Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Espace dédié à la dépression et aux pensées suicidaires chez l'autiste.

Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Dire-un-mot » Mer Juin 05, 2013 0:56

J'aimerais recueillir des témoignages et des avis sur ce sujet.

Je souffre d'alexithymie (difficultés à exprimer verbalement des émotions), ce qui épaissie considérablement la barrière entre moi et le monde.
Mais surtout je souffre de ce qui me semble être un trouble explosif intermittent, ceux qui auront lu Poupie régulièrement, sauront de quoi je parle : colères explosives, violentes, non contrôlées et n'ayant pas de raisons apparentes.
Je peux jeter des objets, hurler, casser des choses, me mettre des baffes, me taper la tête contre un mur à m'en faire saigner et dans le pire des cas me mutiler (une fois) et m'en prendre aux autres. Dans ces épisodes, l'envie d'en finir avec mon existence est très forte et je la verbalise de façon répétitive et excessive.
Je n'évoque pas ce trouble par hasard, il s'agirait selon Tony Atwood d'une comorbidité du syndrome d'Asperger (Le syndrome d'Asperger, guide complet, 3ième édition). Dans le chapitre sur la colère (Chapitre 6 - Comprendre et exprimer les émotions, 5ième partie - La colère) Tony Atwood décrit (je cite) ce qu'il faut faire et ne pas faire "lorsque la personne Asperger est extrêmement en colère et perd rapidement le contrôle d'elle même, c'est à dire qu'elle perd son sang froid et entre dans un état de fureur (...) lorsque les sentiments de colère sont extrêmement intenses et mènent à une fureur explosive, un terme diagnostique peut s'appliquer à certaines personnes avec le Syndorme d'Asperger. Le Trouble Explosif Intermittent, ou TEI figure dans le manuel diagnostique DSM-IV, et est définit comme suit : "La personne a plusieurs épisodes d'incapacité à résister à des impulsions agressives, aboutissant à des voies de fait graves ou a la destruction de biens; le degré d'agressivité exprimé durant les épisodes est sans commune mesure avec un quelconque facteur de stress psychosocial déclenchant, et n'est pas mieux expliqué par un autre trouble mental (trouble de la personnalité, trouble psychotique, trouble du comprotement ou TDAH) ou par l'alcool et les drogues. (Association Américaine de Psychiatrie 2000, p.667)."

C'est devenu insoutenable. Je suis dans l'incapacité totale de maîtriser ces états quand ils surviennent, ni même de les prévoir. Je me suis créé un "plan anti-colère" qui est affiché depuis quelques jours sur le frigo. Je n'ai pas eu l'occasion d'en tester l’efficacité pour le moment, je ne sais pas si ça m'aidera.
J'ai écrit au CRA hier soir, en leur demandant de l'aide, ils ont fait une réunion d'équipe ce matin et ont décidés de me donner rendez vous la semaine prochaine, avec une psychologue et le neuropsychologue du centre (que j'aime beaucoup).
J'ai l'espoir qu'ils pourront trouver une solution efficiente. J'avais déjà parlé des problèmes de colère, ils m'avaient dit qu'ils connaissaient.

D'autres traversent-ils ça ou l'ont-ils traversé ? Connaissez vous des solutions ?
Diagnostiqué.
Avatar de l’utilisateur
Dire-un-mot
Passionné
 
Message(s) : 303
Inscription : Ven Mai 04, 2012 11:07

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par lliw » Mer Juin 05, 2013 7:30

Dire-un-mot a écrit :J'aimerais recueillir des témoignages et des avis sur ce sujet.

Je souffre d'alexithymie (difficultés à exprimer verbalement des émotions), ce qui épaissie considérablement la barrière entre moi et le monde.


Je suis atteint aussi d'alexithymie, je ne dirais pas que j'en souffre directement, c'est plutôt mon entourage qui en souffre, plus précisément ma copine, elle n'arrive pas à comprendre pourquoi je n'arrive pas à dire des choses qui semblent très simple à dire pour elle et je n'arrive pas vraiment à lui expliquer pourquoi, comment poupie85 arrive t-elle à le comprendre?

Sinon je n'ai aucun TEI c'est même plutôt le contraire j'essaye de ne pas rentrer en connexion avec les gens de quelque manière que ce soit, par contre quand j'étais ado, je met mettais dans des rages terribles si je trouvais quelque chose injuste et je frappais souvent la personne, j'étais un peu violent mais c'était pas un tord, comme cela je n'ai pas subi les moqueries de mes camarades au collège et lycée par exemple.

Je pense que la seule solution malheureusement ou heureusement, ce soit le sport, c'est comme ça que j'ai pu canalisé mon énergie et ma colère. Dans ton cas, le plus pratique serait d'installé un punching ball dans une pièce a part et dés que tu sens que tu vas te mettre en colère contre toi ou quelqu'un d'autre, il faut aller la décharger de suite, je suis presque certain que tu auras des résultats, une amélioration et une diminution de ton trouble assez rapidement
Avatar de l’utilisateur
lliw
Passionné
 
Message(s) : 728
Inscription : Jeu Avr 12, 2012 17:34

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Dire-un-mot » Mer Juin 05, 2013 8:42

lliw a écrit :Je suis atteint aussi d'alexithymie, je ne dirais pas que j'en souffre directement, c'est plutôt mon entourage qui en souffre, plus précisément ma copine, elle n'arrive pas à comprendre pourquoi je n'arrive pas à dire des choses qui semblent très simple à dire pour elle et je n'arrive pas vraiment à lui expliquer pourquoi, comment poupie85 arrive t-elle à le comprendre?


J'en souffre directement, c'est un isolement de plus, une incompréhension de plus. Je dois décrire mes ressentis par écrit pour que Poupie les comprennent. Souvent nous parlons par textos alors que nous sommes ensembles.

lliw a écrit :Sinon je n'ai aucun TEI c'est même plutôt le contraire j'essaye de ne pas rentrer en connexion avec les gens de quelque manière que ce soit, par contre quand j'étais ado, je met mettais dans des rages terribles si je trouvais quelque chose injuste et je frappais souvent la personne, j'étais un peu violent mais c'était pas un tord, comme cela je n'ai pas subi les moqueries de mes camarades au collège et lycée par exemple.

Je pense que la seule solution malheureusement ou heureusement, ce soit le sport, c'est comme ça que j'ai pu canalisé mon énergie et ma colère. Dans ton cas, le plus pratique serait d'installé un punching ball dans une pièce a part et dés que tu sens que tu vas te mettre en colère contre toi ou quelqu'un d'autre, il faut aller la décharger de suite, je suis presque certain que tu auras des résultats, une amélioration et une diminution de ton trouble assez rapidement


Enfant, j'ai subi, je ne connaissais que le replis sur moi même, dans mon monde. Ado, ce fut pareil (moqueries, brimades, on s'en prenait aussi à mes affaires), jusqu'en 4ième ou j'ai agressé un autre ado qui se moquait de moi. Mais ça n'a rien changé, en 3ième j'étais à nouveau la cible, le "débile" de service. Au lycée je n'étais pas violent, mais agressif au moindre signe de ce qui me paraissait être négatif envers moi. Le résultat était le même, j'étais seul.

Je n'aime pas le sport, j'ai beaucoup de mal à m'y tenir. Quand je suis en colère, je peux taper dans un coussin pendant un quart d'heure, que ça ne décharge pas l'énergie que j'ai à ce moment là.
Diagnostiqué.
Avatar de l’utilisateur
Dire-un-mot
Passionné
 
Message(s) : 303
Inscription : Ven Mai 04, 2012 11:07

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par lliw » Mer Juin 05, 2013 8:53

Dire-un-mot a écrit :
J'en souffre directement, c'est un isolement de plus, une incompréhension de plus.


ça doit être parce que j'ai complètement intégré le fait d'être isolé des gens pour toujours pas d'une manière physique mais plutôt d'une manière psychique
Avatar de l’utilisateur
lliw
Passionné
 
Message(s) : 728
Inscription : Jeu Avr 12, 2012 17:34

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Quercus » Mer Juin 05, 2013 9:08

Je connais ce problème. Je me suis déjà blessé en frappant des choses un peu trop solides. Je ne contrôle plus ma rage, je deviens très agressif verbalement et parfois physiquement. Les deux pires choses que ça a provoqué sont une arrestation par la BAC et une tante qui s'est évanouie.

Je venais de péter un plomb dans une discussion avec ma mère et je m'étais réfugié dans ma chambre pour essayer de me calmer. Ma tante frappe à la porte et je lui dit de ne pas entrer. Elle entre quand même et m'attrape les bras et commence à me essayer de me calmer. Je lui ai hurlé dessus et je l'ai menacée tellement violemment qu'elle s'est évanouie et est tombée raide sur le plancher. Je l'ai laissée là et je suis retourné me calmer. On en à jamais reparlé. Je ne l'aime pas, elle a une voix aigüe et elle se mêle toujours de ce qui ne la regarde pas. Je ne sais pas pourquoi cette histoire me fait rire à chaque fois que j'y pense.

Aujourd'hui je sens quand il est possible que je perde le contrôle et je m'isole avant que les choses n'aient une chance de dégénérer. Ca ne marche pas toujours. Des fois ça arrive pour des choses d'apparence futile et les gens autour ne comprennent pas ce qui a pu déclencher une telle réaction. J'ai bien failli frapper mon beau-père il y a quelques semaines parce qu'il voulait encore que j'aille chez le coiffeur et que je rase ma barbe.
Avatar de l’utilisateur
Quercus
Regulier
 
Message(s) : 88
Inscription : Jeu Nov 29, 2012 10:03
Localisation : Bretagne

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Dire-un-mot » Mer Juin 05, 2013 9:40

Je vais tenter les pompes, si j'arrive à y penser.
C'est le soucis des colères : je ne raisonne plus.
Diagnostiqué.
Avatar de l’utilisateur
Dire-un-mot
Passionné
 
Message(s) : 303
Inscription : Ven Mai 04, 2012 11:07

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par poupie85 » Mer Juin 05, 2013 9:48

Quercus a écrit : Ma tante frappe à la porte et je lui dit de ne pas entrer. Elle entre quand même et m'attrape les bras et commence à me essayer de me calmer. Je lui ai hurlé dessus et je l'ai menacée tellement violemment qu'elle s'est évanouie et est tombée raide sur le plancher. Je l'ai laissée là



:lol: :lol: :lol:

Il y a quelques mois, j'aurais lu ça et j'aurais été choquée. J'aurais fait de l'empathie pour ta tante et je t'aurais vu comme un monstre. Aujourd'hui que je connais le mode de pensée Asperger et que j'ai l'habitude des crises, ça m'a fait délirer d'imaginer la scène :mrgreen:

D'ailleurs avec Dire-un-mot aussi on commence à rire des crises ( après, bien sûr, j'en garde des " séquelles ", et je digère à ma façon, seule ) mais en parler et en rire permet de bien dédramatiser... On a une complicité ultime à ce moment.

Exemple : L'avant-dernière crise. Il pète un plomb bien comme il faut et ensuite les choses se calment et on se pose devant Le grand cabaret sur Fr 2. Y'a un jongleur hyper habile qui fait son show sur une musique electro. Dire-un-mot prend les biberons de la petite et commence à jongler avec en chantant la musique.

Je lui rappelle alors qu'il était en mode gros dépressif il y a 5 min à peine :mrgreen: Le ridicule de la situation aide à décompresser. Car ça peut passer comme c'est venu.

Mais bon, j'aimerais qu'on l'aide à gérer sa colère. D'après Attwood c'est dû à un harcèlement moral et des brutalités subies dans l'enfance ( ce qui est son cas ).
Au CRA ils ont parlé d'unités de gestion de colère. On verra la semaine prochaine.
Fiancée d'un homme très probablement Asperger, diagnostic le 25 septembre.
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Anatheia » Mer Juin 05, 2013 11:49

Pour l'alexithymie, je parle sur gtalk avec mon copain. Sinon, j'essaye de m'exprimer quand on est dans un endroit non familier et que je ne puisse rien faire d'autre (je ne peux pas aller me réfugier dans la chambre, dans un livre, sur le pc, devant la télé, etc. Genre coincée dans la voiture...)

Pour les colères, c'est bien moins intense, je pense. Ça ne va pas jusqu'à un TEI.
Par contre, je suis vite agressive, et c'est surtout verbale. Je dis les choses et ça blesse toujours. Genre expliquer pendant une heure avec des mots assez agressifs que l'avis de mon copain, c'est de la grosse merde. Il m'a fait la gueule pour ça, hier.
Physiquement, je me contiens.

J'ai été témoin toute mon enfance des crises de colère de mon père et mon frère, quand c'était le cas, pour éviter de se défoncer mutuellement, ils frappaient les fenêtres, les murs, etc. On a passé pas mal de temps aux urgences. Cela m'angoissait terriblement et me faisait toujours pleurer, donc je pense que la violence physique me fait peur et je me contrôle le plus possible.
Always running from the Sun.
Avatar de l’utilisateur
Anatheia
Passionné
 
Message(s) : 678
Inscription : Jeu Fév 14, 2013 15:42

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par corpsy » Jeu Juin 06, 2013 3:36

Je pense aussi avoir une alexithymie, je vais donner deux ou trois trucs, histoire de savoir si oui ou non ça peut laisser penser que s'en ai une :

Je ne peux pas répondre aux questions du style : "Quel sont t'es films préférés, tes plats préférés ?". Je n'ai jamais dit à quelqu'un, du moins oralement, que je l'aime bien, par contre je sais très bien lorsque je n'aime pas quelqu'un. :lol:
Je ne sais pas vraiment me rendre compte lorsque je stresse, et je suis incapable de me visualiser ce qu'est l'anxiété ; je n'arrive pas vraiment à dire si j'aime ou non un plat, du coup je réponds toujours la même chose, " oui ça va " ; je peux avoir le sentiment d'aimer une chanson, tout en ayant le sentiment de la détester ; pour finir, je n'ai pas souvenir d'avoir exprimé ce que je ressens, en fait je serais bien incapable de le décrire correctement.

A noter que je colle très bien avec la schizoïdie, et que ma gestion de la peur est étrange — présente, mais je semble que tout est décalé, je pourrais faire une chose dangereuse sans avoir peur, mais en même temps ressentir de la peur pour une chose qui n'en provoque pas forcément.
Avatar de l’utilisateur
corpsy
Passionné
 
Message(s) : 254
Inscription : Lun Déc 31, 2012 5:57
Localisation : Lyon

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Rem82 » Jeu Juin 13, 2013 23:58

Oulah il y a plein de messages ou je me reconnaît mais vachement , comme si c'était moi qui l'écrivais ! :shock:

J'ai pas lu l'intégralité de la discussion , à peine le tiers (Pas motivé à tout lire ce soir) , je prendrai le temps demain de comprendre parfaitement ce que c'est l'alexithymie (Première fois que je fais connaîssance avec ce mot ! ^^) car des crises de colères dans mon cas c'est légion ! :twisted: Et hélas ! :( (Style frapper sur des objets comme mon PC ou gueuler tout seul sur tout qui me fait chier dans tous les domaines dans ma vie et j'ai rien dit !) Et quand j'étais ado alors là c'était l'apothéose !!!! :roll:
Rem82
 

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Azuryth » Sam Juin 29, 2013 2:59

Wow ....
Mes crises ont toujours rendues perplexes les medecins. Parce que je suis une personne douce, posée, et d'un calme logique. Sauf que lorsque je fais des crises... J'ai limpression que je me transforme en véritable monstre. Je deviens explosive, je cris (alors que je parle tun ton tres doux et bas). Deja que quand je suis "normale" la communication avec moi est difficile si on me parle pas dune chose qui me passionne, dans ces crises elle est absolument impossible. Si j'essaie ou quon m'y force, je suis inconhérente, je cris, je peux pleurer parfois. Je suis tres souvent d"un calme froid explosif et inquietant. Quand j'ai ete hospitalisee, ils ont du me mettre sous contention et medicament fort pour me calmer. Jai des comportements automutilatoires, qui revulse mes proches et qui les poussent a men empecher, me tenir. Grave erreur. Je peux devenir violente avec lautre personne, fraper, crier.

Maintenant j'arrive a m'isoler avant que ca degenere pour proteger les autres. Je peux me bercer et me cogne la tete contre le mur pour me calmer. Me griffer, gratter jusquau sang et continuer encore. Je peux me couper. Je suis .. Meconnaissable.

Ce qui traumatise le plus la personne qui pourrait etre presente, cest que je suis quelquun de doux, calme, joyeuse, contre la violence, je n'hausse pas la voix. Cest l'immense constraste entre la moi et celle des crises. Ces crise sont declenchera par des details tellement debiles et infimes mais tellement vital pour moi. Ca arrive tres souvent aussi apres une trop longue exposition a des stimulis sensoriels (jai un trouble de la modulation sensoriel important)
On n'avait aucune idee de ce que ca pouvait etre. Donc... Ca pourrait etre a cause de l'autisme ?
Azuryth
Passionné
 
Message(s) : 159
Inscription : Ven Juin 07, 2013 20:09
Localisation : Québec

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par poupie85 » Sam Juin 29, 2013 10:07

Azuryth a écrit :On n'avait aucune idee de ce que ca pouvait etre. Donc... Ca pourrait etre a cause de l'autisme ?


Le syndrôme d'Asperger, Guide complet, 3ème édition. Tony Attwood.
Chapitre sur la Gestion des conflits, LA COLERE, p. 163.

La rapidité et l''intensité de le colère, souvent en réaction des un événement relativement trivial, peuvent être extrêmes. (...) Lorsque la personne Asperger est en colère, elle ne semble pas être capable, par rapport à son âge et à ses capacités dintellectuelles, de faire une pause et de penser à des stratégies alternatives pour résoudre la situation. Il y a souvent une réaction physique instantanée et irréfléchie. Lorsque la colère est intense, la personne Asperger peut être dans "une rage folle" et être incapable de voir les signaux indiquant qu'il serait approprié de s'arrêter.

Les situations de colère peuvent aussi être la réponse dans des situations où on attendrait d'autres émotions ( ex : répondre à la tristesse par la colère ).
Certains manifestent la volonté " d'être seuls", d'autres cassent du verre, frappent un oreiller, hurlent, ou comme dit Luke : " Quand je suis en colère, je dis que je veux me tuer. "
L'un des adolescents m'a confié que quand il était en colère, " il se mettait en colère contre ceux qui tentaient de le réconforter ". Les mots et les gestes rassurants peuvent déboucher sur une réaction agressive. (...)

Une autre raison des problèmes de gestion de l"humeur figure le fait d'avoir du mal à exprimer ses émotions avec des mots ( alexithymie ), et d'utiliser des actes physiques pour extérioriser son humeur et libérer l'énergie émotionnelle. Parfois, la colère vise délibérément une personne en vue d'atteindre un ré-équilibrage affectif.

Comprendre et accompagner la personne autiste, Wendy Lawson, p.63, AUTO MUTILATION

Il est très important que la personne Asperger ne devienne pas sur-stimulée. Qu'elle évite toute surcharge sensorielle. Cette surcharge pourrait être le déclencheur d'une anxiété qui aboutirait à une conduite auto-destructrice ou agressive. Parfois, lorsqu'on se met à se cogner la tête ou à se mordre les doigts jusqu'au sang, c'est qu'on en peut plus ! Il est sage de reconnaître les signes avant d'en arriver à ce stade. Comme la personne Asperger est différente sur le plan du fonctionnement intellectuel, elle peut trouver dans l'automutilation ou les cris une manière de se "soulager" de la douleur que lui procure la surcharge sensorielle.

Quelques signes-clés indiquant que la personne arrive en surcharge sensorielle :

- Marche de long en large
- Se met les mains sur les oreilles
- Hurle
- Tourne sur lui-même ou se balance avec excès
- Parle de plus en plus fort
- Se retire totalement
- Devient agressif
- Se cogne la tête
- S'auto-mutile
- Devient très irritable.
Fiancée d'un homme très probablement Asperger, diagnostic le 25 septembre.
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Azuryth » Sam Juin 29, 2013 16:21

Ohhh, alors que depuis 4 ans que les paychiatre et paychologues me disent quasiment que je suis folle a cause de ces crises (aucun na penser a l'autisme). Ca semble prendre du sens avec l'autisme. Que je n'arrive pas a me controler. Que je deviens totalement hor d'atteinte, ou la communication est impossible. Quand j'y repense, mon ex m'avait deja dit qu'il avait l'impression d'avoir une enfant autiste comme blonde (il parle de ceux qui ne parlent pas, qui ne communiquent pas, qui font des crises violentes et que deux secondes apres ont l'air tout joyeux et innocent. ). Et de sa part... Ca navait rien dun compliment
Azuryth
Passionné
 
Message(s) : 159
Inscription : Ven Juin 07, 2013 20:09
Localisation : Québec

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par poupie85 » Sam Juin 29, 2013 17:50

L'autisme n'est pas que les crises. Un borderline peut faire des crises de ce genre.
L'autisme associe plusieurs troubles bien précis.
Fiancée d'un homme très probablement Asperger, diagnostic le 25 septembre.
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Azuryth » Sam Juin 29, 2013 22:25

Peux tu developper plus ?
Azuryth
Passionné
 
Message(s) : 159
Inscription : Ven Juin 07, 2013 20:09
Localisation : Québec

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par poupie85 » Sam Juin 29, 2013 23:47

Je voulais dire que les crises de colère ou d'automutilation ne sont pas en soi des preuves d'autisme. Mais elles peuvent en être une conséquence.
Je ne sais pas si tu as déjà été diagnostiquée. Je ne sais pas si tu présentes d'autres traits autistiques.

Voici quelques traits de l'autisme :

DANS L'ENFANCE :

L’autisme se caractérise essentiellement par une interaction sociale déficiente.
Déjà au stade de nourrisson, un bébé atteint d’autisme peut ne pas réagir aux autres, ou se concentrer très attentivement sur un centre d’intérêt à l’exclusion des autres pendant de très longues périodes.
Un enfant autiste peut sembler se développer normalement pour se replier ensuite et devenir indifférent à tout contact social. De nombreux enfants autistes affichent une sensibilité réduite à la douleur, mais sont anormalement sensibles aux sensations comme le son, le toucher ou d’autres stimulations sensorielles. Ces sensibilités inhabituelles peuvent se traduire par des symptômes comportementaux comme une résistance au fait d’être câliné ou pris dans les bras.


Le spectre autistique est large et hétérogène mais nombre de ces traits sont communs aux enfants atteints d’autisme ou de troubles autistiques.

Inconscience de l’existence des sentiments d’autrui
Se comporte souvent comme si les autres n’étaient pas là : ne répond pas quand on l’appelle, semble ne pas écouter quand on lui parle, semble ne pas avoir d’émotions, évite le contact visuel, ne répond pas aux signes d’affection
N’arrive pas ou a des difficultés à interagir avec autrui : peu ou pas d’intérêt pour participer aux jeux ou en est incapable, reste seul sans s’activer ou s’occupe avec des activités à caractère rituel, ne réagit pas, la plupart du temps aux sentiments et émotions d’autrui
Besoin de stabilité et de rituel pour se rassurer
S’épanouit dans des cadres structurés
A du mal à accepter le changement, même anodin (il peut provoquer des grandes crises d’angoisses, par exemple si un objet a été changé de place sur son bureau)
Sens de l’imitation déficient
Ne répond pas aux gestes affectueux ou aux jeux des autres quelque soit leur nature ou utilité.
Jeu social anormal
A des lacunes au niveau des aptitudes sociales et incompréhension du sens du jeu
Comportement répétitif et stéréotypé plutôt que créatif et symbolique
Comportement inhabituel avec des jouets ou une partie bien précise des jouets : roues, interrupteurs, vis, certains sons, couleurs ou textures

Difficulté à se servir du langage tant verbal que non verbal pour comprendre les autres et pour communiquer avec eux
Absence totale du langage parlé ou retard dans le développement sans compensation par les gestes ou mimiques
Absence de réponse aux tentatives de communication des autres (pas de réaction par exemple à l’appel de son nom)
Incapacité relative à débuter ou soutenir une conversation
Utilisation stéréotypée et répétitive du langage (écholalies)
Inversion des pronoms (parle à la 3ème personne)
Emploi idiosyncrasique de mots et d’expressions
Anomalie dans la hauteur tonale, l’accent tonique, le débit, la cadence et l’inflexion de la voix. (voix aigue, forte...)
Communication réceptive
Difficultés à comprendre et employer correctement le langage, les gestes et les expressions faciales (ex: rit alors qu’on le réprimande, sautille car la situation l’excite...)
Peu voire aucune compréhension des idées abstraites
Ne comprend pas le sens figuré des mots ou expressions, il l’interprète au sens propre. (ex : en avoir plein le dos, donner un coup demain)
A des difficultés à comprendre les fonctions linguistiques qui reposent sur une activité imaginaire (ex : faire semblant)
Communication expressive
L’excitation, la colère, l’automutilation, l’agressivité, les cris et pleurs apparaissent en cas de frustration, elles expriment une incompréhension
Difficulté à utiliser le langage verbal appris dans le cadre d’une relation avec autrui
Difficulté à suivre une conversation et comprendre son utilité
Les signes d’approbations (sourire, acquiescements, expressions faciales) n’ont aucune utilité ni intérêt pour lui
Absence d’interactions dans une discussion : pas de questions, d’échanges d’idées voire répétitions de mots ou de phrases
Difficultés d’élocution et inflexion inhabituelle et inappropriée de la voix

Mouvements corporels stéréotypés
Fait des mouvements inhabituels et répétitifs l’empêchant de se concentrer suffisamment sur ses activités (agite les mains, claque des doigts, tape les mains, se berce, fait des grimaces...). Ces comportements, difficiles à restreindre sans une action ciblée sont renforçants tant qu’un comportement adapté ne les remplace pas.
Prédilection pour un sujet particulier
Ce centre d’intérêt devient le seul media pour communiquer avec son entourage et l’envahit. (ex : égyptologie, dessins animés, animaux préhistoriques, langues anciennes...)

Source : http://www.vaincrelautisme.org/content/caracteristiques

SUR LE SYNDROME D'ASPERGER PLUS PARTICULIEREMENT :


On retrouve chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger au moins un des symptômes suivants :


Troubles de la communication;
Troubles de socialisation;
Atteintes neuro-sensorielles.
Troubles de la communication

Les personnes Asperger ne présentent généralement aucun retard de développement du langage et la plupart démontrent même un vocabulaire étonnamment développé en raison d’une mémoire excellente (bien que souvent mécanique). Leur compréhension du langage demeure cependant très littérale et concrète. Ces troubles de la communication peuvent se traduire par :

Une difficulté à saisir les notions abstraites, les blagues, les sarcasmes, le langage non verbal ou les locutions. L’expression décrocher la lune, par exemple, risque d’être comprise au premier degré.
Des particularités dans le contenu du langage, dans le ton de la voix ou dans le choix des mots. Les Asperger peuvent inventer des néologismes surprenants pour traduire une idée (par exemple, maman, tes cheveux son virageux, pour dire bouclés), s’exprimer de façon très recherchée (par exemple, je vais extraire un biscuit du sac) ou discourir longuement, et parfois à sens unique, sur leurs sujets favoris.
Des difficultés avec l’emploi des pronoms personnels. Chez les jeunes Asperger, la notion du je peut porter à confusion. Ceux-ci se désignent parfois eux-mêmes par le pronom tu, puisque c’est de cette façon dont les gens s’adressent à eux. Un mécanisme de pensée associatif (par opposition à un mode de pensée logique) conjugué à une difficulté à intégrer la notion de l’autre pourraient expliquer ce phénomène.
De l’écholalie, ou le fait de répéter de façon stéréotypée des bribes de phrases toutes faites ou des questions-réponses.

Troubles de socialisation

Les caractéristiques les plus évidentes du syndrome d’Asperger sont sans doute les déficiences dans le champ de la communication interpersonnelle et le manque d’habileté à comprendre et à employer les règles du comportement social. On qualifie parfois les Asperger de personnes «socialement aveugles». Les troubles de socialisation se manifestent notamment par :

Des difficultés à saisir le sens du langage non verbal. Les Asperger sont incapables de percevoir spontanément la personnalité et les réactions des autres personnes.
Des difficultés manifestes dans l’adaptation des comportements sociaux en fonction de l’environnement ou de la situation. Ce trait démontre bien la marge existante entre le langage parfois très évolué des Asperger et une communication normale.
Une faible habileté à initier et à maintenir une conversation. Les Asperger ne s’adressent souvent aux gens que par l’intermédiaire de leurs intérêts spécifiques. En effet, les contacts sociaux qui sortent de leur routine et les situations nouvelles et imprévues peuvent les angoisser et les amener à adopter des comportements obsessifs et apparemment hors contexte, une gestuelle ou des remarques inappropriées, voire même de l’agressivité.
Une absence de réciprocité sociale et émotionnelle, une apparente attitude de froideur ou une timidité excessive.
Des jeux souvent répétitifs, peu créatifs et rarement utilisés dans un contexte d’interaction sociale.
Une faible estime de soi et une attitude très critique vis-àvis de soi-même.
Cette carence dans la sphère des relations interpersonnelles affecte particulièrement les adolescents, à une période de la vie où l’importance du groupe et les relations avec le sexe opposé sont prédominantes. La grande difficulté des Asperger à nouer des relations amicales ou amoureuses appropriées, et correspondant à leur niveau de développement, peut entraîner une impression d’échec continuel et parfois une période de dépression importante. Ajoutons que les moqueries des pairs s’ajoutent trop souvent à l’isolement social qui affecte les jeunes Asperger.

Atteintes neuro-sensorielles

En raison d’un problème probablement d’ordre neuro-biochimique, les messages transmis au cerveau des Asperger par leurs sens sont mal reçus et laissent place à une interprétation confuse de l’environnement et de la réalité. Malgré une intelligence variant généralement de moyenne à supérieure, les Asperger présentent néanmoins, à divers degrés, des comportements qui peuvent paraître bizarres ou inadéquats. On remarque notamment :

Une restriction importante du champ des activités et des intérêts qui se traduit par des comportements stéréotypés et répétitifs. Leur attachement à la routine et à des rituels souvent non fonctionnels se manifeste par une forte résistance au changement. Dans un monde qui leur semble imprévisible et souvent effrayant, un bruit soudain, une odeur ou un simple changement de trajet vers l’école risque de provoquer des réactions très vives.
Un visage peu expressif, sauf pour exprimer la colère ou les émotions fortes, et un ton de voix souvent monotone.
Des tics et du maniérisme.
Une tendance marquée à fuir le regard direct et à éviter les contacts physiques.
Une démarche qui peut sembler étrange en raison d’habiletés motrices défaillantes. Chez certaines personnes, ces altérations de la coordination motrice peuvent causer des difficultés dans certains jeux ou des activités qui demandent des habiletés motrices comme l’écriture ou le dessin.
Des troubles de concentration et des difficultés dans l’accomplissement de tâches qui demandent du raisonnement ou une résolution de problèmes. Ces lacunes peuvent occasionner un ralentissement de l’apprentissage scolaire.
Le développement de grandes passions et une maîtrise surprenante de sujets de prédilection : musique, arts, insectes, plans de métro, ordinateurs, horaires, calendriers, mathématiques, marques de voitures, etc.

Source : http://www.autisme.qc.ca/TED/les-ted-so ... erger.html
Fiancée d'un homme très probablement Asperger, diagnostic le 25 septembre.
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Azuryth » Dim Juin 30, 2013 0:10

Je suis en processus de diagnostique. Jai rencontrer cette semaine la travailleuse sociale specialisee en autisme du programme TED de mon CLSC. Avec mon psychiatre elle ma posé beaucoup de questions. Enfin, elle a dit que j'etais tres probablement asperger, dans le cas contraire j'aurais de tres jombreux traits autistiques. Ils vont faire un "rapport" et l'envoyer a mon psychiatre.
Azuryth
Passionné
 
Message(s) : 159
Inscription : Ven Juin 07, 2013 20:09
Localisation : Québec

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par poupie85 » Dim Juin 30, 2013 0:14

Ah bin voilà, y'a plus qu'à attendre alors ;)
Fiancée d'un homme très probablement Asperger, diagnostic le 25 septembre.
Avatar de l’utilisateur
poupie85
Passionné
 
Message(s) : 1067
Inscription : Mar Mai 01, 2012 23:37
Localisation : Alsace, Haut Rhin.

Re: Alexithymie et Trouble explosif intermittent

Message par Azuryth » Dim Juin 30, 2013 0:26

Je sais.
Mais nommer un probleme ne le fait pas disparaitre.
Azuryth
Passionné
 
Message(s) : 159
Inscription : Ven Juin 07, 2013 20:09
Localisation : Québec

Suivant

Retour vers Asperger, Dépression et Envie Suicidaire

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)