L'envie de mourir ou de parler de suicide

Espace dédié à la dépression et aux pensées suicidaires chez l'autiste.

L'envie de mourir ou de parler de suicide

Message par Elaine Taveau » Ven Juil 28, 2006 16:44

L’envie de mourir, parler de suicide, se frapper ou se mutiler dans certains cas, passer à l’acte dans d’autres, c’est le lot quotidien de nos enfants Asperger.

Les Asperger sont CAPABLES de réussite; mais le milieu scolaire les rejette, les prend pour des demeurés à cause de leur maniérisme et préfère les considérer comme des CRÉTINS SAVANTS... mais avant tout crétins... C’est tellement plus facile que de faire l’effort d’y regarder de plus près et d’y voir l’intelligence éducable qui existe sous les attitudes extérieures bizarres ou excentriques des Asperger.

Extrait du texte de Michelyne Saillant
Elaine Taveau
Passionné
 
Message(s) : 380
Inscription : Lun Sep 19, 2005 14:36

Asperger, dépressions et envie suicidaire

Message par Gan » Mar Août 01, 2006 20:53

Bonsoir, madame Taveau.
J'ai, enfin vous savez que, j'ai l'hiver très souvent un cas de dépressions ( La preuve, en 2004). Mais cet hiver, j'ai encore voule, passé à l'acte suicidaire, j'en venais jusqu'a me'asseoir sur le rebord extérieur de ma fenêtre de chambre... C'était un cauchemard! Et je pensais aussi à cette fichue question sur ma sexualite!
C'était vraiment trop soulant, pour moi.
Hugues.
Gan
 

Message par Elaine Taveau » Mer Août 02, 2006 10:04

Je n'ai pas de réponse Hughes. J'ai ouverte ce forum car je sais qu'il y a beaucoup d'Asperger qui ont l'envie de se suicider et j'ai pensé que parler des difficultés qui ont à vivre pouvaient les aider. Le livre d'Isabelle Henault 'Sexualité et syndrome d'Asperger peut peut etre vous aider à comprendre certains de vos difficultés.

Elaine Taveau
Elaine Taveau
Passionné
 
Message(s) : 380
Inscription : Lun Sep 19, 2005 14:36

Message par Gabriel » Mer Août 09, 2006 22:23

Onizuka Eikichi a dit : « c'est débile de se suicider. »
bon ti klébar
Gabriel
Enthousiaste
 
Message(s) : 40
Inscription : Ven Avr 21, 2006 22:49
Localisation : Montpellier

Message par Nita » Jeu Août 10, 2006 13:35

Gabriel a écrit :Onizuka Eikichi a dit : « c'est débile de se suicider. »


Bonjour,

Que penses-tu de cette affirmation, Gabriel ?
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par Sylcoyote » Ven Août 11, 2006 7:15

Bonjour :) ,
"Se suicider" et avoir envie de ne plus exister, ce n'est pas la même chose.
Quand la "coupe est pleine" et que le cerveau refuse de ralentir, il y a des moments ou l'on a l'impression que ce serait le seul moyen de trouver le repos.
Voila, c'est perso, mais bon :cry:
Sylvie, maman de Vincent (25/11/94), Asperger et de Baptiste (23/06/00), Autiste de Kanner.
Sylcoyote
Regulier
 
Message(s) : 63
Inscription : Lun Juin 13, 2005 4:25
Localisation : Saône et Loire

Message par Gabriel » Dim Août 13, 2006 18:17

Nita a écrit :Que penses-tu de cette affirmation, Gabriel ?

Ah, moi je suis plutôt d'accord, du moins, sinon débile, une mauvaise option. Malheureusement, les envies suicidaires sont très peu sensibles aux arguments intellectuels ; mais aux petites, grandes joies, et petites, grandes souffrances.

Sylcoyote a écrit :on a l'impression...

Voilà : impression, c'est ça : que faire contre une impression?
bon ti klébar
Gabriel
Enthousiaste
 
Message(s) : 40
Inscription : Ven Avr 21, 2006 22:49
Localisation : Montpellier

Message par Nita » Lun Août 14, 2006 2:44

Je ne peux pas me permettre d' exprimer mon point de vue personnel sur le suicide, mais je peux vous dire que j' ai souvent eu le désir de mourir.
Dans les moments où le degré de souffrance est supérieur aux moyens dont je dispose pour y faire face.

Mais je suis extrêmement heureuse d' avoir raté mes tentatives de suicide, et de ne plus en refaire depuis longtemps, parceque, contrairement à ce que je croyais quand j' étais "au bout du rouleau" comme on dit, j' ai réussi -grâce à une aide extérieure, à trouver les moyens de me ressourcer.

Sylcoyote a écrit : "Se suicider" et avoir envie de ne plus exister, ce n'est pas la même chose.
Quand la "coupe est pleine" et que le cerveau refuse de ralentir, il y a des moments ou l'on a l'impression que ce serait le seul moyen de trouver le repos.


Tout à fait d' accord, en ce qui me concerne.



Gabriel a écrit :Voilà : impression, c'est ça : que faire contre une impression?


Il est trés difficile de raisonner une personne qui a cette impression.
D' où la difficulté de l' aider. Mais difficile ne veut pas dire impossible.
[/quote]
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par Invité » Ven Sep 15, 2006 22:32

je supprime ce message parce que ce que j'ai dit est irrespecteux.
Dernière édition par Invité le Sam Sep 16, 2006 20:47, édité 1 fois.
Invité
 

Message par pat » Lun Août 13, 2007 2:35

Pour ma part, j'ai déjà voulu...Je le veux encore et ce depuis 29 mois(2 ans et 5 mois)... Je ne réussis quand même point à me suicider et je ne sais même pas pourquoi... Je sais pas si c'est commun pour tous les aspie, mais mon intervenante psychologue m'a dit que, pour moi, ressentir une émotion quelconque est beaucoup plus difficile que la "normale"... Alors la joie est une émotion et pourquoi vivre quand on est jamais ou presque jamais joyeux... Avant je vivais pour le monde à qui je tenait, mais j'ai appris que certains d'entre eux me disait que je ne leur apportait rien dans leur vie donc un inutilité de ma part d'être dans leur vie... Mais bon à quoi bon vivre quand on est jamais heureux... tk
pat
 

Message par Mareen » Jeu Août 16, 2007 17:14

Bonjour,

Certains jours il m'arrive d'y penser. Lorsque je fais le bilan de ma vie, que je pense aux nombreux efforts faits tous les jours, au combat que je mène lorsque je cherche à me fondre dans la masse sociétale, à exister et qu'en face je croise des personnes (ignorant ou refusant de voir ces efforts) me compliquer une situation déjà complexe pour moi, je me demande à quoi peut servir ma vie sur Terre. Seule l'amour et la présence de la personne aimée me dissuade de m'autolyser. C'est mon souffle de vie dans cette société suffocante pour moi.

Voilà, je donne mon avis en espérant avoir choqué personne.
Mareen
 
Message(s) : 7
Inscription : Mer Sep 14, 2005 10:41
Localisation : Ile de France

Message par florent155 » Sam Sep 01, 2007 5:36

Non, ca ne me choque pas :)
Moi par contre les envie de mourr des fois !! On m'y encourage même !!!!!
florent155
 

Message par katharyna » Dim Avr 06, 2008 14:11

L'envie de plus souffrir je connais, j'ai fait tant de TS que je ne sais même plus combien en tout. Heureusement que j'ai connu un psy qui m'a aidée même s'il n'a pas posé de diagnostic autre que repli autistique. Je dois me refaire hospitaliser dans sa clinique parce que sinon je suis trop seule et que je déprime. Mais seulement il est absent quelques jours et les autres de la commission d'admission veulent me mettre dans une chambre à deux et moi ça me rend malade d'angoisse d'avoir à faire tout le temps des efforts pour mettre un masque de politesse alors que la personne à coté de moi me parle et que je dois faire des pirouettes verbales et intellectuelles pour répondre ce qu'il faut et ne pas me sentir bête, sans intérêts et sans conversation.Je suis terrorisée à l'idée de partager ma chambre avec une inconnue à tel point que je ressens de la colère contre les autres et que je retourne contre moi même physiquement et moralement, de la peur d'étouffer, d'être privée de liberté et de la solitude d'une chambre seule. La possibilité de m'isoler est vitale pour moi si on m'en prive je suis malade, c'est comme si on m'empêchait de dormir, boire et manger, c'est le repos du guerrier car être avec les autres pour moi c'est mener une guerre sans merci contre moi-même car en même tant j'ai envie de communiquer mais j'ai aussi envie de fuir et d'être seule la seule chose qui me motive pour être avec les autres c'est que je puisse être seule à ma guise quand je n'ai pas cette possibilité là j'en suis malade à vouloir mourir tellement je suis angoissée. Comment leur faire comprendre la nature de mon mal être , il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veux entendre pourtant je leur ai dit et répété mais il refusent de comprendre. :cry:
katharyna
Nouveau
 
Message(s) : 13
Inscription : Sam Mars 29, 2008 10:51
Localisation : paris

Message par Nita » Dim Avr 06, 2008 15:44

katharyna, on pourrait croire que c' est moi qui ai écrit ce message.
Et je pense que d' autres aspies se sont dits la même chose en te lisant.

Pour ce qui est des séjours en hopital psy, dans celui où j' ai été plusieurs fois, j' avais droit à une chambre individuelle pendant la première semaine. Au bout d' une semaine, on me mettait en chambre double ou triple... supporter la présence d' une autre personne c'est déjà difficile (doux euphémisme) mais 2 autres personnes... argh ! Heureusement que j' étais bourrée de neuroleptiques, et que personne ne s' offusquait de mon mutisme, cela m' a évité de me prendre la tête avec des considèrations d' ordre de politesse par exemple... mais toute abrutie que j' étais par les médocs, la promiscuité m' était absolument intolérable.
En plus, j' avais peur des autres patients, y compris mes voisines de chambre, la plupart étaient psychotiques, certains violents.

Une fois, j' ai partagé la chambre d' une jeune femme qui avait des hallucinations la nuit et me réveillait pour me parler des personnes imaginaires qu' elle avait vues.

Moi je dis que la place des autistes n' est pas en hopital (ou clinique) psychiatrique, avec des personnes psychotiques et violentes.
Dans mon cas, cela n' a fait qu' aggraver mes angoisses et ma phobie sociale.
Après mon dernier internement, je suis restée enfermée chez moi pendant 6 mois.
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par soleil_vert » Lun Avr 07, 2008 2:35

Tout simplement honteux!

Personnellement, je trouve cela très grave et symptomatique d'un manque de professionnalisme de la part des professionnels soignants.

Ca va à l'encontre même d'un quelconque processus thérapeutique!

Si un "replis autistique" est diagnostique, sachant que cela implique un handicap au niveau de la sociabilisation, alors faire vivre une personne autiste avec une autre personne ça entre normalement dans le cadre de la thérapeutique.
Hors si ça n'est pas controlé, c'est une faute professionnelle.

Par ailleurs il tombe sous le sens qu'on ne peut pas se sociabiliser de façon adéquate avec une personne qui hallucine à coté de vous ou qui est menaçante ou fatiguante.

Dans ce cas il vaut mieux demander à entrer dans un établissement où il y a un PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE AUTISTE, car sincèrement, ce genre de situation comme le montre l'experience de Nita, fait plus de mal qu'autre chose.

J'ai cherché je ne trouve pas de tel protocole hélas, si vous en trouvez, n'hésitez pas à les ramener avec vous dans les instituts de santé, ou a les faire connaitre.
soleil_vert
Regulier
 
Message(s) : 96
Inscription : Dim Sep 16, 2007 21:22
Localisation : bordeaux

Message par armkreuz » Lun Avr 07, 2008 3:31

J'ai moi même fait une tentative de suicide sérieuse. Je m'étais isoler près d'un champ de maïs avec ma voiture. J'ai insérrer un tuyau de l'exaust. J'ai ensuite bu ½ bouteilles de vodka pour suporter l'odeur. Je suis rester à l'intérieur pendant environs une heure et quart, quand 2 gars en 4 roues sont passé par là et m'ont trouver. C'est presqu'un miracle que je n'y sois pas rester après autant de temps...et ce sans séquelles au cerveau. Je n'ai jamais vraiment su pourquoi j'ai fais ça. C'étais la 2e fois que je tentais. Je ne me sentais pas vraiment dépressif. J'ai découvert récemment que je suis probablement atteint de SA. Donc sa explique plein de chose pour moi.

J'avais une conjointe avec qui j'étais très bien, mais nous nous sommes laisser depuis déjà 6 mois, après une relation de 7 ans ( ma première relation avec une femme d'ailleurs ). Dommage que l'on ait pas su plutôt quel était mon mal être. Sa aurait beaucoup aider notre relation.Mais bon, je garde quand même contact avec elle puisque nous avons un garçon de 6 ans.

J'ai réussi à rencontrer une autre fille ( merci Internet ), mais ça n'a pas marcher. Je me rends compte aujourd'hui pourquoi j'avais eu de la difficulté à rencontrer quelqu'un auparavant, et que ce le sera encore une fois. En espérant pouvoir trouver une autre fille comme mon ex conjointe, avec qui je me sentirai aussi bien et qui acceptera ma façon d'être.

Je dois par contre controlé mes envies suicidaires en période de "crise". Lorsque j'angoisse à l'idée de voir des gens.
Bon, je ne sais plus trop quoi dire pour ce soir.
Avatar de l’utilisateur
armkreuz
Enthousiaste
 
Message(s) : 39
Inscription : Lun Mars 24, 2008 5:08
Localisation : Beauharnois, Québec

Message par Timide_08 » Lun Avr 07, 2008 5:10

Bonjour Armkreuz, s'il vous prend des idées suicidaires, je comprend ce que vous ressentez, je me suis déja bourrée d'idées suicidaires quand on me disputait à cause d'écarts de conduite chez mes parents, mais le soir d'une journée morose, je me suis enfermée dans ma chambre ne voulant voir personne et avec des idées noires mais, au lieu de d'achever ma vie, j'ai ouvert mon lecteur de CD musique et là j'ai mis une chanson réconfortante: Même si tu m'oublies...

Même si tu m'oublies.

Marcher sur tes pas.
Prendre ta main te montrer où tu vas.
Sourire encore à chaque effort.
Faire comme si demain, n'existait pas.
Saisir les moments où tes yeux d'avant doucement me regardent.
Être plus fort que le mauvais sort.
Arrêter le temps.

Même si tu m'oublies.
Même s'il se fait tard.
Je veillerai toujours sur notre histoire.
Même si tu m'oublies.
Même si tu as peur dans le noir.
Je suis ta lumière, ta mémoire.

Souviens-toi de nous.
Du premier regard, du désir de nos corps.
De notre amour, au delà des jours.
Le rest on s'en fout.

Même si tu m'oublies.
Même s'il se fait tard.
Je veillerai toujours sur notre histoire.
Même si tu m'oublies.
Même si tu as peur dans le noir.
Je suis ta lumière, ta mémoire.

Et peut-être qu'à deux on pourra.
Que d'y croire plus fort suffira.
Les miracles existent encore.
Il n'y a pas de loi, il n'y a que toi.

Même si tu m'oublies.
Même s'il se fait tard.
Je veillerai toujours sur notre histoire.
Même si tu m'oublies.
Même si tu as peur dans le noir.
Tu es ma lumière, mon espoir.

Même si tu m'oublies.
Même s'il se fait tard.
Je veillerai toujours sur notre histoire.
Même si tu m'oublies.
Même si tu as peur dans le noir.
Je suis ta lumière, ta mémoire.

J'ai changé quelques bribes de la chanson, pour vous:

Même si vous ne voulez plus la vie et que vous avez peur dans le noir,
Elle vous éclairera et vous donnera de l'espoir.
:( :wink:
Rouges sont les roses, bleues sont les violettes,
je suis timide mais je me soigne...
Timide_08
Regulier
 
Message(s) : 124
Inscription : Mar Jan 22, 2008 1:01
Localisation : Quebec

Message par Otis » Mar Mai 27, 2008 22:25

Moi ça a été l'hiver de mes dix-sept ans, très fort, tous les jours. Mais depuis ça va mieux, j'ai bâti des défences énormes.
je ne suis ni pour ni contre vous, bien au contraire
Otis
Passionné
 
Message(s) : 432
Inscription : Ven Fév 15, 2008 19:54
Localisation : bxl

Message par Timide_08 » Jeu Juin 12, 2008 11:33

Adieu la vie et à mes amis :cry:
Rouges sont les roses, bleues sont les violettes,
je suis timide mais je me soigne...
Timide_08
Regulier
 
Message(s) : 124
Inscription : Mar Jan 22, 2008 1:01
Localisation : Quebec

Message par Invité » Jeu Juin 12, 2008 22:14

Qu'est-ce qui t'arrive Timide :?:

Vient nous raconter si tu en as marre....on est un peu là pour ça aussi, tous.
Et puis on est bien placés pour comprendre...

Alors reste pas seule, et dis-nous :!:
Invité
 

Suivant

Retour vers Asperger, Dépression et Envie Suicidaire

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron