Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Espace dédié aux liens HQI (surdouance) et autisme (possibilité de comorbidité des conditions).

Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Message par cocoon for neurodiversity » Mar Oct 09, 2007 19:13

Bonjour à tous,

Voici un premier topic que vous pouvez également retrouver sur le blog que nous venons de créer avec d'autres sujets. Il est axé sur les liens très très étroits qui lient les surdoués aux personnes autistes.http://cocoonforneurodiversity.blogspot.com/

Nous sommes en quête de témoignages face à cette théorie auquel nous croyons profondément.

d'avance merci pour vos commentaires auxquels je m'empresserai de répondre

Merci


Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Source de nombreux questionnements et mystère quasi total de la science, l’univers autistique a fait couler beaucoup d’encre ces 100 dernières années. Les théories et les solutions se sont succédées, parfois habiles, souvent erronées, la plupart du temps odieuses.

Un grand coup dans cette fourmilière vient d’être lancé ! Voir enfin ces personnes reconnues pour ce qu’elles sont est notre recherche et notre crédo depuis des années ! Finalement, pourquoi ces personnes sont-elles murées dans un silence que personne ne comprend ! Pourquoi sont-elles affectées de tics et de langages corporels qui ne nous correspondent pas ? Tout et son contraire a déjà été dit, peu de choses ont bougé, nous prenons donc le temps d’ammener ici une nouvelle piste longuement réflèchie.

L’énigme de l’autisme reposera probablement à l’avenir sur la formulation suivante : les personnes autistes sont tout simplement des surdoués(1) en souffrance. Au delà d’un certain seuil, le décalage entre eux et les personnes normalement intelligentes devient tellement insupportable et trop difficile à gérer intérieurement, qu’ils finissent par se braquer dans un mutisme, seul refuge pour ne plus être en confrontation directe avec les autres. Elles ont une intelligence qui nous dépasse pour la plupart tant elle est liée à un affect, une sensibilité décuplée. Plus le décalage sensitif sera grand avec son entourage, plus la personne dite autiste (c’est un terme qui fera d’ailleurs bientôt partie du passé) sera mue dans un silence et dans un univers que l’extérieur jugera anormal - c’est bien évidemment à tort que la plupart voit cette différence comme une déficience intellectuelle-. Partant de ce principe, moins les écarts communicationnels seront grands, plus la personne autiste aura la possibilité de faire ressortir sa surdouance affective et la partager. Des cas apparaissent de nos jours où l’enfant autiste profond peut, grâce au contact renouvelé de se proches, sortir de ce mutisme pour accéder en toute confiance au monde extérieur.

Le spectre de l’autisme et des troubles envahissants du comportement ont génère jusque ici toutes sortes d’hypothèses cherchant trop souvent des thérapies ou des remèdes inappropriés. Les chercheurs qui se sont penché sur ce sujet important n’avait jusque là pas pris en compte que l’autisme n’était pas une maladie et qu’il n’y avait donc pas de cure possible.

Au vu de l’évolution des recherches maintenant nombreuses émanant de scientifiques ou de proches d’enfants autistes, il semble bien que les solutions s’avèrent à la fois bien plus simple mais probablement plus difficiles à admettre.

La révolution qui devra se faire est de comprendre que les solutions doivent être beaucoup moins médicalisées chimiquement et beaucoup plus axées sur l’émotionnel que celles appliquées jusqu’à présent.

Cette approche du domaine autistique nécessite bien évidemment une compréhension différente et une ouverture d’esprit totale à ses caractéristiques affectives. Pour des raisons par ailleurs bien compréhensible d’avoir à gérer la culpabilité de n’avoir pas vu ou compris plus tôt, les proches d’autistes, à l’heure actuelle, acceptent assez mal de regarder dans cette voie. De plus ils n’ont pas toujours les outils affectifs capables de sortir leurs proches de ce décalage vu qu’eux-mêmes ne font pas partie de cette norme de douance là. L’exercice est donc souvent périlleux, voire même souvent douloureux...mais nécessaire. Pour en avoir fait l’expérience personnelement, il me paraît, après de longues années d’essais, indispensable.

A long terme, les personnes douées d’une telle intelligence feront sûrement évoluer le reste du monde si chacun veut bien prendre le courage de s’atteler à cet effort nouveau de communication. Nous ne pensons pas faire preuve d’utopisme en pensant que ces personnes ont un grand rôle à jouer pour l’avenir de la planète. Leur regard sur le monde est infiniment détaillé et honnète…

Le cas de Barbara Donville (2) et de son enfant sorti de l’autisme est à ce titre exemplaire. Elle n’est pas la seule. Nous en connaissons d’autres, à commencer par notre propre expérience familiale, qui ont eu une évolution certes difficile mais qui ont réussi à grandir et vivre moins douloureusement, à exister de plus en plus dans leur réalité, en communication possible avec les non-autistes ! Certains de ces êtres qui, durant l’enfance, à des degrés divers, se sont renfermés sur eux même en se tapant la tête contre les murs pour appeler « au secours » ont réussi à passer le cap. Parce qu’après de longues années de dialogues permanent de la part des proches pour tenter de suivre comment ils fonctionnaient, ces enfants se sont sentis enfin un peu mieux compris dans leur différence et ont pu calmer leur émotionnel car une compréhension mutuelle s’installait. Ils ont pu alors, enfin, s’épanouir peu à peu dans le monde des neurotypiques. Les personnes qui avaient fait l’effort de les comprendre en sont d’ailleurs sorti grandi, gagnant chaque jour plus leur confiance et pouvant désormais voir le monde eux aussi sous un autre regard.

La clef d’or du spectre autistique est donc de les accepter tels qu’ils sont, de les emmener vers une vie d’autiste réussie et non vers une vie de non-autiste ratée. Accepter cette phrase, c’est les accepter eux, avec leur niveau d’intelligence accru et comme unique sortie de secours pour les voir enfin épanoui.

En signe d’encouragement et de conclusion, il faut ajouter que les personnes qui ont approchés ces êtres si particuliers ont eu tellement à travailler sur eux-mêmes, sur leurs façons d’appréhender un nouveau mode de communication, une nouvelle approche de l’humain et du monde, pour s’approcher de ces intellects différents et si sensibles, qu’elles en sont sorties grandies, plus conscientes et capables d’avoir un regard et une approche du monde résolument généreuse et éclairée.

(1) le terme surdouance est entendu ici comme étant encore actuellement une tare sociale et non un superpouvoir digne de figurer dans une émisssion de télé à sensation.
(2) à lire : Vaincre l’autisme
cocoon for neurodiversity
 

Message par Invité » Mer Mai 20, 2009 18:11

j'ai envie de répondre rapidement ici car une idée me vient à l'esprit :

il va y avoir un énorme barrage à la progression de cette idée. Lequel ? Celui d'un mode de pensée communément répandu actuellement, et qui ne fait que s'étendre de manière exponentielle, à savoir :


Quelque chose de plus ou de beaucoup mieux, de positif, ... n'est pas bon, est un piège à long terme, etc.
un exemple symbolique au hasar parmis tant d'autre :
" Le fruit de l'arbre de la connaissance " est quelque chose de mauvais puisqu'il a cassé le paradis.

<< ce sont les épreuves, qui font grandir >>, << c'est grace aux erreurs que l'on apprend >>, << on souffre de nos désirs >> << le bonheur fait souffrir >>.

Partant de ce principe, "Que peut apporter aux autres une personne d'une intelligence supéreure, sinon des problèmes."



Voilà peut etre le résumé du problème, finalement :
des personnes précieuses, ayant des trésors dans les bras, entourés de masochistes qui préfèrent ignorer le "plus".
Invité
 

Message par Michka » Jeu Mai 21, 2009 20:49

Effectivement je pense que ce mode de pensée ne sera pas tellement accepté.
Michka
Passionné
 
Message(s) : 197
Inscription : Mer Avr 22, 2009 18:46
Localisation : France

Psychose, autisme, et caetera ?

Message par Patoche » Ven Jan 20, 2012 2:10

Ce qui m'a interpelé dans cette vision des choses, c'est que l'entrée dans l'autisme n'est pas imputée à des causes génétiques ou environnementales mais, dans une perspective interactionniste, à une forme de "renoncement" de l'individu.
Or Binswanger disait la même chose de la psychose, comme si l'on choisissait en quelque sorte d'entrer dans le délire psychotique. Le délire lui semblait être une alternative au suicide, les deux étant des formes de renoncement à la vie.
Etonnant de retrouver cette idée ici, à propos de l'Asperger - qui semble avoir clairement été distingué de la psychose, voire même du spectre autistique.

En tout cas, cela est passionnant d'un point de vue phénoménologique, puisque l'on restitue par là au sujet son rôle constitutif de projet-jeté projetant, c'est-à-dire de Dasein pour lequel il est toujours question en son être, de son être même.
Nous ne sommes pas des victimes, mais les auteurs de notre trajectoire existentielle... A nous donc, de nous définir, par delà la "maladie mentale" ou le "handicap social" ? Cela semble tellement enthousiasmant ![/i]
Si seulement j'avais une lanterne magique... je pourrais inviter les gens à vivre le Monde comme moi pendant une "période d'essai". Ils choisiraient après, ça serait vachement rigolo.
Patoche
 
Message(s) : 7
Inscription : Lun Sep 12, 2011 0:42
Localisation : Rennes

Re: Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Message par solila » Ven Jan 20, 2012 11:00

° ¨° °
La culture trace des chemins droits, mais les chemins tortueux sans profit sont ceux-là même du génie. W.Blake
solila
Regulier
 
Message(s) : 118
Inscription : Jeu Déc 16, 2010 22:14
Localisation : Ici

Message par floran delaunay » Sam Fév 11, 2012 21:20

C'est surtout une rhétorique neurotypique complètement stérile. Crying or Very sad


tu peux développer ?

quand à l'acceptation de cette approche c'est une histoire de tact et de méthode, je pense qu'on est pas trop mal lotis ;)
floran delaunay
 

Re: Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Message par Barren » Mer Oct 15, 2014 11:35

A long terme, les personnes douées d’une telle intelligence feront sûrement évoluer le reste du monde si chacun veut bien prendre le courage de s’atteler à cet effort nouveau de communication. Nous ne pensons pas faire preuve d’utopisme en pensant que ces personnes ont un grand rôle à jouer pour l’avenir de la planète. Leur regard sur le monde est infiniment détaillé et honnète…
You can easily check out our high quality 700-038 exam questions which prepares you well for the real JUNIPER. You can also get success in real Cornell University exam with the quality Amridge University and Youtube.
Barren
 
Message(s) : 1
Inscription : Mer Oct 15, 2014 11:23

Re: Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Message par realTMX » Mer Oct 15, 2014 14:25

Barren a écrit :A long terme, les personnes douées d’une telle intelligence feront sûrement évoluer le reste du monde si chacun veut bien prendre le courage de s’atteler à cet effort nouveau de communication. Nous ne pensons pas faire preuve d’utopisme en pensant que ces personnes ont un grand rôle à jouer pour l’avenir de la planète. Leur regard sur le monde est infiniment détaillé et honnète…


C'est tellement vrai. Ne nous leurrons pas. Ce ne sont pas les NTs qui font évoluer le monde positivement mais bien les Aspies. On s'en rend bien compte aujourd'hui. Nous vivons dans une société faite par les NTs pour les NTs. Est-ce-qu'elle fonctionne normalement ? NON, elle est complètement malade, désorganisée, illogique et irrationnelle. Elle est à l'image de ceux qui l'ont conçue.
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Message par Charles116 » Mer Oct 15, 2014 15:01

realTMX a écrit :
Barren a écrit :A long terme, les personnes douées d’une telle intelligence feront sûrement évoluer le reste du monde si chacun veut bien prendre le courage de s’atteler à cet effort nouveau de communication. Nous ne pensons pas faire preuve d’utopisme en pensant que ces personnes ont un grand rôle à jouer pour l’avenir de la planète. Leur regard sur le monde est infiniment détaillé et honnète…


C'est tellement vrai. Ne nous leurrons pas. Ce ne sont pas les NTs qui font évoluer le monde positivement mais bien les Aspies. On s'en rend bien compte aujourd'hui. Nous vivons dans une société faite par les NTs pour les NTs. Est-ce-qu'elle fonctionne normalement ? NON, elle est complètement malade, désorganisée, illogique et irrationnelle. Elle est à l'image de ceux qui l'ont conçue.


Les Aspie font évoluer la société des Neurotypiques et ce n'est pas nouveau: Galilée pourrait bien avoir été Aspie à ce qu'on dit et Eintein aussi; de même pour Bill Gates ou Steve Jobs et beaucoup d'autres, la liste est longue, et contient aussi nombre d'artistes à commencer par Mozart et nombre de virtuoses du piano. De là à dire que si le monde va mal c'est uniquement dû au fait que la terre est peuplée majoritairement de non Aspies, c'est peut-être à mon sens aller un peu vite en besogne. Les Aspies ont certes des facilités pour créer, mais peut-être pas pour faire de la politique; le génialissime Einstein lui même s'y est essayé et ça n'a pas été une réussite, c'est le moins que l'on puisse dire.
Je viens de découvrir à 66 ans que je suis probablement Asperger et je m'intéresse à la génomique du syndrome d'Asperger.
Charles116
Passionné
 
Message(s) : 261
Inscription : Mar Nov 22, 2011 21:33
Localisation : Bordeaux

Re: Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Message par Charles116 » Mer Oct 15, 2014 17:17

Patoche a écrit :Ce qui m'a interpelé dans cette vision des choses, c'est que l'entrée dans l'autisme n'est pas imputée à des causes génétiques ou environnementales mais, dans une perspective interactionniste, à une forme de "renoncement" de l'individu.
[/i]

Qu'il y ait une perspective interactionniste à prendre en compte, qu'il puisse y avoir renoncement de l'individu, cela parait tout à fait probable sinon évident; par contre je ne vois vraiment pas en quoi cela serait contradictoire avec des causes environnementales ou génétiques. Quand on cherche à aider un Aspie par une thérapie quelle qu'elle soit, on ne peut agir que sur l'environnement. Autrement dit s'il n'y a pas de cause environnementale, il n'y a rien à faire. L'influence génétique elle non plus ne fait guère doute et est prouvée par des centaines de publications et par le fait que l'on peut rendre une souris autiste en modifiant des séquences génétiques de la souris identifiées à la suite d'études portant sur les séquences génétiques d'autistes humains. Ce sont donc des causes environnementales et génétiques qui causent des problèmes d'interaction entre les Aspies et la société, et qui peuvent aussi conduire à une forme de renoncement de l'individu Aspie.
Je viens de découvrir à 66 ans que je suis probablement Asperger et je m'intéresse à la génomique du syndrome d'Asperger.
Charles116
Passionné
 
Message(s) : 261
Inscription : Mar Nov 22, 2011 21:33
Localisation : Bordeaux

Re: Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Message par calande » Mer Oct 15, 2014 19:31

J'ai de plus en plus le sentiment qu'un Asperger est un THPI. Difficile de faire la différence pour moi. Connaissez-vous des THPI qui n'aient pas au moins de légères caractéristiques autistiques ? Je me pose la question...
Avatar de l’utilisateur
calande
Passionné
 
Message(s) : 1125
Inscription : Mar Août 19, 2014 12:31
Localisation : Nantes


Retour vers Asperger et Surdoués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité