des films qui nous parlent troublement

Espace libre de discussion.

des films qui nous parlent troublement

Message par Otis » Jeu Fév 21, 2008 8:22

Gattaca.

L'éveil

............ajoutez les votres.
Dernière édition par Otis le Sam Oct 25, 2008 0:10, édité 2 fois.
je ne suis ni pour ni contre vous, bien au contraire
Otis
Passionné
 
Message(s) : 432
Inscription : Ven Fév 15, 2008 19:54
Localisation : bxl

Message par Otis » Lun Mars 03, 2008 11:43

Je me demande si le film Paradis pour tous, avec Dutronc et Dewaere n'était pas une sorte de description fantasmée de ce que serait un état aspi idéal ?
je ne suis ni pour ni contre vous, bien au contraire
Otis
Passionné
 
Message(s) : 432
Inscription : Ven Fév 15, 2008 19:54
Localisation : bxl

Message par Otis » Ven Mars 21, 2008 23:11

Plus le temps passe et plus je relis l'entièreté des oeuvres du monde avec une perspective autiste/aspi. Je ne dis pas que le monde est autiste, et que toutes les oeuvres le sont. certaines oeuvres peuvent être 100% nt, mais même alors ils ne peuvent pas ne pas mentionner l'existance parmi eux de ces êtres étranges qui n'ont pas l'air de s'occuper des mêmes choses qu'eux !


Ridley "dans le vide personne ne peut vous entendre" Scott.

David Lynch.
je ne suis ni pour ni contre vous, bien au contraire
Otis
Passionné
 
Message(s) : 432
Inscription : Ven Fév 15, 2008 19:54
Localisation : bxl

Re: des films qui nous parlent troublement

Message par Marie V. » Mar Déc 08, 2009 13:04

Otis a écrit :Gattaca.

L'éveil

............ajoutez les votres.


Il n'y a pas que les films. Il y a aussi les séries. Je dis ça parce que, dans la série Buffy, la tueuse de Vampires je me reconnais tantôt dans le personnages de Giles, tantôt dans le personnages de Willow.
Marie V.
Regulier
 
Message(s) : 82
Inscription : Jeu Oct 09, 2008 11:40
Localisation : Eure-et-Loir

Message par lucied'ici » Mar Déc 08, 2009 15:32

Pourquoi l'art ne se nourrirait pas de tout ce qui est atypique ? quand ceux qui le créent le sont certainement déjà pour la plupart... heureusement il nous reste un peu d'espace pour nous exprimer.
Hello
lucied'ici
Passionné
 
Message(s) : 210
Inscription : Sam Fév 14, 2009 19:49
Localisation : alberville

Message par Syndromegirl » Mar Déc 08, 2009 20:15

On dit que Walt Disney était un "penseur visuel" , une forme de TED.Du coup je regarde son héritage sous un autre angle.De façon troublante, l'héroïne de La Belle et La Bête était ma préférée.Les gens disent qu'elle est étrange, ne ressemble à personne, et elle même se sent différente d'autrui et ne peut se confier à personne.Elle se complait aussi dans les univers intellectuels (ça m'arrivait aussi de lire en marchant)Mais ceux qui l'ont ainsi faite l'on fait entre 1989 et 1991; ça restera une supposition.

Le film Mary et Max évoque directement le problème, mais je l'ai vu traduit dans une critique comme "des crises d'angoisses" (pas simple à expliquer au public français)
Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand
l'homme n'a pas l'amour de Dieu dans son coeur. Albert Einstein

Image
Avatar de l’utilisateur
Syndromegirl
Regulier
 
Message(s) : 89
Inscription : Lun Oct 12, 2009 15:07
Localisation : France

Message par Invité » Dim Jan 10, 2010 16:59

Dancer in the dark ...
Virgin Suicides ...
Ben X ...
Invité
 

Message par Omicron » Dim Jan 10, 2010 22:21

Désolé, mais j'ai pas compris le sujet.
Ni le titre.

Des films qui nous parle ? qui parle de nous ?
C'est hyper large, pas expliqué, et sans commentaire.

Sinon c'est facile de commencer un topic ;

"Sujet : Pays !

Canada
France
Angleterre
Italie
.....................Ajouter les votres !"
Omicron
Passionné
 
Message(s) : 452
Inscription : Lun Mars 02, 2009 16:49
Localisation : Sud

Message par Veronique1 » Dim Jan 10, 2010 23:11

des films qui eveillent des émotions quand on les regarde...
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par Omicron » Lun Jan 11, 2010 0:50

Veronique1 a écrit :des films qui eveillent des émotions quand on les regarde...

Ok, merci ;)

Mais comme il y avait un mélange entre les films "sur" les aspergers" et les autres films, je me posais la question. si tout le monde avait compris la même chose...
Surtout que cela peut être très personnel et lié à sa propre histoire, un film qui "me" parle...
Or, comme là il s'agissait des films qui "nous" parle, et qu'Otis semblait dire qu'il n'y avait qu'une "liste" en ajoutant nos titre à la sienne, je me demander s'il s'agissait ici de faire une liste de films qui serai sensé parler aux aspies en générale, ou si c'était plus personnel et que ça ne se donner pas autant d'importance.
Omicron
Passionné
 
Message(s) : 452
Inscription : Lun Mars 02, 2009 16:49
Localisation : Sud

Message par Syndromegirl » Ven Jan 15, 2010 12:12

En entendant que dans le film "Ben X" , le héros est "à moitié autiste" je me suis doutée de quelque chose....

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ben_X

La persécution scolaire semble être un trait commun, hélas.
Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand
l'homme n'a pas l'amour de Dieu dans son coeur. Albert Einstein

Image
Avatar de l’utilisateur
Syndromegirl
Regulier
 
Message(s) : 89
Inscription : Lun Oct 12, 2009 15:07
Localisation : France

Message par lucied'ici » Ven Jan 15, 2010 15:37

une nouvelle sorti sur un asperger: Adam.
Hello
lucied'ici
Passionné
 
Message(s) : 210
Inscription : Sam Fév 14, 2009 19:49
Localisation : alberville

Message par Michka » Ven Jan 15, 2010 21:50

Adam? c'est un film qui va sortir? qui est sorti ailleurs? tu l'as vu?
Michka
Passionné
 
Message(s) : 197
Inscription : Mer Avr 22, 2009 18:46
Localisation : France

Message par bernard » Ven Jan 15, 2010 22:55

Le première semaine, il n'est sorti que dans 11 salles sur toute la France.
Rien dans ma région.
Bernard (49 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Passionné
 
Message(s) : 468
Inscription : Jeu Août 14, 2008 15:46
Localisation : Clermont-Ferrand (France)

Message par Invité » Ven Jan 15, 2010 23:14

Que dale sur Dijon, par contre j'ai donné un lien "ailleurs" pour les anglophiles qui seront capables de le voir en streaming en format DiVX :

Il faut essayer les liens, il y en aura bien un qui marchera.

On peut visionner Adam en streaming sur :
http://www.tv-links.cc/movie/adam.htm

(...)

Un autre lien qui marche :
http://www.wisevid.com/play?v=0tbft8x3cuvb
L'image est un peu moins claire mais tout est synchro.
Invité
 

Message par Omicron » Sam Jan 16, 2010 1:54

Quand on apprends qu'on aurait le syndrome asperger, et qu'on s'apperçoi qu'il y a des films qui le "cite" et le mette directement en scène comme sujet principale, on est très surpris.

Alors forcément, je suis aller voir pour Adam... (J'avoue, je n'ai pas vérifié si ça passé dans ma ville) il y a quelques semaines, j'ai regarder la bande annonce...
Et j'ai été directement très déçu !
Quand un films où un personnages possède de nombreuse caractéristique aspie, mais sans le cité, le personnage peut bien faire n'importe quoi.
Mais quand c'est clairement identifié comme cela, on attends autre chose.
Alors, oui, il y a "des" aspergers et non un asperger... Mais ce film me semble justement expliquer le contraire au travers de son personnage hurluberlu.
Car, non, vous n'allez pas me dire qu'un asperger, de par sa condition, sort nettoyer les vitres de la voisine du bas en habit de cosmonaute.
Un individu le ferai peut-etre. Mais cette individu est uniquement qualifié d'asperger. Et la vision de la bande annonce suffit à voir qu'il va s'en servir dans le film pour expliquer son moindre écart de conduite.
Quand il demande à sa belle au premier rendez-vous si elle est excité sexuellement, il se justifie de par son syndrome... et c'est accepter de ce point de vue là.
Je trouve ça malsain.
Et je trouve que c'est une interprétation "super-littéral" des symptômes du syndrome. Avec un gros exemple, gros comme l'empire state building, pour que tout le monde comprenne bien.

Bon, comme en plus ce film n'a pas une très bonne critique, je ne me presserai pas.
J'avais vu BenX, que j'avais trouver assez juste. Si ce n'est que l'age de l'acteur, exagéré encore l'age du héros, qui me semblait un poil trop agé pour cette "phase" là de l'asperger ( pendant quelques temps j'ai cru que ça se passé à la fac ). Et bon, un petit mélange malsain avec les "visions" "réelle" qui ne font me semble-t-il pas parti de l'asperger... (je l'avais dis ailleurs) enfin, Marie V. me contredira peut-être.

Dans l'ensemble, je suis assez déçu de l'exagération faite à partir du moment où le scénariste/réalisateur rend explicite l'asperger et en fait le noeud de l'histoire.
A l'inverse, beaucoup de films parle d'aspergers. Je veux dire, on l'a dit ailleurs, l'asperger serait à la mode.
Non, l'asperger n'est pas à la mode. C'est juste que l'intérêt et la beauté d'un film ou d'une histoire se construit souvent en ne prenant pas pour héros le premier de la classe... Ni le gamin qui baigne dans la masse.
Mais plutôt celui qui rate tout, qui est bizarre, seul, à l'abandon.
D'un point de vue "familiale" ça se traduit par "orphelin".
D'un point de vue "professionel" ça se traduit par celui qui vient de perdre son job, ou qui trime dedans.
D'un point de vue "scolaire" c'est le cancre.
D'un point de vue social, c'est le sans ami.
Etc...

Qu'est-ce que c'est dont cette habitude (cherchait bien... pas beaucoup n'échappe à cette regle sur "au moins" un point) dans les histoires de prendre de tels héros ?
D'une part, parce qu'il s'agit bien de "héros", et quand tel est le cas, plus on part de bas... plus le chemin est gratifiant.
Et ça dis aussi aux enfants qui regardent ; regarder, même celui qui était seul, orphelin, sans amis (etc...) peut y arrivé.
Et ça dis aux autres (en théorie, ça s'est jamais vérifié dans la pratique^^) que le gamin rejeté à côté de lui n'a pas à l'être...
La dernière raison d'avoir ce genre de héros ? tout simplement parce que les inventeurs de ces personnages s'y reconnaisse... ça voudrait dire qu'ils sont aspies ? peut-être.
Et au final, je vois beaucoup plus un aspies dans E.T. que dans certains films qui tirent un peu sur la cordes.

On est loin encore du film sur les aspies qui en parlera comme des trisomique dans le "huitième jour".
D'ailleurs, j'ai vu son nouveau film : Mr. Nobody
Et sans être sur les aspies, sans insister non plus... je trouve que le personnage principale fait très aspie. Bon, c'est présenté autrement "il sait tout... il a pas "oublié" en naissant." mais plein de petit truc que personne ne doit voir, qui vont vers l'aspie...
A commencer par sa difficulté à choisir.


Enfin, dernière petite chose avant de me taire.
Sur un autre topic j'avais dis ça :
Un article qui parle de l'intérêt pour l'asperger dans les séries télé...
http://seriestv.blog.lemonde.fr/2009/12 ... -rain-man/

Faisant ainsi largement la part belle à la série "The Big Bang theory"
J'avoue que j'en avais vu quelques uns... C'est une sitcom sympas, qui ne m'avais pas "retenu" plus que ça.
Pour moi, elle mélanger un humour de lourdeur, des extravagances (les grosses ficelles du rire ) et incohérence... avec des trucs que je trouvais pour ma part "normal" et que je prenais au premier degré, (même si je sais que d'autre non...)

Mais j'ai beaucoup regarder depuis, et je vous invite à faire de même. C'est vrai que ça en est devenu frappant.
Omicron
Passionné
 
Message(s) : 452
Inscription : Lun Mars 02, 2009 16:49
Localisation : Sud

Message par tanguy56 » Sam Jan 16, 2010 13:57

Personnellement, j'ai vu la bande annonce (je sais à quel point ça peut être trompeur, je me suis bien faite avoir pour Harry Potter 6... ) et ça m'a donné envie de voir Adam : les réactions du personnage Aspie peuvent peut-être paraître exagérées à certains mais franchement, j'ai reconnu mon ami JP dans toutes les scènes ou presque, y compris celle où il dit à la fille "je suis excité sexuellement". JP est absolument capable de sortir un truc comme ça, il nous en a sorti des pires que ça d'ailleurs ! Et vraiment, avant qu'on sache qu'il était Aspie, ça a parfois mis une sacrée pagaille dans nos relations... Et quand il a vu la bande annonce, lui aussi s'est tout de suite reconnu. Maintenant, le film est peut-être très différent, tant qu'on n'a pas vu...
"Si tu ne sais pas où tu vas, sache au moins d'où tu viens"
tanguy56
Regulier
 
Message(s) : 92
Inscription : Lun Nov 16, 2009 17:45
Localisation : Vannes

Message par Syndromegirl » Sam Jan 16, 2010 17:59

Je viens de regarder Ben X, et Ben paraît très atteint, on dirait qu'il ne parle pas volontairement.Moi, si j'avais pas répondu à ma mère, ou je m'étais vissé le walkman sur les oreilles quand on me fait la leçon, j'aurais pris une de ces danses! Tout est question d'environnement.

On dirait presque un autiste de Kanner (notamment sa timidité qui lui empêche de parler à sa seule amie), sauf qu'il a de bons résultats scolaires, ou que c'est une bête dans un univers virtuel (toujours le syndrome du geek, et la comparaison de cet univers au vrai monde).

La façon de réagir des camarades est aussi exagérée à priori (on dirait la façon d'agir dans certaines séries japonaises ou américaines, car là bas la harcèlement en milieu scolaire sont des sports nationaux).Mais ça prouve que ça arrive aussi en Europe.(mais, heureuse que les portables à caméras existaient pas quand j'allais à l'école!).


Les réactions violentes à postériori , ça m'a surpris aussi, mais la chaise jetée dans la fenêtre , je crois comprendre que Ben aurait voulu la jeter à la tête de ses tortionnaires.

Pour tout le reste, il y a hélas beaucoup de choses qui m'ont parues familières: le jet de boulettes,(variante: j'ai aussi eu droit aux morceaux de gomme) les qualifications de "mongol" , "martien" (moi c'était mon instituteur qui m'avait appelée martienne, c'est resté jusqu'à la fin de l'année comme surnom) et le fait de tout le temps se taire.Pas volontairement dans mon cas, mais parce que les autres répétaient toutes mes paroles en m'imitant bêtement : ça incite pas à s'exprimer.

On se demande aussi "Pourquoi rester à l'école"? mais ses parents pensent certainement, comme les miens, qu'il faut rester socialisé. (Ben a été chez les scouts, moi il fallait que j'aille en colonie ou en voyage linguistique, mais très souvent l'atmosphère était la même qu'à l'école).

Le twist final est très bien vu (je l'avais pas vu venir) , tout comme la conclusion de Ben :" J'ai dû apprendre à mentir".

On retrouve les explications rituelles: tu es trop suceptible, trop sensible, tu prend les choses trop à coeur, tu n'as pas d'humour, etc.
Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand
l'homme n'a pas l'amour de Dieu dans son coeur. Albert Einstein

Image
Avatar de l’utilisateur
Syndromegirl
Regulier
 
Message(s) : 89
Inscription : Lun Oct 12, 2009 15:07
Localisation : France

Message par Omicron » Sam Jan 16, 2010 18:58

Salut Syndromegirl.

Je voulais juste réagir à ce que tu dis sur BenX, et sur ce que j'en avais dit.
Je trouve que c'est le film sur le SA qui exagère le moins.
2 points et uniquement 2 points m'y ont choqué :
- L'age du héros. Surement accentuer par l'age de l'acteur.
L'acteur est un adulte, et ça se vois trop. Ce qui situerai l'histoire à la fac.
Le héros est censé être en fin de lycée.
Je me suis retrouver dans quasiment tout ce que vis le personnage... Sauf que je n'ai pas été diagnostiqué petit, et que j'aurai plutôt aimer qu'il y ai des téléphone portable "vidéo" à l'époque, pour pouvoir faire ce que Ben fait à la fin.
Mais j'ai vécu TOUT ce genre de chose, ce genre de réaction, ce silence, etc... au cours du primaire et au collège (ou je finissais par réagir quand même un peu).
C'est en cela que j'ai trouver "décalé" de l'avoir fait si vieux.
Mais je supose que le scénario, qui prévoyais la question du suicide, aurai été moins politiquement correct encore en le faisant plus jeune... Même si il aurait été plus juste.
- Le fait que Ben "voit" véritablement un personnage qui n'est pas là, plus ou moins imaginaire... Mais que lui même ne fait pas la différence entre son existence réelle ou non. Ce qui me semble plus révéler de la schizophrénie, et me semble "casser" la beauté du film en remettant une couche sur la "folie".

Après, oui, même en France on est capable de tel traitement entre les enfants. Et j'ai dût parfois "m'enfuir" (littéralement) de l'école à la fin des cours, pour ne pas subir les brimades. Arrivé chez moi sain et sauf à parfois été une grande satisfaction. Je connais assez bien toute les tortures enfantines.

Ce que je me disais enfant : pourquoi les héros de films sont toujours adultes ? dans beaucoup de film un enfant de 10ans pourrait faire la même chose, et sans l'infantiser, sans que l'histoire change...
Omicron
Passionné
 
Message(s) : 452
Inscription : Lun Mars 02, 2009 16:49
Localisation : Sud

Message par Syndromegirl » Sam Jan 16, 2010 19:30

L'age du héros. Surement accentuer par l'age de l'acteur.
L'acteur est un adulte, et ça se vois trop. Ce qui situerai l'histoire à la fac


Le comédien est trop vieux, OK.Mais aurait il fallu situer au primaire ou à l'université? D'après ma propre expérience, pas tout à fait.Ce n'est qu'à la fin du primaire que j'ai eu de tels ennuis.(notamment , comme dans le film, traquée jusque une cabine de toilettes, le jour de "martienne").Et à l'université, les problèmes ont cessé.

Depuis deux ans déjà , je n'en avais plus au sein de ma classe, qui était littéraire et comptait très peu de garçons.Seules les classes en dessous me pourrissaient la vie dans les couloirs.En outre, des problèmes relationnels ont repris avec les élèves du collège où j'étais pionne.

Je pense qu'un Asperger risque des persécutions sous trois conditions: être avec des gens entre 7 et 20 ans environ (l'âge bête,quoi), plutôt des garçons au tempérament turbulent, (Ben a plus de compassion de la part d'un camarade calme, de filles...)et en petit comité.On passe plus inaperçu dans un amphi de 150 personnes.

Les films, mais aussi les oeuvres littéraires dont on les tire? Revoir/lire "Alice au pays des merveilles" m'y a fait penser, parce que ce pays serait tiré de sa propre imagination (débordante, alors).Elle pense que dans "son monde" , les livres devraient toujours avoir des dialogues et des images par exemple.Lewis Caroll la qualifie de "singulière enfant" qui aime se parler à elle même... :?: Du coup je me demande comment interpréter sa singularité?
Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand
l'homme n'a pas l'amour de Dieu dans son coeur. Albert Einstein

Image
Avatar de l’utilisateur
Syndromegirl
Regulier
 
Message(s) : 89
Inscription : Lun Oct 12, 2009 15:07
Localisation : France

Suivant

Retour vers ESPACE ASPERGER ADULTES

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron