Le travail

Les difficultés pour trouver un travail et les relations avec nos collègues.

Le travail

Message par profil supprimé » Sam Juin 16, 2012 17:52

J'aime travailler, m'occuper, mais à faire des choses constructives et positives, hélas dans la société je ne trouve pas ma place car je suis sans cesse perturbé par le manque d'enthousiasme voir le sabotage de collègues, par l'avidité et le non-sens apparent du système, actuellement je ne travail pas et j'en suis satisfait quand je l'explique aux gens certains ne comprennent pas et n'aiment pas le fait que d'autres ne travaillent pas en ayant une allocation.

Quand on dit qu'on boss pas et qu'on touche une allocation handicapé et qu'on est pas dans un fauteuil roulant, amputé ou lobotomisé c'est pire que si nous étions un criminel pour certains j'ai l'impression.

Pourtant je souhaite à tout le monde d'être heureux pourquoi certains sont malheureux que certains soient heureux? A quoi cela leurs sert de souhaiter du mal aux gens?
profil supprimé
 

Re: Le travail

Message par poupie85 » Sam Juin 23, 2012 11:32

Mynohtna a écrit :J'aime travailler, m'occuper, mais à faire des choses constructives et positives,


actuellement je ne travail pas et j'en suis satisfait


Es-tu réellement sûr d'être parfaitement heureux sans travailler ? tes deux phrases se contredisent légèrement ;) Tu n'as sûrement pas trouvé le travail idéal, mais il semble que tu aies ( comme beaucoup voire toutes les personnes ) l'envie d'être productif dans ce que tu aimes.

pourquoi certains sont malheureux que certains soient heureux? A quoi cela leurs sert de souhaiter du mal aux gens?


Nous sommes dans la même situation avec mon homme : tous deux sans emploi ( moi j'ai " l'excuse " du congé maternité ), tous deux regardés de travers.
Oui, ne pas être dans la norme sociale marginalise. Et les marginaux sont pointés du doigt. L'Homme n'est par définition pas altruiste, il se fout de se dire que tu es mieux ainsi ou qu'on peut tous avoir un passage à vide et bénéficier d'aides, il pensera de suite qu'on l'ampute, lui, de son revenu ( blablabla pomper sur le contribuable ) pour entretenir des "assistés" - je suis dans le même cas que toi, il n'y a rien de méchant ;)

La vraie question est : est-ce que toi tu assumes, est-ce que toi tu es heureux réellement ainsi, car l'inactivité à terme peut réellement être malfaisante. Mon homme ne travaille pas à proprement parler ( c'est à dire n'a pas d'employeur ) mais il passe ses journées à bosser sur ses projets qu'ils soumet en espérant qu'ils soient acceptés, et qu'il puisse en vivre. Mais les gens ne comprennent même pas la nuance : il ne travaille pas, point. Ils ne réfléchissent même pas qu'au final, il doit bosser 80h / semaine ( j'exagère à peine ) au lieu de 36, et qu'il gagne deux fois moins qu'un smic.. bref.
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Re: Le travail

Message par profil supprimé » Sam Juin 23, 2012 11:44

poupie85 a écrit :
Mynohtna a écrit :J'aime travailler, m'occuper, mais à faire des choses constructives et positives,


actuellement je ne travail pas et j'en suis satisfait


Es-tu réellement sûr d'être parfaitement heureux sans travailler ? tes deux phrases se contredisent légèrement ;) Tu n'as sûrement pas trouvé le travail idéal, mais il semble que tu aies ( comme beaucoup voire toutes les personnes ) l'envie d'être productif dans ce que tu aimes.

pourquoi certains sont malheureux que certains soient heureux? A quoi cela leurs sert de souhaiter du mal aux gens?


Nous sommes dans la même situation avec mon homme : tous deux sans emploi ( moi j'ai " l'excuse " du congé maternité ), tous deux regardés de travers.
Oui, ne pas être dans la norme sociale marginalise. Et les marginaux sont pointés du doigt. L'Homme n'est par définition pas altruiste, il se fout de se dire que tu es mieux ainsi ou qu'on peut tous avoir un passage à vide et bénéficier d'aides, il pensera de suite qu'on l'ampute, lui, de son revenu ( blablabla pomper sur le contribuable ) pour entretenir des "assistés" - je suis dans le même cas que toi, il n'y a rien de méchant ;)

La vraie question est : est-ce que toi tu assumes, est-ce que toi tu es heureux réellement ainsi, car l'inactivité à terme peut réellement être malfaisante. Mon homme ne travaille pas à proprement parler ( c'est à dire n'a pas d'employeur ) mais il passe ses journées à bosser sur ses projets qu'ils soumet en espérant qu'ils soient acceptés, et qu'il puisse en vivre. Mais les gens ne comprennent même pas la nuance : il ne travaille pas, point. Ils ne réfléchissent même pas qu'au final, il doit bosser 80h / semaine ( j'exagère à peine ) au lieu de 36, et qu'il gagne deux fois moins qu'un smic.. bref.


Merci pour ta réponse, je suis heureux sans travailler, je l'assume, depuis quelques mois je me remet beaucoup en question, j'ai aussi pleins d’activités intellectuelles et sportives. Je suis célibataire depuis 10 ans et mon but dans la vie serait de partager mon bonheur et ma tendresse avec une femme pour la rendre plus heureuse car la vie c'est mieux à deux.
profil supprimé
 

Re: Le travail

Message par poupie85 » Sam Juin 23, 2012 11:52

Mynohtna a écrit :
Merci pour ta réponse, je suis heureux sans travailler, je l'assume, depuis quelques mois je me remet beaucoup en question, j'ai aussi pleins d’activités intellectuelles et sportives. Je suis célibataire depuis 10 ans et mon but dans la vie serait de partager mon bonheur et ma tendresse avec une femme pour la rendre plus heureuse car la vie c'est mieux à deux.


Si tu es épanoui ainsi, que tu as assez d'activités et de centres d'intérêt, c'est parfait :)
Fais ta vie, trouve toi des arguments-type à sortir à qui t'emmerderait à l'avenir sur ton choix de vie, et "travaille" à ton propre bonheur. Le jour où tu rencontreras la femme de ta vie, le fait que tu sois bien dans tes baskets, plein de connaissances et de projets, vaudra bien plus qu'un pauvre taf par défaut ! ;)
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Re: Le travail

Message par CélineG » Mer Oct 03, 2012 10:05

Mynohtna a écrit :J'aime travailler, m'occuper, mais à faire des choses constructives et positives, hélas dans la société je ne trouve pas ma place car je suis sans cesse perturbé par le manque d'enthousiasme voir le sabotage de collègues, par l'avidité et le non-sens apparent du système, actuellement je ne travail pas et j'en suis satisfait quand je l'explique aux gens certains ne comprennent pas et n'aiment pas le fait que d'autres ne travaillent pas en ayant une allocation.

Quand on dit qu'on boss pas et qu'on touche une allocation handicapé et qu'on est pas dans un fauteuil roulant, amputé ou lobotomisé c'est pire que si nous étions un criminel pour certains j'ai l'impression.

Pourtant je souhaite à tout le monde d'être heureux pourquoi certains sont malheureux que certains soient heureux? A quoi cela leurs sert de souhaiter du mal aux gens?


Je suis tout à fait d'accord avec toi. Nous avons un handicap psychique et nous devons faire avec. Je pense que parmis nous Asperger certains peuvent travailler et d'autres pas mais si on peut s'en sortir avec une allocation c'est mieux que d'en arriver à vouloir mettre fin à ses jours (c'est mon cas je souffre trop). Je n'arrête pas d'essayer d'analyser, de chercher très souvent à apprendre les habilités sociales sur l'autisme comment mieux comprendre les gens, comment se comporter avec eux et tu vois j'en ai tellement marre de ne pas arriver à travailler longtemps de me faire virer ou de partir d'un boulot que chaque échec est "une corde de plus à mon cou (expression que j'ai inventé) et plus j'ai des échecs plus j'ai des pierres dans le plateau de la balance vers l'envie de mourrir alors autant si on le peux je pense vivre avec une allocation que de faire une bêtise (je parle de mon cas). Je te comprends tout à fait.

Merci de ton message :)

Céline
CélineG
Passionné
 
Message(s) : 425
Inscription : Ven Juil 20, 2012 19:10
Localisation : languedoc roussillon

Re: Le travail

Message par Manex » Mer Oct 03, 2012 17:03

Il m'est arriver récemment que par hasard une des mes collègues de travail (qui ignorais que j'avais le SA) tombe sur se forum en me recherchant pour tout autre chose.

Sa réaction fut très positive, il connaissais pas le SA maintenant il sais comment je réagit, pourquoi je suis fatiguer dans la journée, pourquoi je le regarde pas tout le temps dans les yeux, pourquoi je supporte mal le bruit... depuis je m'entends beaucoup mieux avec.

Finalement est ce que le fait que les NT en apprennent plus sur le SA serrais la bonne solution ?

De mon coté je pense pas que un NT réagirais mal, au contraire je pense que un NT, nous comprendrais beaucoup plus.
Avatar de l’utilisateur
Manex
Passionné
 
Message(s) : 720
Inscription : Lun Mai 28, 2012 18:22
Localisation : Mulhouse

Re: Le travail

Message par CélineG » Lun Déc 24, 2012 18:07

Manex a écrit :Il m'est arriver récemment que par hasard une des mes collègues de travail (qui ignorais que j'avais le SA) tombe sur se forum en me recherchant pour tout autre chose.

Sa réaction fut très positive, il connaissais pas le SA maintenant il sais comment je réagit, pourquoi je suis fatiguer dans la journée, pourquoi je le regarde pas tout le temps dans les yeux, pourquoi je supporte mal le bruit... depuis je m'entends beaucoup mieux avec.

Finalement est ce que le fait que les NT en apprennent plus sur le SA serrais la bonne solution ?

De mon coté je pense pas que un NT réagirais mal, au contraire je pense que un NT, nous comprendrais beaucoup plus.


Ce que tu évoques m'interesse:

Vivant avec ma grand-mère qui est NT, le fait que je lui ai expliqué ce que je ressentais en tant qu'aspie lui a apprit beaucoup de choses à mon sujet qu'elle n'avait jamais imaginé avant. Elle pensait que je jouais la comédie, la petite fille capricieuse et paresseuse qui se laissait aller à ses caprices à ne pas vouloir travailler et que je ne faisais aucun effort dans tout.
Depuis que j'ai passé le diagnostique d'asperger et qu'on a apprit ce que j'avais moi et elle, nos relations se sont beaucoup améliorées bien que mes réactions l'énerve par moments et qu'elle me dise:

"Il faut pouvoir supporter de vivre avec une autiste asperger, tu sais c'est vraiment pas facile du tout." Hélas celà me rend angoissée et mal dans ma peau d'entendre que c'est dur de vivre à mes côtés alors je monte je reste cloitrée dans ma chambre avec mes angoisses n'imaginant pas une seconde que quelqu'un me supportera.

Bref oui comme me dit ma grand-mère votre handicap vous les asperger ne se voit pas. Du coup elle a du mal à comprendre mes sentiments/émotions et réactions liées au syndrome et se met en colère contre moi :twisted: aie aie.

Céline
CélineG
Passionné
 
Message(s) : 425
Inscription : Ven Juil 20, 2012 19:10
Localisation : languedoc roussillon


Retour vers Asperger et Travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité