ASPERGER ET AGE

Espace libre de discussion.

ASPERGER ET AGE

Message par caro2944 » Lun Juin 23, 2014 13:33

Bonjour,

Je voudrais savoir si les symptômes peuvent s'accentuer avec l'âge?
Dernière édition par caro2944 le Jeu Juil 03, 2014 9:15, édité 1 fois.
caro2944
Enthousiaste
 
Message(s) : 46
Inscription : Lun Mars 31, 2014 7:16

Re: ASPERGER ET AGE

Message par Faucon Hobereau » Lun Juin 23, 2014 15:57

Je pense que cela dépends des personnes ?

Me concernant c'est pas mieux pas pire, mais j'ai des forts passages ou ca va assez mal. En ce moment le plus difficile est pour moi d'accepter que je suis incapable de vivre dans un appartement sans suivis.
Fan site My Little Pony 20% cooler
http://mlprainbow.com
Avatar de l’utilisateur
Faucon Hobereau
Enthousiaste
 
Message(s) : 47
Inscription : Mer Jan 22, 2014 17:19
Localisation : France

Re: ASPERGER ET AGE

Message par realTMX » Mar Juil 01, 2014 15:13

Au-delà de l'age, je pense surtout qu'ils évoluent en fonction de ton état psychologique.

Depuis que j'ai découvert que j'étais surement un Aspie, mes dons se sont débloqués mais les symptômes également. C'est un peu plus délicat à vivre, surtout avec un sommeil en panne.
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: ASPERGER ET AGE

Message par ApoFlo2034 » Mar Juil 01, 2014 15:28

En fait real-TMX, je ne pense pas que tes dons et tes symptômes se sont débloqués mais que tu t'en rend plus compte maintenant que tu peux placer un mot dessus. Du moins c'est ce que ça m'a fait pour moi. Après, je peux me tromper ...

Je reprend souvent cet exemple de la théorie de la fin du monde qui dit que en ce moment, il y'a plus de catastrophes naturelles qu'avant. En fait, ce n'est pas exact. C'est juste que l'information est mieux reléguée et que du coup on en entend plus parler. Je pense que c'est pareil pour beaucoup de choses y compris l'autisme. L'accès à l'information te permet de te poser plus de questions sur ton fonctionnement au moment où tu agis ce qui fait que tu as l'impression que ton comportement a changé depuis que tu te suspecte aspie alors qu'en fait pas réellement, c'est juste que tu y fais plus attention qu'avant.

Pour ce qui est de l'évolution avec l'âge, je pense que oui. Personnellement j'ai beaucoup de choses qui ont changées depuis que je suis plus petit en bien comme en pire. A mon avis, les symptômes varient et la façon de les appréhender aussi avec l'âge. Après, je n'émet qu'une supposition car en effet, je ne l'ai constaté que sur moi.
"Je ne l'ai jamais dit à personne, mais... j'ai toujours pensé qu'elles étaient des phares" To the Moon

Le Gardien des Rêves

Diagnostiqué autiste asperger
Avatar de l’utilisateur
ApoFlo2034
Passionné
 
Message(s) : 199
Inscription : Mar Mai 13, 2014 16:03
Localisation : Ile-de-France

Re: ASPERGER ET AGE

Message par realTMX » Mer Juil 02, 2014 9:12

C'est sûr que je me rends bien plus compte des symptômes. Je ne pensais pas avoir de tics vocaux alors que je me raclais la gorge à intervalle régulier surtout lorsque je suis angoissé de même que je cligne beaucoup des yeux lorsque, là aussi, je suis très anxieux.

Concernant mes dons, ils se sont bien débloqués avec le temps. A l'école, j'étais très mauvais au point de redoubler mes 5ème et 3ème. Je suis passé par un BEP avant d'obtenir un Bac G2. Je n'aurais même pas pu imaginer avoir un bac mais en avoir 2 encore moins. Pourtant, deux ans plus tard, j'arrivai à décrocher un Bac S Spécialité Physique-Chimie. J'en suis très fier. Et j'ai fini Bac+4.

En ce qui concerne la musique, même topo. Je n'étais pas doué étant enfant. Sans doute, je manquais de motivation et, comme l'adoption me travaillait beaucoup, cela a dû altérer mon potentiel. Pourtant, maintenant, je joue allègrement du piano, de l'orgue, du synthé, de la guitare (folk et électrique) et de la basse. Et je compose depuis près de 25 ans.

Par contre, la solitude me pèse de plus en plus, mais ma peur d'aller vers les autres me paralyse parce que j'ai peur d'être raillé et rejeté comme c'est trop souvent le cas.
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: ASPERGER ET AGE

Message par thevenet-jean » Mer Juil 02, 2014 10:19

Par contre, la solitude me pèse de plus en plus, mais ma peur d'aller vers les autres me paralyse parce que j'ai peur d'être raillé et rejeté comme c'est trop souvent le cas.


Ta solitude est justement provoquée par tous tes mécanismes de survie psychologique entraînant attitudes et stratégies au long court... à la base construction d'acte réflexe sur acte réflexes... pour éviter d'être raillé et rejeté..
pour éviter d'être raillé et rejeté encore et encore, la stratégie globale est de ne pas réellement se livrer SOI, mais CE qui représente SOI à l'autre..... à tel point qu'à force de réflexe, on oublie le réel motif de la peur de rejet.. (peur de ne pas être aimé et d'en mourir)

Cette accumulation de réflexe a du te faire construire une façon de vivre avec un "TOI" présenté aux autres qui n'est pas TOI mais ton "armure" du coté "brillant" (ça pourrait être ta performance artistique, ton savoir...)
Si tel est le cas il est impossible pour l'autre d'aimer ÇA car ce n'est justement... pas TOI en profondeur. Du coup, c'est immanquablement l'abandon ou le rejet qui finissent par se produire.

pour ne plus être seul il faudra sortir de cela et rester tel que tu es, ne pas tenter (et douter) de montrer cette "armure", et renoncer pour cela à certains trucs que tu as construit pour "survivre" auquel tu es attaché et qui t'on occupé la vie entière...
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion

Re: ASPERGER ET AGE

Message par realTMX » Mer Juil 02, 2014 14:08

Tu es fin psychologue Jean.

C'est exactement cela. Toute ma vie, je savais que j'étais différent des autres mais je ne savais pas trop ce que c'était. Je me mentais à moi-même et, ce faisant, je mentais aux autres. Je donnais cette fausse impression d'être comme tous les autres à tel point que lorsque l'on m'a parlé, il y a deux mois, du Syndrome d'Asperger, je n'y ai pas cru un seul instant pas plus que mes parents d'ailleurs. C'est en me documentant sur le sujet, en passant les tests et en faisant une grande introspection que je me suis rendu compte que je me trompais lourdement. Non seulement il semble bien que je sois Aspie, mais en plus à un assez grand niveau. Aujourd'hui, je ne me reconnais plus. J'ai même très peur de ce que je suis. Lorsque je marche dans les lieux publics, je ne me sens plus du tout à l'aise vis à vis des autres. Ce doit être le contre-coup de ce que j'ai compris.

Est-ce normal ? Je n'en sais rien.
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: ASPERGER ET AGE

Message par ApoFlo2034 » Mer Juil 02, 2014 14:42

J'ai ressenti la même chose. Comme j'ai dit plus haut, c'est le fait de prendre conscience de ce que l'on est et de pouvoir placer un mot dessus qui nous fait tout remettre en question.

C'est à ce moment que l'on se rend compte que l'on jouait un rôle et c'est une sorte de libération. Plus on y pense et moins on comprend notre propre rôle et plus on a envie d'agir naturellement, comme bon nous semble.

Et c 'est là où le bas blesse. Toutes ces années où nous avons essayez de rentrer dans les cadres sociaux, sans même y arriver mais en se forçant. Tous ses efforts, ses brimades qu'on a pu recevoir ... Et quand enfin on se rend compte que ce n'est pas de notre faute, que c'est notre différence qui nous a empêché de rendre nos efforts payant, on a alors envie de montrer notre vrai visage, ce que nous ressentons au plus profond de nous.

Mais là, on n'y arrive plus. C'est surement à cause de toutes ces années d'efforts ... on s'est bloqués dans l'idée qu'on devait être comme les autres et accepter simplement de se dire que ce n'est pas possible alors qu'on a perdu toute notre vie à essayer, ça fait perdre pied.

Je ressens un immense vertige à l'idée des années perdues ... C'est très difficile et je flotte entre deux eaux : l'idée que je suis différent et l'envie de ne pas l'être. Et c'est alors que je connais une réelle crise d'identité, ni violente, ni contraignante, mais terrifiante et vertigineuse. Et cette remise sur soit que propose thevenet-jean, le fait de briser son armure ou non... Ce n'est réellement pas facile. Mais je pense qu'avec le temps et la remise en question, la paix intérieure est atteignable.

C'est juste très difficile de se jeter dans ce gouffre. Mais dès qu'on est tombé dedans, on comprend et perçoit beaucoup plus de choses.

Dans l'espoir d'avoir été clair.
"Je ne l'ai jamais dit à personne, mais... j'ai toujours pensé qu'elles étaient des phares" To the Moon

Le Gardien des Rêves

Diagnostiqué autiste asperger
Avatar de l’utilisateur
ApoFlo2034
Passionné
 
Message(s) : 199
Inscription : Mar Mai 13, 2014 16:03
Localisation : Ile-de-France

Re: ASPERGER ET AGE

Message par thevenet-jean » Mer Juil 02, 2014 16:54

En pensant sincèrement ne pas projeter mon cas sur les autres (j'ai ai en effet débattu longuement avec des tas de gens pour construire ce raisonnement).
Là où les personnes autistes se feraient le plus mal à jouer un rôle (ET DONC À SE RENDRE SEULES) c'est, comme les NT le font quand ils sont dans la névrose cachant l'innacomplissement de leur enfance, de jouer le rôle d'être un homme qui devra séduire ou aimer une femme seulement, (ou vice versa) et s'interdire d'avoir des sentiments affectifs et une attirance physique avec leur semblables, pour aller se rassurer en séduisant un partenaire sexuel..(DE PEUR DE RESTER SEUL AFFIRMER SA SEXUALITÉ pour être "quelqu'un", et ceux qui affirment finalement "leur sexualité" avec un autre comme eux, homosexuels donc... ne font guère mieux: c'est la "sexualité écran" ou "armure" (souvent décrite dans diverses médecine... l'armure serait liée.. à l'élément métal en médecine chinoise, elle est une séparation de soi qui se somatise en problèmes de peau/poumons, asthme, elle provoque une tristesse dite "tristesse du poumon", une personne "en armure" ne respire jamais pleinement et se retient de pleurer depuis qu'elle se croît adulte.. et fondre l'armure se fait avec des pleurs extrêmements abondant, de s'être floué des années (s'affliger sur son sort, mais devant les yeux de LA conscience) que les mystiques ou yogis nomnent "componction"... "l'élément eau" ainsi obtenu donne alors accès à la mémoire... de tout cet inconscient qu'on avait refoulé sous l'armure).. si on rate le bon déroulement de ce processus et que il s'incarne en somatisation, on transpose simplement le pas-droit-pleurer non-confidence en la rigidité des poumons, du torse et les problèmes de peau en mal de dos... le mal du siècle

Typique: deux amis résistent à s'aimer, se refusent de s'accepter en se vantant l'un et l'autre de désirer une femme.. ils se sentent terriblement seuls tout en étant de plus en plus méchants entre eux ou rompent brutalement sans comprendre pourquoi
le motif et simple: ils ne se sont pas acceptés et se sont interdits de s'aimer à moins de s'accorder sur un "jeu d'évitement", et le jeu d'évitement le plus.. profond, c'est le rapport homosexuel génitalisé...

Chez les autistes, le raisonnement hyper structuré réussi à éviter l'attachement affectif qui mène là, et les jeux d'évitement qui restent possibles sont fait en "restant froid" dans tout échange et en restant "scientifique" pour pratiquer des échanges intellectuels profonds et des activités poussées et passionnantes, mais, il faut bien le noter: privés d'échange émotionnels qui "perturberaient", ce qui a longtemps fait croire aux psy que les autistes n'éprouvaient pas d'émotions!

Par ce que les autistes ont des perceptions "immatures" et de toute évidence pas construit leur sexualité en raison de leur non-communication émotionnelle et tactile avec leurs parent, puis leurs copains et amis d'enfance, dans la sensualité, la complicité émotionnelle et leurs désirs: ils ont été SEULS et n'ont pas grandi affectivement.

C'est peut être la raison de la similitude homme-femme pour le cerveau asperger au contraire d'une grande différence chez les NT: ils ne se sont pas différenciés..

1 - Le concept d'affectif avec l'autre comme différent de soi n'est pas accessible (AVEC L'AUTRE DIFFÉRENT ON RESTE SEUL) faute d'avoir pu construire la structure "freudienne" qui permet de se combler affectivement par la sexualité génitalisé.
2 - La possibilité d'être aimé et d'aimer sans provoquer aussitôt la peur d'un drame de séparation (rejet abandon) est inconcevable.

Arrêter de "se la jouer homme à femmes" pour 'aimer simplement les "gens comme soi", pour se construire du partage affectif avec eux et grandir encore un peu et aborder cette sexualité "hystérique" qui se joue sur le plan des étreintes et câlins...

accepter le syndrome d'asperger ...
accepter son imaturité affective et la partager? celle là même qui interdit d'être aimé?
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion

Re: ASPERGER ET AGE

Message par ApoFlo2034 » Mer Juil 02, 2014 17:25

Je préfère accepter qui je suis plutôt que de jouer un rôle et être aimé pour ce que je ne suis pas :?

De plus, l'autisme ne nous interdit pas d'être aimé. Il rend seulement les choses plus difficiles mais on peut tomber sur des gens NT ou autistes compréhensifs.

Disons que je joue le rôle de quelqu'un de "normal" en société cependant, dans mes moments intimes ou quand je suis chez moi, je n'empêche pas mon vrai moi de s'exprimer. Et je pense que ne pas s'accepter soit même, c'est très mauvais autant d'un point de vue psychologique que physiologique.
"Je ne l'ai jamais dit à personne, mais... j'ai toujours pensé qu'elles étaient des phares" To the Moon

Le Gardien des Rêves

Diagnostiqué autiste asperger
Avatar de l’utilisateur
ApoFlo2034
Passionné
 
Message(s) : 199
Inscription : Mar Mai 13, 2014 16:03
Localisation : Ile-de-France

Re: ASPERGER ET AGE

Message par caro2944 » Jeu Juil 03, 2014 7:31

J'ai ressenti la même chose. Comme j'ai dit plus haut, c'est le fait de prendre conscience de ce que l'on est et de pouvoir placer un mot dessus qui nous fait tout remettre en question.

C'est à ce moment que l'on se rend compte que l'on jouait un rôle et c'est une sorte de libération. Plus on y pense et moins on comprend notre propre rôle et plus on a envie d'agir naturellement, comme bon nous semble.


J'ai également le meme ressenti. Depuis que je sais, je me sens plus liberée, mais j'ai mis deux ans à accepter, jusqu'à ce que mon jeune frère m'avoue lors d'une soirée un peu arrosée, qu'il avait été diagnostiqué.
Depuis, j'ai appris à me pardonner de ce que j'ai pu faire et dire qui aurait pu choquer plus d'un. Car je sais que je ne suis pas totalement responsable. Et depuis aussi, je fait plus attention à ne pas me laisser aller à dire ce que je pense. Car je sais que je peu blesser quelqu'un sans le vouloir. Surtout dans un monde où rien ne doit se dire...
caro2944
Enthousiaste
 
Message(s) : 46
Inscription : Lun Mars 31, 2014 7:16

Re: ASPERGER ET AGE

Message par realTMX » Jeu Juil 03, 2014 9:20

L'immaturité affective, je connais très bien. Mes problèmes d'incontinence viennent de là et du fait que j'ai été abandonné à la naissance.

De ce fait, cela se voit dans mon comportement. Je suis très infantile et, d'après ce que j'ai pu lire çà et là, ce que l'on appelle monde "bébé adulte (ABDL en anglais)" est très courant chez les Aspies à cause, justement, de cette immaturité affective. Je sais que ça peut paraître ridicule aux yeux de certains, mais je ne peux pas dormir sans mon nounours. C'est un besoin impérieux que j'ai parce que je me sens rassuré par sa présence. Plus le temps passe et plus j'en ai besoin. Je ne suis nullement intéressé par le sexe car c'est quelque chose qui me choque et me dégoute. Je ne sais pas si je suis le seul dans ce cas.

En tout cas, accepter le fait que je sois Aspie demandera surement du temps, beaucoup de temps. Mais, comme disait Nietzsche, "Ce qui ne tue pas, renforce". Je verrai bien avec le temps si les choses se passent. Je garde l'espoir de jours meilleurs même si ce n'est pas évident quotidiennement.
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: ASPERGER ET AGE

Message par thevenet-jean » Jeu Juil 03, 2014 12:05

ce qui ne tue pas.. renforce un moment (compensation névrotique, suradaptation) mais peut rendre malheureux, acariâtre, névrosé et con et finalement TUE CORPS ET ÂME et on devient ainsi "un vieux con, vieux et moche"..
Le fait d'être "moche" est important... c'est le fait que on s'est refusé à SOI ce qu'on avait besoin pour vivre sa jeunesse avant de vieillir qui rend "vieux con" au lieu de vieux sage, et en cet état de connerie incarnée dans la vieillerie, il n'y a guère le choix en effet de se diriger autre destin que la maladie grave à long terme à force de somatiser.

Somatiser permet de court-circuiter la pensée en mettant sa charge sur le corps, donc il n'y a plus de problème psychologique, mais un problème d'intégrité corporelle et la maladie frappe parfois sans qu'on en comprenne le sens, on meure alors prématurément..

mais je ne peux pas dormir sans mon nounours.


ÊTRE ASPIE est plutôt honorifique dans le sens "être différent" et donc "plus" que les autres dans le sens "la rareté"..
être non mature sexuellement ça va avec et peu semblent vouloir l'admettre, ou alors trop tard, après 40 ans...

Avoir besoin non pas de femme (comme un homme qui désire une femme pour se reproduire), mais d'un AMI comme un enfant qui désire plus qu'un nounours (pour finir de grandir)... demande plus d'acceptation et de la complicité pour oser aimer l'ami qui serait candidat à remplacer le nounours, lequel en passant n'est pas facile à rencontrer.
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion

Re: ASPERGER ET AGE

Message par realTMX » Jeu Juil 03, 2014 14:21

Je la vis ma jeunesse, un peu trop même. Avoir passé la quarantaine et avoir l'affectif d'un tout petit, ça me semble un peu étrange mais j'assume l'enfant que je suis resté même si pendant toutes ces années j'ignorais pourquoi je refusais de grandir et pourquoi j'étais en permanence en décalage avec le reste de mon entourage.

Des amis, j'en ai. Peu mais j'en ai. Par contre, me passer de mon nounours, ça je ne pourrai jamais. Je suis encore un bébé et je l'assume pleinement même si ce n'est pas facile tous les jours. C'est mon univers et il me protège des agressions que je subis au quotidien.
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Re: ASPERGER ET AGE

Message par thevenet-jean » Jeu Juil 03, 2014 18:59

et tu n'a pas recherché un nounours... vivant?
Si tu n'a personne de vivant pour jouer un rôle, tu joue un subterfuge à ton être profond qui reste seul..

as tu avec tes amis un véritable échange: affectif, avec de la tendresse ET DE L'INTIMITÉ?!

Car un échange intellectuel n'est pas complet; un enfant en meure si il n'a pas de câlins.. l'adulte (associé au mental discursif) qui est resté enfant aussi (dans ses besoins de partage et ses affects) meure parfois de cancer par exemple (voir "revivre" de Guy Corneau" page 26 qui cite les propos de Dean ORNISH "Love and survival")
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion

Re: ASPERGER ET AGE

Message par ApoFlo2034 » Jeu Juil 03, 2014 22:30

J'aime beaucoup l'image du chat. Ça défini plutôt bien ce que je ressens ;)
"Je ne l'ai jamais dit à personne, mais... j'ai toujours pensé qu'elles étaient des phares" To the Moon

Le Gardien des Rêves

Diagnostiqué autiste asperger
Avatar de l’utilisateur
ApoFlo2034
Passionné
 
Message(s) : 199
Inscription : Mar Mai 13, 2014 16:03
Localisation : Ile-de-France

Re: ASPERGER ET AGE

Message par caro2944 » Ven Juil 04, 2014 7:57

[code]Chez les NT, j'ai l'impression qu'aimer se traduit par une envie d'engueuler l'autre (envie de "baiser" l'autre ?). Les aspies sont des personnes "adorables" : toujours extrêmement gentilles, qui cherchent des contacts non agressifs. Donc j'ai l'impression que les NT disent "je t'aime" en engueulant l'autre, et ensuite en baisant.[code]

anonymous, je ne connais pas ton histoire, mais je pense que tu exagère. Les Nt ne sont pas l'ennemi. Et ils savent aimer eux aussi.
bien sur, chez certain, il y a toujours ce rapport "dominant/dominé", mais ce n'est pas le cas de tout le monde
mon mari était comme ça quand je l'ai connu. Il a appris à mon contact à simplement partager, selon chacun ses capacités.
Nous nous disputons rarement, car je ne cherche pas à le dominer, donc lui non plus.
caro2944
Enthousiaste
 
Message(s) : 46
Inscription : Lun Mars 31, 2014 7:16

Re: ASPERGER ET AGE

Message par caro2944 » Ven Juil 04, 2014 9:41

Il y a un livre très interressant qui aborde le sujet de la prise de pouvoir de l'un sur l'autre, en partant du principe que nous "volons" l'energie des autres, car nous sommes plus capable de nous connecter à la nature pour nous recherger naturellement en energie.
le lien pour le film qui est en libre diffusion

http://www.zone-telechargement.com/film ... vdrip.html

Pour le livre :

http://www.amazon.fr/La-proph%C3%A9tie- ... +des+andes
caro2944
Enthousiaste
 
Message(s) : 46
Inscription : Lun Mars 31, 2014 7:16

Re: ASPERGER ET AGE

Message par thevenet-jean » Ven Juil 04, 2014 11:53

Chez les NT, j'ai l'impression qu'aimer se traduit par une envie d'engueuler l'autre (envie de "baiser" l'autre ?). Les aspies sont des personnes "adorables" : toujours extrêmement gentilles, qui cherchent des contacts non agressifs. Donc j'ai l'impression que les NT disent "je t'aime" en engueulant l'autre, et ensuite en baisant. Dans cette histoire, les aspies ne comprennent pas ça, et donc se trouvent à interpréter l'engueulade d'un NT sur lui comme un rejet ... alors que c'est l'inverse.

C'est le mécanisme de la relation perverse narcissique qui est LE SEUL moyen "d'aimer" quand une névrose (se nier pour paraître un autre) interdit de s'aimer pour de vrai.
Les NT parviennent à mettre la perversion dans le lien relationnel, et ainsi à se protéger d'une relation perverse qui en reste au niveau des blagues ou des couches superficielles de la relation et consomme l'énergie du désir sans toucher en profondeur.
Peut-être y a-t-il une peur de l'autre qui est à l'origine de cette réaction chez les aspies.

C'est la même chose, sauf que les ASPIE éprouvent cette peur plus exclusivement dans le toucher qui ouvre la porte de la relation affective.

Chez les NT la peur "affective" siège à ce niveau tactile mais aussi et surtout dans ce qu'on peut dire ou "acter" symboliquement: elle siège déjà dans une communication prédictive réactive qui est pourtant censée être sur un tout autre sujet (tel l'échange d'information technique).
En gros, un NT a aussi peur de ce que vous pourrez lui dire par "maladresse" qu'un autiste aurait peur si un autre l'attrapait pour le serrer dans ses bras: peur d'oser s'aimer et du coup avoir besoin de l'autre et en dépendre..
la réaction qui évite cela est de rejeter l'autre à l'avance.. chez le NT cela se fait sur le plan de la relation jusqu'à que l'exutoire sexuel puisse être utilisé en évitant du coup l'approche affective (sexualité "écran" = se baiser pour éviter de s'aimer).

résultat quand on a besoin d'être aimé, ou besoin tout court: "on se fait.. baiser.."
Avatar de l’utilisateur
thevenet-jean
Passionné
 
Message(s) : 1321
Inscription : Lun Avr 07, 2014 8:42
Localisation : CILAOS 97413 Réunion

Re: ASPERGER ET AGE

Message par realTMX » Ven Juil 04, 2014 14:36

thevenet-jean a écrit :et tu n'a pas recherché un nounours... vivant?
Si tu n'a personne de vivant pour jouer un rôle, tu joue un subterfuge à ton être profond qui reste seul..

as tu avec tes amis un véritable échange: affectif, avec de la tendresse ET DE L'INTIMITÉ?!

Car un échange intellectuel n'est pas complet; un enfant en meure si il n'a pas de câlins.. l'adulte (associé au mental discursif) qui est resté enfant aussi (dans ses besoins de partage et ses affects) meure parfois de cancer par exemple (voir "revivre" de Guy Corneau" page 26 qui cite les propos de Dean ORNISH "Love and survival")


Non malheureusement. Aucun de mes amis ne peut être placé dans ce contexte là. Ils ne pourraient pas comprendre pourquoi je suis encore si immature et si attaché à mon enfance. Ils sont au courant pour mon SA et l'on accueilli mieux que je ne l'aurais pensé. Mais pour tout le reste, je ne leur dis rien car j'ai trop peur de les perdre. Ils ne sont même pas au courant de mon incontinence.

Par contre, ce qui me manque cruellement, c'est une nounou. J'en ai vraiment bien besoin. Elle pourrait me câliner, me consoler quand tout va mal, me raconter des histoires pour m'endormir. :cry:

Mon dieu, je suis si seul. :cry:
Parce que la différence doit être une force et non une peur
MAXXIMUM, la musique à son Maxximum (23/10/1989->05/01/1992)

Diagnostiqué autiste Asperger
Toutes mes compositions musicales sur Soundcloud
Retrouvez-moi sur Club 80
Avatar de l’utilisateur
realTMX
Passionné
 
Message(s) : 4873
Inscription : Mar Mai 27, 2014 18:28
Localisation : Missillac (44780)

Suivant

Retour vers ESPACE ASPERGER ADULTES

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité

cron