Solitude ?

Pour parler de la solitude et de la peur de la vie.

Solitude ?

Message par Mmm29 » Jeu Mars 29, 2012 17:40

Je m'interroge aussi pas mal là dessus, est ce que vous (les personnes sur ce forum) ressentez les effets de la solitude ? Ou bien sont il atténués ?

Je me le demande car pour ma part, je peux vraiment rester seul très longtemps sans que ça me pose de problème. Par exemple, je viens d'emménager dans un appartement, seul, depuis mi-fevrier, aucun contact avec des proches, famille, amis (a part quelques sms), et ça ne me pose pas de problèmes.
Je n'ai par contre pas eu l'occasion de faire l'expérience sur du long terme.

Aussi, est ce que se réfugier dans "l'imaginaire" peut combattre les effets de la solitude et faire qu'on ne la ressent pas ?


(En espérant avoir été clair.)
Mmm29
Regulier
 
Message(s) : 88
Inscription : Mar Mars 27, 2012 0:32
Localisation : France

Message par lna92lna » Jeu Mars 29, 2012 17:55

Pour ma part je peux rester des semaines seule sans sortir de chez moi et ça ne me pose aucun problème.
Je suis déja rester au moins deux mois sans sortir de chez moi, juste vite fait au magasin du coin pour me ravitailler en courses :D
Je ne ressents pas vraiment la solitude, je ne sais pas vraiment pourquoi, généralement au bout d'un moment mes proches s'inquietent pour moi, ils m'imaginent dépressive et moi je comprend meme pas pourquoi ça les inquiete vu que je vais bien... Bref, encore quelque chose que je ne comprend pas :lol:
lna92lna
Enthousiaste
 
Message(s) : 42
Inscription : Mar Fév 21, 2012 3:07
Localisation : paris

Message par ronron » Jeu Mai 31, 2012 8:01

sternburg a écrit :... je pense il faut surtout se définir par rapport à quoi on souffre. par ex, moi je souffre de beaucoup de choses je souffre beaucoup je souffre sans raison je dois prendre de l'abilify (sinon je souffre). hors sujet .. ah oui et sans amphet, je souffre. je souffre de ne pas être drogué. sans rita, je souffre d'être un débile mental. sans prozac, une loque. je souffre de toujours bouger dans tous les sens....


Tout cela n'est autre que du manque d'Amour reçu concrètement au moment de se construire sa personalité, avant d'apprendre, enfant, bébé..

Une solution est de vivre des histoire d'Amour avec un contrat: observer les conflits et les tensions et ne pas céder à la rupture, ne pas céder à non plus la sexualité pour la vivre sur un plan enfantin où se structure les problèmes, et de tout partager avec qui pourrait échanger..
Et faire cela avec une femme et avec un homme qui sera papa-frère-fils et femme qui sera maman-seour-fille et aussi soi même projeté en l'autre...

L'autre paraîtra "atteint" a tes yeux de tout pleins de défauts, qu'il faut, pour "travailler dessus", considérer comme les tiens que tu reporte sur lui.

ça peut être dur à vivre, puisque toutes tes souffrances sont des défauts que tu ne veux pas voir chez toi... et quand que l'autre va les exprimer à ta place il faudra bien recconaître que c'est les tiens que tu lui induis...
Le Matou de Chatte.
Avatar de l’utilisateur
ronron
Enthousiaste
 
Message(s) : 32
Inscription : Lun Avr 23, 2012 20:53
Localisation : Chatte (vers st-marcelin, Isère)

Message par temp-995 » Jeu Mai 31, 2012 21:34

La solitude ? peu. Par contre l'ennui : oui
Donc tant que je trouve de quoi m'occuper et que je suis dans un environnement qui me convient, les relations interindividuelles ne me sont pas primordiales.
Avatar de l’utilisateur
temp-995
Passionné
 
Message(s) : 640
Inscription : Sam Déc 31, 2011 11:41
Localisation : Nord

Message par omega » Jeu Juin 21, 2012 11:00

Rafale a écrit :Ces derniers temps j'ai des accès "terribles" de solitude, parfois, le soir en cherchant le sommeil.
Relativement brefs, par bouffées, le sentiment d'être ABSOLUMENT seul avec moi-même, ou de n'être avec personne (faites votre choix) dans une intimité, ou une connivence, ou un soutien, ou un partage...

Rencontre avec l'infinité...
Quand ça m'arrive, je trouve ça grisant.

De quoi se jeter sous un train (bon, dans un lit, je crains pas grand chose).

Bien heureusement!
Chacun espère son "maître" ou sa voie, en quelqu'un ou quelque part... puis un jour, on comprend que ça n'existe pas ... et on finit enfin par le rencontrer ... en soi-même.
On s'aperçoit que du premier jour jusqu'au dernier, on a toujours pu et on pourra encore compter sur soi.
Ca ne veut pas dire qu'il n'y a rien à attendre des autres, mais plutôt des coups de pouce, des rencontres, des révélations de passage, des étincelles. Chacun enrichit les parcours des autres, au gré des hasards des rencontres. C'est ça qui est beau et infiniment riche dans la vie.
Courage. :) (et bon, ça suffit cette fascination des suicidaires pour les trains! y'en a marre des trains en retard :P )
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par Zaboum » Jeu Juin 21, 2012 11:20

omega a écrit :Chacun espère son "maître" ou sa voie, en quelqu'un ou quelque part... puis un jour, on comprend que ça n'existe pas ... et on finit enfin par le rencontrer ... en soi-même.
On s'aperçoit que du premier jour jusqu'au dernier, on a toujours pu et on pourra encore compter sur soi.
Ca ne veut pas dire qu'il n'y a rien à attendre des autres, mais plutôt des coups de pouce, des rencontres, des révélations de passage, des étincelles. Chacun enrichit les parcours des autres, au gré des hasards des rencontres. C'est ça qui est beau et infiniment riche dans la vie.


Quelle belle conclusion ! Je la rejoins peu à peu. Tu as mis combien de temps pour en arriver à cette synthèse ?
Une NT bien dans sa bulle

ΓΝΩΘΙ ΣΑΥΤΟΝ
ΜΗΔΕΝ ΑΓΑΝ
Avatar de l’utilisateur
Zaboum
Passionné
 
Message(s) : 543
Inscription : Ven Déc 23, 2011 16:06
Localisation : France


Retour vers Asperger, Solitude et Peur

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron