Et si on oubliait le terme THQI ?

Espace dédié aux liens HQI (surdouance) et autisme (possibilité de comorbidité des conditions).

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par realTMX » Jeu Fév 05, 2015 10:09

8gseagffs a écrit :merci pour ton commentaire jhaal.

Je ne suis pas très à l'aise pour parler en voix off ni en on par ailleurs ^^.

realTMx pourais'je te demander ton ressenti sur mon montage s'il te plais ? J'aimerais aussi avoir un avis quand au fait de continuer des vidéo de ce style ou pas.

Je vous en serai très reconnaissant.


Bien sûr 8gseagffs, je vais la regarder et je te dirai ce que j'en pense. :wink:
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par realTMX » Jeu Fév 05, 2015 10:24

Aby,

Pour répondre à ta question, je n'affiche pas personnellement mon éventuel HPI parce que ça représente, pour moi du moins, une forme d'arrogance et de vantardise qui me débecte. Par contre, je n'hésite pas à parler de mon parcours scolaire atypique parce que je suis fier d'être parvenu à ce niveau avec les difficultés que j'ai rencontrées. Et ça, ce n'est pas de l'arrogance mais un simple fait.

Pour moi, un être intelligent ne cherchera pas à en mettre plein la vue tout au contraire. Après tout, l'intelligence c'est comme le sex-appeal, c'est ceux qui en parlent le plus qui en ont le moins.
L'intelligence se remarque plus dans les actes que dans les paroles. Il n'y a qu'à voir le niveau intellectuel de nos politiques. Ils ont peut-être fait l'ENA (Âne à l'envers) ou Sciences-Po, ils n'en demeurent pas moins incompétents et pourris jusqu'au trognon.
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par realTMX » Jeu Fév 05, 2015 10:58

8gseagffs,

Je viens de regarder ta vidéo. Je l'ai trouvée très intéressante. Ce que tu dis est tout à fait juste. On a trop tendance à s'arrêter sur un à-priori très malsain. C'est vrai pour l'intelligence mais ça l'est tout autant pour d'autres facteurs sociaux. Je pense que c'est lié au fait que les gens portent trop d'importance sur l'apparence plutôt que sur l'essence.

PS : Il y a un problème au niveau sonore (certains passages sont plus forts que d'autres). Tu pourras rectifier le tir sur les prochaines vidéos. :wink:
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par 8gseagffs » Jeu Fév 05, 2015 12:44

oki merci beaucoup realTMX

je ne trouvais plus l'interface sonore de Sony Vegas faut que je l retrouve :D . Et oui tu as raisons les facteurs sont innombrables.

après j'ai fait cette vidéo sur le Qi par ce que lors de certaines conférences associatives auxquelles j'étais convié, le publique m'exprimer très clairement les stéréotypes. Cela même si j'avais témoigner et même si mon argumentation avait durée 20 minute (l’impression que rien ne passe ...)

si vous voulez je ferais des vidéo sur les interactions sociale, les effet collatéraux, le rapport à l'autre, le jeu du moi, et l’aliénation sociale (mais bon ce ne sera plus sur ce fil). Pour ce qui est du syndrome d'asperger, n'étant pas diagnostiquer je n'en ferai pas pour le moment mais si je venais à l'être je développerai certains trait.
8gseagffs
Regulier
 
Message(s) : 107
Inscription : Mer Jan 14, 2015 1:25

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par Jhaal » Jeu Fév 05, 2015 12:47

aby a écrit :
Jhall et Tmx : je comprends votre point de vue mais est ce qu’il n’y a pas eu un moment dans votre vie ou vous n’ avez pas eu envie de montrer votre HPI supposé, ne serait ce que pour prouver qu’être différent ne signifie pas être idiot, que la différence …ne veut pas dire « être « anormal « ? ce serait légitime, juste un besoin de revanche face au regard malveillant des intolérants !



Pour ma part, ça ne s'est pas présenté. J'ai appris que j'étais HPI il n'y a que deux ans. Avant ça, je me sentais tellement en décalage que je pensais plutôt être un peu con.
D'ailleurs lors des tests, quand j'ai compris que j'étais entrain de passer un test de QI (c'était juste avant les test pour l'autisme), j'ai un peu flippé en me disant qu'ils allaient voir que je suis con.
Bref. J'ai déjà parcouru un bout de chemin et je n'éprouve plus le besoin de prouver quoique ce soit. J'ai des amis qui se fichent de savoir quoique ce soit de mes capacités cognitives (bien que je leur ai parlé de tout ça lors des tests quand même) pour m'apprécier. Ils ne me jugent pas de toute manière.
Et les autres personnes, et bien je me fiche de leur jugement.
En revanche, je suppose que jadis, lors de ma scolarité par exemple, j'aurais pu ressentir le besoin de m'appuyer sur de tels résultats pour montrer que je n'étais pas débile. Mais très franchement, je pense que ça aurait eu un effet contreproductif.
Avatar de l’utilisateur
Jhaal
Passionné
 
Message(s) : 1656
Inscription : Mer Déc 19, 2012 11:52
Localisation : limousin

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par 8gseagffs » Jeu Fév 05, 2015 13:06

Jhaal a écrit :
aby a écrit :
Jhall et Tmx : je comprends votre point de vue mais est ce qu’il n’y a pas eu un moment dans votre vie ou vous n’ avez pas eu envie de montrer votre HPI supposé, ne serait ce que pour prouver qu’être différent ne signifie pas être idiot, que la différence …ne veut pas dire « être « anormal « ? ce serait légitime, juste un besoin de revanche face au regard malveillant des intolérants !



Pour ma part, ça ne s'est pas présenté. J'ai appris que j'étais HPI il n'y a que deux ans. Avant ça, je me sentais tellement en décalage que je pensais plutôt être un peu con.
D'ailleurs lors des tests, quand j'ai compris que j'étais entrain de passer un test de QI (c'était juste avant les test pour l'autisme), j'ai un peu flippé en me disant qu'ils allaient voir que je suis con.
Bref. J'ai déjà parcouru un bout de chemin et je n'éprouve plus le besoin de prouver quoique ce soit. J'ai des amis qui se fichent de savoir quoique ce soit de mes capacités cognitives (bien que je leur ai parlé de tout ça lors des tests quand même) pour m'apprécier. Ils ne me jugent pas de toute manière.
Et les autres personnes, et bien je me fiche de leur jugement.
En revanche, je suppose que jadis, lors de ma scolarité par exemple, j'aurais pu ressentir le besoin de m'appuyer sur de tels résultats pour montrer que je n'étais pas débile. Mais très franchement, je pense que ça aurait eu un effet contreproductif.


montrer son "intelligence" aux autres peut être source de méprit (je dit bien peut être).

si je te cite Jhaal c'est par ce que je trouve ton analyse très construite et sa me fais du bien de lire des personnes qui ne s'arrentent pas à ce que leur inconscient peut leur suggérer (j'aurais même pu cité plein de dires de ce forum).

Lors de ma scolarité je me rappel une instit de ce1 qui disait a la directrice que j'étais un fénéants qui ne voulais pas suivre le rythme de la classe pour l'écriture. (premier burn out social)
Pendant un exposé sur les rapace elle ma repris alors que j'avais raison (reconnaissais le nom de tout les rapaces par coeur (j'insiste bien sur le coté émotionnel)), j'exprimer que les autours étaient des rapaces et elle me disait sans relâche "on dit vautours".
le soir je me suis empresser de vérifier mes sources et le lendemain j'ai redit que j'avais raison. Conclusion elle à appeler la directrice pour me punir à copier 100 fois je ne reprendrais plus la maitresse pendant ses cours. j'étais épuiser, le rythme de l'écriture était trop rapide pour moi qui avais sans cesse besoin d’intellectualiser tous ces dires ainsi que le chahut global. j'ai fini l'année par des punissions en chaîne et je développa alors ma première phobie scolaire (alors qu'auparavant même si j'étais très fatigué je tenais le coup).

le monde de l'alter est je le trouve très complexe.
8gseagffs
Regulier
 
Message(s) : 107
Inscription : Mer Jan 14, 2015 1:25

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par 8gseagffs » Jeu Fév 05, 2015 13:24

A oui merci aby pour tes commentaires sur mon tit travail.

Après je voulais ajouter que le psychologue se devait d'apporter un suivi à l'enfant par ce que ne pas donner de chiffre pour ne pas créer l'hystérie daccord mais ne pas lacher l'enfant ou l'adulte dans la nature avec ses difficultés.

Il faut aussi que les parents comprennent réellement le processus intellectuel de leur enfant afin de mieux interagir avec lui et l’accompagner a construire sa vie.

lors d'une discussion les interlocuteur se disaient ceux-ci:
"hier c'était l'enfant battu, ils ne bronchaient pas mais on avait la paix"
"wai et maintenant c'est les enfant roi qui n'écoute plus et font n'importe quoi"
"quand sera t il de demain?"

Ce à quoi je répondit: "je pense qu'il faut espérer voir émerger l'enfant accompagner"

(après cela plus aucunes parole, moi qui pensais qu'il argumenterai leurs pensé. Il n'en fut rien.)
8gseagffs
Regulier
 
Message(s) : 107
Inscription : Mer Jan 14, 2015 1:25

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par Jhaal » Jeu Fév 05, 2015 17:49

C'est drôle, mes souvenirs de conflits avec mes camarades ou avec des adultes... en tout cas de vraies colère et de frustration lors de mon enfance concernent souvent les sujets qui tournent autour des animaux.
J'avais une connaissance quasi encyclopédique comparée à mes camarades et aux adultes et ils me reprenaient souvent. Ça me me mettais très en colère parce-que je constatais de manière récurrente qu'il ne servait à rien de lutter pour faire leur faire comprendre leurs erreurs. Ils avaient (les adultes) un comportement condescendant à mon égard du fait de mon âge. Je suis même persuadé qu'ils ne prenaient pas la peine de vérifier leurs informations.
Je me suis battus à propos de la différence entre un jaguar et un léopard (rien à voir pourtant), sur le fait que les pingouin volent (ils les confondaient avec les manchots), sur des mystifications récurrentes concernant l'éthologie ... cette histoire d'autours et de vautours aurait très bien pu me concerner. Pourtant c'est un rapace qu'on trouve toute l'année dans une partie de la france... il n'est pas exotique (bien que difficile à observer). bref, j'ai vu que les gens ne s'intéressaient tout simplement pas à ces sujet et j'ai abandonné le combat.
Récemment j'ai eu une opposition ferme avec des amis qui me soutenaient que la masse d'un objet, à taille et forme égale, conditionnait la vitesse de sa chute. Je leur soutenait que non, ils n'en démordaient pas. J'ai pris ça a la rigolade et je leur ai dis de vérifier lorsqu'ils seraient chez eux. Je pense qu'ils ne l'ont pas fait.
Avatar de l’utilisateur
Jhaal
Passionné
 
Message(s) : 1656
Inscription : Mer Déc 19, 2012 11:52
Localisation : limousin

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par Jhaal » Jeu Fév 05, 2015 19:18

anonymous a écrit :
Jhaal a écrit :Récemment j'ai eu une opposition ferme avec des amis qui me soutenaient que la masse d'un objet, à taille et forme égale, conditionnait la vitesse de sa chute. Je leur soutenait que non, ils n'en démordaient pas. J'ai pris ça a la rigolade et je leur ai dis de vérifier lorsqu'ils seraient chez eux. Je pense qu'ils ne l'ont pas fait.

Théoriquement non, mais si on prend en compte les frottements, les objets lourds sont avantagés.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chute_avec ... de_l%27air


Effectivement, dans notre débat, il était question de ne pas prendre en compte le frottement de l'air. Ou en tout cas de le minimiser au maximum en utilisant des objets d'une forme identique (même si sur une hauteur importante, ça fini tout de même par jouer).
D'ailleurs Galilée ne s'en serait pas rendu compte lui même puisqu'il n'a jamais mené cette expérience du haut de la tour de piste (ça c'es pour faire joli dans l'histoire) mais à son atelier depuis une mezzanine.
En gros, je caricaturais volontairement pour les agacer : une balle de ping pong et un piano à queue, sur la lune, arriveront exactement même temps au sol. Mais ça leur semblait aberrant.
Avatar de l’utilisateur
Jhaal
Passionné
 
Message(s) : 1656
Inscription : Mer Déc 19, 2012 11:52
Localisation : limousin

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par Mithrandir » Ven Fév 06, 2015 5:38

Jhaal a écrit :
realTMX a écrit :Je suis de ton avis Jhaal.

Il vaut mieux garder pour soi le fait d'être HPI (si c'est le cas naturellement). Sinon, ça pourrait paraître à tort comme une forme d'arrogance et de fausse supériorité.
Par contre, les personnes qui, après, osent dire que les aspis sont débiles. Là, ça ne passe pas du tout.


Oui. Mais je ne perd pas trop de temps à argumenter.
Même avec mes amis, je peux parler de l'autisme. mais pas vraiment du potentiel intellectuel.
Parce-que ça n'apporte rien dans mes échanges avec eux. Et en fin de compte, je constate que les gens dont je suis réellement proche, s'il effectuaient un test, je pense qu'ils seraient également dans des scores atypiques. On est attiré et on attire des gens qui ne nous ont pas complètement étrangers. ce n'est pas un choix élitiste, c'est naturel. Il y a un fossé trop grand avec d'autres personnes.
J'ai constaté qu'aucun de mes amis n'avaient de télévision. Je ne les ai pas choisi à cause de ça. je l'ai constaté après coup. Et j'ai avec tous des conversation sur l'astrophysique, l'écologie, la psychologie, qui sont passionnantes.
Je ne pense pas alors pouvoir discuter de ma différence en terme de cognition puisque je suis quasiment sûr qu'ils ont tous la même différence plus ou moins marquée. Au final la seule chose qui me sépare d'eux est asperger.


realTMX a écrit :Je ne peux qu'être d'accord avec toi. Mes amis proches sont plus ou moins comme moi. On partage les jeux vidéos comme centre d'intérêt. Mis à part ça, on discute un peu mais on est dans la même situation d'isolement. Sur ce point, on se comprends. Certes, ils sont moins autistes que moi, quoique l'un de mes deux amis pourrait l'être plus qu'il ne le pense.

Mais c'est vrai que, d'une manière générale, je ne m'entends pas avec les personnes vraiment trop différentes de moi.

Je me demande bien ou vous trouver vos amis, ce semble être des personnes intéressantes. J'ai remarqué qu'avec le temps, à quelque exceptions près, mes intérêts ont grandement divergé de ceux de ma famille; ce qui n'améliore pas ma solitude.

Jhaal a écrit :
anonymous a écrit :
Jhaal a écrit :Récemment j'ai eu une opposition ferme avec des amis qui me soutenaient que la masse d'un objet, à taille et forme égale, conditionnait la vitesse de sa chute. Je leur soutenait que non, ils n'en démordaient pas. J'ai pris ça a la rigolade et je leur ai dis de vérifier lorsqu'ils seraient chez eux. Je pense qu'ils ne l'ont pas fait.

Théoriquement non, mais si on prend en compte les frottements, les objets lourds sont avantagés.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chute_avec ... de_l%27air


Effectivement, dans notre débat, il était question de ne pas prendre en compte le frottement de l'air. Ou en tout cas de le minimiser au maximum en utilisant des objets d'une forme identique (même si sur une hauteur importante, ça fini tout de même par jouer).
D'ailleurs Galilée ne s'en serait pas rendu compte lui même puisqu'il n'a jamais mené cette expérience du haut de la tour de piste (ça c'es pour faire joli dans l'histoire) mais à son atelier depuis une mezzanine.
En gros, je caricaturais volontairement pour les agacer : une balle de ping pong et un piano à queue, sur la lune, arriveront exactement même temps au sol. Mais ça leur semblait aberrant.

Tu devrais leur montrer ces vidéos.
https://www.youtube.com/watch?v=E43-CfukEgs
https://www.youtube.com/watch?v=KDp1tiUsZw8
Avatar de l’utilisateur
Mithrandir
Nouveau
 
Message(s) : 17
Inscription : Lun Mars 05, 2012 3:12
Localisation : Québec

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par sanju » Sam Fév 07, 2015 15:53

calande a écrit :J'ai le sentiment que plus le QI est élevé, plus on souffre: davantage de confusion mentale, bouillonnement intellectuel, clairvoyance sur la vie, grosse fatigue, TOCs, etc...HQI ou THQI permettrait de situer la personne aussi dans le poids de ces symptômes-là...


Je partage vos propos. Je suis un sujet qui souffre d'un syndrome Asperger et qui s'avère surdoué. Subséquemment, je subis les corollaires de ces singularités : sens affûtés, sensibilté accrue, sociabilisation ardue, et caetera. Je n'en suis pas fière mais je suis satisfaite que l'on sache enfin pour quelles raisons je me sens si différente du reste de la population.
*** Diagnostiquée autiste Asperger, au C.R.A, en 2017, et sujet à haut potentiel intellectuel, avec pour comorbidité un trouble de l'anxiété généralisé. ***
Avatar de l’utilisateur
sanju
Passionné
 
Message(s) : 540
Inscription : Lun Jan 26, 2015 14:21

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par aby » Sam Fév 07, 2015 19:04

Pour avoir rencontré une ou deux personnes dites "surdouées", je peux dire que je ne les sentais pas heureuses.
" Etre différent, c'est normal ! "

Maman de Tom - 10 ans - diagnostiqué autiste de haut niveau "léger" en janvier 2016
aby
Passionné
 
Message(s) : 2320
Inscription : Mer Jan 07, 2015 1:17
Localisation : Pays de la Loire

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par 8gseagffs » Dim Fév 08, 2015 15:35

D'ou le livre de Jeane Siaud fachin "trop intelligent pour être heureux.

(De mon point de vue il y a tout de même un coté marketing derrière)
8gseagffs
Regulier
 
Message(s) : 107
Inscription : Mer Jan 14, 2015 1:25

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par calande » Dim Fév 08, 2015 16:29

Oui, Aspie + HPI ça fait quand même lourd à porter au quotidien. Certains ont d'autres "comorbidités" telles que la fibromyalgie / fatigue chronique, TOCs, et autres TDAH pour couronner le tout :)
Avatar de l’utilisateur
calande
Passionné
 
Message(s) : 1125
Inscription : Mar Août 19, 2014 12:31
Localisation : Nantes

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par Jhaal » Dim Fév 08, 2015 19:52

calande a écrit :Oui, Aspie + HPI ça fait quand même lourd à porter au quotidien. Certains ont d'autres "comorbidités" telles que la fibromyalgie / fatigue chronique, TOCs, et autres TDAH pour couronner le tout :)


Ça peut être lourd à porter, mais il faut tenir compte également qu'un HPI peut plus facilement contourner certaines difficultés liées au SA. Ce n'est pas garanti mais cela peut potentiellement permettre de compenser un peu.
Avatar de l’utilisateur
Jhaal
Passionné
 
Message(s) : 1656
Inscription : Mer Déc 19, 2012 11:52
Localisation : limousin

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par sanju » Lun Mars 02, 2015 17:38

Jhaal a écrit :
calande a écrit :Oui, Aspie + HPI ça fait quand même lourd à porter au quotidien. Certains ont d'autres "comorbidités" telles que la fibromyalgie / fatigue chronique, TOCs, et autres TDAH pour couronner le tout :)


Ça peut être lourd à porter, mais il faut tenir compte également qu'un HPI peut plus facilement contourner certaines difficultés liées au SA. Ce n'est pas garanti mais cela peut potentiellement permettre de compenser un peu.


Auriez-vous des exemples ?
Je suis à la fois surdouée et autiste Asperger mais je ne sais pas de quelles manières le fait que je sois surdouée contourne certaines difficultés. :|
*** Diagnostiquée autiste Asperger, au C.R.A, en 2017, et sujet à haut potentiel intellectuel, avec pour comorbidité un trouble de l'anxiété généralisé. ***
Avatar de l’utilisateur
sanju
Passionné
 
Message(s) : 540
Inscription : Lun Jan 26, 2015 14:21

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par calande » Lun Mars 02, 2015 20:14

Parce qu'on analyse tout, on scrute les personnes, les situations, les expressions, pour essayer de comprendre les interactions et ce qui se passe. Au fil du temps, on se crée toute une liste de situations déjà vécues, de termes déjà utilisés, et on va fouiner dans le passé pour essayer de comprendre une situation présente qui a priori nous paraît saugrenue. On se dépatouille mieux, mais ces idées dans tous les sens, et cet effort constant en société est usant... Enfin c'est ce que je ressens.
Avatar de l’utilisateur
calande
Passionné
 
Message(s) : 1125
Inscription : Mar Août 19, 2014 12:31
Localisation : Nantes

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par realTMX » Mar Mars 03, 2015 10:58

calande a écrit :Parce qu'on analyse tout, on scrute les personnes, les situations, les expressions, pour essayer de comprendre les interactions et ce qui se passe. Au fil du temps, on se crée toute une liste de situations déjà vécues, de termes déjà utilisés, et on va fouiner dans le passé pour essayer de comprendre une situation présente qui a priori nous paraît saugrenue. On se dépatouille mieux, mais ces idées dans tous les sens, et cet effort constant en société est usant... Enfin c'est ce que je ressens.


C'est ce que je faisais jusqu'à l'année dernière. Je passais tellement mon temps à compenser que lorsque l'on m'a parlé de S.A., je n'ai absolument pas voulu y croire. D'où un énorme choc lorsque j'ai passé l'aspi-quizz. Avec le recul, c'est vrai que je ne comprenais pas pourquoi j'étais si fatigué le soir. Depuis que j'ai cessé en grande partie de compenser, je suis un peu moins fatigué. Par contre, les symptômes sont largement plus visibles. :roll:
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par sanju » Mer Mars 04, 2015 12:15

calande a écrit :Parce qu'on analyse tout, on scrute les personnes, les situations, les expressions, pour essayer de comprendre les interactions et ce qui se passe. Au fil du temps, on se crée toute une liste de situations déjà vécues, de termes déjà utilisés, et on va fouiner dans le passé pour essayer de comprendre une situation présente qui a priori nous paraît saugrenue. On se dépatouille mieux, mais ces idées dans tous les sens, et cet effort constant en société est usant... Enfin c'est ce que je ressens.


Je partage ces propos puisque je possède des carnets dans lesquels j'inscris toutes les informations que j'ai retenues des interactions vécues. Par conséquent, je les consulte pour comprendre certaines situations et de quelles manières il s'avère nécessaire que je me comporte.
*** Diagnostiquée autiste Asperger, au C.R.A, en 2017, et sujet à haut potentiel intellectuel, avec pour comorbidité un trouble de l'anxiété généralisé. ***
Avatar de l’utilisateur
sanju
Passionné
 
Message(s) : 540
Inscription : Lun Jan 26, 2015 14:21

Re: Et si on oubliait le terme THQI ?

Message par 8gseagffs » Lun Mars 09, 2015 21:58

diagnostiqué atypique cognitif mais pas encore asperger (si c'est bien le cas).

Je ne note rien mais je garde en mémoire des stimuli pour essayer de les retrouver dans des situation de même structure pour construire petit à petit des puzzles.

Il me manque cependant beaucoup de pièces...
8gseagffs
Regulier
 
Message(s) : 107
Inscription : Mer Jan 14, 2015 1:25

Précédent

Retour vers Asperger et Surdoués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron