très surfaits (voir malsains) et le sentiment d'utilité fonctionnelle (à comprendre à l'échelle de l'espèce) est inexistant.

Je viens d'avoir une idée qui, aux vues de mon vécu, me semble adaptée afin d'y trouver mon compte en terme d'activité professionnelle. En effet, malgré mon incapacité latente à ressentir les émotions d'autrui, j'ai toujours eu une forte prédisposition à aider autrui. Je comprend très bien les tenants et les aboutissants qui permettent l'amélioration de l'état (psychologique ou physique) d'une personne. Cela me donne une gratification immédiate très importante et me rend heureux.

Et ce matin, désespérant de trouver du travail en centre d'appel pour la énième fois, sans ressource financière, revenu à mon état de dépendance au foyer de mes parents, je me suis demandé : à quoi bon me fatiguer à pratiquer un métier que je n'aime pas pour me nourrir, alors que je pourrais en pratiquer un facile d'accès, rentable et qui me donnerait pleine satisfaction tout au long de ma vie.

Je me suis renseigné sur le net, et il semble que je puisse me former au métier d'aide soignant assez rapidement et facilement. Ce n'est pas nécessairement une activité à laquelle je me pré-disposais, et pour laquelle j'avais une envie particulière, mais au final, c'est peut-être l'une des activités professionnelles qui m'apporterait le plus de gratification et de stabilité émotionnelle (à comprendre un flot de dopamine constant et une absence d'anxiété).

La grosse question que je me pose, c'est de savoir si mon absence de réciprocité émotionnelle serait un frein ou au contraire un moteur professionnel. Je peux me forcer à être expressif si le but est de rassurer une personne qui a peur (là aussi ça peut-être gênant, faut pouvoir déceler la peur), et être à la fois parfaitement efficace du fait de mon détachement émotionnel (comme un médecin).

Alors à votre avis ? Frein ou moteur ?
Avatar de l’utilisateur
Kardrem
Passionné
 
Message(s) : 226
Inscription : Ven Juil 13, 2012 14:19
Localisation : à l'autre bout du net

Message par fl1 » Mer Fév 06, 2013 11:08

Difficile à dire, ça dépendra surtout de l'équipe et du cadre je pense, mais en tout cas, si tu es motivé fonce ! Je m'étais renseigné aussi, les formations sont faciles d'acces (pole emploi content de pouvoir caser un chomeur) et l'emploi est là
Avatar de l’utilisateur
fl1
Passionné
 
Message(s) : 187
Inscription : Dim Jan 27, 2013 9:04
Localisation : Cyberespace

Re: Votre avis sur les activités médico-sociales

Message par ghislaine » Dim Août 11, 2013 9:28

Kardrem a écrit :Bonjour,



pour poser le décors, j'ai 25 ans, quelques années d'expérience en centre d'appel et diverses activités intérimaires purement physiques, et ai pour objectif sur le long terme de concevoir des jeux vidéos afin d'assurer la transmission de connaissances (psychologie, philosophie, biologie et d'autres matières) au plus grand nombre. Je pense être opérationnel dans cette activité d'ici une vingtaine d'années.



Le fait est que le travail en centre d'appel n'est pas gratifiant à titre personnel. C'est généralement extrêmement redondant, les échanges sont très surfaits (voir malsains) et le sentiment d'utilité fonctionnelle (à comprendre à l'échelle de l'espèce) est inexistant.



Je viens d'avoir une idée qui, aux vues de mon vécu, me semble adaptée afin d'y trouver mon compte en terme d'activité professionnelle. En effet, malgré mon incapacité latente à ressentir les émotions d'autrui, j'ai toujours eu une forte prédisposition à aider autrui. Je comprend très bien les tenants et les aboutissants qui permettent l'amélioration de l'état (psychologique ou physique) d'une personne. Cela me donne une gratification immédiate très importante et me rend heureux.



Et ce matin, désespérant de trouver du travail en centre d'appel pour la énième fois, sans ressource financière, revenu à mon état de dépendance au foyer de mes parents, je me suis demandé : à quoi bon me fatiguer à pratiquer un métier que je n'aime pas pour me nourrir, alors que je pourrais en pratiquer un facile d'accès, rentable et qui me donnerait pleine satisfaction tout au long de ma vie.



Je me suis renseigné sur le net, et il semble que je puisse me former au métier d'aide soignant assez rapidement et facilement. Ce n'est pas nécessairement une activité à laquelle je me pré-disposais, et pour laquelle j'avais une envie particulière, mais au final, c'est peut-être l'une des activités professionnelles qui m'apporterait le plus de gratification et de stabilité émotionnelle (à comprendre un flot de dopamine constant et une absence d'anxiété).



La grosse question que je me pose, c'est de savoir si mon absence de réciprocité émotionnelle serait un frein ou au contraire un moteur professionnel. Je peux me forcer à être expressif si le but est de rassurer une personne qui a peur (là aussi ça peut-être gênant, faut pouvoir déceler la peur), et être à la fois parfaitement efficace du fait de mon détachement émotionnel (comme un médecin).



Alors à votre avis ? Frein ou moteur ?


Difficile comme question je me pose souvent la même
depuis le temps où en es-tu Kardrem
moi j'ai fait le choix de renoncer en l'état actuel au travail d'équipe en établissement
j'aimerais si tu le veux bien échanger sur le sujet car actuellement j'exerce un métier médico-social à domicile
ghislaine
Regulier
 
Message(s) : 122
Inscription : Dim Oct 31, 2010 18:38
Localisation : indre


Retour vers Asperger et Travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron