Les surdoués

Espace dédié aux liens HQI (surdouance) et autisme (possibilité de comorbidité des conditions).

Re: comportement social

Message par maekawa » Jeu Juil 27, 2006 12:10

Edith Valent a écrit :Bonjour,

C'est très intéressant ta façon de voir les comportements des neurotypiques mais comme tu dis après il faut pouvoir y répondre.
Mon mari est comme toi : il analyse très bien la situation et la psychologie des autres mais ne peut changer son comportement stéréotypé.



Ah oui , on a l ' air de se ressembler ton mari et moi car on me dit très souvent que mon comportement est des plus stéréotypés !

Edith Valent a écrit : Il s'agit d'Aspies border line tous les deux car la cécité sociale est tout de même au centre du handicap des TED.


Je ne sais pas ce que c ' est qu ' un Aspie Borderline , je ne crois pas que ce soit une expression très orthodoxe du point de vue médical .
Il y a simplement des profils cliniques très différents dans le groupe des Aspergers ; cela , il ne faut pas l ' oublier .

Pour ce qui est de la théorie de l ' esprit , en tout cas telle qu ' elle a été formulée par Baron-Cohen , si elle a eu autant de succès , c' est parce qu ' elle s' est diffusée dans un premier temps uniquement dans le milieu très étroit des spécialistes de l ' autisme , sans qu ' il y ait de leur part au début de contestation quant à la méthodologie suivie .
Mais une fois cette théorie connue d' autres milieux , les critiques n ' ont pas tardé et d' ailleurs Baron-Cohen , soucieux de retomber malgré tout sur ses pieds , s' est empressé de modifier quelque peu son point de vue en admettant qu ' il pouvait y avoir une part de raisonnement pur dans les aptitudes à décryter les situations sociales . On est donc là très loin de la notion d ' empathie qu ' il associait systématiquement à sa théorie . Ou alors , il faudrait préciser ce que l ' on entend par empathie car il semblerait que ce terme recouvre des notions très différentes .

D ' ailleurs , on peut noter que des logiciens mathématiciens qui ont oeuvré à l ' élaboration de modèles de comportements qui font aujourd ' hui référence souffraient de troubles psychiques notoires .
Je pense à John Nash ( à l ' origine de la théorie des jeux et schizophrène ) , Alan Turing ( à l ' origine du concept nommé aujourd ' hui " machine de Turing " et qui présentait vraiment tous les traits cliniques du syndrome d' Asperger .)

Alors la théorie de l ' esprit telle que formulée à l ' origine par Baron-Cohen en prend là un sérieux coup !!

Cependant , il est vrai que si j ' arrive à DECRYPTER la psychologie des neurotypiques , j ' ai en revanche beaucoup de mal à être " en phase " .
Si je saisit bien les données qui sont à l ' origine de leurs comportements , je ne ressent absolument pas ce qu ' ils ressentent .
En gros , je ne vibre pas du tout à l ' unisson et cela m ' a constamment valu des ennuis , parfois sérieux .
maekawa
Enthousiaste
 
Message(s) : 30
Inscription : Jeu Juil 20, 2006 15:41
Localisation : Région parisienne

Message par Elaine Taveau » Jeu Juil 27, 2006 21:31

La personnalité borderline (ou limite) qui figure dans le DSM-IV. Ca n'a strictement rien à voir avec le syndrome d'Asperger.

La notion de borderline s'applique à toutes les maladies psychiatriques et à tous les troubles d'apprentissage (dyslexie, etc...), aux handicaps visuels, auditifs, moteurs (IMC), à des maladies neurologiques comme l'épilepsie , à des maladies comme le diabète (on parle alors d'intolérance au glucose) et beaucoup d'autres.

Borderline signifie que selon le médecin, selon le pays, selon les critères plus ou moins larges, il y aura diagnostic ou pas.

Borderline = cas limite.
Ex : QI borderline = se situant dans la zone limite entre QI
normal et retard mental.
Personnalité borderline = à la frontière entre névrose et psychose, mais sur le versant de la névrose. Ce n'est pas une
psychose, mais un trouble de la personnalité.
Asperger borderline = à la limite entre Asperger et NT. Sera
diagnostiqué AS ou pas AS selon les critères plus ou moins restrictifs du médecin.
Elaine Taveau
Passionné
 
Message(s) : 380
Inscription : Lun Sep 19, 2005 14:36

Message par maekawa » Jeu Juil 27, 2006 21:47

Elaine Taveau a écrit : Asperger borderline = à la limite entre Asperger et NT. Sera
diagnostiqué AS ou pas AS selon les critères plus ou moins restrictifs du médecin.



Oui , c' est bien ce j ' avais compris en fait ; merci pour cette mise au point Elaine :D .

Je peux affirmer que je suis tout sauf un " cas limite " pour le diagnostic du SA . Comme je le disais , il y a beaucoup de profils cliniques différents parmi les Aspergers et certains auront des déficiences et des particularismes marqués dans certains domaines ; ce ne seront pas forcément les mêmes pour d' autres Aspies.

Une maîtrise poussée du raisonnement logique permet de contourner bien des difficultés dues à une certaine absence d' empathie .
Et cette aptitude au raisonnement logique est l ' un de mes gros points forts .
Voilà .
maekawa
Enthousiaste
 
Message(s) : 30
Inscription : Jeu Juil 20, 2006 15:41
Localisation : Région parisienne

Message par lokizzzzzzz » Lun Juil 31, 2006 12:10

Certaines personnes sont plus à meme de comprendre les autistes que d'autres(c'est qu'elles doivent etre un peu autistes,ou alors avoir l'esprit ouvert,ce qui,je l'ai remarqué,est rare.)
Loki
lokizzzzzzz
Passionné
 
Message(s) : 243
Inscription : Mar Mai 02, 2006 12:48
Localisation : Montpellier

Message par lokizzzzzzz » Lun Juil 31, 2006 12:18

Si on s'accepte tel qu'on est ,c'est un plus,effectivement ,car cela permet de rejeter les normes et les "axiomes" imposés par la norme. Ainsi,en rejetant les "axiomes",comme Einstein a rejeté l'interprétation stricte de Newton et découvert la "relativité générale",on peut découvrir de nouvelles idées.
Loki
lokizzzzzzz
Passionné
 
Message(s) : 243
Inscription : Mar Mai 02, 2006 12:48
Localisation : Montpellier

Message par lokizzzzzzz » Lun Juil 31, 2006 12:26

Sinon,après,c'est vrai qu'Einstein a rejeté la théorie du Big Bang,qui ressemble un peu trop à un "deus ex machina",et également la théorie des quantas (cf "le chat de Schroedinger"),trop irrationnelle pour lui. personne n'est parfait.

Quoique... personne n'a encore découvert une théorie satisfaisante pour la formation de l'univers par le Big Bang,et l'age de l'univers est sans cesse repoussé.
Loki
lokizzzzzzz
Passionné
 
Message(s) : 243
Inscription : Mar Mai 02, 2006 12:48
Localisation : Montpellier

Message par lokizzzzzzz » Lun Juil 31, 2006 12:34

Moi,je dis bien que je suisz Asperger,mais ça ne change pas les comportements=>rejet
Loki
lokizzzzzzz
Passionné
 
Message(s) : 243
Inscription : Mar Mai 02, 2006 12:48
Localisation : Montpellier

Message par lokizzzzzzz » Lun Juil 31, 2006 12:40

Mon principal problème à moi,c'est que je suis trop franc. La plupart des gens ne supportent pas une telle franchise. Dois-je apprendre l'hypocrisie pour autant?
Loki
lokizzzzzzz
Passionné
 
Message(s) : 243
Inscription : Mar Mai 02, 2006 12:48
Localisation : Montpellier

Message par lokizzzzzzz » Lun Juil 31, 2006 12:44

Moi,je n'ai pas un comportement stéréotypé,à part si on considère que la franchise est un stéréotype!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Loki
lokizzzzzzz
Passionné
 
Message(s) : 243
Inscription : Mar Mai 02, 2006 12:48
Localisation : Montpellier

Message par maekawa » Lun Juil 31, 2006 14:37

lokizzzzzzz a écrit :Si on s'accepte tel qu'on est ,c'est un plus,effectivement ,car cela permet de rejeter les normes et les "axiomes" imposés par la norme. Ainsi,en rejetant les "axiomes",comme Einstein a rejeté l'interprétation stricte de Newton et découvert la "relativité générale",on peut découvrir de nouvelles idées.


La norme n ' est pas nécessairement une chose mauvaise EN SOI .

Ceux qui rejettent certains axiomes sont aussi parfois ceux qui s ' ENFERMENT dans d ' autres .
Einstein était de ceux-là !
maekawa
Enthousiaste
 
Message(s) : 30
Inscription : Jeu Juil 20, 2006 15:41
Localisation : Région parisienne

Message par Invité » Lun Juil 31, 2006 19:06

honnêtement êtes vous capable de dépasser vos différences et de vivre tout simplement parmi les neurotypiques , je pense que si c'était le cas vous ne seriez pas là, et moi non plus d'ailleurs a en débattre.

le trouble de la personnalité borderline est une maladie bien spécifique, pour plus de renseignement je vous invite a consulter le site de l'AAPEL.

si je devais donner une définition de ce syndrome, je dirai qu'il s'agit de personnes qui ont des difficultés considérables a vivre avec leurs émotions, elles veulent a tout prix les controler, les maitriser, elles présentent donc generalement deux aspects, une facade très plaisante, elles peuvent paraitre très gentilles, très agréable a frequenter, et quand elles se retrouvent seules elles redeviennent elles mêmes, déprimées, colériques, hyper sensibles et susceptibles. on appelle ce syndrome borderline parce qu'il est a la limite entre la psychose et la névrose vu que la personne est très handicapée mais qu'elle est consciente de ses difficultés, ce qui n'est pas nécessairement de bon augure.


bref c'est pas ou pas seulement un terme très très général qui ne veut rien dire.


J'ai le même fonctionnement que toi maekawa, je tisse d'énormes réseaux pour pouvoir interpréter les comportements des autres, c'est vraiment redoutablement efficace, une fois on m'a même dit que je pourrai devenir psy plus tard. :?


en revanche les stéréotypies, je sais pas trop.


ce qui se passe avec l'autisme se passe de façon générale, plus on a un qi élevé plus on est a même de s'adapter a son envirronement, ainsi l'autisme est plus visible et surement très diférent chez un autiste avec un qi peu élevé et chez un autiste de haut niveau. Il s'agit de différences subtiles, mais elles existent, je sais les reconnaitre chez les neurotypiques
et je pense que je saurai les reconnaitre chez les autistes.


Alors peut être que comme ces stéréotypies sont plus dévellopées plus fluctuantes, moins persistantes plus dissimulées et moins omniprésentes chez les autistes dit asperger on les remarques moins.



"si les Aspies étaient considérés comme ayant une mauvaise compréhension du langage social et non pas comme des personnes ayant un sale caractère et si, de ce fait, on leur expliquait comment on agit et pourquoi, ces deux mondes pourraient vivre ensemble sans problème. "



euh... j'ai un doute je ne suis pas d'accord, il y a un fossé très large, et les différences ne s'arrêtent pas au comportements, il y a plein de différences dans le traitement de l'information, et des perceptions sensorielles.



même avec la meilleure volonté du monde a mon avis ces deux mondes peuvent se cotoyer,certes mais pas vivre ensemble main dans la main, comme des égaux.
Invité
 

Message par maekawa » Lun Juil 31, 2006 21:37

laura a écrit :le trouble de la personnalité borderline est une maladie bien spécifique, pour plus de renseignement je vous invite a consulter le site de l'AAPEL.


L ' Aapel ne respecte pas les critères des classifications internationales en vigueur ( DSMIV ou CIM 10 ) , qui sont pour moi les seules références valables , dans la définition que ses responsables donnent du trouble Borderline !


Laura a écrit :ce qui se passe avec l'autisme se passe de façon générale, plus on a un qi élevé plus on est a même de s'adapter a son envirronement, ainsi l'autisme est plus visible et surement très diférent chez un autiste avec un qi peu élevé et chez un autiste de haut niveau. Il s'agit de différences subtiles, mais elles existent


Un QI élevé , ça ne veut pas dire qu ' on dipose de moyens intellectuels supérieurs à la moyenne ; ça veut seulement dire qu ' on est performant dans les domaines d ' apprentissage que sont sensés illustrer ces tests .
Il faut savoir que le grand mathématicien Henri Poincaré a obtenu un résultat à un test de QI qui le situait légèrement en-dessous de la moyenne :!: :!: :shock: :shock: . Alors que par ailleurs , bien des champions des tests de QI n ' ont jamais rien conçu d ' original et ont encore moins marqué la postérité !!

Pour ce qui est des stéréotypies , elles sont chez moi extrêmement marquées . J ' ai eu l ' occasion d ' observer un jeune homme avec un diagnostic d ' autisme de Kanner ; je n ' ai jamais vu quelqu ' un ayant des stéréotypies ( au sens médical du terme ) aussi semblables au miennes , tant dans leur nature que par leur intensité !
Sur ce plan , on se ressemble bien plus lui et moi que bien des Asperger entre eux !

Les choses sont plus complexes qu ' on ne l ' imagine . Il faut se garder de tout raccourci simplificateur .


Laura a écrit :même avec la meilleure volonté du monde a mon avis ces deux mondes peuvent se cotoyer,certes mais pas vivre ensemble main dans la main, comme des égaux.


Et pourquoi pas ??? L ' intolérance aurait-elle changé de côté ?? Ou plutôt non ! Mauvaise formulation de ma part . Je sais suite à de nombreuses observations que Les TEDs peuvent se montrer aussi intolérants que les NTs . Seulement qu ' on y prenne garde ! Car c ' est la une attitude suicidaire !
maekawa
Enthousiaste
 
Message(s) : 30
Inscription : Jeu Juil 20, 2006 15:41
Localisation : Région parisienne

Message par Invité » Mer Août 02, 2006 21:22

l'intolérance en soi n'est pas une mauvaise chose, ce qu'i l'est c'est la violence des propos, voir même l'absence d'échanges.


je pensai être sure et certaine que cette association respectai les critères du DSM 4, j'en suis même sur et certaine,

qu'est ce qui te fait penser qu'ils ne respectent pas les critères du DSM 4?


je me suis très mal exprimée et je m'en excuse, j'ai fait un raccourci très
maladroit entre QI et niveau intellectuel, mais il est vrai que ça n'a rien a voir.



le débat n'est pas là, il ne s'agit pas de savoir si l'intolérance est par sa nature universelle, mais plutôt de savoir si elle ne rique pas une fois de plus de réarmer les conflits entre NTs et autistes.


qu'en pense tu?
Invité
 

Message par maekawa » Jeu Août 03, 2006 11:12

laura a écrit :je pensai être sure et certaine que cette association respectai les critères du DSM 4, j'en suis même sur et certaine,

qu'est ce qui te fait penser qu'ils ne respectent pas les critères du DSM 4?


La personnalité Borderline ne faisant pas partie des troubles répertoriés dans le DSM IV comme l ' a justement mentionné Elaine ; le seul fait d ' affirmer l ' existence d ' un tel " concept " implique que L ' Aapel ne respecte pas les critères de cette classification .


Laura a écrit :le débat n'est pas là, il ne s'agit pas de savoir si l'intolérance est par sa nature universelle, mais plutôt de savoir si elle ne rique pas une fois de plus de réarmer les conflits entre NTs et autistes.


L ' intolérance existe entre autistes de différents profils , elle existe au niveau des NTs entre eux ainsi qu ' entre autistes et NTs .
A chacun donc de la combattre , qu ' on soit autiste ou non . Il ne faut pas jeter l ' éponge par avance . Il faut justement tout faire pour éviter que ce qui n ' est qu ' un risque ne se réalise effectivement .

Aujourd ' hui il existe en France un certain nombre de spécialistes ( certes encore beaucoup trop rares ) qui sont prêts à nous venir en aide .
Tendons leurs la main !
maekawa
Enthousiaste
 
Message(s) : 30
Inscription : Jeu Juil 20, 2006 15:41
Localisation : Région parisienne

Message par Invité » Jeu Août 03, 2006 21:21

je cite:

"Ce test est dérivé des critères du trouble borderline dans le manuel DSM IV édité par l'association américaine de psychiatrie "

j'ai trouvé cette citation sur le site de l'AAPEL, donc

1 il est tenu compte du DSM 4

2 ce trouble est répertorié dans le DSM 4, d'ailleurs je me souviens même de l'avoir lut, ce texte et je confirme il y est.

je ne "jette pas l'éponge a l'avance, je "regarde la vérité en face" libre a toi de te battre pour le contraire, mais n'oublie pas que c'est quelque chose que tous le monde devra mener a bien si tu veux que ça fonctionne et même à long terme.


l'intolérance n'est pas mauvaise en soi.


l"autisme n'est pas une maladie qui se soigne, on nait autiste on meurt autiste, ce n'est pas sale. ce n'est pas une infirmité, c'est une façon d'être qui est très différente. Ton propos me rappelle celui des européens au début du siècle quand ils parlaient des africains, "des sauvages,disaient-ils qu'il fallait absolument christianiser, et vétir et rendre "civilisés", ce n'est pas parce qu'on a un beau chapeau qu'on est civilisé," l'habit ne fait pas la moine".



je n'ai pas honte de mon autisme, je ne cours pas après les spécialistes pour m'en débarrasser, ce serait comme çi je voulait à tout prix qu'on me coupe le bras, quelle horreur.


Je vis avec, et c'est très enrichissant, et aussi difficile, ce qui me laisse à penser que ce n'est pas une honte,ni même une maladie je ne cherche pas à être normale, je le regrettrai.


nous avons des qualités qui n'appartiennent qu'à nous. Ils faut en profiter.


Si on placait un francais Alpha au millieu d'un village africain il en ferait autant.

c'est à nous, et à nous seuls en tant qu'adultes, de faire valoir nos droits, de revendiquer le respect, et de construire notre "propre" :wink: futur.
Invité
 

Message par maekawa » Jeu Août 03, 2006 23:36

Il n ' y a pas une personne identique à une autre sur cette planète . Chacun est unique et il faut respecter cette unicité . Le respect , c' est d ' abord l ' acceptation de ce principe .

Aussi , ton exemple lorsque tu me compares à ces colonialistes :evil: me semble particulièrement déplacé . :| . Je suis autiste moi aussi ; ce n ' est donc pas moi qui serait enclin à la condescendance à l ' égard des autistes :!: :!: :? :shock:

Je suis un farouche individualiste , mais dans le bon sens du terme . A savoir que je considère que le droit de l ' Individu ( avec un grand " I " ) prime sur celui du groupe .
Autant dire que toute attitude communautariste me répugne profondément . Je suis autiste certes , mais l ' autisme ne définie pas toute ma personne . Lorsqu ' on dit d ' une personne qu ' elle est autiste , on la définit avant tout pour ce qu ' elle n ' est pas ( c ' est à dire qu ' on la définit comme non-NT ) . Il s' agit là d ' une définition fragmentaire , qui n ' est en rien choquante et purement pragmatique dès lors qu ' on est conscient de son insufisance à décrire une personne dans sa globalité . Cette définition est utile ( surtout pour la personne concernée ) , elle s ' avère la plupart du temps nécessaire même ( c ' est ce qui motive essentiellement la recherche de l ' obtention d ' un diagnostic ) , mais elle n ' est nullement suffisante .


Je n ' ai pas honte d ' être autiste , bien au contraire . J ' ai bien l ' intention de faire en sorte que l ' on m ' accepte pour ce que je suis . Je ne suis donc pas un partisan du formatage des autistes . :roll: :roll: :shock:

J ' approuve cependant les aides qui sont apportées par les spécialistes à ceux qui ont besoin d ' apprendre à maîtriser les outils pratiques qui leurs permettront d ' acquérir une plus grande autonomie . Ca me semble tomber sous le sens . Il ne s ' agit pas de porter atteinte à leur personnalité profonde pour autant !!

Personnellement , je souhaite échanger aussi bien avec d ' autres autistes ( ce qui vu le nombre de profils différents est loin d ' être nécessairement évident ) qu ' avec des NTs .
Je ne suis animé d ' aucun A PRIORI .

Et puisque tu parles de ce qui relève de l ' expérience , sache que d ' après cette même expérience il s ' avère que la communication et l ' entente entre autistes n ' est pas forcément plus aisée qu ' entre autistes et NTs .

Aussi il faudrait semble-t-il que certains autistes apprennent ce qu ' est la tolérance . Et il en va bien évidemment de même pour beaucoup de NTs .
maekawa
Enthousiaste
 
Message(s) : 30
Inscription : Jeu Juil 20, 2006 15:41
Localisation : Région parisienne

Message par Invité » Sam Août 05, 2006 16:50

je ne t'ai absolument pas comparé a ces colonialistes j'ai comparé ton propos, nuance importante.


tu est un farouche individualiste alors je comprend mieux ton propos sur le respect mutuel, l'individualité, le groupe.


être autiste à mon sens ne se réduit pas du tout a "ne pas être nt" sauf peut être vis à vis de quelques nts. Etre autiste , et il me semble important de le dire même si ça te heurte, c'est une manière différente d'être une façon différente de concevoir la vie et nottament la vie parmi les autres, c'est aussi avoir des droits naturellement et c'est là que "le bas blesse" car la notion de droit est définie par tous mais la seule a pouvoir l'appliquer véritablement c'est la majorité, la société voir parfois l'Individu comme tu le dis, or la plupart d'entre nous sont des individus, ils ne vivent pas constament en en faisant respecter leurs droits, ceux ci peuvent être bafoués, et ça c'est innaceptable bien sur.


alors voila pourquoi je crois profondément en la notion de société pour les autistes, car "l'union fait la force" et que ce n'est pas un secret, la loi du plus fort même chez l'Homme moderne reste souveraine.



je ne suis pas non plus une partisante du formatage des autistes , je condamne fermement cette pratique.



je crois en une société de droit, et je crois que les autistes ont tout intérêt à s'associer. Je ne dis pas que ce soit d'une facilité déconcertante, rien n'est simple ce n'est pas ce qui importe, ce qui importe c'est de rester solidaires.



et je finirai en disant que la tolérance ne vient jamais seule, elle vient avec le temps, le vécu, les rencontres, elle vient quand on est à l'écoute des autres.
Invité
 

Message par maekawa » Dim Août 06, 2006 19:33

laura a écrit :je ne t'ai absolument pas comparé a ces colonialistes j'ai comparé ton propos, nuance importante.


Ben je vois pas trop où est la nuance :?: :|


Laura a écrit :être autiste à mon sens ne se réduit pas du tout a "ne pas être nt" sauf peut être vis à vis de quelques nts.


Le diagnostic se fait pourtant bel et bien d ' après la considération d ' éléments qui nous distinguent des NTs. Et d ' ailleurs , je vois difficilement comment il pourrait en être autrement . Mais ces éléments ne peuvent décrire à eux seuls ce que nous sommes , chacun d ' entre nous en tant qu ' individu .

Laura a écrit : Etre autiste , et il me semble important de le dire même si ça te heurte, c'est une manière différente d'être une façon différente de concevoir la vie et nottament la vie parmi les autres


Mais je n ' ai jamais dit le contraire . Rien ne me heurte dans ce que tu dis là . Mais je refuse de m ' en tenir uniquement à cet aspect des choses . S ' il est vrai que notre vie parmi les autres peut nécessiter quelques aménagements , ces aménagements s ' ils sont rendus possibles et acceptés de tous ( et c ' est ce à quoi beaucoup travaillent ) nous permettront de vivre en harmonie entre TEDs et NTs et c ' est ce que je souhaite .

Laura a écrit :]c'est aussi avoir des droits naturellement


Cela s ' applique à tous .

Laura a écrit :et c'est là que "le bas blesse" car la notion de droit est définie par tous mais la seule a pouvoir l'appliquer véritablement c'est la majorité


Nous ne sommes pas les seuls à être victimes de cette réalité .

Laura a écrit :alors voila pourquoi je crois profondément en la notion de société pour les autistes, car "l'union fait la force" et que ce n'est pas un secret, la loi du plus fort même chez l'Homme moderne reste souveraine.


Une société pour les autistes ???? :roll: :roll:

Si tu veux rester un peu réaliste , tu admettras que c ' est impossible à envisager car justement la majorité ne l ' acceptera jamais .

De toute façon , en ce qui me concerne , cette solution ne me conviendrait pas du tout .


Laura a écrit :je crois en une société de droit, et je crois que les autistes ont tout intérêt à s'associer. Je ne dis pas que ce soit d'une facilité déconcertante, rien n'est simple ce n'est pas ce qui importe, ce qui importe c'est de rester solidaires.


Mais bien sûr , comme dans beaucoup d ' autres cas , l ' union fait la force .



Laura a écrit :et je finirai en disant que la tolérance ne vient jamais seule, elle vient avec le temps, le vécu, les rencontres, elle vient quand on est à l'écoute des autres.


Qui te dit le contraire ??? C ' est bien ce que l ' on a constaté depuis longtemps !
Chacun doit faire l ' effort d ' écouter l ' autre .
maekawa
Enthousiaste
 
Message(s) : 30
Inscription : Jeu Juil 20, 2006 15:41
Localisation : Région parisienne

Message par Invité » Lun Août 07, 2006 20:22

tu devrai veiller a bien te renseigner avant de parler.


il existe un test qui permet de repérer l'autisme, mais sans comparaison avec la neurotypie, je te laisse chercher sur le forum.


en gros, on y teste le langage, les autistes ont un vocabulaire très précis quelque soit leur âge, les neurotypiques ont un vocabulaire rébarbatifs eux. les neurotypiques appellent un "chat" un "chat", les autistes appellent un chat "un angora" , ou "un siamois", etc.


je ne vois là pas de comparaisons, entre les "difficultés" :roll: autistes et les "facilités " :roll: neurotypiques.


juste une différence de plus.


s'il était possible de se comprendre à force de temps et d'effort entre nt et autiste tu ne crois pas que les parents d'enfant autistes auraient moins de mal à "éduquer" leur enfant?
Invité
 

Message par maekawa » Lun Août 07, 2006 21:10

laura a écrit :tu devrai veiller a bien te renseigner avant de parler.


Je pense être au moins aussi bien renseigné que toi .

Un conseil : tu devrais regarder dans le dictionnaire la définition du terme suivant : " méthodologie " . Ca t ' aiderait peut-être à comprendre mon argumentation . Sache que dans le domaine médical , on procède toujours par le biais de méthodes comparatives ...J ' espère que tu vois ce que cela implique !


Laura a écrit :il existe un test qui permet de repérer l'autisme, mais sans comparaison avec la neurotypie, je te laisse chercher sur le forum.


J ' aimerais bien voir comment tu parviens à ce genre de conclusion !


Laura a écrit :en gros, on y teste le langage, les autistes ont un vocabulaire très précis quelque soit leur âge, les neurotypiques ont un vocabulaire rébarbatifs eux. les neurotypiques appellent un "chat" un "chat", les autistes appellent un chat "un angora" , ou "un siamois", etc.


Ce que tu affirmes ici ne correspond pas à l ' ensemble des cas cliniques mais à certains d ' entre eux seulement ( qui sont loin de représenter la majorité des autistes . )
Ensuite , je ne suis pas sûr qu ' il soit moins pertinent d ' appeler " un chat " " un chat " plutôt que de le désigner comme étant " un angora " ou autre . Car tout dépend du contexte . Le fait d ' employer des termes plus généraux ne veut pas dire que l ' on ignore les termes plus précis .



Laura a écrit :je ne vois là pas de comparaisons, entre les "difficultés" :roll: autistes et les "facilités " :roll: neurotypiques.
juste une différence de plus.


Mais personne ne dit autre chose . Comparer , cela consiste aussi en cela .


Laura a écrit :s'il était possible de se comprendre à force de temps et d'effort entre nt et autiste tu ne crois pas que les parents d'enfant autistes auraient moins de mal à "éduquer" leur enfant?


Eh bien , figure toi qu ' il m ' est arrivé de m ' entendre très bien avec des neurotypiques et très mal avec des autistes . Il m ' est également arrivé l ' inverse .
maekawa
Enthousiaste
 
Message(s) : 30
Inscription : Jeu Juil 20, 2006 15:41
Localisation : Région parisienne

PrécédentSuivant

Retour vers Asperger et Surdoués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron