Page 1 sur 1

Message Publié : Dim Fév 19, 2012 13:26
par lola azs
hahaha ! mais je pense comme toi en fait...mais peut être que
- je l'énonce différemment...
- j'agis en fonction de ce que je pense et que j'ai dit
pour ton histoire de crêpes par exemple, si cela m'était arrivé à moi (qui n'ai ni frère ni soeur, mais prenons l'exemple qd meme) j'aurais dit
- ma mère et ma soeur n'ont manifestement pas encore faim
- toi papa tu as besoin d'ordonner les choses dans un certain sens que je ne comprends pas et qui ne me semble pas correspondre aux besoins de la famille
- maman et ma soeur ! avez vous faim ou puis je prendre mon tour ? avez vous qq chose de particulier à faire ensuite qui vous amènerait à manger avant moi et avant d'avoir vraiment faim ?
et si :
- mon père ne me donnait pas de raison raisonnable
- ma mère et ma soeur n'étaient pas ds le rush pour faire je ne sais quoi après le dej
... j'aurais mangé leurs crêpes !
parce que si non je serais partie en vrille dans mon esprit comme tu dis... moi j'appelle ça un bug qd ça m'arrive...
parce que je vais commencer à réfléchir aux pourquoi :
- pourquoi c'est dans cet ordre là pour lui ? (dans ma tête il y a forcément une raison)
. par respect pour ma mère ? mais je ne comprends pas et n'accepte pas cette forme de respect et là je vais commencer à réfléchir sur la notion du respect, la notion de la position des gens etc (et comme c'est très incompréhensible pour moi ça va me prendre du temps)
. parce que ma soeur est une fille ? et hop une deuxième tâche de fond qui se met en route dans mon ordinateur de tête, sur le sexisme cette fois
. parce que mon père veut m'apprendre une règle de la vie en communauté ? comme chacun son tour par exemple ? ben pourquoi il ne le dit pas ? et pourquoi ce n'est pas chacun en fonction de ses besoins ? hop une 3ème tache de fond sur comment transmettre quelque chose à un enfant
. et puis comment font ma mère et ma soeur pour ne pas accéder aux besoins de mon père qui manifestement se heurte à leurs impératifs à elles ?
et pourquoi moi je n'y arrive pas ? et ça continue ! une 4ème tache de fond sur les impératifs des uns et des autres et les incompatibilités, et une 5ème sur la part de chacun dans la relation aux autres (puisque certains arrivent à ne pas se laisser embarquer dans certaines situations alors que d'autres moi, en l'occurrence, je n'y arrive pas, face au meme interlocuteur, dans la meme situation, c'est donc que je dois avoir une part de responsabilité ds ce truc)

et là... mon macbook air de cerveau il commence à chauffer, le ventilateur s'affole, ça fait un bruit de fond horrible, je suis obligée de monter le son pour espérer entendre la scène que je commence à avoir très sérieusement l'impression de regarder sur youtube plutot que vivre en direct, et monter le son ne fait qu'empirer mes sensations désagréables, alors je sais qu'il ne me reste qu'une solution... rabattre l'écran sur le clavier et attendre que le ventilateur se calme, planter mon merveilleux osx qui ne plante jamais tout seul sauf... qd il y a un conflit ds les préférences et redémarrer mon ordinateur en lui demandant d'abandonner toutes les tâches lancées, sans envoyer de rapport à apple parce que c'est pas la peine, je sais pourquoi c'est planté ! parce que qq a encore fichu son appli dans mon ordi, sans s'occuper des préférences et de leur incompatibiltés ! merde alors !

j'ai vécu ça trop souvent, ces descentes aux enfers, ces raisonnements sans fin parce qu'il manque des infos qui rendent les possibles trop nombreux.
Alors un jour j'ai décidé de faire simple : je classe les gens en "préférences compatibles", si c'est compatible, tant mieux, si ça ne l'est pas tant pis !

j'admets que les autres aient d'autres besoins que les miens, j'essaye de comprendre, mais j'admets aussi que les gens aient comme impératif de ne pas s'en expliquer... en ce cas là, je ne fais pas de compromis sur mes impératifs, mes essentiels, mes "préférences systeme" à moi, parce que je refuse de desactiver une préférence système pour rendre l'installation d'un logiciel microsoft possible sur mon mac...

Le vrai travail que j'ai fait, ce n'est pas de devenir simplette, je l'ai toujours été, c'est de le dire gentiment.

si je reprends ton histoire de crêpes, étant petite j'aurais posé les questions sus mentionnées à mon père ma mère et ma soeur et puis sans réponse acceptables, raisonnables, j'aurais braqué avec un air renfrogné et j'aurais mangé les premières crêpes ou je serai partie faire un tour en forêt pour hurler, pleurer, courir, enlacer un chêne et puis m'asseoir à son pied, jusqu'à l'épuisement, l'apaisement, si on m'en avait empêchée.
maintenant si ça m'arrivait et toujours après les deux premières questions, je regarderais mon père avec un grand sourire simple et clair, sans narquoiseries du tout, et tout simplement je lui dirais :
- oops ! je vais manger cette crêpe ! on va faire comme si elle ne comptait pas, d'accord ! on va dire que c'est pas la première, que c'est la crêpe "zéro" ! comme ça ton ordre sera respecté ! d'accord !
et j'aurais mangé la crêpe en énonçant mon truc avec le sourire, sans lui laissé le temps de réagir, et surtout j'aurais ajouté qu'elle était bien bonne et que j'en voudrais une autre, qui s'appellerait "double zéro" ! peut être meme que j'aurais ajouté : tiens goûte ! c'est super bon ! t'es le meilleur des papas crêpiers !
et je n'aurais que faire de sa colère, son incompréhension, sa rigidité etc...
ça a été ça mon travail sur la simplicité, je ne pense pas plus simple, je vis plus simple...

ton exemple m'a immédiatement fait pensé à cette nt qui ne comprenait pas que son mec aspie refuse tout contact physique, et qui tournait en boucle sur l'idée de : un couple c'est avec relations sexuelles, donc je peux faire un effort pour que ce ne soit pas trop souvent, ou pour que ce soit charnel plus que sexuel un certain temps, le temps qu'il change.
hahhaha ! mais où est le respect de ce que son mec est ?
qui plus est, elle s'énervait qd on lui disait que si elle avait besoin de relations charnelles/sexuelles elle pouvait toujours trouver ça ailleurs que ds son couple sans remettre en cause son projet de vie ac ce mec et que probablement si elle faisait l'effort de considérer que son mec ne pouvait pas avoir ces rapports là, charnel, avec les autres, il pouvait lui faire l'effort de comprendre que baiser était un impératif pour elle, et qu'il devait respecter ce besoin chez elle.
mais elle ce qu'elle voulait c'était baiser avec lui... et ça c'était vraiment la confrontation d'essentiels incompatibles. le problème c'est que ça la rendait super agressive parce qu'elle estimait en fonction de critères sociaux non rationnels être dans son "bon droit" et que lui avait tort ! il lui fallait un coupable à sa frustration, c'était lui !

Raisonner en termes de "problèmatique" poser cette problématique clairement et s'y tenir, intégrer les données sans remonter jusqu'à la raison de la donnée elle meme (parce que je vais simplement admettre que c'est une donnée, ce qu'est l'autre c'est juste une donnée, sans essayer de le changer et en lui accordant le droit de ne pas s'en expliquer, ça devient juste un fait, comme le fait que mon chat est un chat, pas un humain par exemple, sans lui demander de s'expliquer sur comment il se fait qu'il est un chat) c'est ce qui m'évite le maximum de mes bugs, pas tous mais vraiment un bon nombre.

évidemment ça m'évite mes bugs parce que je ne renie pas ce que je suis pour m'adapter à tout prix à des gens qui me sont incompatibles.

j'ai adapté mon monde à moi (je suis sexuellement active, mais célibataire) mon antre (des espaces dédiés par activité + un ordi portable et un casque pour chacun d'entre nous mes trois elfes et moi), mon monde professionnel (je suis indépendante et non salariée) à ce que je suis, et je n'échange avec les autres qu'avec parcimonie et surtout je reste actrice de cet échange autant que je peux.
Et qd je sens que ça va être difficile pour moi, mais que c'est nécessaire tout de meme (rdv pro non modifiables par exemple), je le dis : "attention aujourd'hui c'est difficile pour moi de communiquer, essayez de faire simple et clair", ou je détourne l'attention de mes interlocuteurs sur qq chose d'autre comme mes couettes, mes chaussures panthère avec 12cm de talons, mes couettes, etc.
Ça aide à faire passer ce que je sais que je vais finir par avoir comme attitude qu'ils trouveront probablement (et à juste titre hahaha)bizarres comme handclapping par exemple, ou désagréable, comme la rigidité de mon raisonnement et la façon tout aussi rigide de l'énoncer en production.

voilà comment je vis simplette, pour m'éviter les bugs, que toi tu dis vrille... mais je comprends bien vrille aussi, sauf que je trouve que ça ressemble plus à un syphon aspirant... voilà simplette pour éviter ces syphon/bug/vrille qui me prennent trop temps trop d'énergie que je ne veux pas gaspiller, parce que la vie est courte, que je n'en ai qu'une, que je veux qu'elle soit jolie, sereine, légère...

j'ai été bien longue... mais j'espère qu'au moins c'est compréhensible :-)

ps : les trucs tu genre : tu veux tjrs avoir raison (alors que je ne veux qu'avoir la raison des choses), tu te prends la tete (alors que ce sont les autres qui hackent mon system ou le pourrissent avec leurs logiciels non compatibles) je les ai entendus (et les entends encore) bien souvent.
maintenant je rectifie, je dis que je ne veux que la raison des choses, et si l'autre n'a pas l'intention de la donner, je lui explique qu'alors je ne vais pas pouvoir m'adapter à ses demandes ou impératifs, mais je lui dis ac le sourire et je fais comme je sens que c'est bon pour moi :-) je le dis meme dans mon milieu professionnel, dis gentiment ça passe bien ;-)

Message Publié : Dim Fév 19, 2012 16:26
par Amarnis
Pas de névrose obsessionelle chez un aspie, c'est antinomique à mon sens.
Je ne suis pas névrosé et j'ai aussi un mécanisme d'intellectualisation permanent, c'est constitutionnel, au niveau biologique.

Message Publié : Lun Fév 20, 2012 12:24
par Alexandre76
A chaque fois que quelqu'un t'apporte des éléments de réflexion Jean, tu recalque ton shéma d'analyse psy par dessus et on retrouve... la névrose... je pense que tu fais une fixette.
Biz,
Alexandre

Message Publié : Lun Fév 20, 2012 15:38
par lola azs
Alexandre76 a écrit :A chaque fois que quelqu'un t'apporte des éléments de réflexion Jean, tu recalque ton shéma d'analyse psy par dessus et on retrouve... la névrose... je pense que tu fais une fixette.
Biz,
Alexandre

hahaha moi aussi je pense...
toutefois je veux bien essayer tout en sachant que :
- je n'ai jamais eu peur de mon père, ne l'ai pas désiré non plus,
- j'ai eu ac lui et ma mère aussi et mes enfants aussi, des rapports super charnels pas sexuels du tout, des étreintes, de la chaleur, de la douceur,
- je suis affectivement probablement encore à un stade que la société juge enfantin ou infantile, j'aime/j'aime pas, je touche, je prends je donne, ne suis sexuée que dans les bras d'un mec, sans problème ni questionnement
- je n'ai aucun problème pour penser que je vais me faire enlacer par une amie
- n'aurais meme aucun problème à me dire que j'aurais une relation sexuelle avec une nana (mais j'aime les corps d'homme...) mais j'ai bien compris que tu ne parles pas de ça

alors... je suis peut être le "presque" de ta supposition...
Tout le monde ou presque a une névrose... et structure sa vie sur ces "noeuds"
[/b]