Asperger, enfant unique : un mélange adéquat ?

Les enfants qui grandissent avec un frère ou une sœur atteint d’autisme sont confrontés à une situation particulière et unique.

Asperger, enfant unique : un mélange adéquat ?

Message par Compufan » Mer Déc 28, 2011 23:02

Salut tout le monde.

Je crée ce topic car j'aimerais évoquer mon cas d'Asperger, enfant unique. Je souhaiterais également parler avec vous de vos expériences avec vos frères et vos soeurs, car je n'ai pas connu tout ça.

Quand j'étais petit, je ne regrettais absolument pas d'être tout seul, car j'avais tout l'amour et toute l'attention de mes parents pour moi.

Aujourd'hui c'est une autre histoire. En grandissant je me rends compte que ça m'aurait peut-être fait du bien d'avoir des frères et des soeurs. Des frères et des soeurs, dit-on, forment une sorte de communauté ; on y apprend d'autant mieux la vie en groupe et le sens du partage.

Ce n'est pas le cas pour moi, et je reconnais que travailler en groupe est difficile pour moi car travailler pour les autres (normalement, je devrais dire avec, mais je ne le ressens pas ainsi) alors que je n'y trouve pas mon propre intérêt me rebute.

Certaines personnes m'ont parfois dit que j'étais égoïste. C'est à moitié vrai, parce que je dirais que je suis individualiste, ce n'est pas pareil à mes yeux. Je pense que cela vient du fait que je suis fils unique et que je n'ai jamais appris à partager ce que j'ai.

De cette mentalité ressort une autre tendance qui m'inquiète d'autant plus : j'ai parfois tendance à me négliger (soit sur le plan du travail, soit sur le plan de l'esthétique) et à ne pas donner la pleine mesure de mes moyens. En effet j'ai l'impression que me donner à fond dans ce que je fais profitera aux autres et pas forcément toujours à moi.

Enfin, cette absence de frères et soeur m'inquiète dans la mesure où, à l'âge adulte, je ne saurai pas me débrouiller sur le plan pratique. En effet, il paraît qu'avoir des frères et soeur aide à s'organiser, se débrouiller.

Faites-moi part de vos expériences avec vos frères et soeurs, c'est toujours intéressant de comparer deux situations différentes :D
Compufan
Regulier
 
Message(s) : 119
Inscription : Mar Déc 20, 2011 15:19
Localisation : Bergerac

Message par hallek » Jeu Déc 29, 2011 0:39

Je suis fils unique et tout je mettais tout mes problèmes de communication sur mon manque d'expérience d'intéraction sociale, très "couvé" par ma grand-mère, en plus...

Je suis pas encore diagnostiqué Asperger (je réunis les fonds et ce sera le cas pour le début d'année), je pars donc sur une forte présomption.

Oui, je ressens ce que tu exprimes dans ton écrit, le fait de se sentir "sans filet", de devoir travailler "pour" les autres.... Je n'ai rien à rajouter d'autre que ce soutien en te disant qu'apparemment, c'est normal ;)
hallek
Regulier
 
Message(s) : 127
Inscription : Lun Mars 21, 2011 9:43
Localisation : PARIS

Message par Miu » Jeu Déc 29, 2011 1:30

Alors j'ai été à moitié enfant unique... J'ai une soeur qui a 9 ans de + que moi et a essayé de m'étouffer quand j'avais 3 mois, à la suite de quoi j'ai eu mon premier "épisode" réellement autistique et inquiétant (même si étrangement ça n'a pas duré et c'est vraiment "revenu" à 3 ans).

C'est ma demi soeur, on a jamais vécu ensemble, mais même à "distance" elle ne supportait pas mes retards et cette "distance" qu'elle prenait comme une véritable insulte. Elle me frappait parce que je fixais ce qu'elle faisait, insultait quand je répondais à côté de la plaque ou ne la regardais pas et se vexait horriblement quand je ne répondais pas/ne connaissais pas les conventions sociales. Elle faisait remarquer tous mes points "étranges" à ses ami( e )s en riant et je ne comprenais pas et riais aussi ce qui la faisait s'esclaffer encore +.
Au final, elle ne m'a pas invitée à son mariage parce qu'elle était sûre que j'allais "tout faire pour le lui gâcher".

J'ai pensé que vivre avec frère/soeur m'aurait aidée à être + autonome et avoir moins de retards niveau physique (hygiène, conscience de l'apparence, etc) et p-e que l'autisme aurait été remarqué + rapidement, parce que vu que mes parents ont tous des réactions/natures/habitudes autistiques rien n'a été vu avant cette année.
Et ça aurait p-e permis d'apprendre + et d'être un peu guidé...
Mais sinon, ça peut être vraiment compliqué, surtout quand on ne sait pas bien différencier positif de négatif. :?
Clepsydre.

Un dromadaire lantiponnant.

Dindon, si on change toutes les lettres, ça fait "moustiquaire". Coïncidence ? Je ne pense pas.
Miu
Passionné
 
Message(s) : 242
Inscription : Dim Nov 20, 2011 16:33
Localisation : Paris, France

Re: Asperger, enfant unique : un mélange adéquat ?

Message par omega » Ven Déc 30, 2011 17:14

danielt a écrit :
Compufan a écrit :Des frères et des soeurs, dit-on, forment une sorte de communauté ; on y apprend d'autant mieux la vie en groupe et le sens du partage.

Ce n'est pas vrai, tout dépend de la famille. Les frères et les soeurs peuvent aussi vivre une guerre permanente.

Oui...
Comme dans toute communauté, on peut y apprendre le partage comme l'exclusion...
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France


Retour vers Asperger Adolescents et les Frères et Soeurs

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)