Situation délicate

Espace dédié aux liens HQI (surdouance) et autisme (possibilité de comorbidité des conditions).

Situation délicate

Message par Robinson » Jeu Sep 24, 2015 19:55

Bonjour,

je suis tout nouveau et tout beau sur le forum, et je demande un peu d'aide à propos de ma condition très particulière.

Tout d'abord, il faut savoir que je suis un étudiant plutôt bien intégré. Dans certaines matières, je suis excellent, et dans d'autres je suis très mauvais. Si bien que d'une matière à l'autre, même lorsqu'elles ont un lien même infime, j'ai des notes catastrophiques. En effet, lors d'un examen de BTS SIO, j'ai eu la note exceptionnelle 20/20 à une épreuve d'algorithmique (je programme depuis 8 ans!). Cependant, à une épreuve de mathématiques, j'ai reçu la note de 5/20. J'avoue que c'est très binaire, sans vouloir faire de jeux de mot! Ca a même choqué mes professeurs, lorsqu'ils m'ont accueilli pour une troisième année de BTS. :roll: Ils m'ont demandé comment j'ai pu obtenir ça.

Mais le problème ne s'arrête pas là. Je souffre de ce qu'on appelle syndrome de spasmophilie, et il m'arrive d'avoir des crises de panique ou d'évanouissement pendant les cours. Ca finit souvent en évacuation, et je rentre chez moi pour me reposer. En effet, entre les bruits des gens, la lumière des néons, les leçons, et surtout notre serveur ESX qui tourne comme un fauve, j'ai beaucoup de mal à anticiper le niveau sonore, en qualité et en quantité. J'ai les yeux claqués, et je dois parfois m'isoler pour retrouver la santé mentale. Je déteste croiser du monde, surtout quand je connais mal. Et il y a beaucoup de filles dans mon établissement... Sauf en SIO, il n'y a qu'une seule fille lol.

J'ai déjà parlé à mon directeur de ce genre de problèmes, et il m'a demandé de voir un professionnel après avoir patiemment écouté mes soucis. Le problème, c'est que mes parents sont manichéens. Tant que je respire, c'est que tout va bien. Mais s'il m'arrive des soucis à l'école, ils n'interprètent pas forcément la chose comme ça devrait être le cas. Par exemple, quand j'étais en gestion au lycée, j'avais beaucoup de mal à supporter le rythme très demandant, et il m'arrivait d'éclater en sanglots le soir. Un jour, mon père m'a emmené voir un psy, mais ça s'est arrêté là. Tout se trouve dans les apparences. Je suis allé voir un psy durant mes jeunes années, car je ne supportais pas la basse mentalité des gens de mon âge. Je ne voulais plus aller à l'école. Leur réaction a été de m'emmener voir un psy, et il m'a fait passer une batterie de tests. La doctoresse qui m'a pris en charge m'a suspecté (pas diagnostiqué!) d'être surdoué, car je faisais des efforts dans ce que j'aimais, et aucun dans ce que j'aimais pas. Hélas, ça n'a pas suffi à mes parents qui ont décidé de me laisser dans l'enseignement général, au prix d'un ennui et d'une incompréhension. En effet, on peut toujours espérer avoir un avenir plus radieux, mais si on ne sème pas les graines...
Tout a continué comme un long fleuve tranquille jusqu'à ce qu'en 2008, mes résultats étaient à la baisse. En effet, je n'avais plus toute l'énergie d'avant, on dirait que je m'étais "réfugié". J'avais des TOCs, comme réciter des mots dans la tête et compter le nombre de lettres. J'étais devenu fatigué sans pouvoir mettre un nom sur ce que j'appellerais "fatigue chronique". Faute de pouvoir avancer, je devais continuer. J'ai eu des soucis d'intégration, et j'ai dû voir une conseillère d'orientation. Finalement, je suis donc allé en STG pour continuer mes études, comme si je n'avais pas mieux à faire. Et j'ai vraiment galéré. Je suis bon en informatique, mais l'informatique de gestion n'est pas ce que je voulais! La seconde était très facile, mais la première, j'ai plutôt pagayé pour espérer sortir du merdier. En terminale, j'ai craqué. J'étais tendu 24h/24, je stressais, et je n'arrivais plus à me concentrer sur mes études. J'ai quitté les cours pour rester chez moi, et mes parents n'ont pas réagi non plus à cette "révolte". Ils ont dit que je faisais une année sabbatique. En Terminale, et sans enthousiasme, j'ai parachevé mes études, et j'ai obtenu un diplôme. Bon, je vous raconte pas le fait que j'ai dû passer en rattrapage. Comme si j'étais un sous-doué fainéant qui passait ses journées sur son téléphone et à friendzoner (bref un STG comme un autre).
Pourtant je suis pas comme ça, je suis tout l'inverse. Je suis extrêmement réservé, et j'ai très peu de priorité pour les autres. Je suis centré sur ce que j'aime faire, et même si être parmi les autres ne me dérange pas, j'ai horreur qu'on m'opportune ou m'interrompe quand je suis en mode "réflexion". Les gens ont passé leur temps à me déconcentrer avec leurs blablas inutiles, et leurs manies qui consistent à déblatérer/se voir sans arrêt, comme pour remplir un vide. Ce n'est pas comme s'ils avaient quelque chose à la clef. Heureusement, plus on avance, et plus on dirait que les gens se comportent de manière de plus en plus mature (et encore y'a du chemin) mais aussi de plus en plus fermée... Moi j'ai toujours été ouvert et mature, dans mon humble expérience.

Ensuite j'ai atterri en BTS SIO (vu que les parents et la famille me poussaient à étudier sans me poser de questions), car ma mère a trouvé une école dans mon coin. Alors le SIO, c'est Services Informatiques aux Organisations. En gros, c'est bidouiller des réseaux pour tout faire marcher. Ca va de l'administrateur réseau à l'opérateur de service qui bricole dans son coin... Non pas que ça me fasse rêver, mais c'est de plus en plus proche de mes aspirations personnelles. Quand j'étais petit, je démontais des appareils électroniques (j'y reviendrai ne vous inquiétez pas), de sorte que mes parents m'ont très vite initié aux sciences en m'achetant des kits et des livres. Je voulais devenir ingénieur, dans le domaine technique. Depuis mes 12 ans, lorsque j'ai découvert la programmation, je voulais devenir programmeur... En autodidacte, je suis devenu une pointe. Ce qui explique le 20/20 en algorithmique, qui est la science absolue de la programmation. Mais très peu de débouchés scolaires permettent de se tourner vers ce métier, encore trop jeune (au fond, je devrais en vouloir plutôt au système scolaire, qu'aux choix de mes parents). Je n'ai jamais été confronté à ce métier, à ses exigences, ses contraintes... De sorte que le temps file, et bien que je n'ai jamais vu en quoi ça consistait, je suis en train de le courser. J'ai constaté qu'il y avait quand même beaucoup d'exigences, et j'ignore si je pourrais les "remplir" aisément, malgré mes connaissances très avancées. Pour information, je programme en Visual Basic .NET, C#, Delphi, Java, C++, ... ça ne manque pas :D

Un jour, le destin a voulu que je croise quelqu'un qui avait le syndrome d'Asperger. À l'époque je connaissais mal tout ça. Pour moi un "autiste", même léger, est quelqu'un qui se comporte mal en situation sociale. Voire quelqu'un d'hyperactif, qui devenait écrasant pour les autres. Bien sûr, le raisonnement était bon, mais il semblerait qu'il soit aussi faux. Je me disais que ça se voyait facilement en raison du comportement, alors que finalement, des adultes sont touchés, alors qu'ils n'en ont jamais entendu parler, et qu'ils ont vécu normalement jusqu'ici! Ce qui m'a mené à faire le fameux test aspie-quizz pour voir ma note (un autre ami a découvert qu'il était aussi atteint, et j'ai même des amis qui ont des traits autistiques). Sauf que le score affiché était normal... Pour eux, j'étais un neurotypique pur et dur, en raison d'un grand score. Mais j'ai falsifié les réponses... Hé oui, de peur de tomber sur un résultat positif.

Image

J'ai recommencé une seconde fois, et j'étais toujours neurotypique... Mais j'avais un peu plus de rouge dans le score.

Image

Ensuite, j'ai pris du recul. J'ai recommencé plusieurs fois mais hélas, les résultats changeaient parfois. Ca peut paraître surprenant. C'est comme si je n'étais pas fixe dans ma manière de voir les choses. Très peu de points sont comparables entre les différents tests... Comme si je voyais le monde de manière plus ou moins "intérieure" en fonction des circonstances, comme un ludion qui monte et qui descend.

Image

J'en ai parlé à ma mère, et ma famille aussi a fait le test. Enfin mon petit-frère et ma mère. Ben il se trouve qu'ils ont eu un résultat positif, dès le premier test. Ca a fait débat. Mais rapidement, on a laissé tomber le truc. J'en ai parlé à ma grand-mère, mais inutile! Elle croit qu'un autiste c'est un gosse qui se balance en avant et en arrière (chose qui m'arrive d'ailleurs!). Chacun ses croyances. Mais bon, bien que je ne sois pas autiste, j'ai des correspondances avec le syndrome d'Asperger, qui est léger.

Du coup, on a passé des vacances en Normandie, et mes parents sont restés à Paris (travail). Ils ont invité un ami de Corse (Philippe). Il était assez déprimé, car son fils était déscolarisé. Il ne voulait plus aller en classe. Philippe dédramatisait un peu trop, et la mère a quitté le foyer. En effet, après avoir séché les cours, le fils a expliqué à ses parents qu'il se sentait mal parmi les gens. Son père a consulté un psychologue, et ils ont trouvé qu'il était aspie... Quelques jours se sont écoulés, et j'en ai reparlé à ma mère quand elle est venue en Normandie, histoire de relancer le débat. Elle m'a raconté des choses étonnantes sur moi, que j'ignorais parfois! Il semblerait qu'à mon jeune âge, en plus de démonter des appareils, j'avais tendance à être parfois un peu "absent". Je ne regardais plus le monde qui m'entoure. Par contre dès que ma mère me prenait sur ses genoux, je retrouvais un comportement: je souriais ^^ D'autres fois, j'ai même souvenir que ma mère me demandait pourquoi je tournais la tête en boucle. Elle disait que je faisais la "vache folle". En effet, j'aime bien tourner sur moi-même, et je le fais toujours! Je le faisais parfois dans la cour de récréation, et on me demandait parfois pourquoi... En plus je ne jouais jamais avec les gens de mon âge, mais c'est explicable : je n'aimais pas leur mentalité... Mais bon, y'a d'autres trucs. Quand je suis sur une surface confortable, j'aime bien me frapper la tête en boucle dessus, ou "rouler" la tête. Et j'aime bien répéter des phrases entendues, jusqu'à les imiter parfaitement. Des fois ça intrigue les gens tellement c'est bien imité :) J'ai d'autres comportements, mais je n'ai pas d'intérêt restreints. Du moins c'est bien moins restreint qu'un Aspie, qui baigne dedans, moi je baigne dans tout, et j'ai beaucoup d'intérêt pour des domaines variés. En plus, j'ai toute l'empathie d'un NT, mais je peux pas énormément décoder dans certains cas... Comme si c'était variable encore une fois. Difficile à dire.


Bref, j'ai déjà rencontré des aspies, mais sans vouloir rentrer dans le cliché, je ne leur ressemble pas. Je m'entends très bien avec eux, plus qu'avec les NT, c'est plus facile. Je suis comme un errant entre les NT et les SA, à la recherche d'une identité propre. Comme un aspie caché dans un NT, qui ne sort la tête que très rarement. Dès que c'est le cas, je me transforme souvent en un être éveillé, qui sait enfin communiquer avec le monde extérieur, et qui montre un sourire plus qu'un air neutre. C'est toujours la même chose; dans la routine quotidienne je suis morne. Mais dès que quelqu'un sait me parler, bah je deviens tout autre. Et j'oublie rarement ces personnes, comme si elles étaient toujours présentes... Souvent, ces personnes se souviennent de moi, mais pas aussi intensément.



Mon ultime et dernier score en date ressemble à ça. Je pense avoir fait le tour.

Image

Robinson
Robinson
 
Message(s) : 6
Inscription : Lun Sep 14, 2015 0:24

Re: Situation délicate

Message par Robinson » Sam Sep 26, 2015 16:32

n0x a écrit :
Robinson a écrit : En autodidacte, je suis devenu une pointe. Ce qui explique le 20/20 en algorithmique, qui est la science absolue de la programmation.

Tu as encore beaucoup de choses à apprendre, jeune Padawan. :mrgreen:


Sans doute, j'ai très peu d'expérience professionnelle dans le domaine.
Robinson
 
Message(s) : 6
Inscription : Lun Sep 14, 2015 0:24

Re: Situation délicate

Message par Jajan » Mar Sep 29, 2015 23:41

@Robinson : Je te connais, toi !!!!! :mrgreen: :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Jajan
Passionné
 
Message(s) : 228
Inscription : Sam Août 08, 2015 18:01
Localisation : PonyVille, Equestria !

Re: Situation délicate

Message par Ostéo » Ven Oct 02, 2015 19:35

Bonsoir Robinson,

Je t'ai lu attentivement, et de ce que j'ai pu lire sur le SA, certains points semblent quand même ressortir.

En plus de L'aspiquiz dont tu fais référence, il y a deux autres tests plus médicaux/scientifiques : (je me permet de les qualifier ainsi car pour les avoir tous creusé, l'aspiquizz fait débat de part son créateur et de sa "Neanderthal Theory of Autism" ; et également car ce sont ceux ci que le psychiatre qui a fait ma lettre de recommandation [pour le CRA] a regardé)

Donc si par curiosité tu voulais jeter un coup d’œil voici les liens :
- un test avec différents quotients : http://pages.infinit.net/frelyne/aspi/AspergerIndex.html
- un test repris pour qu'il soit en version courte, le RAADS-14 : http://www.psychomedia.qc.ca/tests/echelle-diagnostique-de-l-autisme-et-de-l-asperger-raads-14-screen

Peut être les as tu déjà fait, mais s'il s’avérait que les trois allaient dans le même sens . . . :wink:

Bonne continuation dans tes démarches.
En cours de diagnostique - Les différents examens sont réalisés. Restitution du bilan courant décembre.
Avatar de l’utilisateur
Ostéo
Passionné
 
Message(s) : 154
Inscription : Mer Avr 08, 2015 19:39
Localisation : Ici ou là


Retour vers Asperger et Surdoués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron