je cherche des réponses.

Espace dédié aux liens HQI (surdouance) et autisme (possibilité de comorbidité des conditions).

je cherche des réponses.

Message par utilisateur » Ven Nov 11, 2016 17:31

Bonjour à tous.

Je m'appelle Julien , j'ai 33 ans et j'ai deux fils de 3 et 5 ans qui ont tous les deux été diagnostiqués comme souffrant d'autisme léger à modéré , je ne suis pas venu parler d'eux mais plutôt de moi parce que je cherche de l'aide pour comprendre un peu ce que je suis , ce qui pourrait m'aider a comprendre mieux mes enfants et atténuer mes problèmes d'anxiété.

J'ai toujours été plutôt à part des autres , j'étais un enfant solitaire (mais capable de se faire quelques amis , ceci dig , j'étais et je suis très sélectif a ce niveau ), qui a eu beaucoup de problèmes scolaires , dans les premières années d'école je ne comprenais jamais ce qu'on me voulait , je faisais tout de travers , j'ai lu un an après tout le monde par exemple .
Par la suite j'ai rattrape mon retard et j'ai commence a dépasser les autres , du coup je m'ennuyais en classe .

A l'adolescence j'ai commencé à souffrir de crises d'angoisses assez handicapantes , surtout en classe , dans la même année une prof de math m'a convaincu de laisser le "centre psycho-medico-social" m'examiner afin d'evaluer mon q.i , d'après eux j'étais surdoué , ils m'ont raconté une histoire d échelle de mesure qui leur permet d'evaluer le q.i jusqu'à 150 et m'ont dit que je de passais les 150 ... J'ai quelques doutes la dessus.

J'ai refusé leur proposition d'aller dans une école spécialisée , et l'année suivante je stoppais mes études , principalement a cause de mes crises d'angoisse : je ne supportais plus d'être en classe.

Cela fait 15 ans que je bosse en usine , j'ai toujours des crises d'angoisse : quand on m'emmerde mais que je ne peux pas m'enerver , quand je suis oblige de rester tranquille alors que j'ai envie de partir ( réunion par exemple ) , parfois dans des files d'attente , sur l'autoroute ( dangereux les crises d'angoisse sur l'autoroute , c est affreux )
J'ai récemment repris des cours du soir mais j'ai des crises là aussi , du coup j'ai du mal a suivre (sans blague ...)

Maintenant on me dit que mes deux gosses sont autistes ....
Le suis je aussi ? Sachant qu'ils sont tous les deux de mère différente ...

Je ne trouve personne pour m'aider , la fondation qui a diagnostique mes enfants n'est pas compétente pour évaluer les adultes et n'a pu me renseigner ...

Les benzodiazepines ne marchent pas ...

Je ne sais plus quoi faire ni vers qui me tourner .
Je veux que ces fouttues crises d'angoisses disparaissent , je ne les fuis pas parce que je suis bien obligé de les affronter : je ne vais quand meme pas tout arrêter et vivre en ermite ....
je lutte tous les jours pour faire des choses qui ne devraient me donner aucun mal et c est très difficile de faire comme si de rien n'étais .
Je suis un grand costaud qui n'a peur de rien , que personne ne cherche bien longtemps ,pourtant j ai des attaques de panique qui sortent de nulle part , sans raisons valables , j'ai honte de moi .

Si vous avez une idée , une piste , ça pourrait m'aider , moi je ne sais plus quoi faire .

Édit: je précise que je suis belge , je préfère le préciser , vu que c'est un forum français .
utilisateur
 
Message(s) : 3
Inscription : Lun Nov 07, 2016 10:04

Re: je cherche des réponses.

Message par soulrebel » Mer Juin 07, 2017 19:53

Le sujet commençant à dater, mais m'y retrouvant un peu, j'ai quand même envie d'y répondre.
Je suis aussi en recherche avec moi étant donné que j'ai connu des crises d'angoisse (plus ou moins contrôlées), je me suis demandé il y a quelques temps si ce malaise sociale n'était pas lié au fait que j'essayais de m’adapter à ce que les gens souhaitaient que je montre, parce que si je le faisait pas je serai constamment mis à l'écart.

Mais ça ne me parait pas naturel aujourd'hui. Comme si c'était le fait de me forcer à être quelqu'un que je ne suis pas qui me déstabilisait émotionnellement.

Actuellement, j'essais de faire machine arrière avec ce fonctionnement anciennement acquis pour le bien de la vue des NT, et qui m'apparait néfaste pour moi. Puisque de toute façon, sur le long terme cela ne me semble pas avoir mené à une forme de reconnaissance réciproque de la part des NT. Sans doute parce que je peut être ce qu'ils souhaitent sans pouvoir le paraitre sur la durée.

J'ajoute que je suis diagnostiqué avec une absence de SA, mais avec une différence notable par le CRA de Nice. Bien que j'ai de fortes similitudes avec.
Je suis diagnostiqué schizophrène par le centre bipolaire de St Marguerite de Marseille.
Et je suis soupçonné avec un "haut potentiel" par plusieurs proches.

Je crois que j'ai fini de faire le tour du monde plusieurs fois, dans le monde de la psychologie, pour comprendre que tout ça n'est que la conséquence d'une différence d'interprétation (ou d'estimation) entre le diagnostiqué et le diagnostiqueur, et que plus la différence est grande, plus le risque d'erreur est grand concernant le diagnostique, et plus cela risque de mettre le diagnostiqué en plus grande difficulté qu'auparavant, selon le diagnostique émis.

Mais comme la différence d'interprétation est difficilement décelable par les 2 parties, le mieux que je puisse faire de mon côté et de mieux m'écouter, plutôt que d'écouter les conseils en tous genre, tant par un professionnel qu'un non- professionnel, et faire confiance à mon ressenti intérieur au risque que cela ne plaise pas à d'anciens proches.
Si nous sommes condamnés à l'échec, pourrions-nous du moins y aller plus vite ?
Bouh doit faire de l’exercice ou bien il va nous mordre pour se défouler...
Eminem - Not Afraid
Avatar de l’utilisateur
soulrebel
Enthousiaste
 
Message(s) : 32
Inscription : Mar Juin 06, 2017 3:49


Retour vers Asperger et Surdoués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron