Différences entre surdoués et Asperger surdoués

Espace dédié aux liens HQI (surdouance) et autisme (possibilité de comorbidité des conditions).

Message par Michka » Ven Avr 24, 2009 19:32

J'ai lu le post que tu as mis sur les surdoués. D'accord le fonctionnement cérébral n'est pas le même que la moyenne, mais les aspies ont encore un autre fonctionnement.
Après je suis d'accord avec toi que le QI n'est pas une preuve d'intelligence, là je parlais juste d'intelligence au sens capacité à utiliser tous les moyens pour résoudre un problème donné. Je n'ai pas fait la louange du QI.
Michka
Passionné
 
Message(s) : 197
Inscription : Mer Avr 22, 2009 18:46
Localisation : France

Message par Sébastien » Ven Avr 24, 2009 20:03

message édité
Dernière édition par Sébastien le Lun Oct 11, 2010 20:51, édité 1 fois.
Sébastien
Passionné
 
Message(s) : 449
Inscription : Mer Avr 08, 2009 9:34
Localisation : France

Message par Michka » Ven Avr 24, 2009 20:05

Pourquoi dis-tu que je ne suis pas objective?
Michka
Passionné
 
Message(s) : 197
Inscription : Mer Avr 22, 2009 18:46
Localisation : France

Message par Sébastien » Ven Avr 24, 2009 21:06

message édité
Dernière édition par Sébastien le Lun Oct 11, 2010 20:51, édité 2 fois.
Sébastien
Passionné
 
Message(s) : 449
Inscription : Mer Avr 08, 2009 9:34
Localisation : France

Message par Clovis » Ven Avr 24, 2009 21:44

J'ai vu que tu avais cité Daniel Tammet quelque part Michka. J'aimerais effectivement rappeler que ses capacités exceptionnelles sont - arrêtez moi si je me trompe - vraiment très loin d'êtres représentatives de celles de la plupart des Aspies.

Être Asperger c'est quand même, à la base, être confronté depuis toujours à de sérieuses difficultés dans ses interactions avec l'autre, ce n'est pas rien. Si capacités intellectuelles élevées il y a encore faut-il pouvoir se mettre dans la situation de les faire fructifier...
Clovis
Passionné
 
Message(s) : 278
Inscription : Sam Fév 07, 2009 17:42
Localisation : Nowhere

Message par Michka » Ven Avr 24, 2009 23:09

Oui effectivement, je pensais que certaines facultés faisait partie du syndrome (pas forcément en calcul). Je comprends bien que Daniel Tammet n'est pas une référence.
J'avais eu une formation sur l'autisme dans laquelle on nous avait expliqué que le syndrome d'Asperger représentait disons la partie "haute" du spectre autistique. Peut-être ai-je mal compris alors.
Après non je n'idéalise pas. Et je ne vois pas pourquoi j'idéaliserai d'ailleurs. Tu me dis Sébastien c'est être dans un fantasme que de croire que tous les aspies sont plus intelligents que les autres. Et bien oui je croyais que c'était la grande différence d'avec le reste du spectre.
Alors autant pour moi.
Merci à vous deux d'avoir éclairci les choses.
Michka
Passionné
 
Message(s) : 197
Inscription : Mer Avr 22, 2009 18:46
Localisation : France

Message par Clovis » Sam Avr 25, 2009 9:58

J'avais eu une formation sur l'autisme dans laquelle on nous avait expliqué que le syndrome d'Asperger représentait disons la partie "haute" du spectre autistique. Peut-être ai-je mal compris alors.

Par partie haute il faut surtout comprendre que les symptômes autistiques sont plus légers.

Et bien oui je croyais que c'était la grande différence d'avec le reste du spectre.

Je crois que ce que tu dis là n'est pas vraiment faux. La personne Asperger n'a pas de retard mental, elle a une intelligence normale à supérieure. Et effectivement le taux de surdoués est je crois proportionnellement plus élevé chez les Aspies que dans le reste de la population (de l'ordre de 10% contre 2% si je ne me trompe pas).

Il est sûr qu'il y a dans les caractéristiques du syndrome des atouts... Mais comme je l'ai dit plus haut on ne peut pas oublier les difficultés qu'il induit.
Clovis
Passionné
 
Message(s) : 278
Inscription : Sam Fév 07, 2009 17:42
Localisation : Nowhere

Message par Michka » Sam Avr 25, 2009 13:15

Je comprends mieux maintenant.

Pour ce qui est des atouts et des difficultés liées au syndrome, j'en ai absolument conscience. Ce que Sébastien a pris pour de l'idéalisation, c'était juste le constat que la synesthésie n'étant pas à la portée des NT, il y a des facultés potentiellement plus grandes que pour nous. Mais il suffit de lire certains sujets du forum pour bien comprendre la souffrance.

Merci.
Michka
Passionné
 
Message(s) : 197
Inscription : Mer Avr 22, 2009 18:46
Localisation : France

Message par Sébastien » Sam Avr 25, 2009 13:37

message édité
Dernière édition par Sébastien le Lun Oct 11, 2010 20:51, édité 1 fois.
Sébastien
Passionné
 
Message(s) : 449
Inscription : Mer Avr 08, 2009 9:34
Localisation : France

Message par bernard » Mar Avr 28, 2009 22:27

Michka a écrit :Bernard, dans quoi à tu trouver toutes ces données?

Dans le texte de référence d'Hans Asperger "Les psychopathes autistiques pendant l'enfance" écrit en 1943 et publié en 1944.
http://www.amazon.fr/gp/product/images/ ... 61&s=books
ouvrage épuisé aujourd'hui. J'en ai trouvé un dernier exemplaire neuf il y a un mois au Canada.

Voici ce que dit Hans Asperger au sujet des tests d'intelligence :
"Pour commencer, quelques remarques sur les méthodes de test.
La principale différence entre les méthodes courantes (par exemple la méthode Binet dont nous avons pris quelques items) et la nôtre est la liberté avec laquelle nous pratiquons les tests car nous ne regardons pas seulement les résultats positifs ou négatifs de ceux-ci, qui donne une évaluation numérique, mais nous accordons beaucoup plus de valeur à la qualité.
Nos tests sont évalués selon leur niveau, et cette évaluation est présentée en diagramme (ainsi les grandes divergences entre les performances apparaissent déjà là, tandis que ces différences ne se voient pas dans l'unique chiffre du quotient intellectuel).
En outre, nous observons comment l'enfant résout les problèmes, sa manière de travailler, sa vitesse individuelle, sa concentration et surtout son contact et sa manière de répondre.
La conduite de l'examen s'adapte à la personnalité de l'enfant et avant tout au contact de l'enfant, ce qui est nécessaire pour tout examen.
C'est ainsi qu'il faut aider l'enfant craintif, gêné et peu sur de lui, parfois amorcer le début avec eux. Il ne sera donc pas aisé de mesurer la part d'aide apportée par l'examinateur. Par ailleurs, les bavards et les actifs, les enfants sans distance doivent être traités avec une sévérité qui permette une performance objective. Nous essayons en plus de prendre en compte les intérêts particuliers de l'enfant, de le laisser produire librement, de le mettre sur la bonne voie par des questions et d'aller en profondeur.
Nous voulons aussi examiner des défauts et des problèmes autres par des questions qui ne sont pas prévues dans le schéma d'examen, jusqu'à ce que nous parvenions à un éclaircissement.
Cette méthode d'examen demande beaucoup plus d'expérience que d'autres méthodes plus schématiques qui utilisent une évaluation fixe; mais elle donne, si elle est bien réalisée, non seulement des résultats sur la mesure du développement intellectuel, mais aussi des éléments de la personnalité."
Bernard (49 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Passionné
 
Message(s) : 468
Inscription : Jeu Août 14, 2008 15:46
Localisation : Clermont-Ferrand (France)

Précédent

Retour vers Asperger et Surdoués

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité