des films qui nous parlent troublement

Espace libre de discussion.

Message par Omicron » Sam Jan 16, 2010 21:21

et comment aborder la notre... de singularité ;)

moi ça s'est fait encore plus jeune. (exceptionnel ?)
J'étais rejeter et tête de turc vers... la maternelle déjà.
A sept ans, je changeais d'école du fait de mes problèmes avec mes camarades de classe.
Dans le questionnaire aux familles pour ma nouvelle école (CE1-CE2) retrouvé dans mon dossier scolaire, ma mère notait :
"Quelle est, à votre avis, la meilleure façon de le "prendre" ?
Surtout bien lui expliquer pourquoi il doit agir"
Et la prof de CP "il a du mal à s'imposer."

Bref, les problème semblable à Ben, et à toi, je les ai eu quelque soit l'école, de 4 à 15ans. Je vois la maturité arrivé plus tôt...
Je me trompe peut-être...
On ne peut de tout façon, pas, à mon sens, agir de la même manière face aux autres de 4 à 25 ans... et ça change beaucoup de chose... Surtout quand on change d'école à de nombreuse reprise...

J'aurai pu comprendre, et imaginer aussi que dans BenX, le personnage ait vécu les mêmes choses avec un décalage vers un age plus "avancé".
Mais il est clairement représenté comme ayant le même fonctionnement très jeune dans un flashback.
Pour moi qui n'ai pas eu de psychiatre en étant diagnostiqué, et qui ai changé ma manière d'aborder et d'être aborder par le monde, voir un aspie "aidé" et "détecté", vivre le même "rapport" à travers les ages m'étonne.
Omicron
Passionné
 
Message(s) : 452
Inscription : Lun Mars 02, 2009 16:49
Localisation : Sud

Message par omega » Lun Jan 18, 2010 13:27

Omicron a écrit :moi ça s'est fait encore plus jeune. (exceptionnel ?)
J'étais rejeter et tête de turc vers... la maternelle déjà.

Moi aussi! Je m'en souviens très nettement, la maternelle était un cauchemar interminable à tous les points de vue.
Maternelle et collège furent bien pires que primaire et lycée.

Pour moi qui n'ai pas eu de psychiatre en étant diagnostiqué, et qui ai changé ma manière d'aborder et d'être aborder par le monde, voir un aspie "aidé" et "détecté", vivre le même "rapport" à travers les ages m'étonne.

De même, a priori. (je n'ai pas vu le film)
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par Syndromegirl » Lun Jan 18, 2010 14:15

C'est simple, même diagnostiqué, ses parents le laissent dans le cursus scolaire classique .Les phases où on est embêté à l'école semblent varier d'un cas à l'autre, mais le harcèlement là bas est apparemment une constante.
Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand
l'homme n'a pas l'amour de Dieu dans son coeur. Albert Einstein

Image
Avatar de l’utilisateur
Syndromegirl
Regulier
 
Message(s) : 89
Inscription : Lun Oct 12, 2009 15:07
Localisation : France

Message par Invité » Lun Jan 18, 2010 19:01

Au premier pifomètre BenX ne me plait pas trop comme approche du SA, ça a l'air encore forcé, à commencer par le fait que le titre Ben X a pour sens l'expréssion «(ik) ben niks », signifiant : «(je) ne suis rien ».

Je n'ai pas un mauvais souvenir du collège, même si c'était endormant, on était pas nombreux dans la classe, parce qu'on y faisait de la musique et la peinture et aussi de la technologie, des trucs pratiques et sensoriels, en sciences naturelles aussi et j'aimais bien les expériences de physique-chimie, j'étais très bon en histoire-géogarphie également avec les images.

C'était l'époque où je lisais plein d'encyclopédies illustrées en écoutant beaucoup de musique classique sur une petite chaîne Bang et Olufsen, et c'est surement pour ça que j'ai un bon souvenir, j'allais au cinéma deux fois par semaine dont la scéance art et éssai.

Par contre l'école primaire ne m'a pas plus, j'étais en blouse grise avec des plumes sergent major et de l'encre violette, et des "camarades" me raquétaient à la sortie de 50 centimes sinon ils me cassaient la figure, l'école maternelle ce fut l'horreur du déracinement, à part la dernière année où la peinture était plus présente, et pour le lycée, j'en ai un mauvais souvenir parce c'est du bachotage.

Mais il est vrai que de part mon originalité hypersensible quelque peu extrentrique et l'air "ailleurs", j'ai enduré la méchanceté de certains de mes camarades de classe qui me moquait en me collant n'importe quelle étiquette de maladie...

... et surtout de professeurs, là c'est térrifiant, du moins à l'époque ces gens là pour discriminer avec de la psychologie de prisunic : "mais qu'est ce qu'on va faire de vous ?", "il est malsain, c'est psychologique, ça se voit", "Ah non pas vous", même le professeur de philosophie qui me mettait 12 alors qu'au bac j'ai eu 17/20 (en français ce fut pareil j'ai eu 18/20 au bac et en classe 12 parce que j'aimais bien Léo Ferré quant il s'agissait des poètes) et qui avait refusé de me présenter au concours général, au motif "vous voyez pas comment vous êtes !" (c'est à dire pas présentable dans un tel concours bien).

Même en biologie j'avais eu 17/20 au bac et le professeur fut également furax comme les deux autres, un sentiment d'humiliation, en me dissuadant d'en faire des études supérieures.

Je leur faisais des blagues, je sortais des trucs pas possibles dans toutes les disciplines et les professeurs me regardait médusés les yeux en ronds de flanc en disant "mais enfin qu'est ce qui vous prends ? Vous n'êtes pas bien". En Anglais, je ne parlais qu'américain avec un accent guttural germanique (ce qui est exact), et par exemple aussi en physique je demandais par exemple en 4ème "S'agit-il de Max Planck, lorsque Josiah Willard Gibbs, qui était de Skull and Bones a Yale, a inventé un nombre hypercomplexe secret produit de deux quaternions purs, ceci dans le seul but d'une utilisation en physique ?" et je faisais des spéculations à la fin de mes copies de 2ème sur la cosmologie de Stephen Hawking alors qu'il fallait bosser de la physique dépassée de Newton ...que le professeur me rendait en disant que je ne tournais pas rond.
Invité
 

Message par vikleena » Dim Jan 31, 2010 1:45

il y a aussi "mozart and the whale" et "elle s`appelle sabine".
Avatar de l’utilisateur
vikleena
 
Message(s) : 6
Inscription : Ven Mai 22, 2009 23:54
Localisation : eu

Message par tanguy56 » Dim Jan 31, 2010 20:01

J'ai beaucoup aimé les deux (d'ailleurs, on les a en vidéo). "Elle s'appelle Sabine" m'a particulièrement bouleversée autant que révoltée d'ailleurs.
Sinon, même si le sujet n'est pas directement évoqué dans le film, que penser du personnage de Jacques Mayol dans le Grand Bleu ? Personnellement, je trouve qu'il a pas mal de traits Aspie, non ?
"Si tu ne sais pas où tu vas, sache au moins d'où tu viens"
tanguy56
Regulier
 
Message(s) : 92
Inscription : Lun Nov 16, 2009 17:45
Localisation : Vannes

Message par vikleena » Lun Fév 01, 2010 17:05

tanguy56 a écrit :Sinon, même si le sujet n'est pas directement évoqué dans le film, que penser du personnage de Jacques Mayol dans le Grand Bleu ? Personnellement, je trouve qu'il a pas mal de traits Aspie, non ?


...c`est pour cela que je l`aimais tant, le grand bleu???
ca doit etre ca :-)
btw, et tu en dis quoi, sur les personnages tres speciaux du "fabuleux destin d`amelie poulain"?
et du "diner pour des cons"? le con titulaire et sa passion des constructions d`alumettes?
:-)
Avatar de l’utilisateur
vikleena
 
Message(s) : 6
Inscription : Ven Mai 22, 2009 23:54
Localisation : eu

Message par Syndromegirl » Lun Fév 01, 2010 18:46

btw, et tu en dis quoi, sur les personnages tres speciaux du "fabuleux destin d`amelie poulain"?
et du "diner pour des cons"? le con titulaire et sa passion des constructions d`alumettes?


Ben justement: même mono maniaque je le trouve trop con pour ça...

Par contre dans Amélie Poulain c'est troublant: ses difficultés à communiquer , les coups tordus qu'elle invente, à la place...

Et son petit ami, qui par contre est allé à l'école et s'y est fait harceler.Puis les passions étranges qu'il développe, le fait que les deux ont des emplois peu qualifiés, comme s'ils n'arrivaient pas à trouver mieux....
Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand
l'homme n'a pas l'amour de Dieu dans son coeur. Albert Einstein

Image
Avatar de l’utilisateur
Syndromegirl
Regulier
 
Message(s) : 89
Inscription : Lun Oct 12, 2009 15:07
Localisation : France

Message par Gainsbourg » Mar Fév 02, 2010 16:30

Il y a également la série "The Closer" (ou alors l'héroine est juste très très bizarre ^^)
Gainsbourg
Passionné
 
Message(s) : 253
Inscription : Ven Jan 29, 2010 13:09
Localisation : Paris

Message par omega » Mar Fév 02, 2010 19:10

:shock: Faut-il que les gens/héros/personnages que vous appréciez soient forcément aspies?
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par Michka » Mar Fév 02, 2010 20:14

J'adore!
Dernière édition par Michka le Lun Fév 08, 2010 9:54, édité 1 fois.
Michka
Passionné
 
Message(s) : 197
Inscription : Mer Avr 22, 2009 18:46
Localisation : France

Message par Syndromegirl » Mar Fév 02, 2010 23:39

Et inversement: on dit que L dans la série Death Note et Sheldon Cooper dans la série The Big Bang Theory sont aspie mais je les apprécie pas pour autant... :P
Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand
l'homme n'a pas l'amour de Dieu dans son coeur. Albert Einstein

Image
Avatar de l’utilisateur
Syndromegirl
Regulier
 
Message(s) : 89
Inscription : Lun Oct 12, 2009 15:07
Localisation : France

Message par Gainsbourg » Mar Fév 16, 2010 13:07

omega a écrit ::shock: Faut-il que les gens/héros/personnages que vous appréciez soient forcément aspies?

non mais ça se trouve souvent comme ça car ils ont la même intensité dans les émotions que moi. Je pense qu'une des différences principales entre les neurotypiques et les aspies est la différence de degré : le NT est plus général et plus superficiel tandis que l'aspie a un faisceau d'intérêt plus concentré. On est donc trop intense pour eux et eux trop "mous" pour nous.
C'est plus facile de se sentir lié à quelqu'un que tu considères comme un semblable qu'à une personne qui ressemble à une plante un peu évoluée.
Gainsbourg
Passionné
 
Message(s) : 253
Inscription : Ven Jan 29, 2010 13:09
Localisation : Paris

Message par lucied'ici » Mer Fév 17, 2010 11:04

je ne dirais pas de mes fréquentations NT qu'ils sont des plantes un peu évoluée mais c'est vrai que des fois j'ai l'impression de voir évoluer mes plantes plus vite!! lol
Je ne trouves pas très facile dans l'ensemble de se retrouver en quelqu'un mais je me sens plus animal.
Hello
lucied'ici
Passionné
 
Message(s) : 210
Inscription : Sam Fév 14, 2009 19:49
Localisation : alberville

Message par omega » Mer Fév 17, 2010 11:54

Gainsbourg a écrit :On est donc trop intense pour eux et eux trop "mous" pour nous.

C'est aussi souvent l'impression que j'ai.
Cette histoire d'intensité, c'est exactement ça.

Donc ces personnages vous semblent aspies parce que pour la nécessité de la fiction (créer des personnages exagérément "tranchés", figuratifs voire caricaturaux: immédiatement identifiables par un spectateur moyen, que l'on peut facilement cerner en quelques images seulement?), l'on exagère leurs traits et on fait apparaître plus intensément les détails de leur personnalité?
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par Gainsbourg » Ven Fév 19, 2010 13:50

lucied'ici a écrit :je ne dirais pas de mes fréquentations NT qu'ils sont des plantes un peu évoluée mais c'est vrai que des fois j'ai l'impression de voir évoluer mes plantes plus vite!! lol
Je ne trouves pas très facile dans l'ensemble de se retrouver en quelqu'un mais je me sens plus animal.
Je ne voulais pas généraliser mais c'est juste que j'ai souvent l'impression que beaucoup d'entre eux n'ont aucune passion, aucune capacité/volonté de se focaliser sur quelque chose d'autre que leur petite personne. Des personnes n'existant que par et pour leur ego, se coupant ainsi de l'énorme richesse du monde qui les entoure.


omega a écrit :C'est aussi souvent l'impression que j'ai.
Cette histoire d'intensité, c'est exactement ça.

Donc ces personnages vous semblent aspies parce que pour la nécessité de la fiction (créer des personnages exagérément "tranchés", figuratifs voire caricaturaux: immédiatement identifiables par un spectateur moyen, que l'on peut facilement cerner en quelques images seulement?), l'on exagère leurs traits et on fait apparaître plus intensément les détails de leur personnalité?

C'est une bonne manière de voir les contraintes de la fiction mais je pense que ce sont plutôt les réalisateurs qui ont quelques traits ressemblant à l'autisme et qui les transposent sur les personnages qu'ils aiment.
Un exemple parmi beaucoup : Sergio Leone qui avait un comportement social hors norme et qui était absolument obnubilé par ses films et leur mise en œuvre.
Gainsbourg
Passionné
 
Message(s) : 253
Inscription : Ven Jan 29, 2010 13:09
Localisation : Paris

Message par Syndromegirl » Lun Fév 22, 2010 0:02

Quant à Steven Spielberg et George Lucas, par exemple, ils sont aspies...(pas étonnant de retrouver ça dans leurs films)
Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand
l'homme n'a pas l'amour de Dieu dans son coeur. Albert Einstein

Image
Avatar de l’utilisateur
Syndromegirl
Regulier
 
Message(s) : 89
Inscription : Lun Oct 12, 2009 15:07
Localisation : France

Message par Gainsbourg » Jeu Fév 25, 2010 11:52

Je ne savais pas (mais je trouve normal que les personnes géniales soient aspergers :D ) :roll: :D
Gainsbourg
Passionné
 
Message(s) : 253
Inscription : Ven Jan 29, 2010 13:09
Localisation : Paris

Message par Syndromegirl » Jeu Fév 25, 2010 15:49

Tiens, et en parlant de George Lucas: il a produit le film Labyrinth (1986)


Image

où Sarah est une ado apparemment sans amis, a une chambre-sanctuaire, s'entend très mal avec sa famille, semble préférer les objets et les bêtes aux gens, a l' atypique passion des contes de fées (elle a appelé son chien Merlin et se déguise en princesse hors des regards au début du film),etc.

Devoir récupérer son petit frère enlevé par le roi des gobelins va changer des choses bien sûr.Mais je ne crois pas à 100% qu'il soit juste question "du passage à l'âge adulte".
Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand
l'homme n'a pas l'amour de Dieu dans son coeur. Albert Einstein

Image
Avatar de l’utilisateur
Syndromegirl
Regulier
 
Message(s) : 89
Inscription : Lun Oct 12, 2009 15:07
Localisation : France

Message par Miscellaneous » Ven Fév 26, 2010 14:51

Je me suis fait une réflexion il n'y a pas si longtemps de ça à ce sujet, en regardant les sketchs de Mister Bean... je me suis demandée si le personnage de Bean n'était pas aspie. Plusieurs éléments peuvent le faire penser :
- il vit seul, on ne lui connaît pas d'ami (hormis Teddy sa fidèle peluche)... ses relations sociales sont très limitées
- la relation qu'il entretient avec sa "petite amie" est très platonique et il ne comprend jamais ses intentions, où elle veut en venir
- il est naïf (voire immature) et il est souvent la cible de gens malintentionnés
- lorsqu'il a une idée en tête, rien ne peut l'arrêter et il peut se montrer cruel pour celui qui se mettra en travers de son chemin...
- il est excentrique, prétentieux par moment et ne se préoccupe pas du regard des autres...
"I'm not an animal, I'm a human being !"
Miscellaneous
Enthousiaste
 
Message(s) : 40
Inscription : Jeu Avr 16, 2009 11:59
Localisation : France

PrécédentSuivant

Retour vers ESPACE ASPERGER ADULTES

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité