Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Espace libre de discussion.

Re: Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Message par plymouth » Mar Mai 09, 2017 12:50

Dans ce cas pourquoi proposer des vêtements de luxe ou de marques aussi à des femmes si le statut n'avait qu'à voir avec les conquêtes masculines :lol: :lol:
plymouth
Enthousiaste
 
Message(s) : 42
Inscription : Dim Jan 08, 2017 1:25

Re: Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Message par plymouth » Mar Mai 09, 2017 13:08

danielt a écrit :
plymouth a écrit :y'a des hommes ET des femmes pour qui c'est facile, et d'autres pour qui ca l'est moins, il faut surtout penser les interactions en termes d'individus et non leur sexe


Non, ce n'est pas correct. L'accès à la sexualité est beaucoup plus difficile pour l'ensemble des hommes que des femmes. Il n'y a point d'égalité. La prostitution destinée aux femmes est marginale par rapport à la prostitution pour les hommes.

Si une jolie femme propose une relation sexuelle immédiate à un homme, 9 hommes sur 10 acceptent. Si un bel homme propose une relation sexuelle immédiate aux femmes, aucune ne l'accepte ... :mrgreen:


et tu penses vraiment que dans un cas comme dans l'autre c'est facile de faire ce genre de proposition ? ca doit pas arriver tous les jours quand même :mrgreen:
plymouth
Enthousiaste
 
Message(s) : 42
Inscription : Dim Jan 08, 2017 1:25

Re: Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Message par plymouth » Mar Mai 09, 2017 13:25

Il n'empêche que quelles que soient les raisons il y aura des réticences dans un cas comme dans l'autre à faire ce genre de propositions, pour un homme se faire jeter, pour une femme passer pour une pute.. Alors égalité d'accès à la sexualité faudra repasser
plymouth
Enthousiaste
 
Message(s) : 42
Inscription : Dim Jan 08, 2017 1:25

Re: Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Message par cabsou » Mar Mai 09, 2017 14:22

Un passage de l'article que j'ai posté :

"Voici une de ses expériences: un individu aborde des gens dans la rue et leur propose soit d'aller boire un verre soit de coucher avec lui. Dans la moitié des cas, l'individu est un homme et les abordées des femmes, dans l'autre, l'inverse. Dans la moitié de la moitié des cas, le prospecteur est physiquement banal, et dans l'autre, pêché dans le haut du panier du pouvoir de séduction –la chose ayant été préalablement jaugée, qu'on se rassure, par des outils standardisés et des évaluateurs indépendants. Il en résulte que pour le sondeur dragueur moyennement attirant, 23% des femmes interrogées acceptent d'aller boire un verre, et 0% de coucher avec lui. Les chiffres grimpent à 57% pour l'homme le plus attirant, et 3% pour la proposition directement sexuelle. Sauf qu'en face, la sondeuse-dragueuse ni moche ni belle recevra 80% de réponses positives à sa proposition d'aller boire un verre et 60% à sa requête explicitement coïtale. Les chiffres de sa collègue super-bombasse seront de 97% de réponses positives à la première question, et de 83% pour la seconde."

Pour un homme moyen cette innégalité pour l'accès à une partenaire par rapport aux femmes est évidente, mais quand on essaye de faire comprendre aux femmes qu'elles ont plus facile, c'est bien souvent un dialogue de sourd ^^
cabsou
Regulier
 
Message(s) : 54
Inscription : Ven Mars 18, 2016 22:52

Re: Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Message par Sebajuste » Mar Mai 09, 2017 14:54

Je repasse sur ce forum, et après la lecture de plusieurs posts, je me permets de répondre à celui-ci.

Je trouve de manière générale Danielt, que tu manques d'ouverture d'esprit. Dans le sens où, nonobstant des remarques pertinentes quand aux relations sociales et besoins entre les deux sexes et leur accès respectifs à la sexualité, tu restes campé sur tes positions sans chercher à te remettre en cause.
Que l'on ne comprenne pas les pensées des autres et/ou leurs ressentis, c'est un fait. Et c'est partagé: il m'arrive bien souvent de ne comprendre absolument pas pourquoi certaines situations peuvent autant blesser/émouvoir/etc...
Mais je l'accepte. J'accepte de ne pas forcément tout comprendre, et j'accepte le fait que telle personne ne fonctionne pas du tout comme moi, même si je ne le comprends pas.

Et ça n'a rien d'aspi ou NT. Même les NT entre eux ne se comprennent pas toujours. Mais certains acceptent que d'autres puissent avoir un ressenti différent (d'ailleurs je ne m'entends bien qu'avec ce genre de personne étrangement).


Il ne faudrait pas non plus s'écarter du sujet. Au départ, c'est Pâquerette qui expliquait sa situation, et son désarroi face à celle-ci. Auquel finalement on a répondu part: mais tu as un job, un mari et des enfants, qu'est-ce qu'il peut bien te manquer ?

C'est toute l'ironie de la similitude entre la conversation qui a suivie, et de son point de départ. La cause et les effets en sont les mêmes: on ne comprends pas, et on cherche des explications à théoriser là où il suffit juste d'accepter qu'elle ne va pas bien. Peu importe sa situation.

La seule chose que l'on peut déduire, c'est qu'avoir un job, un mari/femme et des enfants, ne sont aucunement les prérequis universels d'une quelconque accessibilité au bonheur.
Selon moi, c'est à chacun de se fixer ses objectifs, ses attentes, et les moyens de les réaliser pour se réaliser.


Alors même pour une femme, si avoir des relations purement sexuelles est effectivement plus facile/accessible, celà n'a strictement pas le moindre intérêt si son objectif est autre.
De même, il est ridicule de croire que tous les hommes passent obligatoirement leurs existences à la recherche exclusive de partenaires sexuelles (que ce soit pour combler une frustration ou non).
Je pense en être la preuve (ou l'exception, allez savoir...). Je n'ai jamais eu de petite amie; j’aurais pu sans problème il y a quelques années (puisque c'est elle qui venait vers moi), mais ce qu'elle avait à proposer ne correspondait pas ce que je cherchais. Et je ne m'attends pas ce que l'on comprenne mon choix.


Les obstacles qui se dressent devant nous paraissent dès lors familier: chacun s'attends à ce que les autres agissent comme lui. C'est ce même schéma, répété à différentes échelles, qui créé autant les groupes d'amis, que les groupes sociaux, ou l'exclusion.
La société se crée elle même ses propres prérequis, et ses propres codes auxquels il faut répondre. En ce sens, je rejoins plymouth sur son avis de rôles imposés par la société.



A ce titre, je répondrais à ceci :

danielt a écrit :C'est pourquoi le syndrome d'Asperger est quelque chose de moins grave pour une femme que pour un homme, ce n'est pas un handicap pour elle.


cabsou a écrit :Pour un homme moyen cette innégalité pour l'accès à une partenaire par rapport aux femmes est évidente, mais quand on essaye de faire comprendre aux femmes qu'elles ont plus facile, c'est bien souvent un dialogue de sourd ^^


La facilité n'est qu'illusoire. Si une femme ne veut qu'une relation sexuelle, alors oui c'est plus facile. Mais dès le moment où ses attentes dépasse ce simple cadre (trouver un homme de confiance / avec les mêmes valeurs à partager / capable de s'engager / etc...), alors les rôles s'inversent. Car ce rôle de la femme dans notre société étant conditionné à un état passif (puisque c'est l'homme qui est censé courtiser), elle ne peut qu'espérer un jour que la bonne personne vienne à elle. Le choix est alors une illusion: elle n'a le pouvoir que de trier, pas de choisir.

Mon avis, c'est qu'hommes ou femmes ne pourront pleinement se réaliser que le jour où chacun sortira du dictat imposer par la norme de nos sociétés.
Sebajuste
Regulier
 
Message(s) : 56
Inscription : Lun Mai 11, 2015 1:15

Re: Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Message par Sebajuste » Mer Mai 10, 2017 9:09

danielt a écrit :Ce n'est pas un dictat de la société, c'est une réalité biologique. :mrgreen:


Biensur que si !

La réalité biologique se limite à la perpétuation de l'espèce. Ce mécanisme est inné chez tous les animaux, et l'Homme ne fait pas exception. Toutefois, il convient de rester attentif à l'évolution de ce genre de mécanisme.

Chez de nombreux mammifère, le mâle a pour objectif de s'accoupler soit avec le plus de femelles, soit de tenir celles-ci hors d'attente des autres mâles, soit d'assurer la survie exclusive de sa propre progéniture. Comme par exemple chez le loups, où seul le couple Alpha se reproduit, ou le Lion prêt à tuer les lionceaux qui ne sont pas les siens.

Ces solutions visent un seul but: s'assurer de la paternité de la progéniture. Il est facile de savoir qui est la mère, mais plus compliqué de savoir qui est le père.

L'être humain, qui est par définition un être social (comme certains autres animaux d'ailleurs) a pu mettre en place au fil des millénaires des règles pour s'assurer de la filiation. Mais les humains maîtrisant le langage, l'instinct pur n'existe plus vraiment: les pulsions instinctives sont d'emblée socialisées, et évolue avec le temps (exemple tout con: on voit de plus en plus le père à la poussette, alors que ce n'était pas du tout la norme il y a 50 ans).
C'est donc la gestion de la filiation dans notre société qui a établit les règles de reproduction. Le cœur du mariage, ce n'est pas le couple, mais la présomption de paternité : le père, c'est le mari. En conséquence, on demandait aux femmes d'être vierges pour le mariage afin d'être sûr que le mari soit bien le père, et d'être fidèles sexuellement par la suite.


Mon opinion, c'est que dans une espèce sociale, les règles de société ne s'imposent pas au travers d'un apprentissage explicite. Elle font parti des nombreuses règles implicites entre les individus. Ceci tendrait à expliquer pourquoi la plupart des NT, hommes et femmes, agissent en fonction de leur genre, et non dans leur intérêt propre : celui d'être conscient, capable de faire ses propres choix.
Et ça expliquerais aussi pourquoi tout ceci semble abscons pour les Aspi.
Sebajuste
Regulier
 
Message(s) : 56
Inscription : Lun Mai 11, 2015 1:15

Re: Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Message par cabsou » Mer Mai 10, 2017 10:30

Sebajuste, moi j'ai remarqué que même chez les aspis, les femmes croit qu'il est normal pour tout le monde d'avoir une abondance d'opportunités, et ne comprennent pas les difficultés des hommes aspis dans ce domaine, et dans beaucoup d'autres car effectivement la vie d'un homme et d'une femme n'est fondamentalement pas la même...
cabsou
Regulier
 
Message(s) : 54
Inscription : Ven Mars 18, 2016 22:52

Re: Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Message par Sebajuste » Mer Mai 10, 2017 10:58

cabsou a écrit :car effectivement la vie d'un homme et d'une femme n'est fondamentalement pas la même...


Je me suis peut être mal exprimé.
Je ne veux pas dire que la vie d'une femme ou d'un homme est identique. Loin de là !

Je dis juste que ces différences sont en grande majorité due aux codes sociaux. La société s'attends à ce qu'on agisse d'une certaines manière. Éloigne t'en un tant soi peu, et tu finis marginalisé.
Les marginaux s'en éloigne volontairement, c'est un choix. Les apis subissent.
Sebajuste
Regulier
 
Message(s) : 56
Inscription : Lun Mai 11, 2015 1:15

Re: Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Message par plymouth » Mer Mai 10, 2017 17:31

danielt a écrit : Elle est surtout "passive" parce qu'elle n'a pas envie d'affronter les mêmes difficultés qu'un homme vu qu'elle n'y est pas obligée.


Tu te contredis tout seul !
plymouth
Enthousiaste
 
Message(s) : 42
Inscription : Dim Jan 08, 2017 1:25

Re: Aspie ou pas Aspie ? That's THE question ....

Message par plymouth » Mer Mai 10, 2017 18:01

Si on regarde ton post littéralement si tu te contredis :mrgreen:
plymouth
Enthousiaste
 
Message(s) : 42
Inscription : Dim Jan 08, 2017 1:25

PrécédentSuivant

Retour vers ESPACE ASPERGER ADULTES

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité