bientôt fini ma formation et je me pose des questions

Les difficultés pour trouver un travail et les relations avec nos collègues.

bientôt fini ma formation et je me pose des questions

Message par ghislaine » Lun Avr 18, 2011 17:37

bonjour,

j'hésite à poster un message, je suis en vacances depuis aujourd'hui et je "tourne à vide". Hormis lire quelques messages du forum. Envie de rien. je m'isole dans ma chambre, incapable de m'occuper de fiston (qui d'ailleurs n'a besoin de personne à part sa console !)

j'ai choisi une formation d'aide médico-psychologique faisant fi de mes problèmes ce qui m'amène aujourd'hui à repenser à travailler à domicile.
je voulais savoir si parmi vous une personne effectue de l'accompagnement à domicile (personnes âgées, enfants ou personnes en situation de handicap) si c'est le cas j'aimerais discuter par mp avec elle si cela est possible;

sinon je voulais savoir si cela vous arrive de produire tellement d'efforts sous la contrainte (professionnelle) qu'une fois en vacances, c'est décompression totale au point de ne pouvoir rien faire les premiers jours; je m'en veux d'être apathique d'autant que j'ai encore des écrits dont mon rapport de stage à rendre mais c'est comme si ma batterie était à plat. De plus un de mes grands soucis est de trouver tout le contenu de mes cours important sans pouvoir synthétiser alors devant l'ampleur du contenu je me sens découragée !

De plus je crois que je suis démotivée par mon stage en ehpad (établissement pour personnes âgées dépendantes) j'ai beaucoup pris sur moi pour m'adapter au travail d'équipe, j'en ressors plus que lessivée ! d'autant que je n'ai pas été perçue d'un bon oeil (trop direct d'un côté, trop distant de l'autre, t'es bisard comme stagiaire tu poses pas de questions après cette remarque je me suis forcée à en trouver au point que parfois mes questions semblaient betes ou dérangeantes !)
je crois que c'était mal me connaître de m'élancer dans une telle formation mais je n'ai pas de diplome (je n'ai pas eu mon bac à l'époque je me sentais en trop grande difficulté) en plus je me pensais plus bete que la moyenne (face aux remarques reçues)

Pourquoi mes formatrices et les filles de mon groupe me disent que je me fais du soucis pour rien que je vais avoir mon diplome haut la main et pourquoi je ne crois pas en moi j'ai presque envie d'abandonner (avouez qu'à deux mois des examens cela parait totalement absurde )

Aujourd'hui devant gérer deux enfants dont un diagnostiqué aspi et un autre en voie de diagnostic (à faire valider sur Paris, dès que je pourrais m'y rendre, peut-être fin mai !). Ayant moi même beaucoup de mal à me gérer et à me forcer d'être socialement dans la norme (que cela est énergivore ) je me dis qu'avec un tel constat je ne pourrais pas travailler plus qu'un mi -temps et encore je surestime peut-être mes forces !

bien à vous je poste parce que je recherche des solutions dans un avenir proche car je ne pourrais continuer ainsi encore bien longtemps
ghislaine
Regulier
 
Message(s) : 122
Inscription : Dim Oct 31, 2010 18:38
Localisation : indre

Re: bientôt fini ma formation et je me pose des questions

Message par rouge » Lun Avr 18, 2011 18:57

ghislaine a écrit :bonjour,

j'hésite à poster un message, je suis en vacances depuis aujourd'hui et je "tourne à vide". Hormis lire quelques messages du forum. Envie de rien. je m'isole dans ma chambre, incapable de m'occuper de fiston (qui d'ailleurs n'a besoin de personne à part sa console !)

j'ai choisi une formation d'aide médico-psychologique faisant fi de mes problèmes ce qui m'amène aujourd'hui à repenser à travailler à domicile.
je voulais savoir si parmi vous une personne effectue de l'accompagnement à domicile (personnes âgées, enfants ou personnes en situation de handicap) si c'est le cas j'aimerais discuter par mp avec elle si cela est possible;

sinon je voulais savoir si cela vous arrive de produire tellement d'efforts sous la contrainte (professionnelle) qu'une fois en vacances, c'est décompression totale au point de ne pouvoir rien faire les premiers jours; je m'en veux d'être apathique d'autant que j'ai encore des écrits dont mon rapport de stage à rendre mais c'est comme si ma batterie était à plat. De plus un de mes grands soucis est de trouver tout le contenu de mes cours important sans pouvoir synthétiser alors devant l'ampleur du contenu je me sens découragée !

De plus je crois que je suis démotivée par mon stage en ehpad (établissement pour personnes âgées dépendantes) j'ai beaucoup pris sur moi pour m'adapter au travail d'équipe, j'en ressors plus que lessivée ! d'autant que je n'ai pas été perçue d'un bon oeil (trop direct d'un côté, trop distant de l'autre, t'es bisard comme stagiaire tu poses pas de questions après cette remarque je me suis forcée à en trouver au point que parfois mes questions semblaient betes ou dérangeantes !)
je crois que c'était mal me connaître de m'élancer dans une telle formation mais je n'ai pas de diplome (je n'ai pas eu mon bac à l'époque je me sentais en trop grande difficulté) en plus je me pensais plus bete que la moyenne (face aux remarques reçues)

Pourquoi mes formatrices et les filles de mon groupe me disent que je me fais du soucis pour rien que je vais avoir mon diplome haut la main et pourquoi je ne crois pas en moi j'ai presque envie d'abandonner (avouez qu'à deux mois des examens cela parait totalement absurde )

Aujourd'hui devant gérer deux enfants dont un diagnostiqué aspi et un autre en voie de diagnostic (à faire valider sur Paris, dès que je pourrais m'y rendre, peut-être fin mai !). Ayant moi même beaucoup de mal à me gérer et à me forcer d'être socialement dans la norme (que cela est énergivore ) je me dis qu'avec un tel constat je ne pourrais pas travailler plus qu'un mi -temps et encore je surestime peut-être mes forces !

bien à vous je poste parce que je recherche des solutions dans un avenir proche car je ne pourrais continuer ainsi encore bien longtemps


Que je te comprends puisque je vis exactement la même chose, sauf que je ne suis pas en fin de diplôme. J'envisage aussi de faire de l'aide à domicile pour les TED, d'ici j'espère avoir assez cheminé pour le faire...ca demande beaucoup. Brigitte Harrisson a été diagnostiquée dans la trentaine et elle oeuvre maintenant comme travailleur sociale au Québec pour les enfants TED. Tu peux voir son site consulted.com. C'est faisable avec du travail sur soi-même je pense.
rouge
Passionné
 
Message(s) : 159
Inscription : Sam Avr 02, 2011 15:09
Localisation : Quebec

Message par ghislaine » Lun Avr 18, 2011 20:36

Merci pour ta réponse Rouge (euh je tutoie si je peux me le permettre) c'est drole quand j'ai la personne en face de moi j'ai du mal à tutoyer !

j'ai commencé un gros travail sur moi en 2005, après avoir pris le temps d'ingérer les informations que j'allais chercher dans les livres puis le net quand mon fils a été diagnostiqué tdah avant d'etre diagnostiqué aspi en 2007.
Mais je ressens et sais que j'ai encore de gros efforts à fournir (peut-être les efforts de toute une vie car on a jamais fini d'apprendre, de comprendre les choses, les gens qui font le monde !

je me suis toujours sentie proche des personnes en difficulté. Dès l'adolescence je voulais aider les autres. A 16 ans, j'avais écrit à la présidente du village enfants sos des yvelines pour faire un stage. Malheureusement un profond manque de confiance en moi m'a empêché de poursuivre mes études. Je me sentais bien trop en décalée avec les jeunes de mon âge. Un évènement familial me les fera arrêté précocement avant l'obtention d'un quelconque diplome hormis le brevet des collèges. J'ai alors travaillé comme aide à domicile auprès de personnes handicapées et/ ou âgées. Parallèlement, j'ai repris des études par correspondance (secrétaire médico-sociale) mais étude finie et réussie je n'ai pas cherché à travailler dans le milieu. J'ai alors exercé comme employée à domicile auprès de jeunes enfants. Ensuite j'ai repris des études de secrétaire médicale mais cette fois par les cours Pigier, étude réussie (major de promo) j'ai travaillé trois mois dans un hôpital puis j'ai arrêté par moi-même me sentant trop en difficulté socialement. après j'ai arrêté de travailler pour m'occuper pleinement de mon fils ainé en rupture scolaire. Ensuite mon fils a été placé en ime (décision de l'hôpital de jour qui le suivait) et j'ai accepté me sentant pas à la hauteur de m'occuper de mon fils (encore mon fichu manque de confiance en moi) Il est vrai que mon fils avait de si grosses difficultés (sommeil, nourriture, comportement) que j'ai paniqué à l'idée de ne jamais m'en sortir. Une fois mon fils en internat j'ai rencontré une psy du travail qui m'a orientée sur la formation aide médico-psychologique, formation très intéressante qui m'a permis aussi de continuer le travail sur moi commencée. Mais difficulté importante pour m'adapter aux autres. Je suis vue comme trop perfectionniste, ne restant pas à ma place de stagiaire, je suis vue comme étrange ne me comportant pas comme les autres pourtant je fais de gros efforts pour les imiter. Je m'essouffle. je tiens cahin caha à l'extérieur mais suis de plus en plus mal au retour à la maison, ne supportant plus rien (ni bruit, ni visite) je ne me contrôle plus ce qui est dur pour mon entourage (fils et ami qui menace régulièrement de partir !)

je l'assure qu'après ma formation cela ira mieux mais je sais aujourd'hui que je dois me préserver. Dans un contexte social trop mouvementé et où il y a trop de personnes à la fois je ne peux pas tenir longtemps !

je serais intéressée pour continuer à converser sur le sujet à l'occasion !
là faut que j'aille faire à manger pour fiston !

à bientot ghislaine
je vais aller voir le site de Mme harrisson
ghislaine
Regulier
 
Message(s) : 122
Inscription : Dim Oct 31, 2010 18:38
Localisation : indre

Message par ghislaine » Lun Avr 18, 2011 21:53

ce soir je me sens découragée ma formatrice vient de me renvoyer mes écrits je dois encore les changer je pensais avoir mis des gants mais elle me dit que j'attaque l'équipe chose à ne pas faire ! je comprends mais à force moi qui ne sait pas encore bien taire la vérité je creuse ma différence

j'ai peur de louper mon oral quand il s'agira de présenter mon travail et mon ressenti

désolée si je suis pessimiste mais j'ai besoin de partager
je crois qu'il est trop tard à m'inscrire à une formation pour améliorer mes habilités sociales d'ici à deux mois
si vous avez des conseils je suis preneuse sinon j'appelerai ma formatrice pour lui demander des conseils sur ce que je peux ou non dire !
je me sens cruche dans ces moments là
à bientot ghislaine
ghislaine
Regulier
 
Message(s) : 122
Inscription : Dim Oct 31, 2010 18:38
Localisation : indre

Message par solila » Lun Avr 18, 2011 22:26

sinon j'appelerai ma formatrice pour lui demander des conseils sur ce que je peux ou non dire !


Pourquoi pas ? C'est ce qui me vient à l'esprit là. Il y a peu, mais alors TRES peu de temps que j'ai commencé à m'autoriser de poser des questions quand je ne comprends pas. (A coté de ce que ça m'a coûté de ne pas en poser, présumant que je devais savoir par moi toute seule, ça me coûte bien moins cher et je n'y trouve que du bénéfice MEME SI je trouve encore cela difficile - et aussi pour moi, le jugement que je peux avoir sur moi-même dans le registre 'ce que je suis cruche quand même').

Après tout, la formatrice te dit que 'tu attaques l'équipe'. Qu'est ce qu'elle entend par là ? Ça serait peut-être intéressant d'en savoir plus non ?

Perso, j'ai aussi remarqué (et je ne sais pas si c'est une généralité pour mes propres trucs mais j'en ai l'impression) que quand je me fait un mouron gros comme ça, après coup, je me rend compte que je manquais en fait d'informations.
Comment font les NT's ? Je ne sais pas. Je sais que je commence à mieux me connaître, mieux connaître mon fonctionnement, et moi, j'ai souvent besoin de plus d'informations que d'autres pour me sentir 'à jour'.
J'ai récemment traversé de grosses grosses peurs, peurs de perdre des relations dont une qui m'est particulièrement chère, peur de me faire juger grave, etc. en me donnant la permission de téléphoner pour demander un complément d'information rapport à un truc que je ne comprenais pas et ça me faisait complètement pêter les plombs : "au fait, pourquoi tu as dit ça ?" La personne a répondu, je me suis sentie mieux à jour, j'ai entendu la réflexion que je connais "par cœur" depuis mon enfance (tu te poses vraiment trop de questions). Bon.
Quelques jours d'après, je déjeunais avec la personne en question : j'ai nettement ressenti que son comportement avec moi avait changé. J'ai senti une forme de respect vis à vis de moi qu'il n'avait plus depuis longtemps.
J'ai choisi ma légitimité, ma dignité. Je me suis choisie moi. Ce que j'ai ressenti c'est que l'autre en face de moi l'a ressenti aussi et m'a renvoyé cela.

Voilà mon modeste témoignage et mon humble idée pour ta situation concrète.

Je suis ce que je suis
http://www.youtube.com/watch?v=KihIzAavHlg&feature=related

(dans cette version le son est pas gégéne, mais je trouve que Gloria Gaynor y est si souvereine, une reine !)
La culture trace des chemins droits, mais les chemins tortueux sans profit sont ceux-là même du génie. W.Blake
solila
Regulier
 
Message(s) : 118
Inscription : Jeu Déc 16, 2010 22:14
Localisation : Ici

Message par ghislaine » Mar Avr 19, 2011 7:44

Merci Lolila pour ton témoignage

Effectivement en prenant conscience de mes difficultés, je commence aussi à poser des questions (et parfois j'ai comme réponse que je me pose beaucoup trop de questions tu sais le genre à couper un cheveu en quatre, cette expression je l'ai entendu souvent par ma mère déjà gamine)

J'ai aussi besoin de clarté, d'explications supplémentaires et surtout que les choses soient bien explicites sinon je peux tourner les mots qu'on me dit une quantité de fois dans ma tête et au jour actuel je ne peux que faire des suppositons du genre :

elle m'a dit cela parce elle était énervé (il y a de gros soucis au travail en ce moment, nouvelle direction, désaccord sur les écrits)

elle m'a dit cela parce que quelqu'un lui a répété ce qu'elle a vu

elle m'a dit cela parce qu'elle m'a vu parler à quelqu'un
etc.

je me fais toute une liste et parfois quand je ne trouve pas de réponse par moi-même et que cela me perturbe profondément je retourne voir la personne et je m'autorise à dire je ne comprends pas ce que vous voulez dire

Cela me coute beaucoup d'avouer mon incompréhension surtout en milieu professionnel. J'ai l'impression de montrer trop de vulnérabilité et avec le savoir les gens prennent le pouvoir. je m'explique de poser certaines questions témoignent apparemment d'une grande naïveté.

voilà bon c'est décidé après une mauvaise nuit où j'ai pas mal cogité, je vais appeler ma formatrice

j'ai écouté Gloria Gaynor, j'adore ce morceau (bon oui le son n'est pas gégéne comme tu dis mais ça va)

au fait tu as un très joli prénom ou pseudo

à bientôt
ghislaine
Regulier
 
Message(s) : 122
Inscription : Dim Oct 31, 2010 18:38
Localisation : indre


Retour vers Asperger et Travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron