Isolement bénéfique ?

Les difficultés pour trouver un travail et les relations avec nos collègues.

Isolement bénéfique ?

Message par Amarnis » Lun Avr 18, 2011 11:44

Voila, depuis bientôt deux ans je ne travaille plus : surmenage et dépression, et mon SA aussi sûrement... Et je vais mieux, je crois, alors quoi de neuf ? Et bien j'ai peut être dépassé un cap dans ma dépression et aussi mon nouvel environnement porte ses fruits. Je n'ai quasiment plus aucun liens sociaux, ma curiosité ethnologique des NTs n'est plus satisfaiste mais que la vie me semble plus légère. Bien sûr je suis aussi aider chimiquement et cela a son importance (ai-je trouver un équilibre ?).
Bien évidemment je m'inquiète de l'avenir car je me demande si mon incapacité n'est pas devenue par saturation, définitive. Travailler chez moi, malgré les risques de procrastination, me semble aujourd'hui le maximum de mes possibilités. Ma psychiatre tout comme moi nous demandons où est la part des choses entre ma dépression légitime (j'ai vécu plusieurs années extrèmement difficile) et mon SA. Pour la deuxième fois dans ma vie quelque chose doit changer radicalement. J'ai déjà abandonner Paris, mes glorieuse fonctions et mon salaire très avantageux, pour une vie plus modeste en province, Cela a tenu quatre ans mais ce n'est plus suffisant je dois trouver une autre place dans la vie active mais je suis incapable d'imaginer laquelle.
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Message par Taiyi » Lun Avr 18, 2011 15:45

Tu veux dire qu' être seul fait aller mieux? j' en doûte quelque peu.
Il y a toi
Il y a moi
Qui est tu?
Je ne sais pas
Qui est tu?
Je ne sais plus
Qui est-ce?
Moi...
Taiyi
Passionné
 
Message(s) : 441
Inscription : Mar Mars 16, 2010 9:44
Localisation : Vichy 03200

Message par Amarnis » Lun Avr 18, 2011 15:51

Je ne suis pas seul, j'ai une vie de famille, une compagne et quatre enfants, je pensais juste à la vie sociale comme avoir des relations, maintenir un réseau d'amis choses qui m'attirent mais aussi me pèsent. Sans parler des collègues. Et là par la force des choses je suis plus qu'au calme.
Ma psychiatre, ma compagne et moi-même constatons qu'avec le minimum de contraintes sociales je me sens mieux, je me demande s'il me reste de l'énergie pour tous ces efforts.
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Message par poupie85 » Dim Mai 06, 2012 22:09

Ton expérience m'intéresse : mon conjoint AS a travaillé plus de 10 ans " en société " et a fini par une terrible dépression.

Aujourd'hui il tente de travailler à domicile ( dessinateur ) mais la situation n'est pas pérenne, faute de contrat stable.

Il pense que travailler à domicile, comme tu sembles le faire, est la situation qui lui convient le mieux : il est rapidement éreinté et déprimé par la vie en communauté.

Mais j'ai aussi lu des témoignages contraires : toi, quel est ton ressenti ? es-tu bien seul chez toi ? regrettes-tu le travail au milieu de collègues ? te replier sur toi-même, dans ton cocon familial, est-il épanouissant ?

Merci ;)
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Message par poupie85 » Dim Mai 06, 2012 23:16

n0x a écrit :La reprise en septembre est très difficile mais je me sens comme reposé, de nouveau d' "attaque".


Tu sembles décrire ces périodes chez toi comme apaisantes..
Mais au quotidien, cela devient-il insupportable ?
Auquel cas l'idéal serait une vie mi-sédentaire mi-professionnelle en société?
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Message par poupie85 » Dim Mai 06, 2012 23:30

n0x a écrit :Je ne me sens jamais seul, je ne culpabilise pas de ne pas faire ce que je dois, j'ai des centres d'intérêts qui me prennent tout mon temps. Mais cette vie ne correspond pas à la réalité économique, je dois lutter par tous les moyens pour éviter ces stades mais je ne sais pas comment faire.


D'accord, donc toi tu n'aspirerais qu'à vivre ainsi ( en solitaire ) mais les réalités matérielles ne te le permettent pas. C'est ça ?
J'ai donc raison de penser que mon homme AS risque fort de devenir malheureux s'il affrontait à nouveau le monde du travail en société...

n0x a écrit : Qu'entends-tu par mi-sédentaire mi-professionnelle ? Je ne vois pas de dichotomie.


Oui, c'est assez mal dit, pardon, je suis fatiguée.
Je voulais parler de travail à mi-temps ou de contrats saisonniers.
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Message par poupie85 » Dim Mai 06, 2012 23:54

n0x a écrit :Pourquoi fais-tu cette conclusion ? Il est probable que mes difficultés en société ne soient pas dûes au syndrôme.


C'est vrai.
C'est simplement que mon homme tient le même discours que toi : à l'entendre, il lui FAUT travailler à domicile pour être bien.
Je ne demande qu'à le croire sur parole, s'il en est sûr ;)
Je me demandais juste si ce n'était pas un "piège", genre il croit que ce serait bon mais cela lui pèserait au bout d'un moment.
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Message par poupie85 » Lun Mai 07, 2012 0:08

n0x a écrit :
Ton conjoint a-t-il eu aussi des périodes de repli sur lui incontrôlées auparavant ?


Il y a eu sa dépression. C'était une période très dure où après 8 ans passés à saturer de son travail, il a fini enfermé des mois dans son appart, dans le noir, à ne quasiment même pas se nourrir et à avoir des pensées morbides.

Ensuite, il a alterné des périodes de petits boulots ou d'auto-entreprise ( max 1 an de suite ) et des périodes d'isolement.

Mais il ne vivait pas les périodes " actives " comme bénéfiques, avant de se replier dans son retrait. Il en avait de grandes angoisses, et lorsqu'il était en plein dedans, comptait les jours jusqu'à la fin du calvaire.

En bref, apparemment il n'en tirait rien de positif..
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Message par poupie85 » Lun Mai 07, 2012 0:10

n0x a écrit :Je pense que refuser l'exercice social est mauvais parce que moins on le pratique moins on est capable d'y faire face quand il le faut.


Sur ce point, je suis d'accord, mais l'exercice social ne passe pas forcément par un travail : de manière moins " violente " ( à un rythme moindre ) il y aurait les sorties, les rdv divers, les réunions de famille, etc ;)
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Message par poupie85 » Lun Mai 07, 2012 0:16

n0x a écrit :Ces activités sont justement un travail très dur pour moi et parfois même violent (instrusions, contacts forcés, irritation face à l'hypocrisie collective). ;)


C'est complexe tout ça :?
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Message par Amarnis » Lun Mai 07, 2012 8:34

poupie85 a écrit :Ton expérience m'intéresse : mon conjoint AS a travaillé plus de 10 ans " en société " et a fini par une terrible dépression.

Aujourd'hui il tente de travailler à domicile ( dessinateur ) mais la situation n'est pas pérenne, faute de contrat stable.

Il pense que travailler à domicile, comme tu sembles le faire, est la situation qui lui convient le mieux : il est rapidement éreinté et déprimé par la vie en communauté.

Mais j'ai aussi lu des témoignages contraires : toi, quel est ton ressenti ? es-tu bien seul chez toi ? regrettes-tu le travail au milieu de collègues ? te replier sur toi-même, dans ton cocon familial, est-il épanouissant ?

Merci ;)

Je n'avais pas vu ces questions alors je réponds. Chez moi c'est tout simplement l'idéal pour moi mais ce n'est pas (encore) possible. Alors je fais des compromis maison-travail. A la maison pour la partie réflexion profonde et au travail pour les contacts et le reste. Ce qui revient à dire que ce pour quoi on paye je le fais principalement en dehors du bureau ;-)
Sinon j'ai traversé plusieurs période difficile dont un énorme burn-out de 2 ans 1/2 après une vie trop stimulante de quinze ans à Paris où j'ai travaillé principalement dans un open-space survitaminé. J'ai donc du changer radicalement de vie, de lieux de vie mais aussi de travail (métier et méthode de travail). J'ai renoncé à pas mal de chose mais aujourd'hui je vie mieux. Ma maison est agréable et c'est très important, c'est mon refuge. En plus chez moi je peux être moi sans jouer de rôle je m'y repose et y suis donc plus productif.
Après il faut trouver le bon compromis avec l'employeur ou encore mieux, j'y réfléchi, être son propre employeur.
Ma compagne sait aussi le coût psychologique que représente pour moi le travail loin de chez moi, elle m'aide.

Et est-ce que cela est épanouissant ? Assez bien je dirais, je suis reconnu pour mon travail, ma fonction m'autorise un mode de travail qui me convient (réfléchir seul) et on me considère comme faisant pleinement partie de l'entreprise. Cependant je ne peux pas faire le mélange maison/entreprise comme je le souhaite réellement c'est à dire 50/50 environ, c'est ce qui m'irait le mieux, j'essaye de vendre cette solution à mon employeur. L'idéal c'est de monter ma boite mais il faut beaucoup d'énergie et je ne sais pas quand j'en serais de nouveau capable...je suis encore sous un traitement lourd comme béquille.
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Message par poupie85 » Lun Mai 07, 2012 12:11

Merci de ton témoignage, Armanis ;)

Amarnis a écrit :Sinon j'ai traversé plusieurs période difficile dont un énorme burn-out de 2 ans 1/2 après une vie trop stimulante de quinze ans à Paris où j'ai travaillé principalement dans un open-space survitaminé.


Tiens ? marrant. Lui aussi son burn-out a été suite à ses 8 ans sur Paris.

Amarnis a écrit :Ma maison est agréable et c'est très important, c'est mon refuge. En plus chez moi je peux être moi sans jouer de rôle je m'y repose et y suis donc plus productif.



C'est exactement ce que je pense pour lui... puisqu'avec tout le monde à l'extérieur, il joue.

Amarnis a écrit :Et est-ce que cela est épanouissant ? Assez bien je dirais (... ) Cependant je ne peux pas faire le mélange maison/entreprise comme je le souhaite réellement c'est à dire 50/50 environ


Tu penses donc qu'il faut tout de même garder un lien social à 50% .
C'est vrai que mon homme me perd un peu avec ça : il dit ne vouloir être que seul, à la maison, me soutient que c'est le travail rêvé pour lui... mais de temps il me sort qu'il ne voit personne, qu'il n'a rien contre voir quelques personnes de temps en temps.. je ne sais plus quoi penser. Mi-temps ? :?
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.


Retour vers Asperger et Travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron