dissociation multiple

Pour parler de la solitude et de la peur de la vie.

dissociation multiple

Message par 8gseagffs » Dim Jan 18, 2015 22:47

Bonjours, j'aimerais expliquer comment j'entrevois ce que je nomme de "dissociation multiple"

Tout d'abord ces mots prennent racines en ma mémoire en rapport à certain termes utilisé en pnl "programmation neuro linguistique" et en hypnose (bien que je pense qu'ils puissent être en rapport avec d'autres disciplines.)

Dés ma petite enfance, quand j'étais face à certaines incompréhension social, je testa le fait de mémoriser la demande de l'autre, contextualiser la situation d’incompréhension, puis coupé mon émotionnel anxieux pour imaginer que ma place dans l’environnement pouvais êtres ailleurs et in fine re-contextualiser la situation. Si la première dissociation ne me permettait pas de répondre a l’incompréhension, je recommencer jusqu’à ce que la situation ne me gène plus et de fait à force de faire travailler mon imaginaire, j'en venais a me dessouder de mes sensation anxieuse. (je restais alors comme certains professeurs me le disait dans la lune.)

Dissocier et se voir en dissocier était alors en fait comme si je visionner un film et que je devenais le cinéaste de celui-ci.
Il y a cependant des questions qui ne me permettait pas d'agir de la sorte (quel est ta couleur préférée?) au quel cas je mentais et disait la premières couleur que je voyais (ou il m’arrivais de réfléchir longuement avant de répondre).

cependant dans certain contexte (vers 16 ans) les scénario devenaient de plus en plus noir. Je pouvais alors me dissocier de mes sens, et regarder l’environnement. j'était comme un fantôme, qu'on ne vois pas, qu'on entend pas, dont on ne veu pas croire en sont existence (après réflexion il me semble que cela pouvait être attribuer au faite que j'eu pour la plus part du temps l'impression de parler a des mur ne comprenant pas un mot de ma linguistique.
J'ai lutter pour ne pas croire ce que je ressentais, l'ai enfui en moi et in fine ai dit j'en ai mare de vivre.
mon autodestruction était alors bien engagée.

Ces situations mon ainsi amener a effectuer un travail de cinéaste mais d'un autre ordre et à d'autres fins.
Mon ras le bol de la vie a donc poussé mon imaginaire a se poser des question sur la souffrance corporel et comment mourir sans être pris en martyr mais dont le geste puisse être compréhensible.

Je vais vous raconter une de ses multiple dissociation.
j'étais dans un état d'angoisse prononcé, je me posa à un endroit et me mit a philosopher sur le sens de la vie, ce que les autres en font et ce que je pourrais en faire.
Me rappelant chaque souvenir infructueux et incompréhensible, je me dissocia j'étais tento sur la route en face, tento dans les air à attendre inéluctablement ma fin salvatrice et je riais alors de ressentir physiquement ce que j'avais imaginer.imaginer. Ca me faisais du bien. Seulement je suis toujours rester fondamentalement dans l'espérance d'un retournement de situation et je voulais continuer d'observer le monde. Si j'avais étais en compagnie d'être hors neurotypique j'aurais pu me réconforter en moi même et jouir sereinement de mes sens (cela reste une hypothèse).

A ce jour j'utilise toujours la dissociation mais la différence avec le passé sus nommé c'est que maintenant je comprend et je suis conscient de ce phénomène.

ET vous avez vous déjà expérimenter une chose similaire?
8gseagffs
Regulier
 
Message(s) : 107
Inscription : Mer Jan 14, 2015 1:25

Retour vers Asperger, Solitude et Peur

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité

cron