Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Espace dédié à la dépression et aux pensées suicidaires chez l'autiste.

Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par Dédeuxmains » Dim Juil 22, 2012 21:46

Bonjour les amis.

Ce midi, je viens de perdre un proche (une tante après un combat de plusieurs années contre le cancer).

Même s'il est assez lointain et ne fait pas partis des gens que je croise régulièrement, je reste choqué de l'annonce de cette mort, alors que la personne s'est battue depuis quelques années.

Mais surtout, c'est la première fois que je ressent une souffrance aussi importante. Cet aprem, j'avais préféré me reposer cloué au lit devant la dernière étape du tour. Mais pourquoi importante ? Car quand j'avais appris la mort de son mari (mon oncle, donc), en 2007, je n'avais ressentit aucune émotion.

En faite, c'est la première fois qu'une annonce de décès me fait tant réagir, même si ma toute première réaction était une colère triste ('"comme si y avait besoin de ça en ce moment, p***n de p***n de p***n de m***e"). Mais amha, c'est parce que j'avais du passer plus de bon moments et que j'étais persuadé qu'il y avoir de l'espoir.

De plus, l'idée de ma mère au départ était que je reste ici. J'étais déjà ému, mais suite à cette action, J'AI FINALEMENT FONDU EN LARMES POUR LA PREMIERE FOIS DEPUIS CE DÉCÈS. Finalement, ces larmes, preuve de ma souffrance aujourd'hui,ont convaincu ma mère. Je l'accompagnerais en voiture.

Pour faire un parallèle avec ma présentation, cet accompagnement n'a rien à voir avec l'autonomie. Cela n'a rien à voir. On peut très bien ne pas vivre chez ces parents, avoir 40 ans, mais accompagner sa mère ou son père à un décès d'un proche connu par la famille.

Voila, ce témoignage pour vous dire qu'en ce qui me concerne et malgré mon diagnostic SA, je peut ressentir une émotion en cas de disparition d'un membre connu. Il parait que chez plus dur à comprendre pour les asperger d'après un des livres traitant de ce sujet.

J'aimerai donc avoir votre avis la dessus, et que je lirais au pire samedi.

À bientôt.

* Mise à jour à 13:02
Dernière édition par Dédeuxmains le Lun Juil 23, 2012 13:02, édité 1 fois.
Dédeuxmains... mais aussi à tes deux pieds.
:arrow: Ma présentation
Dédeuxmains
Enthousiaste
 
Message(s) : 38
Inscription : Mar Juil 17, 2012 23:55
Localisation : Un village français !

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par mashka » Dim Juil 22, 2012 22:12

il y a des gens pour qui j'ai ressenti quelque chose quand ils sont morts, mais c'est rare ! c'est peut être dû à la vision que je me fais de la mort . Par contre, les trois personnes ( ma soeur, ma mère et mon frère ) auxquels je tient le plus dans ma vie, quand ils vont mourir, je n'ose pas imaginer comment je vais réagir, mais à mon avis ce sera violent .
Le problème en ce bas monde est que les imbéciles sont sûrs d’eux et fiers comme des coqs de basse cour, alors que les gens intelligents sont emplis de doute.
Avatar de l’utilisateur
mashka
Passionné
 
Message(s) : 631
Inscription : Sam Avr 07, 2012 1:17
Localisation : deux-sèvres

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par Dédeuxmains » Dim Juil 22, 2012 22:17

mashka a écrit :il y a des gens pour qui j'ai ressenti quelque chose quand ils sont morts, mais c'est rare ! c'est peut être dû à la vision que je me fais de la mort . Par contre, les trois personnes ( ma soeur, ma mère et mon frère ) auxquels je tient le plus dans ma vie, quand ils vont mourir, je n'ose pas imaginer comment je vais réagir, mais à mon avis ce sera violent .
Je le comprend. Cela sera très dur. :(
Dédeuxmains... mais aussi à tes deux pieds.
:arrow: Ma présentation
Dédeuxmains
Enthousiaste
 
Message(s) : 38
Inscription : Mar Juil 17, 2012 23:55
Localisation : Un village français !

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par NH » Lun Juil 23, 2012 11:21

Dédeuxmains a écrit :En faite, c'est la première fois qu'une annonce de décès me fait tant réagir (...) .
Je penses qu'il arrive à chacun de nous d'avoir à un moment de sa vie ça première confrontation sérieuse avec la mort. On apprend ainsi de temps la mort de personnes que l'on connait, cela ne fait que nous effleurer. Mais un jour arrive le décès d'une personne qui représente un peu plus pour nous et là arrive ce que l'appel la première confrontation avec la mort. C'est une expérience assez particulière et douloureuse. Un jour j'ai perdu un proche et j'ai mis du temps à "admettre" le décès. Il m'arrive d'ailleurs régulièrement de rêver à cette personne encore actuellement.

Dédeuxmains a écrit : (...) , même si ma toute première réaction était une colère triste.
Il n'y a pas une réaction type que l'on aurait à chaque décès d'un proche. Cela dépends de tout un ensemble de facteurs : nôtre personnalité, nôtre rapport à la personne disparut (conscient et inconscient d'ailleurs), le contexte personnel dans lequel cela arrive etc. Bref je penses deux décès ne seront jamais vécu de façon identique par une même personne et/ou que un même décès sera vécu de façon distincte par deux personnes.

Dédeuxmains a écrit :De plus, l'idée de ma mère au départ était que je reste ici. J'étais déjà ému, mais suite à cette action, J'AI FINALEMENT FONDU EN LARMES POUR LA PREMIERE FOIS DEPUIS CE DÉCÈS. Finalement, ces larmes, preuve de ma souffrance aujourd'hui,ont convaincu ma mère. Je l'accompagnerais en voiture.
Mais au départ pourquoi ta mère ne t'a tout simplement pas demandée ce que tu voulais faire, au lieux d'avoir une idée pour toi ? Il me semble que c'est là la moindre des choses ?

Dédeuxmains a écrit :Pour faire un parallèle avec ma présentation, cet accompagnement n'a rien à voir avec l'autonomie. Cela n'a rien à voir. On peut très bien ne pas vivre chez ces parents, avoir 40 ans, mais accompagner sa mère ou son père à un décès d'un proche connu par la famille.
Tout a fait et tu seras peut être d'ailleurs plus à même de soutenir tes proches si tu es autonome.

Dédeuxmains a écrit :Voila, ce témoignage pour vous dire qu'en ce qui me concerne et malgré mon diagnostic SA, je peut ressentir une émotion en cas de disparition d'un membre connu. Il parait que chez plus dur à comprendre pour les asperger d'après un des livres traitant de ce sujet.
Les SA ne sont pas des monstres sans sentiments.
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » (Michel de Montaigne)

ATTENTION ! Je ne sais rien et j'ai donc une très nette tendance à poser beaucoup de questions sur tout et à tout le monde. Bon courage ! :twisted:
NH
Regulier
 
Message(s) : 126
Inscription : Lun Oct 25, 2010 9:03
Localisation : Doubs

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par NH » Lun Juil 23, 2012 11:24

mashka a écrit :il y a des gens pour qui j'ai ressenti quelque chose quand ils sont morts, mais c'est rare ! c'est peut être dû à la vision que je me fais de la mort . Par contre, les trois personnes ( ma soeur, ma mère et mon frère ) auxquels je tient le plus dans ma vie, quand ils vont mourir, je n'ose pas imaginer comment je vais réagir, mais à mon avis ce sera violent .
Il en va de même de mes parents et de mon frére avec qui pourtant je n'ai plus de relations.
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » (Michel de Montaigne)

ATTENTION ! Je ne sais rien et j'ai donc une très nette tendance à poser beaucoup de questions sur tout et à tout le monde. Bon courage ! :twisted:
NH
Regulier
 
Message(s) : 126
Inscription : Lun Oct 25, 2010 9:03
Localisation : Doubs

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par Dédeuxmains » Lun Juil 23, 2012 11:49

NH a écrit :Mais un jour arrive le décès d'une personne qui représente un peu plus pour nous et là arrive ce que l'appel la première confrontation avec la mort. C'est une expérience assez particulière et douloureuse.
Je le comprends tout à fait.


NH a écrit : Cela dépends de tout un ensemble de facteurs : nôtre personnalité, nôtre rapport à la personne disparut (conscient et inconscient d'ailleurs), le contexte personnel dans lequel cela arrive etc. Bref je penses deux décès ne seront jamais vécu de façon identique par une même personne et/ou que un même décès sera vécu de façon distincte par deux personnes.


Oui. J'ai vécu plus de bons moments avec la personne récemment décédée que j'en ai vécu avec son mari.

NH a écrit :Pourquoi ta mère ne t'a tout simplement pas demandée ce que tu voulais faire, au lieux d'avoir une idée pour toi ? Il me semble que c'est là la moindre des choses ?.
Oui.

Son idée à elle était qu'ELLE part et que JE SOIS GARDE PAR MA MAMIE !!!!!!!!! (Alors qu'il y a mon frère + mon père le mercredi)

* Mise à jour à 12:59 + 13:29
Dernière édition par Dédeuxmains le Lun Juil 23, 2012 13:29, édité 3 fois.
Dédeuxmains... mais aussi à tes deux pieds.
:arrow: Ma présentation
Dédeuxmains
Enthousiaste
 
Message(s) : 38
Inscription : Mar Juil 17, 2012 23:55
Localisation : Un village français !

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par NH » Lun Juil 23, 2012 12:09

Message supprimé.
Dernière édition par NH le Lun Juil 23, 2012 13:17, édité 1 fois.
« Je donne mon avis non comme bon mais comme mien. » (Michel de Montaigne)

ATTENTION ! Je ne sais rien et j'ai donc une très nette tendance à poser beaucoup de questions sur tout et à tout le monde. Bon courage ! :twisted:
NH
Regulier
 
Message(s) : 126
Inscription : Lun Oct 25, 2010 9:03
Localisation : Doubs

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par mashka » Lun Juil 23, 2012 20:13

certes on est habitués à se détacher des présences physiques, et ça c'est dû à notre grande solitude je pense, mais pour ma part, j'ai du mal par contre à supporter le manque de présence physique de certaines personnes .
Le problème en ce bas monde est que les imbéciles sont sûrs d’eux et fiers comme des coqs de basse cour, alors que les gens intelligents sont emplis de doute.
Avatar de l’utilisateur
mashka
Passionné
 
Message(s) : 631
Inscription : Sam Avr 07, 2012 1:17
Localisation : deux-sèvres

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par Storm » Dim Jan 11, 2015 3:16

Je remonte un vieux sujet et pour cause , pas plus tard que le 23 Décembre 2014 , j'ai du être confronté au décès de ma grand-mère du côté de mon père et j'ai appris cette dure nouvelle par texto ce soir là. Ce ne pouvait que être prévisible puisqu'elle n'était plus consciente du tout et n'arrivait plus à marcher , ni manger , ni marcher et son état ne faisait que se dégrader d'autant qu'elle était devenue sourde sans parler de la maladie d’Alzheimer qu'elle avait développée et je devais me préparer à ce que ce moment tant redouté arrive et donc j'ai eu le temps de préparer mon deuil. Et comme personnellement la souffrance du à mes énormes soucis de logement avec voisins bruyants , de prise en charge néfaste et j'en passe ... ne peut que être grande hé ben ça eut été dur de me préoccuper de son état de santé tellement j'étais préoccupé moi-même à faire face à mes propres problèmes sans parler que mon père m'amenait très rarement la voir que ce soit chez elle ou à la maison de retraite ou elle à vécue ses derniers mois ... donc ça ne m'a juste fait que tout drôle au moment de l'annonce sans vraiment verser des larmes de tristesse puisque ces dernières années je ne la voyais donc que très rarement contrairement à la période ou je n'avais pas encore eu 16 ans. Pour moi c'était une personne très gentille et très estimée et qui n'a jamais faite de mal à une mouche et qui adorait beaucoup s'occuper de moi lorsque j'étais petit ainsi que ma petite sœur et de ma cousine et avec qui je passais de très bons moments et qui m'a fait apprendre beaucoup de choses. Mais ça m'a quand-même bien marqué de me dire "ça y est elle est partie !" car c'est la première fois de ma vie que je suis confronté à la mort de quelqu'un de très proche et que j'ai énormément aimé et j'ai cet impression que si ma souffrance actuelle niveau conditions de vie s'atténue d'ici le Printemps je risquerais de verser quelques larmes et à me dire qu'elle va sérieusement commencer à me manquer et surtout lorsque la fête des grands-mères arrivera début Mars ainsi que son anniversaire de naissance qui a lieu le 17 Avril puisqu'elle adorait la nature et surtout les fleurs et c'est grâce à elle en partie que j'ai cet intérêt que je possède actuellement sur la nature. Et je suis sûr que si je la voyais beaucoup + souvent et quasiment tous les jours ces dernières années et jusqu'au triste jour ou s'est éteinte j'aurais sacrément fondu en larmes ! Bref l'avenir me le dira bien mais je sais que tout le reste de ma vie je ne l'oublierai jamais ! Voilà pour mon histoire.
29 ans , Aspi.
Avatar de l’utilisateur
Storm
Passionné
 
Message(s) : 14618
Inscription : Mar Fév 07, 2006 20:38
Localisation : T-&-G ... et aussi dans mon monde ...

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par realTMX » Lun Jan 12, 2015 11:31

J'ai perdu mes deux grands-mères la même année à quelques mois d'intervalle. Ma grand-mère paternelle est morte de la maladie d'Alzheimer donc je sais ce que ta grand-mère, Storm, a vécu.

Par contre, je n'ai versé aucune larme pour aucune des deux alors que j'avais de l'affection pour elles. Mais comme je ne sais pas trop le sens du mot "Aimer", je n'ai pas pleuré. Pourtant, j'étais triste de les perdre surtout ma grand-mère maternelle avec qui j'avais un bon feeling.
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par sanju » Mer Fév 18, 2015 17:34

J'ai perdu une amie qui était proche de mes parents il y a une poignée de jours. J'ai pleuré mais je pensais qu'il s'agissait de larmes expliquées par cette perte, pourtant j'ai mis au jour la raison réelle après un peu de recul : cela m'a renvoyée la propre finitude de mes parents auxquels je suis profondément attachée. :(
*** Diagnostiquée autiste Asperger, au C.R.A, en 2017, et sujet à haut potentiel intellectuel, avec pour comorbidité un trouble de l'anxiété généralisé. ***
Avatar de l’utilisateur
sanju
Passionné
 
Message(s) : 540
Inscription : Lun Jan 26, 2015 14:21

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par pearl » Mer Mars 25, 2015 23:43

Lorsque j'ai perdu mon grand-père (dont j'étais très proche) a 14 ans, j'ai eu l'impression d'être inhumaine sur le coup car je n'ai pas pleuré, c'était trop irréel. Ce n'est qu'à l'enterrement quand j'ai vu le cercueil que j'ai réalisé qu'il était dedans et que je ne le reverrai jamais que j'ai versé toutes les larmes de mon corps. A la mort de ma grand-mère (dont j'étais très proche) et de mon père (que j'adorais) 2 mois 1/2 plus tard, ça a été pareil (j'avais 27 ans). J'ai ressenti de la tristesse mais je ne pleurais pas ou peu au vue des circonstances; ce n'est qu'à la vue du cercueil de ma grand-mère et à la vue du corps de mon père que j'ai éclaté en sanglots.
https://www.youtube.com/watch?v=c137NcuHsfw&list=RDc137NcuHsfw&index=1
1er entretien :05/06/2015 06/07/2015
Pré-diag: SA modéré et/ou HPI
pearl
Regulier
 
Message(s) : 56
Inscription : Lun Nov 03, 2014 23:06

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par sanju » Jeu Mars 26, 2015 10:43

pearl a écrit :Lorsque j'ai perdu mon grand-père (dont j'étais très proche) a 14 ans, j'ai eu l'impression d'être inhumaine sur le coup car je n'ai pas pleuré, c'était trop irréel. Ce n'est qu'à l'enterrement quand j'ai vu le cercueil que j'ai réalisé qu'il était dedans et que je ne le reverrai jamais que j'ai versé toutes les larmes de mon corps. A la mort de ma grand-mère (dont j'étais très proche) et de mon père (que j'adorais) 2 mois 1/2 plus tard, ça a été pareil (j'avais 27 ans). J'ai ressenti de la tristesse mais je ne pleurais pas ou peu au vue des circonstances; ce n'est qu'à la vue du cercueil de ma grand-mère et à la vue du corps de mon père que j'ai éclaté en sanglots.


De quelles manières avez vous ensuite apaisé votre peine à propos de la perte de votre papa ?

J'appréhende la perte de mes parents ; en particulier la perte de ma maman. J'ai toujours avancé le fait que je me suiciderais quand ma maman mourra parce que l'idée même que je n'entende plus sa voix m'est insupportable.
*** Diagnostiquée autiste Asperger, au C.R.A, en 2017, et sujet à haut potentiel intellectuel, avec pour comorbidité un trouble de l'anxiété généralisé. ***
Avatar de l’utilisateur
sanju
Passionné
 
Message(s) : 540
Inscription : Lun Jan 26, 2015 14:21

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par realTMX » Jeu Mars 26, 2015 11:00

sanju a écrit :J'appréhende la perte de mes parents ; en particulier la perte de ma maman. J'ai toujours avancé le fait que je me suiciderais quand ma maman mourra parce que l'idée même que je n'entende plus sa voix m'est insupportable.


Moi aussi, c'est pareil. Je ne sais pas si j'aurai le courage de vivre sans ma maman. :cry:

Par contre, Sanju, il y a une chose que tu peux déjà faire : enregistrer la voix de ta maman sur ton ordinateur. Comme ça, le jour où elle disparaitra tu pourras la réécouter autant de fois que tu veux. Même si ça ne compense pas la perte car rien ne pourra le faire sauf beaucoup de temps, ça pourra au moins t'apaiser. :wink:
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par aby » Jeu Mars 26, 2015 12:28

Je pense qu' il n'y a que le temps qui puisse apaiser la souffrance d'un être cher ...
" Etre différent, c'est normal ! "

Maman de Tom - 10 ans - diagnostiqué autiste de haut niveau "léger" en janvier 2016
aby
Passionné
 
Message(s) : 2320
Inscription : Mer Jan 07, 2015 1:17
Localisation : Pays de la Loire

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par sanju » Jeu Mars 26, 2015 21:03

realTMX a écrit :
sanju a écrit :J'appréhende la perte de mes parents ; en particulier la perte de ma maman. J'ai toujours avancé le fait que je me suiciderais quand ma maman mourra parce que l'idée même que je n'entende plus sa voix m'est insupportable.


Moi aussi, c'est pareil. Je ne sais pas si j'aurai le courage de vivre sans ma maman. :cry:

Par contre, Sanju, il y a une chose que tu peux déjà faire : enregistrer la voix de ta maman sur ton ordinateur. Comme ça, le jour où elle disparaitra tu pourras la réécouter autant de fois que tu veux. Même si ça ne compense pas la perte car rien ne pourra le faire sauf beaucoup de temps, ça pourra au moins t'apaiser. :wink:


Je prends régulièrement mes parents et mon frère en photographie, je les filme, j'enregistre leurs voix et je garde précieusement tous les mots qu'ils m'écrivent mais je sens que cela ne sera pas suffisant. :cry: Les odeurs et les regards me manqueront. Le réalisateur John Waters avait projeté de produire un odorama dans les salles de cinéma pour que les spectateurs perçoivent pleinement les films ; je pense que c'est une excellente idée à élargir afin de capter les parfums et les odeurs des proches.
*** Diagnostiquée autiste Asperger, au C.R.A, en 2017, et sujet à haut potentiel intellectuel, avec pour comorbidité un trouble de l'anxiété généralisé. ***
Avatar de l’utilisateur
sanju
Passionné
 
Message(s) : 540
Inscription : Lun Jan 26, 2015 14:21

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par pearl » Jeu Mars 26, 2015 22:27

sanju a écrit :
pearl a écrit :Lorsque j'ai perdu mon grand-père (dont j'étais très proche) a 14 ans, j'ai eu l'impression d'être inhumaine sur le coup car je n'ai pas pleuré, c'était trop irréel. Ce n'est qu'à l'enterrement quand j'ai vu le cercueil que j'ai réalisé qu'il était dedans et que je ne le reverrai jamais que j'ai versé toutes les larmes de mon corps. A la mort de ma grand-mère (dont j'étais très proche) et de mon père (que j'adorais) 2 mois 1/2 plus tard, ça a été pareil (j'avais 27 ans). J'ai ressenti de la tristesse mais je ne pleurais pas ou peu au vue des circonstances; ce n'est qu'à la vue du cercueil de ma grand-mère et à la vue du corps de mon père que j'ai éclaté en sanglots.


De quelles manières avez vous ensuite apaisé votre peine à propos de la perte de votre papa ?

J'appréhende la perte de mes parents ; en particulier la perte de ma maman. J'ai toujours avancé le fait que je me suiciderais quand ma maman mourra parce que l'idée même que je n'entende plus sa voix m'est insupportable.


J'étais en profonde dépression à cette époque et je me suis dit que je devais me battre pour 2, vivre pour le rendre fier. Ça m'a permis de garder la tête hors de l'eau pendant un temps. Mais je ressens régulièrement le manque, avec l'envie qu'il me serre fort dans ses bras surtout quand je ne vais pas bien (même plus de 5 ans après). Et quand j'en sens le besoin je vais sur sa tombe pour "lui parler".
Ça ne comble pas l'absence, mais ça la rend moins pénible.
https://www.youtube.com/watch?v=c137NcuHsfw&list=RDc137NcuHsfw&index=1
1er entretien :05/06/2015 06/07/2015
Pré-diag: SA modéré et/ou HPI
pearl
Regulier
 
Message(s) : 56
Inscription : Lun Nov 03, 2014 23:06

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par Storm » Jeu Mars 26, 2015 22:47

Ça me fait penser que ma grand-mère est décédée il y a un peu plus de 3 mois maintenant et pfiouuu le temps passe ! Et si j'en avais les moyens étant donné que le cimetière ou elle est enterrée est en rase campagne j'irais bien me recueillir devant sa tombe genre une fois par semaine. Et je voudrais pas me passer de le faire le 17 Avril prochain et pour cause ce jour là elle aurait fêtée ses 86 ans !
29 ans , Aspi.
Avatar de l’utilisateur
Storm
Passionné
 
Message(s) : 14618
Inscription : Mar Fév 07, 2006 20:38
Localisation : T-&-G ... et aussi dans mon monde ...

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par sanju » Ven Mars 27, 2015 0:01

Storm a écrit :Ça me fait penser que ma grand-mère est décédée il y a un peu plus de 3 mois maintenant et pfiouuu le temps passe ! Et si j'en avais les moyens étant donné que le cimetière ou elle est enterrée est en rase campagne j'irais bien me recueillir devant sa tombe genre une fois par semaine. Et je voudrais pas me passer de le faire le 17 Avril prochain et pour cause ce jour là elle aurait fêtée ses 86 ans !


Je sais que ce n'est pas pareil mais tu pourrais peut-être la célébrer par le biais d'une photographie et de quelques bougies. :)

pearl a écrit :J'étais en profonde dépression à cette époque et je me suis dit que je devais me battre pour 2, vivre pour le rendre fier. Ça m'a permis de garder la tête hors de l'eau pendant un temps. Mais je ressens régulièrement le manque, avec l'envie qu'il me serre fort dans ses bras surtout quand je ne vais pas bien (même plus de 5 ans après). Et quand j'en sens le besoin je vais sur sa tombe pour "lui parler".
Ça ne comble pas l'absence, mais ça la rend moins pénible.


Ma maman m'a dit que je n'avais pas le droit de mettre fin à mes jours lorsqu'elle mourra parce que, selon elle, nous ne nous sommes pas démenées pour rien. Il est nécessaire, au contraire, que je continue à être aussi courageuse afin de la célébrer. J'ai bien compris son propos mais cela m'apparaît si inacceptable !
*** Diagnostiquée autiste Asperger, au C.R.A, en 2017, et sujet à haut potentiel intellectuel, avec pour comorbidité un trouble de l'anxiété généralisé. ***
Avatar de l’utilisateur
sanju
Passionné
 
Message(s) : 540
Inscription : Lun Jan 26, 2015 14:21

Re: Le SA et l'émotion -> Perte d'un proche

Message par realTMX » Ven Mars 27, 2015 11:14

sanju a écrit :Ma maman m'a dit que je n'avais pas le droit de mettre fin à mes jours lorsqu'elle mourra parce que, selon elle, nous ne nous sommes pas démenées pour rien. Il est nécessaire, au contraire, que je continue à être aussi courageuse afin de la célébrer. J'ai bien compris son propos mais cela m'apparaît si inacceptable !


En même temps, il est dans l'ordre des choses que les parents disparaissent avant les enfants. Ce n'est pas pour ça que la situation est vivable. Je pense que ta maman, comme la mienne d'ailleurs, voudrait que l'on continue contre vents et marées. Plus que toute autre personne, nous nous sommes battus toute notre chienne de vie pour survivre dans ce monde aussi cinglé, ce n'est pas pour tout lâcher subitement. Ce serait faire le jeu d'une grande majorité de NTs qui ne souhaitent pas coexister avec des gens qui ne sont pas comme eux.

Maintenant, il est clair que la perte d'un parent est insupportable et qu'il est très difficile de faire face à cet écueil. C'est un des défis émotionnels auxquels tout le monde est confronté. Évidemment, pour les autistes, les émotions ne pouvant être contrôlées, c'est beaucoup plus dur.
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)


Retour vers Asperger, Dépression et Envie Suicidaire

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron