Un aspie peut-il travailler?

Les difficultés pour trouver un travail et les relations avec nos collègues.

Un aspie peut-il travailler?

Message par hoshimaru » Mar Sep 30, 2008 12:29

Mon défis et de trouver un emploi dans lequel je m'épanouisse excluant tout travail en équipe et c'est ici que j'ai des difficultés:comment trouver un emploi qui exclu le travail en équipe et qui puisse convenir à une personne ayant des troubles autistiques du comportement.
Je ne sais pas par où commencer mes recherches...
hoshimaru
 

Message par Invité » Mar Sep 30, 2008 16:42

ben écoute, quelle est ta formation initiale ?
qu'est-ce que tu aimes faire ?

le rêve, je suppose, c'est un boulot où tu peux bosser chez toi...
Invité
 

Message par Veronique1 » Mar Sep 30, 2008 18:09

Bonjour,

L'informatique est une bonne voie pour les personnes ayant le S.A
mais peut etre effectivement tu pourrais en dire plus.
Stephanie a voulu dire que tu pourrais faire peut etre un metier lié à l'imagination. Reviens nous dire ce que tu aimes faire. Amicalement
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par Marie V. » Jeu Oct 23, 2008 10:05

Veronique1 a écrit :Bonjour,

L'informatique est une bonne voie pour les personnes ayant le S.A
mais peut etre effectivement tu pourrais en dire plus.
Stephanie a voulu dire que tu pourrais faire peut etre un metier lié à l'imagination. Reviens nous dire ce que tu aimes faire. Amicalement


Véronique, que pourrais-tu me conseiller, sachant que je suis passionnée de cinéma et que je suis douée pour écrire ?
Marie V.
Regulier
 
Message(s) : 82
Inscription : Jeu Oct 09, 2008 11:40
Localisation : Eure-et-Loir

Re: Un aspie peut-il travailler?

Message par Pilgrim » Jeu Oct 23, 2008 23:01

hoshimaru a écrit :Mon défi est de trouver un emploi dans lequel je m'épanouisse excluant tout travail en équipe et c'est ici que j'ai des difficultés:comment trouver un emploi qui exclue le travail en équipe et qui puisse convenir à une personne ayant des troubles autistiques du comportement.
Je ne sais pas par où commencer mes recherches...


Travailler... oui.

Travailler en s'épanouissant, c'est moins facile et je ne pense pas qu'il y ait une réponse standard. Chacun d'entre nous a tel ou tel aspect du SA plus poussé, qui le rend inapte à telle ou telle activité. Mais dans l'ensemble, je crois (et j'espère !) qu'il est possible de trouver un travail qui, à défaut de permettre un épanouissement personnel, permette de trouver un environnement calme et rassurant.
Avatar de l’utilisateur
Pilgrim
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Mer Oct 17, 2007 15:26
Localisation : Toulouse et Clermont-Ferrand, France

Message par Veronique1 » Ven Oct 24, 2008 0:25

Je n'ai pas de conseils spécifiques à te donner, te rapprocher de l'industrie du cinéma et proposer des scripts peut être. amicalement..
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par bb » Ven Oct 24, 2008 8:57

faire le tour des écoles formant aux métiers du cinéma, prendre des coordonnées, en demander aux édutiants aussi, veiller éventuellement aux concours, aux occasions de mettre cette douance en premier plan, avoir toujours avec soi quelques textes, il arrive que le hasard donne de laide à la réussite, etc...

voilà les idées qui me sont venues en lisant votre poste Marie.V
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par Maggy » Ven Déc 26, 2008 12:16

travailler...Ça dépend dans quel domaine, comme moi par exemple je ne pas faire un travail qui nécissite trop d'habilités manuelles, car je suis lente pour effectuer ces tâches. :roll:

Je ne pas non faire de la vente sous-pression, car j'ai pas assez de geule pour convaincre le client d'acheter le produit. J'ai essayer puis, je me suis fait congédier au bout de seulement 2 semaines.
maggy
xo0x...
Maggy
Nouveau
 
Message(s) : 28
Inscription : Mar Août 02, 2005 0:27
Localisation : St-Hubert,Québec

Message par omega » Lun Jan 05, 2009 16:59

Pareil que Maggy!
Essayé la vente ... rien de mémorable! :D
Quant aux métiers manuels, vraiment pas mon truc non plus. Quoique, avec un mode d'apprentissage différent... J'ai des chevaux et j'ai appris toute seule à parer leurs sabots moi-même, cela m'a pris plus d'un an pour acquérir les bons gestes, mais aujourd'hui je "sens" vraiment ce que je fais, et cela m'est très agréable. Une fois l'apprentissage de base acquis, on n'a jamais fini de sentir, progresser, évoluer, perfectionner son geste, et c'est très agréable aussi. Donc métier manuel possible, je dirais, à condition de me laisser acquérir mes gestes et ma technique à mon rythme et à ma manière.
Je serais curieuse de savoir ce qu'il en serait pour des autistes.

Sinon, d'après ce que j'ai compris, je fais un métier très original pour un Aspie... informaticienne! :lol:
Mais, j'ai constaté que mon environnement de travail influe énormément sur mon comportement "autistique", davantage que la nature informaticienne ou non de mon métier (j'ai même bossé en ... hotline, et je m'y plaisais beaucoup!). J'ai bossé 7 ans en bureaux ouverts, travail d'équipe en production informatique: j'ai adoré. Au sein d'une équipe, j'accomplis mon boulot, passe les consignes, partage les tâches, seconde voire booste l'équipe... bref l'épanouissement.
Epanouissement exclusivement dans le cadre du boulot d'ailleurs: quand on se revoyait en dehors du boulot avec ces mêmes collègues, à l'occasion d'un repas ou d'une sortie, je me retrouvais aussi c*n et désemparée que d'habitude, avec des "étrangers", à ne pas savoir quoi dire ni quoi faire ni comment me conduire.
Côté pitoyable et décadent des "guerriers" quand ils ne sont pas en mission. :P

Depuis quelques années, j'ai changé de travail, j'ai mon bureau à moi... en quelques mois: retour des peurs, des distances, des hésitations, des doutes, des ratages, des difficultés à communiquer, de l'inadaptation...
L'isolement entre 4 murs n'est clairement pas ce qu'il me faut.

Est-ce que certains ici ont vécu des expériences ou fait des observations similaires?
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par bernard » Lun Jan 05, 2009 23:26

Omega, quand tu travaillais en équipe, est-ce que tu avais déjà mis le mot aspie sur toi ?
Penses-tu que si tu avais su tout ce que tu sais aujourd'hui en 2009 sur les aspies, tu aurais eu le même comportement en équipe à cette époque ?
Comment as-tu fait pour supporter les open-spaces ? N'y avait-il aucun bruit ?
Bernard (49 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Passionné
 
Message(s) : 468
Inscription : Jeu Août 14, 2008 15:46
Localisation : Clermont-Ferrand (France)

Message par omega » Mar Jan 06, 2009 13:38

bernard a écrit :Omega, quand tu travaillais en équipe, est-ce que tu avais déjà mis le mot aspie sur toi ?

Non, mais je pense que cela n'aurait rien changé.
Les mots que l'on s'attribue ne sont que des mots.

Penses-tu que si tu avais su tout ce que tu sais aujourd'hui en 2009 sur les aspies, tu aurais eu le même comportement en équipe à cette époque ?

Oui! Je n'ai rien perdu de cela aujourd'hui.
Je ne vois pas pourquoi je m'astreindrais délibérément à modifier mon comportement pour une telle raison. Identification? Conventions?
Si je suis aspie, cela fait partie de moi, mais en aucun cas cela n'est moi.
Pourquoi penses-tu que les mots ou les étiquettes changent les êtres si profondément que cela?

Comment as-tu fait pour supporter les open-spaces ? N'y avait-il aucun bruit ?

Si, beaucoup de bruit et d'agitation.
J'ai dû plonger dedans malgré ma peur initiale, et finalement j'aime ça.
Je réagis toujours en "compensation" de l'environnement: plus ça virevolte autour de moi, et plus je suis calme intérieurement. Les situations de stress et d'urgence (comme en production informatique) sont du pain béni pour moi. :)
A l'inverse, dans un environnement calme et routinier, je gamberge et surchauffe rapidement (physiquement aussi).
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par bernard » Mar Jan 06, 2009 20:19

omega a écrit :Les mots que l'on s'attribue ne sont que des mots.

Je ne parle pas des mots.
Le mot importe peu.
Je parle de ce que cela signifie au niveau de ton comportement avec les autres.
Bernard (49 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Passionné
 
Message(s) : 468
Inscription : Jeu Août 14, 2008 15:46
Localisation : Clermont-Ferrand (France)

Message par bernard » Mar Jan 06, 2009 20:22

omega a écrit :Si je suis aspie, cela fait partie de moi, mais en aucun cas cela n'est moi.

Désolé, je n'ai pas compris ce que tu veux me dire.
Je comprends une sorte de révolte mais je ne sais pas si c'est cela.
Bernard (49 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Passionné
 
Message(s) : 468
Inscription : Jeu Août 14, 2008 15:46
Localisation : Clermont-Ferrand (France)

Message par omega » Mer Jan 07, 2009 11:40

bernard a écrit :Je ne parle pas des mots.
Le mot importe peu.
Je parle de ce que cela signifie au niveau de ton comportement avec les autres.

Pour moi, ce n'est qu'un mot.
Pour le reste, dans les faits, le concret, le réel: il y a longtemps que je me connais à peu près, et que je fais avec ce que je suis. J'expérimente ouvertement, sans m'arrêter sur des diagnostics ou des idées toutes faites.
Mettre un nom dessus ou pas ne change rien à la donne.
Ca se passe au niveau du concret, pas du verbal.

bernard a écrit :Désolé, je n'ai pas compris ce que tu veux me dire.
Je comprends une sorte de révolte mais je ne sais pas si c'est cela.

Mes excuses si je n'ai pas été très claire. :oops:
Ce que je voulais dire: tout le contraire d'une révolte, plutôt l'acceptation.
Mes "différences" font partie de moi, mais je ne me focalise pas dessus, je ne m'identifie pas à elles. Au contraire d'ailleurs: je m'en sers, et de mieux en mieux.
On ne peut pas résumer un être à l'une de ses particularités, c'est une vision très réductrice, non?
Si je ne suis pas NT, cela n'a aucune importance, c'est ce que je suis qui me sert à vivre tous les jours. :)

Si quelqu'un me disait que je suis censée être incapable de travailler ... je le laisserais parler et théoriser comme il veut, et retournerais à mon boulot! Les théories et les polémiques ne m'intéressent pas... :lol:

En espérant avoir répondu à tes questions.
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par bernard » Mer Jan 07, 2009 20:47

Merci oméga. Oui tu as répondu à mes questions.
Bernard (49 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Passionné
 
Message(s) : 468
Inscription : Jeu Août 14, 2008 15:46
Localisation : Clermont-Ferrand (France)

Message par Marie V. » Ven Jan 09, 2009 19:39

omega a écrit :
bernard a écrit :Si je ne suis pas NT, cela n'a aucune importance, c'est ce que je suis qui me sert à vivre tous les jours. :)

Si quelqu'un me disait que je suis censée être incapable de travailler ... je le laisserais parler et théoriser comme il veut, et retournerais à mon boulot! Les théories et les polémiques ne m'intéressent pas... :lol:


Vos conversations sont très intéressantes. Je crois qu'avec notre handicap il y a, c'est vrai, une part très positive au niveau du travail (la persévérance, la routine qui ne nous gêne nullement, un don qu'on a dans certains domaines...)

Je me demandais aussi ce que signifiait NT.

Marie.
Marie V.
Regulier
 
Message(s) : 82
Inscription : Jeu Oct 09, 2008 11:40
Localisation : Eure-et-Loir

Message par bernard » Sam Jan 10, 2009 0:04

NT = neuro-typique (non aspie) par opposition aux NAT= neuro-atypique comme les SA (aspies).
Bernard (49 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Passionné
 
Message(s) : 468
Inscription : Jeu Août 14, 2008 15:46
Localisation : Clermont-Ferrand (France)

Message par bb » Sam Jan 10, 2009 7:44

dans mon cas certains patrons me rendait malades et après dénonçait le fait que je ne suis pas faite pour le travail...

micro-électronique... finition, mécanisme premier et service expédition...ce dernier était tempéré ... à -5 degré celsius, seulement quand moi j'y travaillais.

on me râlait dessus quand je bossais à la mécanique de précision sur montres deluxe, sur ma lenteur, et comme j'étais perclue de crise de surcharge sensorielles, certaines personnes me disaient (prononcer lentement) : mais tu sais compter jusqu'à treize au moins?!

toujours des râleurs sur ma concentration et ma lenteur...suis-je faite pour le travail? dans le sens précis dont on l'exige de moi...non je ne tiens pas du tout le challenge, car la rapidité et la concentration sont deux compétences phares dans le monde du travail aujourd'hui...et ici dans ma putride Helvétie(Suisse), les adaptations de postes...bennn...quelle adaptations de postes?

je dois me faire déclarer travailleusse handicapée ! je tiens nulle part!!!
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par bernard » Sam Jan 10, 2009 11:22

Dans ton cas bb, le plus compliqué, c'est de trouver le travail qui va avec tes aptitudes. Tous les jobs ne sont pas orientés cadence, prod et rapidité.
Ensuite, il faut que les collègues de travail soient compréhensifs. Mais suivant le type de job, le type de caractère va avec.
C'est pas facile, mais c'est possible de trouver une solution, qui, même si elle n'est pas miraculeuse, te siéra.
Bernard (49 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Passionné
 
Message(s) : 468
Inscription : Jeu Août 14, 2008 15:46
Localisation : Clermont-Ferrand (France)

Message par bb » Sam Jan 10, 2009 19:22

j'ai trop souffert, j'ai plus la force, en plus c'est chaque fois à moi de faire un double effort pour prouver que je veux travailler, et du coup cet effort me coûte la prudence requise pour atteindre un semblant d'équilibre dans l'énergie que je fourni, en fait je suis grillée après les trois mois d'essais! vidée de toute force.

ici, soit vous êtes sévèrement atteint physiquement et/ou êtes également atteint d'un des handicaps mentaux connu du "public",et ainsi vous fonctionnez selon vos limites...dès lors les gens auront pitié de vous, se moqueront par derrière, et dans le meilleur des cas ceux-ci vous prendront sous leur aile.
dan mon cas, le handicap ne se perçoit pas, alors souvent les gens me pressent comme un citron, alors même qu'ils me demandent la même chose qu'aux autres, nan... c'est pas le même monde, je me suis faites traitée de fainéante, de tête en l'air, etc... personne ne peut croire ce que je raconte, ou alors je me ferais décrédibiliser, parler lentement, on ne me ferait pas confiance de la même manière.

je vois comment cela fonctionne ici, il y a une grande méconnaissance sur les TED...pour les gens que j'ai entendus se prononcer soient les adultes qui sont vraiment handicapés sont enfermés en institution comme Rain man, à se balancer et étaler leur excréments sur les murs, auquel cas se sont des profiteurs qui veulent abuser de l'assurance invalidité.

je ne suis pas entrain de baver, et me convulsant à longueur de journée, donc je ne suis pas cru

j'en peux plus moi... j'en ai marre, tout ce que je veux c'est faire ma vie, je veux pas de pitié, ni faire moins d'effort bon sens, et faire tout son possible est insuffisant, que faut-il faire? décompenser à tou va pour qu'il voient extérieurement ce que j'explique de mon intérieur?

merde...
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Suivant

Retour vers Asperger et Travail

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité