Problème d'acceptation par la famille

Espace libre de discussion.

Re: Problème d'acceptation par la famille

Message par ApoFlo2034 » Mar Juil 08, 2014 17:31

Je penses que l'on peut prendre comme repère, bien que ça me dérange car la notion de "normalité" est toujours subjective, la normalité neurotypique.

En effet, ce sont les neurotypiques qui dirigent le monde, ce sont eux qui sont majoritaires, ce sont eux qui font entendre leur voix partout. La normalité communément admise doit donc être les neurotypiques. Et même si je ne suis pas d'accord avec le principe même de normalité, force est de constater que "normalité" signifie souvent "majorité". De ce point de vue, les autistes seraient donc "anormaux". D'ailleurs, "neurotypique" veut exactement dire "fonctionnement psychologique normal et commun" étymologiquement parlant.
"Je ne l'ai jamais dit à personne, mais... j'ai toujours pensé qu'elles étaient des phares" To the Moon

Le Gardien des Rêves

Diagnostiqué autiste asperger
Avatar de l’utilisateur
ApoFlo2034
Passionné
 
Message(s) : 199
Inscription : Mar Mai 13, 2014 16:03
Localisation : Ile-de-France

Re: Problème d'acceptation par la famille

Message par soupline » Mar Juil 08, 2014 18:08

Vous vous doutez bien que ce n'est pas la première fois que j'aborde le sujet avec ma soeur et ma mère.

Je pars du principe que ce n'est pas la premiere conversation.
Je pars aussi du principe que dans la conversation, tes phrases sont en rapport avec ses phrases précédentes de la même conversation, et non a des choses qu'elle a dite ou écrite des semaines/mois plus tôt.

quand je dis qu'elle pense que c'est pour me rendre intéressent c'est parce que qu'elle me l'a déjà clairement fait comprendre.

Quand tu réponds cela à un message de ta soeur qui n'impliquait pas cela, j'y interpréte comme une erreur de logique. Si je pars du principe que c'est en rapport à une autre conversation avec ta soeur et que tu mélanges les deux conversations, je peux aussi y interpréter comme une erreur dans le continuum espace-temps.

Aussi, dans déjà clairement fait comprendre. -> L'expression "faire comprendre" est généralement en rapport à des sous-entendus inventés. Soit elle l'a dit et donc elle l'a dit. Soit elle l'a pas dit et donc tu ne sais pas. Dans les deux cas, il n'y a pas a tirer de sous entendus.

Moi je retiens surtout qu'elle dit que l'autisme ça la connait parce qu’elle fait de la psycho et qu'elle est mieux placé que moi...

L'autisme (dit "de Kanner") et le syndrome asperger sont deux choses distinctes et très différentes bien qu'elles soient souvent mélangées sur ce forum et ailleurs. Bref, si ta soeur parle d'autisme et toi d'asperger, vous parlez de deux choses très différentes et vous vous en êtes pas rendu compte. [attaque personnelle] bref, vous êtes des boulets (smiley tire la langue) [/attaque personnelle]

Sachant qu'elle est psy, c'est probable qu'elle ait eu des cours sur le sujet de l'autisme (de Kanner) auquel cas elle est effectivement mieux placée que toi, auquel cas elle est au courant que le simple fait que tu sois capable de parler IRL et d'écrire ici suffit à montrer que tu ne sois pas autiste.
Avatar de l’utilisateur
soupline
Passionné
 
Message(s) : 351
Inscription : Mar Août 13, 2013 10:52
Localisation : FR

Re: Problème d'acceptation par la famille

Message par romain » Mar Juil 08, 2014 20:19

soupline a écrit :
Vous vous doutez bien que ce n'est pas la première fois que j'aborde le sujet avec ma soeur et ma mère.

Je pars du principe que ce n'est pas la premiere conversation.
Je pars aussi du principe que dans la conversation, tes phrases sont en rapport avec ses phrases précédentes de la même conversation, et non a des choses qu'elle a dite ou écrite des semaines/mois plus tôt.

quand je dis qu'elle pense que c'est pour me rendre intéressent c'est parce que qu'elle me l'a déjà clairement fait comprendre.

Quand tu réponds cela à un message de ta soeur qui n'impliquait pas cela, j'y interpréte comme une erreur de logique. Si je pars du principe que c'est en rapport à une autre conversation avec ta soeur et que tu mélanges les deux conversations, je peux aussi y interpréter comme une erreur dans le continuum espace-temps.

Aussi, dans déjà clairement fait comprendre. -> L'expression "faire comprendre" est généralement en rapport à des sous-entendus inventés. Soit elle l'a dit et donc elle l'a dit. Soit elle l'a pas dit et donc tu ne sais pas. Dans les deux cas, il n'y a pas a tirer de sous entendus.

Moi je retiens surtout qu'elle dit que l'autisme ça la connait parce qu’elle fait de la psycho et qu'elle est mieux placé que moi...

L'autisme (dit "de Kanner") et le syndrome asperger sont deux choses distinctes et très différentes bien qu'elles soient souvent mélangées sur ce forum et ailleurs. Bref, si ta soeur parle d'autisme et toi d'asperger, vous parlez de deux choses très différentes et vous vous en êtes pas rendu compte. [attaque personnelle] bref, vous êtes des boulets (smiley tire la langue) [/attaque personnelle]

Sachant qu'elle est psy, c'est probable qu'elle ait eu des cours sur le sujet de l'autisme (de Kanner) auquel cas elle est effectivement mieux placée que toi, auquel cas elle est au courant que le simple fait que tu sois capable de parler IRL et d'écrire ici suffit à montrer que tu ne sois pas autiste.


Salut soupline,
je suis désolé mais tu fais une extrapolation à partir de données parcellaires, et je trouve ça assez surprenant. Effectivement tu ne peux pas connaitre ma vie, mais dans ce cas ne te permet de me juger à partir de simple spéculations. Par exemple tu parts du principe que mes phrases sont en rapport avec ses phrases précédentes de la même conversation, or je ne vois pas ce qui te permets d'écarter le fait que je puisse faire référence à d'autre conversations que j'ai eu avant... Et quand je dis qu'elle me l'a clairement fait comprendre c'est qu'elle me l'a dit d'une autre façon mais j'ai résumé (tu cherches la petite bête là), et comme je l'ai dis tu n'as pas les données suffisantes pour juger si c'est une erreur de logique ou non.
Quand je juge les gens, je le fais à partir de faits, et non à partir d'une extrapolation effectuée à partir d'un jugement personnel et subjectif. Après je suis conscient que je m'y suis très mal pris dans cette discutions... Par contre qu'on soit tous les deux des boulets, je veux bien l'admettre :wink:

Et quand tu dis que l'autisme et asperger n'ont rien à voir, je ne suis pas d'accord avec toi. Quand on parle d'autisme, on de parle pas forcément de l'autisme de kanner. Je suis peu être moins calé que toi sur le sujet, donc excuse moi d'avance si je dis une connerie, mais la définition même du TSA et un trouble du développement avec entre autre des problèmes d'interaction social, de communication et de comportement. Si on parle de TSA pour Asperger ce n'est pas pour rien. Mais dans l'inconscient collectif, un autiste est justement un enfant qui ne peux pas communiquer, qui ne regarde pas dans les yeux, et qui hurle lorsqu'il entends des bruits trop fort, or chaque autiste est différent. D’où le conflit avec ma sœur. Elle voit la caricature et je n'arrive pas à lui faire comprendre qu'il y a d'autre forme d'autisme.

Et elle n'est qu'en deuxième année de psycho, je ne pense pas qu'elle ai encore les connaissance suffisantes pour juger...

Et pour finir, pour moi la normalité n'est qu'une affaire de point de vu dans un contexte donné. Si vous êtes dans une famille qui s'embrasse sur la bouche pour se dire bonjour (comme celle de Bruno Solo ^^), c'est la norme dans votre famille, et quelqu'un qui viendrais chez vous et vous verrais faire trouverais ça totalement anormal, or à l'inverse si vous allez chez de gens qui ne font pas ça, vous trouverez ça bizarre. Evidemment c'est une définition simpliste, dans notre cas il faut remettre cela à l'échelle de la société, avec tout les impératifs sociaux et anthropologiques mais je trouve que ça illustre un peu le propos :)

Tout ça bien sur en se basant sur les définitions du dictionnaire des mots normal, anormal et norme (si chacun a sa propre définition ça va être compliqué de se comprendre ^^)
Normal : qui est conforme à la moyenne, qui sert de référence
Anormal : sortant des normes, des règles générales
Norme : règle établie conformément à une moyenne, critère de référence
romain
Nouveau
 
Message(s) : 12
Inscription : Dim Juil 06, 2014 22:21

Re: Problème d'acceptation par la famille

Message par soupline » Mar Juil 08, 2014 21:17

Et elle n'est qu'en deuxième année de psycho, je ne pense pas qu'elle ai encore les connaissance suffisantes pour juger...

"Et j'en bouffe de l'autisme et ça ne te correspond pas !" -ta soeur
Ca me semble assez clair qu'elle a eu au moins un aperçu de l'autisme.

D’où le conflit avec ma sœur. Elle voit la caricature et je n'arrive pas à lui faire comprendre qu'il y a d'autre forme d'autisme.

Ce n'est pas une caricature. Ces enfants existent pour de vrais.

D'après des vieux chiffres que j'ai en tête. Parmi les personnes dans les troubles autistiques, y'en a 1 sur 10 seulement qui est asperger (et j'ai pas les proportions de kanner).
D'une certaine façon, c'est toi qui a une forme rare d'autisme.


Pour en revenir à la méthode de communication. Si tu veux que ce soit plus clair pour tes interlocuteurs. Pas la peine d'insister sur l'autisme ni sur asperger. Y'a bien trop de variations et de symptomes pour que ça leur apprenne quoi que ça les aide a comprendre quoi que ce soit sur toi ou ce que tu ressens.
Si t'arrives pas a te faire des amis, dis que t'arrives pas a te faire des amis.
Si t'es asocial, dit que t'es asocial.
Si tu ranges toute ta nourriture par ordre croissant en kilocalories, dit le et insiste pour qu'on arrête de foutre le bordel dans tes placards. :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
soupline
Passionné
 
Message(s) : 351
Inscription : Mar Août 13, 2013 10:52
Localisation : FR

Re: Problème d'acceptation par la famille

Message par romain » Mar Juil 08, 2014 21:42

Ca me semble assez clair qu'elle a eu au moins un aperçu de l'autisme.

Ce n'est pas une caricature. Ces enfants existent pour de vrais.


J'ai peu être mal choisi le mot, mais ce que je veux dire par là c'est qu’effectivement elle n'a eu qu'un aperçu de l’autisme mais ça reflète bien le fait que les gens restent très fermé quand à l'idée qu'ils ont de l'autisme et qu'ils ne s'imaginent pas qu'il puisse prendre d'autre formes.

Pour en revenir à la méthode de communication. Si tu veux que ce soit plus clair pour tes interlocuteurs. Pas la peine d'insister sur l'autisme ni sur asperger. Y'a bien trop de variations et de symptomes pour que ça leur apprenne quoi que ça les aide a comprendre quoi que ce soit sur toi ou ce que tu ressens.
Si t'arrives pas a te faire des amis, dis que t'arrives pas a te faire des amis.
Si t'es asocial, dit que t'es asocial.
Si tu ranges toute ta nourriture par ordre croissant en kilocalories, dit le et insiste pour qu'on arrête de foutre le bordel dans tes placards. :mrgreen:


Ca ce sont de bon conseils que je m'en vais appliquer de ce pas :)
romain
Nouveau
 
Message(s) : 12
Inscription : Dim Juil 06, 2014 22:21

Re: Problème d'acceptation par la famille

Message par Anatheia » Jeu Juil 10, 2014 14:46

soupline a écrit :
Et elle n'est qu'en deuxième année de psycho, je ne pense pas qu'elle ai encore les connaissance suffisantes pour juger...

"Et j'en bouffe de l'autisme et ça ne te correspond pas !" -ta soeur
Ca me semble assez clair qu'elle a eu au moins un aperçu de l'autisme.


Ayant fait une année de psycho (bien que partielle, mais j'ai eu un chapitre autour de l'autisme), on ne t'apprend que de la merde. Ils ne parlent que de l'autisme de Kanner et ils ne parlent que des enfants.

Ça a pu changer entre temps, et peut-être que tu apprends autre chose en seconde année mais j'en doute très très fort. Sans parler du fait que les gamins qui font pyschos pensent tout savoir sur les pathologies alors qu'ils n'ont que des cours théoriques non à jour depuis bien des années.
Always running from the Sun.
Avatar de l’utilisateur
Anatheia
Passionné
 
Message(s) : 678
Inscription : Jeu Fév 14, 2013 15:42

Re: Problème d'acceptation par la famille

Message par black-sheep » Mar Juil 15, 2014 1:03

soupline a écrit :Quand elle te dit qu'elle pense que tu n'as pas le syndrome. Tu n'as pas a renier ses ressentis ni a croire que c'est un moyen de te rabaisser. Ce qu'elle pense est totalement hors de ton contrôle et tu peux rien y faire.

Elle dit elle même qu'elle ne sait pas bien ce que c'est que ce syndrome, et que tu devrais consulter quelqu'un qui est mieux placé. Elle reconnait sa propre ignorance (ce qui est un phénomène très rare soit-dit en passant), et toi tout ce que tu trouves à faire c'est de l'accuser d'avoir aucune considération pour toi.


Sacré contradiction ! Si elle ne sait pas ce qu'est le syndrome d'asperger comment peut-elle dire si Romain l'a ou ne l'a pas ?

Pour les études de psychologie en France je ne sais pas ce qu'il en est aujourd'hui mais pendant longtemps les étudiants n'étudiaient pas de la psychologie mais la psychanalyse, qui n'est pas une science contrairement à la vrai psychologie.
black-sheep
Passionné
 
Message(s) : 211
Inscription : Dim Mars 02, 2014 5:37
Localisation : Au lit

Re: Problème d'acceptation par la famille

Message par black-sheep » Lun Juil 21, 2014 10:08

Tu exprimais déjà cette opinions il y a une ou deux pages. :wink:
black-sheep
Passionné
 
Message(s) : 211
Inscription : Dim Mars 02, 2014 5:37
Localisation : Au lit

Re: Problème d'acceptation par la famille

Message par caro2944 » Lun Juil 21, 2014 10:13

Bonjour Romain,

Apres deux ans d'attente, j'ai enfin été contacté par le CRA.
Pour me dire qu'il fallait que je vois d'abord un psychiatre qui connaisse le syndrome d'asperger, et qui fasse un courrier à l'attention du CRA.

Je suis donc à la recherche de ce psy.
Ensuite ce psy devra me suivre pendant et après les évaluations du CRA.

Donc je désespère pas, mais cherche tout de suite un psychiatre compétent pour s'occuper de toi.

Bon courage.
caro2944
Enthousiaste
 
Message(s) : 46
Inscription : Lun Mars 31, 2014 7:16

Précédent

Retour vers ESPACE ASPERGER ADULTES

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)