Je ne peux plus retourner en cours

Les difficultés pour trouver un travail et les relations avec nos collègues.

Re: Je ne peux plus retourner en cours

Message par omega » Mar Fév 14, 2012 15:37

Superbe film, "Into the wild". :) Un hymne à la liberté ... la vraie, celle qui ne triche pas et se vit jusqu'au bout... ;)

J'ai l'impression à te lire que tu promènes tes illusions sur le système scolaire d'une filière à l'autre...
En quête de perfection, ou du moins de quelque chose d'un peu sérieux ... or il n'y a pas grand chose de sérieux dans ce monde.
Le système scolaire n'est pas parfait, il n'est pas régi par la soif de transmettre/d'apprendre, et même dans ce qu'il y a de plus sacro-saint dans les endroits les plus sérieux, on trouve encore et toujours branlo-attitude et dilettantisme fragrant.
Pour moi le monde est régi par l'amateurisme. :D Sérieux? Sûrement pas! :lol:
Si tu observes bien, tu verras que de l'amateurisme, il y en a partout, à la fac, dans les maths ou dans l'informatique et même chez les normaliens.

Et dans ce monde imparfait, les gens potachent pour avoir de bonnes notes, copinent pour être pistonnés, les scientifiques s'autocongratulent ou se chamaillent, les profs enseignent pour fabriquer ceux qui vont réussir dans le système après eux, on te juge en même temps qu'on te note, etc.
Dans un monde idéal, ce serait dégoûtant; dans celui-là, c'est juste banal...
(et d'une certaine manière assez jouissif à observer :D avec un regard suffisamment aiguisé: je ne suis donc pas du tout pessimiste quand je le regarde!)

n0x a écrit :Mais surtout parce que ça m'intéresse et que je ne suis pas jugé dessus. J'avance comme je veux, je suis totalement libre d'apprendre.

Hormis pour devenir un expert technique, cela ne mène pas bien loin.
Le système scolaire ne forme pas réellement des gens compétents techniquement, ou alors dans une moindre mesure. Il forme (formate?) surtout des gens aptes à s'intégrer à un système ou à une corporation, avec les méthodes de pensée, les idées préfabriquées et les principes qui vont avec. Passer par le "moule" est plus important que recevoir des compétences. Et ça, tu ne peux pas faire chez toi.

Quand j'ouvre un bouquin de cours, mon regard se perd. Je lis le titre puis mon esprit diverge vers autre chose.

Tu n'aurais pas des difficultés de concentration? (moi si, et ça me fait pareil...) Besoin d'un environnement très stimulant intellectuellement, sinon je pars aussi dans toutes les directions, incapable de me fixer sur quelque chose. Et quand j'arrive à me plonger dans quelque chose, c'est l'inverse, je ne le lâche pas, pendant quelques heures ou pendant plusieurs semaines. :roll: Rien entre les deux.

Mais j'ai déjà fait trois filières. Je ne suis pas sûr qu'essayer une quatrième va changer quelque chose.

Tout à fait.
J'ai fait comme toi, à un niveau moins avancé. Testé à peu près tout ce qui se fait après le bac :lol: mais partout, où qu'on aille, on trimballe avec soi ses casseroles. Je veux dire son lot de problèmes non résolus.

Courage avec tes gamelles. :)
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Re: Je ne peux plus retourner en cours

Message par omega » Mar Fév 14, 2012 17:42

n0x a écrit :Je suis bien conscient de ce que tu dis à propos du système scolaire. Mais j'ai tendance à l' "oublier" volontairement.

Moi aussi... incapacité de désespérer définitivement des choses, on va dire. :lol:

Quand tu parles "d'amateurisme", tu veux parler je crois de ces cigales qui font la fête toute l'année et qui se demandent pourquoi elles n'ont pas réussis leur examen ?

Oui, et tout le reste de même.
Le bordel, le foutoir ambiant, les ratages à tous les étages, le dilettantisme, l'incompétence à tous les niveaux de la fourmilière. ;)
L'incompétence permet de survivre dans ce foutoir. :D
(réflexion à ériger en principe, si tu veux décoder le monde qui t'entoure... lol)

Les divertissements proposés par la société me paraissent si futiles, comme dans le prolongement de notre travail pour stimuler la fourmilière.

Moi aussi je vis à la campagne... et je vois les divertissements comme un bouche-trou pour les gens qui s'ennuient en ville! :D A la campagne, on a toujours mille choses diverses à faire, pas de temps "vide" à meubler et pas besoin de chercher à se divertir ailleurs!

Certainement l'âge, l'expérience ?

Oui, le temps a grandement arrangé les choses pour moi.
Il m'a fallu pas loin de 30 ans pour apprendre à me servir de ce dont je suis capable. Découverte de sa propre force... (et tu verras qu'on en a)

J'ai aussi appris à rigoler de ce monde qui me semblait si incompréhensible et dramatique au départ. Inépuisable, et on ne s'en lasse pas... :D Tous ces trucs ou ces gens qui foirent à tout bout de champ, je les regarde avec un certain émerveillement.

S'intégrer à un système ? Comment ? Pourquoi ? Je ne peux pas juste suivre le mouvement, flairer les phéromones déposées juste devant moi, j'ai pas les antennes adaptées !

Moi non plus... à défaut de capter les phéromones, on devient expert dans l'art d'analyser les déplacements des files de fourmis.
S'intégrer c'est un bien grand mot... je ne sais pas si je suis intégrée.
S'y faire une place, plutôt.
Partout, il y a besoin de gens compétents en technique: pour que la fourmilière puisse continuer à fonctionner malgré l'incompétence de la reine et des ouvrières.

Ton image est assez poilante parce que dans la vie j'ai l'impression d'être du bétail avec une cloche autour du coup et mettant les pieds dans la merde partout où je passe.

Dans la vie, on te met une cloche autour du cou sans vérifier si t'es vraiment un mouton, ou un chien errant...
Moi ça me convient :lol: je veux bien être un chien errant avec une cloche autour du cou.
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France


Retour vers Asperger et Travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron