Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Espace dédié aux liens HQI (surdouance) et autisme (possibilité de comorbidité des conditions).

Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par lucile » Sam Mars 30, 2013 23:04

Ok, j'ai 14 ans je m'appelle Lucile, j'ai toujours su que j'étais différente, parce que je me sentais supérieur. Quand on ma diagnostiqué surdouée il y a un an je n'étais donc absolument pas surprise. Néanmoins un doute subsiste il y a 2 ans j'ai vu un reportage sur des enfants asperger, j'avais l'impression de me voir moi. Je suis allée en parler à ma mère qui ma dit en riant, "autiste, toi? N'importe quoi". J'ai effectuer quelques recherches qui me confirmait ce que je pensait. Oui, autiste, moi. Je n'en ai jamais reparler à ma mère mais il y a peu je l'ai entendu parler a mon père elle disait qu'elle avait un élève asperger, elle disait qu'il était comme moi.
J'ai donc fais des recherches complémentaires. Je suis tomber sur ce site. Dans la plupart des topics j'ai l'impression que l'on me parle, que l'on me comprend, que peut-etre finalement des gens pensent comme moi.
J'ai beaucoup de questions et souhaiterai en parler, discuter.
lucile
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Jeu Mars 28, 2013 23:36

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par profil supprimé » Dim Mars 31, 2013 10:21

J'ai beaucoup de questions et souhaiterai en parler, discuter.


Tu as oublié de les poser.
profil supprimé
 

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par lucile » Dim Mars 31, 2013 17:37

Je n'ai pas été réelement repérer par mon entourage, enfin jusqu'a ceux que ma mère tombe sur cet élève.
Quand à mes questions, je ne sais pas réellement.
Asperger, surdoué? Quels sont les points communs et les différences?
Quels sont les "symptômes" de l'asperger?
Où passer des tests?
Comment puis-je m'intégrer mieux et ne pas toujours être en décalage avec mon entourage?
J'ai passer plusieurs tests sur internet tous me disent asperger, mais je n'ai pas confiance en ces tests, je souhaiterait en passer de vrai, mais je n'ose pas en parler à ma famille. Je ne veux pas être un poids, créer des soucis à cause de sa.
De plus j'ai lu de nombreuses choses sur le syndrome et sur la difficulté pour les familles d'asperger qui me font un peu, disons peur.
De mon côté j'ai toujours su que j'étais différente, mais je le cachai, ma famille avait des problèmes je refusai d'en créer de nouveaux. J'allais à l'école, ramenai de bonnes notes, mes parents étaient contents, ils pensaient que je me débrouillais bien seule, ils en avaient tendance à m'oublier un peu. Et puis il y a deux ans, dépressions, spasmophilie, et tentative de suicide. S'en est suivi des convocations chez des psys, des maisons de l'adolescent... J'ai embrouillé tout le monde et suis repartie tranquillement, j'ai passer un test de Q.I qui ma décrété surdouée (Q.I non homogène).
Mais j'ai toujours ce doute. Je déteste les étiquettes mais je pense être Asperger.
Au fait qu'est-ce qu'un : HQI? Pouvez vous éviter les abréviations, je ne comprends pas la plupart. Merci
lucile
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Jeu Mars 28, 2013 23:36

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par profil supprimé » Dim Mars 31, 2013 20:54

Quand on ma diagnostiqué surdouée


Quel type de spécialiste t'a diagnostiqué surdouée ?

J'ai effectuer quelques recherches


Comment as tu fait tes recherches ?
profil supprimé
 

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par lucile » Dim Mars 31, 2013 22:11

Je ne sais pas exactement quelle titre médicale cette dame porte, je sais que c'est une psychologue et qu'elle travaille dans un hôpital psychiatrique. Mes recherches ont essentiellement était informatique, je suis allée sur beaucoup de forums, de sites différents, j'ai également demandé des informations à mon professeur de SVT qui a fait 5 ans d'études de médecine.
lucile
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Jeu Mars 28, 2013 23:36

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par profil supprimé » Dim Mars 31, 2013 22:57

[u]
Et puis il y a deux ans, dépressions, spasmophilie, et tentative de suicide. S'en est suivi des convocations chez des psys, des maisons de l'adolescent... J'ai embrouillé tout le monde et suis repartie tranquillement,


Pourquoi avoir embrouillé tout le monde ? Pourquoi ne pas leur avoir parlé d'autisme ?
profil supprimé
 

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par lucile » Lun Avr 01, 2013 18:10

Je ne sais pas pourquoi j'ai embrouiller tout le monde. Peut-être parce que je n'ai jamais été vraie, que j'ai toujours été en décalage, que je ne savais pas comment l'expliquer, que ces doutes me faisaient peur. Parce qu'il est plus facile de mentir et de se mentir.
lucile
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Jeu Mars 28, 2013 23:36

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par Jhaal » Lun Avr 01, 2013 21:55

Quoiqu'il en soit Lucile, l'endroit pour faire diagnostiquer un Syndrome d'asperger, puisque manifestement tu as besoin de savoir, c'est Centre de ressource autistique de ta région.
Un diagnostique du SA est assez long (plusieurs heures) et inclus un test de QI également (puisque, comme ça a été dit plus haut, certains symptômes peuvent se recouper).
Le fait de vouloir s'intégrer ... se camoufler, implique parfois une surcompensation et donc des symptômes moins visibles. La surcompensation est plus facile chez les individus a haut potentiel cognitif manifestement.
Avatar de l’utilisateur
Jhaal
Passionné
 
Message(s) : 1656
Inscription : Mer Déc 19, 2012 11:52
Localisation : limousin

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par lucile » Mar Avr 02, 2013 14:48

Merci pour ces réponses, j'essaierai d'amener le sujet en famille pour pouvoir passer ce test, le fait qu'il soit long n'est pas un problème, qu'il comporte un test de QI non plus, je le repasserai. Je viens de découvrir ce qu'est la surcompensation et sa semble expliquer pas mal de choses. Il me reste une questions au niveau des émotions, j'ai du mal les exprimer et elles sont sont souvent non adaptés voir disproportionnées. Ainsi je fais des crises de colères immenses pour des choses plutôt insignifiantes pour les autres, j'ai une sorte de rage, de haine que j'ai dû mal à canaliser. Est-ce normal? Courant?
lucile
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Jeu Mars 28, 2013 23:36

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par Jhaal » Mar Avr 02, 2013 20:38

J'ai fait des crises de colères phénoménales étant plus jeune... à ton âge j'en faisait souvent. Un rien les faisait exploser et c'est souvent mon frangin qui trouvait la clé pour les démarrer. Ça devait l'amuser.
C'était l'hystérie, je défonçait tout, je me rappel avoir fait un trou dans une porte avec mon poing.
J'ai failli étrangler mon frangin à plusieurs reprise ... et au final, au fond de moi, je savais qu'il n'y avait pas de motif valable, mais qu'il fallait que ça explose ... juste que ça explose ...
Depuis la fin de l'adolescence, je n'ai plus eu de crises et en réalité, se pose un autre "problème". je suis incapable de me mettre en colère. Ou si ça arrive, je ne parviens pas à l'exprimer autrement qu'avec une froide affirmation orale "je suis en colère". Puis ça disparaît.
Ça peut être handicapant parfois car je sais qu'il y a des motifs qui mériteraient mon ire, mais ça me passe la plupart du temps au dessus et je me détourne juste de ces sujets.
bref, ça peut ne pas paraître un soucis, mais en terme de communication, il peut être sain à mon avis d'exprimer son désaccord par une forme de colère, sans pour autant qu'elle prenne des proportions incontrôlable comme auparavant.
J'ai le sentiment d'avoir vidé mes réserves de colère pendant mon enfance et mon adolescence.
Avatar de l’utilisateur
Jhaal
Passionné
 
Message(s) : 1656
Inscription : Mer Déc 19, 2012 11:52
Localisation : limousin

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par lucile » Mar Avr 02, 2013 21:16

Merci, sa me rassure un peu. Même si j’espère garder un peu de colère pour ma vie adulte! Le problème c'est que sa surgit en classe, dans le bureau de la principale, à table... Tout le temps. J'ai l'impression qu'il FAUT que je casse tout, que je hurle, que je frappe. Sans raison. S'en est à un tel point que j'ai déjà utiliser l'automutilation pour me calmer (1 fois il y a 1 an). Cette colère me fais peur, je ME fais peur.
De plus je n'ose pas en parler. Les rares personnes à qui j'ai dit que je pensai être aspie m'ont dit que non. Il n'est pas envisageable pour eux que je sois Autiste, surdouée c'est quand même mieux!
Je suis dans une impasse, j'ai l'impression d'être seule. Je ne sais pas quoi faire. A qui parler.
lucile
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Jeu Mars 28, 2013 23:36

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par Jhaal » Mar Avr 02, 2013 21:49

A un spécialiste.
Tous les autres ne voudrons pas voir. même ceux qui t'aiment. Ils auront toujours besoin qu'un sachant confirme ou infirme.
Et ... de fait, toi aussi.
Une fois que tu aura des certitudes, tu trouveras plus aisément un interlocuteur.
ceci dit, le seul fait d'avoir un haut potentiel provoque des particularités excluantes parfois.
Ce fut mon cas. Mais ça permet aussi de compenser à la longue et dans certains cas, d'avoir une vie "normale".
Aussi garde confiance et fais les démarches nécessaires pour éclaircir tout cela.
Avatar de l’utilisateur
Jhaal
Passionné
 
Message(s) : 1656
Inscription : Mer Déc 19, 2012 11:52
Localisation : limousin

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par Amarnis » Mer Avr 03, 2013 11:58

Bonjour jeune Lucile et bienvenue :D

Ton cas m'intéresse beaucoup, je suis moi même aspie (diagnostiqué) dit HQI (Haut Quotien Intellectuel) détecté seulement à 40 ans, sachant que j'en ai aujourd'hui 46, mais bien sûr, avant, je me savais différent et le cachais en appliquant une stratégie d'apprentissage et d'immitation. Aussi, je dois le reconnaitre, j'étais bien aidé par une soeur ainée qui, s'en savoir ou comprendre ce que j'avais, m'apportait beaucoup d'aide lorsque j'étais enfant (jusqu'à 11 ans) en termes de sociabilisation et de réconfort.
J'ai aujourd'hui des enfants (16, 14, 13 et 11 ans) dont un, le plus jeune, qui présente des spécificités de type aspie avec lui aussi un HQI. Son cas est intéressant car il n'échoue plus depuis ses 10 ans aux tests sur l'implicite (il compense déjà).
Et toi où en es-tu ? Fais tu encore des erreurs de compréhension littérale ? Sur l'implicite ? Applique tu une stratégie consciente particulière de type examen des situations sociales, analyse, immitation/reproduction ?
Décris-nous effectivement comme le dit anonymous, ton niveau de sociabilisation (parent, amis, familles). Sache aussi que pour pas mal d'aspie, j'en fait partie, l'adolescence est évidemment une période qui peut être difficile via l'apparation de liens sociaux plus complexes.
Aussi qu'elle est ta réussite scolaire et ton adaptation à ce type d'enseignement qui du point de vue d'un aspie HQI est long, répétitif, inondé inutillement souvent d'exemples, en un mot trop lent et ennyeux ?
Sache aussi que la fait d'être aspie, même si cela demande plus d'efforts et présente sûrement plus de difficultés, ne t'empêche pas de réussir ta vie à tout point de vue. Il y a même de nombreux avantages à présenter une personnalité peu émotive, raisonnable et à la recherche de l'efficience.
Encore une chose, as-tu des intérêts spécifiques ? Cela aussi peut devenir un avantage dans certains cas : par exemple la curiosité scientifique. Personnellement je n'ai pas fait mes études dans mon domaine d'intérêt (la zoologie écolutionniste) mais dans une filière mieux valorisée à l'époque (et cela reste encore pas mal vrai aujourd'hui) et aussi plus facile pour moi : les mathématiques. Mais, et même si j'ai plutôt réussi professionnellement je n'ai pas conjugué travail et passion, c'est bien dommage. Si tu as la possibilité de conjuguer les deux n'hésite pas.

A bientôt au plaisir de te lire.
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par Amarnis » Mer Avr 03, 2013 14:17

anonymous a écrit :
Amarnis a écrit :Et toi où en es-tu ? Fais tu encore des erreurs de compréhension littérale ? Sur l'implicite ?

Je ne sais pas si, à son âge, elle peut caractériser ses erreurs de compréhension. Ce n'est pas évident car il faut passer de "je ne comprends pas ce qu'on me dit" à "je ne comprends pas mais il se peut que le message d'origine ne me soit pas compréhensible".

Ton enfant de 10 ans y arrive-t-il ?


Je pensais spécifiquement au littéralisme face aux expressions. Mon fils a enregistré de nombreuses expressions, les comprend, les utilise peu et reste circonspect face au nouvelle où il manque singulièrement d'interprétation. Il comprend/repère qu'il s'agit d'une expression mais même si le sens est assez explicte il n'a aucun idée de quoi il retourne. Toute nouvelle expression explicitée fait définitivement partie de sa compréhension.
Personnellement petit (8 ans) j'ai lu dans un dictionnaire un ensemble d'expressions et de proverbes décryptés, ce fut une révélation.
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par lucile » Mer Avr 03, 2013 14:52

Je suis socialement intégrée, mais je ne suis jamais moi-même. J'ai des amis, la plupart connaisse de moi ce que je leur montre, pas grand chose donc. Disons que j'ai 2 amies a qui je fais confiance, à qui j'en est parlée (une est également HQI). Pour mes parents, ce n'est pas toujours le grand amour. Particulièrement avec mon père qui ne me comprend pas, depuis que j'ai été diagnostiquée surdouée il pense que tout est facile pour moi, que quand je parle de problème à l'école il me dit qu'il ne devrait pas y en avoir puisque je suis si intelligente. Pour lui c'est moi qui crée les problèmes. C'est également l'avis de ma soeur et de mes grands parents, le fait que je sois surdouée les gênent.
L'école. L'école est pour moi un lieu de souffrance. Je sais lire depuis mes 3 ans. J'ai su écrire à 4. Et réciter Shakespeare à 5. Ce qui est loin d'être incroyable mais qui gêne mes professeurs. Je suis bonne élève, très bonne, toujours première sans faire le moindre effort, le problème c'est mon comportement. Enfin, quand mes professeurs prévoient 1h pour un exercice je le fini en 15 min ensuite je m'occupe, je bavarde, je dessine, je lis, j'écris. Ce qui, selon eux et un manque de respect car je ne suis pas passionnée par leur cours. J'ai beaucoup souffert l'année dernière d'une prof de Francais qui refusait de me laisser prendre la parole en classe, même pour poser des questions. Cette prof ma rabaisser pendant 1 an. Et cette année, même si je ne l'ai plus, il n'y a aucun changement. Je passe mon temps assisse sur une chaise en attendant la fin de l'heure. Je tient uniquement en me disant que l'année prochaine c'est le lycée et que sa va changer, je souhaite intégrer la cité internationale d'Europole (entrée sur Concours) pour cela j'ai passer mon année a travaillé mon anglais (je suis presque bilingue). Je voulais tenter d'autres concours dans d'autres lycée mais l'éducation nationale a décréter que l'on ne pouvait passer des concours que dans sa région pour éviter les établissement d'excellence (jusqu'au bout ils me feront c****)! L'école c'est donc (la plupart du temps) une perte de temps.
Mes loisirs, j'ai pratiquer l'escalade pendant 7 ans et l'athlétisme pendant 3. J'ai arrêter (je regrette aujourd'hui d'avoir arrêter l'athlétisme, j'étais douée, mais ne supportais pas les compétitions). Cette année je fais du tennis, je nage et je cours (la course est le seul moyen de me calmer). Sinon je lis ou j'écris (plutôt bien à en croire ceux qui me lisent, mais avec non académisme selon mes profs).
Quand à la différence implicite explicite je pense l'avoir saisie (du fait de me nombreuses lectures) même si j'emploie essentiellement de l'explicite et préfère que tout le monde en fasse autant. Pour employer des expressions je le fais avec des expressions déjà entendu dans des situations déjà vu.
Quand à changer de collège je ne pense pas que sa changerait quoi que ce soit et puis c'est ma dernière année il ne reste que 3 mois.
Je pense à aller passer le test mais je n'ose pas en parler avec ma famille.
lucile
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Jeu Mars 28, 2013 23:36

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par Amarnis » Mer Avr 03, 2013 15:21

lucile a écrit :Je suis socialement intégrée, mais je ne suis jamais moi-même.


Que te dire... C'est "normal", ton intégration sociale sera toujours dépendante de ta capacité à te conformer socialement ce qui quelque part, effectivement, n'est pas vraiment toi.

Mais dis-moi qu'est-ce pour toi être réellement soi ? As-tu des pensées non-conformes que tu souhaiterais pouvoir exposer à tes proches (e.g. à ton âge je ne supportais pas de mimer de la compassion face à un évènement grave qui ne me touchait pas directement) ? Voudrais-tu n'avoir aucune contrainte sociale (l'intégration sociale en impose pourtant) ? Voudrais-tu échanger plus intimement sur tes difficultés avec certaines personnes de ton entourage (ce serait bien, moi mes deux amies sont au courant de ce que je suis) ?

Moi je pense que nous devons apprendre à nous intégrer dans cette culture quasi-étrangère qui nous entoure, à nous fondre, être invisible pour avoir notre part d'une existence "normale".

En tous cas tu fais bien de choisir une filière qui pourra t'apporter plus de motivation et de challenges, nombre de HQI échouent dans leur études par ennui ou pour avoir pris de mauvaises habitudes.

Tu n'as pas évoqué de passion, d'intérêts spécifiques, moi je suis tombé dans les sciences et surtout la paléontologie très jeune.
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par lucile » Mer Avr 03, 2013 16:03

Des pensées non conformes je n'ai que sa, vivre sans ces règles imbéciles imposées par la société? Un rêve. Mais je m'adapte parce que je n'ai pas le choix, je pense que ma colère vient de la. Je trouve fatiguant de ne jamais être vraie, de toujours faire semblant, j'ai l'impression de jouer un rôle. Je sais que je ne pense pas normalement mais je ne peux pas exposer mes pensées aux autres qui me jugeraient folle. Parler, j'aimerais bien mais avec qui? Je ne connais personne pour cela.
Des intérêts spécifiques j'en ai, l'archéologie (spécialement l'égyptologie, je pousse à fond dans cette voie. Ainsi que les sciences (physiques, mathématiques), les langues et l'écriture).
Pour moi être réellement moi sa serait de pouvoir ce que je pense sans être jugée, sa serait d'être considérée selon mon vrai potentiel, sa serait de ne pas avoir de règles autres que celles que je me suis fixée.
Je viens de voir qu'un centre d'évaluation de l'autisme a 500 m de chez moi, je n'en avais jamais entendu parler.
lucile
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Jeu Mars 28, 2013 23:36

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par lucile » Mer Avr 03, 2013 16:36

Que tu ne voie pas de spécificité asperger tant mieux, je pense que je passerai quand même les tests. Je veux êtres sûre. Comme moi je l'ai vu... Le forum zebracrossing non, mais je suis aller sur de nombreux autres, et, même si je me retrouvai en grande partie dans les discussions ils restaient une différence. Quand aux livres, je n'en connais pas particulièrement.
lucile
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Jeu Mars 28, 2013 23:36

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par Amarnis » Mer Avr 03, 2013 16:40

lucile a écrit :Des pensées non conformes je n'ai que sa, vivre sans ces règles imbéciles imposées par la société? Un rêve. Mais je m'adapte parce que je n'ai pas le choix, je pense que ma colère vient de la.


Sûrement au moins pour partie, j'ai dépassé cette colère lorsque j'ai adopté un regarde de zoologue sur les singeries sociales de mes contemporains.

lucile a écrit :Je trouve fatiguant de ne jamais être vraie, de toujours faire semblant, j'ai l'impression de jouer un rôle. Je sais que je ne pense pas normalement mais je ne peux pas exposer mes pensées aux autres qui me jugeraient folle. Parler, j'aimerais bien mais avec qui? Je ne connais personne pour cela.

Je crois que nous n'avons pas le choix (enfin si il en existe un s'expatrier dans une autre culture où étant étrangers nous ne sommes pas jugés). Ce que j'ai mis en pratique : me ménager des sas de décompressions quotidiens en m'isolant et en me plongeant dans mes intérêts spécifiques.

lucile a écrit :Des intérêts spécifiques j'en ai, l'archéologie (spécialement l'égyptologie, je pousse à fond dans cette voie). Ainsi que les sciences (physiques, mathématiques), les langues et l'écriture).

Je suis passionné par l'égyptologie et plus généralement par l'histoire antique avant l'apparition des religions de la culpabilité.

lucile a écrit :Pour moi être réellement moi ça serait de pouvoir (dire ?) ce que je pense sans être jugée, ça serait d'être considérée selon mon vrai potentiel, ça serait de ne pas avoir de règles autres que celles que je me suis fixée.

Trois choses bien distinctes :
- Dire ce que l'on pense sans être jugé : dans notre monde c'est un doux rêve, tu le pourra probablement uniquement avec tes semblables ;
- "Etre considéré selon son vrai potentiel" : Oui, bien sûr mais qui en sera capable à mon sens uniquement des cas spéciaux comme le tien ;
- Quant aux règles de société elles sont les garantes de notre vivre ensemble, il nous faut faire avec. Mais pour ta part propre, décide de ce que tu veux pour toi seule.
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Re: Moi, 14 ans, surdouée, aspie, aide?

Message par Amarnis » Mer Avr 03, 2013 17:04

lucile a écrit :Que tu ne voie pas de spécificité asperger tant mieux, je pense que je passerai quand même les tests. Je veux êtres sûre. Comme moi je l'ai vu... Le forum zebracrossing non, mais je suis aller sur de nombreux autres, et, même si je me retrouvai en grande partie dans les discussions ils restaient une différence. Quand aux livres, je n'en connais pas particulièrement.


Ce n 'est qu'un avis, non professionnel, mais je pense que tu peux être concernée par le syndrome d'Asperger. Il me semble percevoir dans tes propos plus qu'un simple décalage intellectuel.
A titre d'exemple, j'ai eu a travailler avec des gens extrèmement brillants et bien je n'ai jamais pu me sentir proche d'eux, nos conversations professionnelles étaient enrichissantes mais je n'ai jamais pu créer de lien plus intime, ma non-conformité étant trop forte, ma curiosité notablement plus généraliste, mes ambitions personnelles nettement plus faibles (en terme de pouvoir).
Pour t'aider à t'éclairer un peu :
- As-tu des souvenirs clairs de ta petites enfance ?
- Regardais-tu, petite, la bouche de tes interlocuteurs ?
- As-tu des comportements compulsifs ?
- Te souviens-tu d'avoir consciemment découvert le langage non-verbal ?
Amarnis
Amarnis
Passionné
 
Message(s) : 1439
Inscription : Mer Juil 01, 2009 9:02
Localisation : Landes

Suivant

Retour vers Asperger et Surdoués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron