Qu'est-ce qui vous attache à la vie?

Espace libre de discussions à propos de l'autisme.

Qu'est-ce qui vous attache à la vie?

Message par gab » Mar Oct 04, 2005 2:37

Désolée si la question est indiscrète, mais j'ai envie de vous connaître un peu plus... puis quand je lis vos témoignages difficiles et que je vois que vous vous en êtes tous sortis, je suis vraiment impressionnée et je veux connaître votre(vos) truc.

Bon ben moi heu... ce qui m'a attaché à la vie quand j'ai fais ma dépression... :? Je pense que c'est surtout parce j'en avais peur, de la mort. Mais aussi parce que j'ai eu la chance d'avoir le support familial et de quelques bonnes amies.... Il y a la musique et les études aussi :oops:

Bon je l'ai dis... à vous l'honneur!
gab
Regulier
 
Message(s) : 88
Inscription : Lun Août 15, 2005 3:26

Message par anne-marie » Mar Oct 04, 2005 7:57

Bon, ben, j'ose en prem's

Comme j'ai le sentiment d'être un peu survivante et que ça n'a pas été de façon délibérée, je me sens obligée de vivre, dans tous les sens du terme, par respect et par décence vis-à-vis de ceux qui sont morts autour de moi, qui ont eu moins de chance. Des fois ça tient à pas grand-chose. de vivre ou de lâcher prise.
J'essaie, en aidant mes filles, de rendre hommage à mes ascendants qui, malgré tout, ont permit ça d'une façon ou d'une autre; j'essaie aussi de prouver que la fatalité n'existe pas.
anne-marie
Passionné
 
Message(s) : 255
Inscription : Jeu Juin 30, 2005 17:06
Localisation : Montceau les mines

Message par Nita » Mar Oct 04, 2005 18:09

Cette question m' a turlupinée une bonne partie de la nuit.
Beaucoup de gens croient que je n' aime pas la vie, parceque j' ai souvent envie de mourir. Mais si j' ai si souvent envie d' en finir, c' est uniquement parceque je ne vois pas d' autre façon de cesser de souffrir.
Et pourtant, c' est là l' énorme paradoxe que la plupart des gens qui me connaissent ne comprennent pas, j' adore vivre.

Quand je suis seule, la plupart du temps je suis heureuse d' être sur Terre.
Il y a tellement de choses à voir, à découvrir, à contempler, à faire !
Parmi les raisons, égoïstes en quelque sorte, qui font que je continue à vivre, il y a la curiosité du lendemain, ou même de l' instant suivant: la vie est pleine de petites ou grandes belles et bonnes surprises. Parfois, je suis au fond du gouffre, et il suffit (entre autres exemples) que j' entende un oiseau chanter, que je voie un beau coucher de soleil ou qu' un copain me téléphone pour que j' oublie que j' ai envie de mourir.

Mais ma principale raison de vivre est que j' ai des enfants et que je les aime. Je me dis que même si je ne leur suis plus indispensable, je suis leur maman et qu' ils ont encore besoin de moi. Et surtout, qu' ils seraient terriblement malheureux si je me donnais la mort.
Je sais qu' ils tiennent beaucoup à moi et qu' ils sont souvent inquiets à mon sujet. Je sais qu' ils sont déjà anxieux à l' idée que je meure avant l' âge, d' accident ou de maladie, alors si je m' otais la vie volontairement je n' ose pas imaginer dans quel état cela les mettrait.
Quand je suis trés mal, je pense à eux.

Et aussi, un peu comme Anne-Marie, j' essaie de prouver que la fatalité n' existe pas. Car plusieurs membres de ma famille se sont suicidés (mon pére, mon frére ainé, et tout récemment, cette année, mon neveu âgé de 28 ans). Depuis le suicide de mon neveu (leur cousin, donc) mes enfants sont encore plus inquiets pour moi, alors d' une certaine façon, je lutte contre cette espéce de fatalité familiale.

Amitiés.
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par Invité » Mar Oct 04, 2005 18:22

He ben, c'est une question bien profonde pour quelqu'un qui n'aime pas la philo! ;-)

:roll: :? .... Et pas facile. ... :oops:

:idea: :D Je dirrais simplement que je suis fait pour, aussi simplement que le vent est fait pour soufler et l'eau pour couler.
On est profilé pour vivre comme un bateau est fait pour naviguer, et de plus en plus efficace au fils des générations.
Par contre je n'est pas peur de la mort, car pour moi elle fait partie de la vie. On est juste là pour se passer le relais de l'évolution, en essayant de le faire le mieux possible. C'est une noble tâche, qui transande tout le reste.

'fin juste après celle pouvoir se payer la dernière BMW, biensur. ;-)
Invité
 

Message par anne-marie » Mar Oct 04, 2005 19:51

:wink: :twisted:
Je ricane, perfidement, philosophe de luxe, hein?

Une autre bonne raison de vivre!!!
La manif aujourd'hui, les vieux communistes qui défilent au son de :
Motivé, motivé, il faut se motiver...C'était trop beau! :D
anne-marie
Passionné
 
Message(s) : 255
Inscription : Jeu Juin 30, 2005 17:06
Localisation : Montceau les mines

Message par Muriel » Mar Oct 04, 2005 20:11

Hello!

j'viens mettre mon grain d'sel! :D

C'est la vie qui m'attache à elle... on m'a dit qu'il y avait toujours une solution dans la vie... alors c'est ce que je me dis quand le moral n'est pas au beau fixe (entre parenthèses, je ne sais pas pour vous, mais qd je vais mal, le fait de parler me fait rarement du bien. J'ai besoin d'être seule et d'attendre que le beau temps se relève)

Moi aussi la musique me fait beaucoup de bien. Sinon, comme Nita je suis aussi curieuse du lendemain. C'est clair qu'il y a beaucoup de choses à voir... et aussi l'espoir de pouvoir un jour communiquer raisonnablement pour entrer en contact avec des gens dont j'apprécie ce que je vois d'eux...

Et... la mort ne me fait pas peur... seulement la transition :?
Muriel
 

waow

Message par jokair » Mar Oct 04, 2005 22:48

hello ...

waow ! rien que ca ?
avec plaisir alors

qu'est ce qui m'attache a la vie ? d'abord il y a la vie ... ca veux dire tous ses plaisirs ... l'amour, la bonne bouffe, la contemplation de la nature, les sensations ... fortes de preferences ...
le plaisir me racroche a la vie ...
vivre ... mmmm ...

bon ok, vivre c'est aussi des douleurs... mais c'est pas de ca qu'il faut se souvenir le plus.
et une derniere chose : tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort. c'est un des messages de la vie.

a ++ les amis
:)
°o<*o*>o°
Avatar de l’utilisateur
jokair
Regulier
 
Message(s) : 76
Inscription : Dim Sep 04, 2005 11:55
Localisation : 974

Message par bb » Mer Oct 05, 2005 0:21

le jour de mes quatorze ans j'ai fait un tentamen, je resistais le plus longtemps possible contre l'effet des somnifères car sinon les adultes auraient pu s'en rendre compte avant qu'il soit trop tard. donc je suis là je parlais avec ma psychologue lors de la séance hebdomadaire, et puis quand je sens que je ne peux plus cacher que je suis sous somnifère je lui précise que mon calvaire ne durera plus longtemps et je lui confirme ma prise de médicament , sachant que le temps d'appeler l'ambulance en me surveillant, jeserais morte, c'tait sans compter sur ma résistance pour continuer de cacher ce que les adultes savaient déjà, je ne voualis pas lâcher mon idée alors que je venais de le dire !!!!!

l'ambulance est arrivée .
au sortir de celle-ci je marchais , avec deux boîtes de chloraldurat(bleu et rouges) et de la bière ,à jeûn e me suis installée sur la table de consultatins d'urgence, aumoment ou j'ai posé mon dos lamort et moi avons entamé un valse violente et nous rigoliond les deux d'avoir berner tout ces bein pensant, il était logiquement trop tard

les médecins m'appelaîent, me giflait, me pincait, mon coeur rigolait de ne céder son arrêt à tousces surdiplômés, je sublimais cet instant de grâce dans ce sourire qui annonce que le dernier souffle chatouille vos poumons
j'ai éclater de rire, j'ai pleuré profondément, j'ai dit au revoir à plein de gens...et puis la question jeme retrouve à l'orée d'un choix ...mourir ou vivre? le choix m'étais possible, je comptais aisément les médecins qui tentaient de me réanimer, je reconnaitrais encore leur voix pour ceux que je n'ai pas vu.des gens étaient assis sur moi et m'écrasait le torse, s'autre me piquaient les doigts, d'autres me lavaient l'estomac sans espoir, leur mot trnspiraient leur impuissance à me récupérer car une question m'était posée, voulais-je vivre ou mourir? pourquoi mourir ?pourne plus souffrir, pourquoi vivre? pour aimer un jour et être aimée , je n'avais pas le droits d'ôter à autrui ce que je pouvais leur apporter en bien ,sans me prendre pour ghandi!!! les enfants avec qui j'aimais finalement jouer, tout ces mystères que le monde recellent et auxquels je n'avais pas encore réfléchi, avoir des enfants, pouvoir exprimer cette stimulation sans fin qu'il avait dans mon cerveau pour comprendre la vie dans toutes, toutes ces formes... la vie qui était-je pour décider d'interrompre ce précieux cadeau, sans prix la vie n'a pas de prix, me suis-je dit, intérieurement je me disati te rends tu compte de que tu as interompus? la chance de pouvoir agir ta vie comme tu l'as souhaitais...et le regret de la mort s'est engouffré dans mon coeur, je l'ai réellement ressenti se gonfler à la fin du mot regret....et jj'ai réentendu parlerles médecins, l'équipe médicale est redevenue toute électrique, il y avait de nouveau du bruit, des gifles etdes pincements... je ne me souviens pas des quelques jours suivants, jeme souviens que le chef de cette rpise en cahrge urgente m'a regardé dans les yeux, et m'a précisé qu'en tant que médecin il ne savait pas ce qui avait influé sur le redémarrage de mon coeur, j'étais pourtant perdue, l'équipe était résignée il ne pouvait me rattraper...

une autre fois , j'ai avaler des lames de rasoir version xxl pour être sure...
j'avais seize ans...j'ai survécu et depuis là j'ai su que j'avais des coses importantes à mes yeux à faire sur cette terre, aimer les autres de tout mon coeur, je ne voudrais louper cela pour rien au monde

voilà
ce qui me rattache à la vie
aimer les autres
les comprendre...
et un jour m'aimer moi...
me comprendre...

a+
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par gab » Mer Oct 05, 2005 2:44

Bon, si je résume, c'est qu'il fallait que vous teniez le coup pour les personnes qui vous étaient chère, et puis c'est aussi un peu les surprises que la vie peut offrir...

C'est drôle, moi quand j'étais déprimée, je me disais que ça serait mieux pour tout le monde si je mourrais et je me sentais presque coupable de ne pas oser... bon je n'ai jamais raconté à personne ce que j'avais pensé faire, même pas à mes parents, ça me fait tout drôle de parler de ça à vous... J'avais super honte de moi, de mes intérêts, de ce que j'étais! Et puis, les surprises de la vie, j'en avais peur, et j'en avais assez de vivre toujours dans la peur alors que tout le monde semblaient courageux... Et puis dans ce temps je ne savais même pas que j'étais asperger mais je savais que j'étais différente et que je ne pouvais pas le changer, que je ne le pourrais jamais...

Mais bon, j'étais déprimée... Mes pensées n'étaient certainement pas rationnelles... Maintenant, ça va mieux, quoique mon moral fait des montagnes russes de ces temps-ci... Mais si vous vous en êtes sortis alors moi aussi je peux le faire :) Comme dit Muriel, il faut se dire qu'il y a toujours une solution. Je veux bien le croire.

:oops: Désolée, je parle comme une pie sur ce forum!
gab
Regulier
 
Message(s) : 88
Inscription : Lun Août 15, 2005 3:26

Message par anne-marie » Mer Oct 05, 2005 9:18

Avec la mort, pas moyen de tricher, hein bb?
Quand elle te regarde dans les yeux, c'est oui ou non, et elle te prend au mot illico. La mort est peut-être autiste, elle ne veut que la vérité. :lol:
P'te pour ça que j'ai jamais joué avec, je l'ai vue de près sans l'avoir appelée, elle m'a fait froid dans le dos et m'a laissée avec un kadélioscope derrière les paupières chaque fois que je délire.
Sans façon, Madame la mort revenez à votre heure et pas avant.
Quand je dis tricher, c'est juste qu'elle te force à te regarder sans ciller :)
Bisous
anne-marie
Passionné
 
Message(s) : 255
Inscription : Jeu Juin 30, 2005 17:06
Localisation : Montceau les mines

Message par Jils » Mer Oct 05, 2005 11:45

Bonjour à vous,

Bb, tu reviens de loin dis-donc ! J'espère que plus rien ne te fera souffrir au point que tu en arrives à de pareilles extrémités... Ton témoignage me fait d'autant plus frémir que j'ai la phobie des lames de rasoir, je ne peux déja pas toucher la boite avec mes doigts, alors ton témoignage me fait littérallement bondir sur ma chaise... :shock: Heureusement que tu as trouvé en toi les ressources pour continuer, et heureusement que tu es maintenant plus solidement attachée à la vie qu'à l'époque... :!: :)

Gab, je ne crois pas que les aspies ou apparentés soient naturellement dépressifs, c'est plutôt les difficultés qui amènent la dépression... C'est lié à une souffrance (isolement ? échec social ? échec dans les études ou au travail ?), si la souffrance cesse, la dépression aussi...

Gab, je suis sûr que tu te trompais au moment où tu pensais que "ce serait mieux pour tout le monde si je mourrais", c'est la dépression qui parle et qui peut donner cette impression, mais je crois que ça aurait été le pire qui puisse arriver à ton entourage, comme tu le réalises probablement toi même maintenant que tu y repense de manière plus posée et plus réfléchie...

Nita, Anne-Marie, c'est vrai qu'être lié à la vie par ses enfants, c'est probablement le lien le plus fort qui soit... Je devrais connaitre ça l'an prochain (j'espère être à la hauteur de la tâche, ça m'inquiète un peu, mais c'est aussi sûrement une bonne nouvelle)...

En tous cas, et à mon avis, nos difficultés ne sont pas identiques pour tous, je crois être un phénotype élargi d'asperger et non pas un aspie au sens strict, du coup, probablement que mes propres difficultés étaient plus faciles à surmonter que celles d'autres personnes.

Mes périodes de solitude, de stress, de manque de motivation et d'abscence de projet dans la vie (que je n'oserais pas appeller dépression), je les ai surmontées grace à deux ou trois bons amis que j'allais retrouver tous les week-ends, et qui pratiquaient intensivement du jeu de rôle (il s'agit d'un jeu d'aventure, à objectif ludique ; et pas du tout de la technique des psys qu'on appelle aussi jeu de rôle). Au moment où ça n'allait pas très bien, je n'étais pas souvent très concentré sur leur activité mais le simple fait d'être avec eux et d'y passer toute la nuit du samedi au dimanche faisait beaucoup de bien...

Pour moi, la mort c'est le vide et le néant, donc, je n'ai pas de raison d'en avoir peur... Par contre, le fait de mourrir est terrifiant de mon point de vue...

Au total, j'aime beaucoup ton résumé, Bb : aimer les autres, tenter de les comprendre, tenter de les aider comme on a parfois été aidé par certaines personnes... Rendre aux uns les bonnes choses que les autres t'on données, essayer de se débarasser des mauvaises choses mais sans les rendre à d'autres gens (même si il y a plus de mauvaises choses que de bonnes, il ne faut rendre que les bonnes)... Ca peut conduire à s'aimer soi même et aussi à ce que d'autres t'aiment... Je pense qu'on mérite tous d'être aimés, alors autant commencer par s'aimer soi même... ;) Ca peut avoir l'air naïf ou simple, mais les choses les plus simples sont souvent les plus vraies, en fin de compte...

Bonne continuation à tous et à toutes et A++ :D
Jils
Passionné
 
Message(s) : 184
Inscription : Lun Août 01, 2005 10:01
Localisation : Lyon, France

Message par gab » Mer Oct 05, 2005 13:39

Avec la mort, pas moyen de tricher, hein bb?
Quand elle te regarde dans les yeux, c'est oui ou non, et elle te prend au mot illico.


Ouiiiii!!! C'est pour ça que j'en ai peur!!!! La mort, c'est inconnu, c'est permanent... Pas moyen de me raisonner là dessus, j'en ai peur depuis l'âge de 8 ans (et là j'en ai 19!!!!) C'est stupide, je sais...

Pour moi, la mort c'est le vide et le néant


C'est justement ça qui me fait peur... Moi quand je pense à ça ça me donne le vertige... :cry:

Ben tant mieux au fond si ça m'a empêché de faire une connerie... Parce que quand je lis vos témoignages, je me rend compte que ça aurait vraiment été une connerie :( Vous avez été capables de grandes choses, je vais prendre exemple sur vous. :)
gab
Regulier
 
Message(s) : 88
Inscription : Lun Août 15, 2005 3:26

Message par Invité » Mer Oct 05, 2005 22:04

Si tu prend exemple sur bb, sautes des passages quant même. :lol:
Mais la conclusion est en or! :wink:
Invité
 

Message par Muriel » Ven Oct 07, 2005 0:18

Gab, je ne crois pas que les aspies ou apparentés soient naturellement dépressifs, c'est plutôt les difficultés qui amènent la dépression... C'est lié à une souffrance (isolement ? échec social ? échec dans les études ou au travail ?), si la souffrance cesse, la dépression aussi...


Je suis tout à fait d'accord avec toi, Jils. Je ne suis pas du tout d'un naturel dépressif... au contraire! C'est les difficultés qui paraissent insurmontables qui sont déprimantes.
Muriel
 

Message par fleurdelys » Dim Oct 30, 2005 20:58

Moi c'est le comité de mobilisation politique dans lequel je me suis engagée il y a presque deux mois. J'aime beaucoup la politique (c'est mon dada). Je peux participer à différentes actions afin de conscientiser la population étudiante aux enjeux actuels. J'adore la gang de ce comité. Je les aime vraiment ! Même si je vis présentement au niveau personnel des choses dures, les membres de ce comité ensoleillent mes journées même s'il pleut à l'extérieur. Ils sont mes petits rayons de soleil ! :)
fleurdelys
Nouveau
 
Message(s) : 15
Inscription : Lun Août 09, 2004 16:12
Localisation : Québec

Message par Bonjour » Ven Déc 16, 2005 16:21

Disons que j'ai bien envie de voir comment le film se termine.

Chaque fois que je le peux, je regarde les films jusqu'à la fin du générique. Au cas où il en resterait un petit bout quand le spectacle est définitivement terminé, le petit bout qui fait voir toute l'histoire d'un autre oeil.

Et puis, pourquoi se précipiter ? Après tout, personne ne nous attend !

J'ai vu des gens désespérés. J'en ai revus certains longtemps après. Ils n'étaient plus du tout désespérés, et ça, personne ne l'aurait parié.
Moi, schizo ? Laissez-nous rire !
Bonjour
 
Message(s) : 6
Inscription : Ven Déc 16, 2005 1:17

Message par Jils » Dim Déc 18, 2005 15:18

Bonjour Bonjour,
et Bonjour aux autres aussi ;)

Je n'ai pas le temps de répondre aux autres conversations aujourd'hui (les conversations qui nécessitent qu'on rentre un peu plus en profondeur) mais je voulais quand même poster un petit message pour dire que j'aime beaucoup ta philosophie, en quelques mots elle résume plein de choses, et ça redonne de l'énergie même à un moment où je n'ai pas forcément beaucoup de raison d'en avoir... :)

Portez vous bien et à très bientôt, dés que j'aurai le temps de me replonger dans nos discussions... :D Bon dimanche et bon début de semaine...
Jils
Passionné
 
Message(s) : 184
Inscription : Lun Août 01, 2005 10:01
Localisation : Lyon, France

Message par Nita » Dim Déc 18, 2005 16:28

A bientôt Jills.

Bon dimanche et porte-toi bien aussi.

Au plaisir de te relire.

Bonjour, moi aussi j' aime bien ta philosophie. Tu as employé une phrase qui résume bien ce qui me rattache aussi à la vie:" J' aime bien voir comment le film se termine".
J' avais déjà répondu à la question de Gab, mais aujourd' hui ce sujet est d' autant plus sensible pour moi, que je suis en deuil d' une personne que j' aimais énormément. Cela fait 3 semaines jour pour jour que cette personne est morte. Durant la premiére semaine, j' ai eu envie de mourir aussi, car j' ai eu le sentiment que plus rien ne me rattachait à la vie désormais... et puis voilà, j' ai de nouveau "envie de voir la suite du film".

A +
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par Jils » Mar Déc 20, 2005 15:35

Nita, cette année a été, semble t'il particulièrement éprouvante à plein de niveaux, d'après toutes les épreuves difficiles dont tu nous a fait part... :? Comme c'est bientôt la nouvelle année et que les voeux sont de circonstances, je te souhaite que 2006 soit pleine de choses positives et que tes malheurs de 2005 restent définitivement dans le passé...

Tu es visiblement forte puisque tu es en train de surmonter tout ça...

Bon courage à toi, il y a toujours un moment donné où les ennuis cessent et où le bonheur redevient possible... voire peut-être même devient naturel... :) En tous cas, je le redis puisque c'est tout ce qu'on peut faire : je te souhaite bon courage :D
Jils
Passionné
 
Message(s) : 184
Inscription : Lun Août 01, 2005 10:01
Localisation : Lyon, France

Message par Nita » Mar Déc 20, 2005 23:40

Merci infiniment, Jils, pour tes paroles de réconfort et d' espoir.
Oui, cette année a été particuliérement éprouvante pour moi. Trois deuils (à l' heure où j' écrivais le post ci-dessus, j' ignorais encore que j' allais recevoir l' annonce du décés d' une autre personne que j' aimais beaucoup, membre de ma famille par alliance... ce nouveau décés a particuliérement bouleversé mes enfants, puisque c' est de leur oncle qu' il s' agit, et qu' ils l' adoraient.)

Sans parler des autres événements tragiques, survenus tout au long de cette année.
Mes enfants et moi en sommes arrivés à ne plus oser décrocher le téléphone, tellement nous avons peur de recevoir encore une mauvaise nouvelle, c' est vraiment affreux.

Je me demande comment j' arrive à encaisser tout ça... j' avoue que j' ai peur de criser et de me retrouver en hopital psychiatrique. Mais je m' accroche, car mes enfants ont besoin de moi. En ce moment plus que jamais.

Oui, Jils, je me dis aussi qu' à un moment ou un autre la série de malheurs s' arrête et que le bonheur redevient possible. C' est difficile à intérer quand on est en pleine souffrance, mais je m' accroche à cette idée, et j' essaie de convaincre mes enfants de faire de même.

Un immense merci pour te voeux qui me réchauffent le coeur.
Je garde courage :)
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Suivant

Retour vers Le Syndrome d'Asperger et Autisme de Haut Niveau

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron