Page 1 sur 2

L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Jan 26, 2014 12:31
par Faucon Hobereau
J'ai l'impression que certaines personnes aiment se dire asperger. Je ne comprends pas cependant la motivation. Du fait qu'il y ai des aspies surdoués ? Pouvoir toucher une pension handicapé ? Autres ?

Je fais peut être fausse route, car en disant cela je juge aussi.

Vos avis seraient intéressant.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Jan 26, 2014 14:36
par Jhaal
C'est une possibilité.
Je ne suis pas certain qu'il s'agisse d'un effet de mode ou d'une manière de se rendre intéressant. Toutefois, il est clair que cela fait assez peu de temps que les TSA sont mis en lumière d'une manière qui permette au grand public d'accéder à l'information. de fait, toute une frange de la population qui se pensaient juste bizarre vont se tourner vers cette explication (à tord ou a raison) pour parvenir à définir leur fonctionnement.
Je ne sais pas qui touche une pension handicapé sur ce forum par exemple, mais il me semble que la proportion est faible. Je ne l'ai, pour ma part, même pas demandé et je ne compte pas le faite. J'ai un métier et je suis autonome pour l'instant. Bien entendu ça ne peut être e cas de tous.
Quant aux aspies surdoués, je ne comprend pas le lien. Tu penses que cela rassure les gens et qu'ils se disent que ça peut être valorisant d'être aspi parce-que, dans l'inconscient collectif, le syndrome d'asperger implique une intelligence supérieure ?

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Jan 26, 2014 14:55
par Anatheia
Je suis de l'avis de Jhaal. C'est un sujet qui est plus abordé de nos jours et un nombre important de gens se sentant en décalage, différents vont essayer de s'identifier au syndrome simplement pour mettre un nom à leurs difficultés. Ce sont des gens qui auront sans aucun doute vu un sujet très bref à la télévision et vont être persuadés que cela leur correspond et que leurs problèmes ont finalement un nom.

Pour l'allocation handicapé, cela m'étonne un peu puisque c'est quelque chose d'assez difficile à obtenir, non ? Il faut un diagnostic et ensuite il faut faire des démarches compliquées à la MDPH, je crois. De ce que ma mère me raconte (elle a cette allocation), c'est déjà très pénible pour un « vrai » handicapé à obtenir et il faut justifier que le handicap n'a pas miraculeusement disparu tous les x années.

Cela m'étonne qu'on puisse l'obtenir facilement.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Jan 26, 2014 15:01
par Faucon Hobereau
Tu penses que cela rassure les gens et qu'ils se disent que ça peut être valorisant d'être aspi parce-que, dans l'inconscient collectif, le syndrome d'asperger implique une intelligence supérieure ?

Je prends exemple sur moi même (si je n'étais pas aussi pessimiste sur ma personne) en me disant que comme je suis asperger et bien j'ai une part de "don" en moi qui me rends 'supérieur" par rapport aux autres. Je mets entre guillemets car je n'aime pas dire ou me faire croire supérieur aux autres, c'est même plutôt le contraire. Mais il y a peut être des personnes qui y trouve un certain plaisir ?

Je vais prendre mon cas (pas une généralité) je suis nul en tout sauf en ornithologie et sciences humaine, ainsi que l'informatique. Je suis à fond dans ce que j'aime et j'aime apprendre. Cependant quand j'étais petit à l'école je ne brillait pas par mon orthographe ni par ma logique, mais il semble qu'on disait que j'avais une forte imagination et maîtrisais la rédaction.

Pour ça que j'aime inventer des mondes, (surtout dans le domaine fantastique) et j'aime beaucoup les romans de Serge Brussolo ( écrivain français de science-fiction, de fantastique et de triller) qui arrivait à plonger ses lecteurs dans ses différents univers.

Néanmoins il est très facile peut être de développer des choses dans son esprit, mais plus difficile de les retranscrire par des mots, des paroles. Et je n'ai jamais brillé dans ces domaines. J'ai souvent des idées des propos intéressant mais je ne peu pas les partager, je n'y arrive pas et je suis assez maladroit.

J'aurais pu alors me dire "je suis Aspie, je suis un génie" et me sentir supérieur.

Voila pourquoi je pense que il serait facile pour certains d'en être fier car sentant leurs forts potentiel et supériorité.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Jan 26, 2014 18:16
par Jhaal
Je pense que ce que tu décris existe effectivement, même si on ne peut effectivement pas en faire une généralité.
Se sentir exclu parce-qu'on est diffère constitue une souffrance qui peut être en partie compensée si on se dit que ce sont les autres qui ont un problème et que s'ils sont incapables de nous comprendre c'est parce-qu'ils ne sont pas au niveau.
Je dois avouer que lorsque j'ai appris que j'étais "surdoué" en même temps que j'ai appris que j'étais aspi, cela m'a sans doute permis d'avaler la pilule.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Fév 02, 2014 1:41
par Red
Pour ma part, que je ne le sois ou pas (bien que j'ai demandé un rendez vous au CRA pour confirmation), cela m'aide a me dire "hey, tu n'es finalement pas seule, il y en a d'autres, qui, comme toi, sont considérés par les autres comme des bizarres, voir, ders monstres." C'est un réconfort indéniable. Etre seule alors qu'on est entouré, ça dévore, ça détruit. Physiquement et mentalement.
Je pense que pour ceux ayant des doutes, il est préférable de délaisser le stresse et l'angoisse au profit du savoir : après tout, si l'on est Asperger, soit, il y a un nom et éventuellement une aide; mais si l'on ne l'est pas, qu'importe, nous avons enfin trouvé un endroit, une petite communauté, qui nous ressemble. A mes yeux, c'est la meilleure des récompenses. Etre enfin comprise.

Après, l'effet Asperger = génie, je le trouves assez peu représentatif. Je ne referai pas un monologue sur la notion abstraite d'intelligence, etc... Mais, pour faire court, "ce n'est pas parce que nous sommes des hommes que nous avons tous une moustache."

Dire que c'est une mode, ou que c'est a but lucratif, je ne pense pas, ou, tout du moins, cela doit toucher une minorité imperceptible.
M'est avais que la raison première de ceux qui s'inscrivent sans avoir fait le diagnostique est de trouver du réconfort, des gens qui les comprennent sans devoir tout expliquer en vain.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Fév 02, 2014 18:00
par Jarod
Je dirais plutôt Redevable à Nana. :wink:

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Lun Fév 03, 2014 11:57
par Anatheia
(Merci Sternie.)

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Mars 30, 2014 22:39
par HkR
Pour moi il y a du bon et du mauvais, le bon c'est que quand on me dit "asperger" je suis content car je hais la société et je suis bien content d'avoir une petite différence (je me dis "j'ai un bon QI grâce à ça") par exemple, donc pour moi quand on me traite d'asperger je me dit "ils me disent que je suis intelligent" donc du coup sur le coup je suis content.
Mais parfois, quand je déprime du rejet et du mépris des autres, et quand je commence à croire que ma vie sera souillée de mépris (le soir notamment à cause du tercian qui me force à aller dormir), bah là je suis pas content et je me dis "maudit asperger !!" voilà, donc moi personnellement je comprends les gens qui se dise "je suis aspi yes" car je le fais aussi, mais je comprends aussi ceux qui sont triste de l'être aussi, du coup...
Voilà.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Lun Mars 31, 2014 10:51
par Sophie87
Je ne suis pas sûre que dans l'inconscient collectif Asperger = surdoué.
En tout cas dans mes relations, famille et travail, personne ne connait le terme.

Je suis pas certaine d'avoir le SA, mais je pense que oui. Ça soulage : je ne suis plus seule, j'appartiens à une communauté, des gens ont le même problème que moi, et arrive - ou non - à y faire face, en tout cas j'apprend des expériences des autres. Maintenant je sais ce qui m'arrive, je sais pourquoi on me trouve bizarre, et j'arrive mieux à me fondre dans mon environnement.

Donc, oui : "yes, je suis aspie". Car si je ne le suis pas, qu'est-ce que je suis ? Je n'ai trouvé aucune autre explication qui collerait, ce qui signifierait que je me retrouve seule et bizarre.

Néanmoins il est très facile peut être de développer des choses dans son esprit, mais plus difficile de les retranscrire par des mots, des paroles. Et je n'ai jamais brillé dans ces domaines. J'ai souvent des idées des propos intéressant mais je ne peu pas les partager, je n'y arrive pas et je suis assez maladroit.

Moi aussi. Je crois. Mais j'imagine que tout le monde pense avoir des idées intéressantes, non ? Enfin, avant non, je me sentais tout le temps nulle, mais ça va mieux maintenant.
Le fait de ne pas savoir communiquer ces idées c'est quand même bien problématique. Avoir des bonnes idées coincées dans son cerveau sans pouvoir les transmettre… est-ce que ça ne serait pas ça être stupide ?

Pour moi le SA est plus un handicap qu'un avantage.

Ça me fait penser à cette citation :
"N'oublie jamais qui tu es, car le monde ne l'oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t'en repentiras comme d'une faiblesse. Fais-t'en une armure, et nul ne pourra l'utiliser pour te blesser." Tyrion Lannister (écrit par George R.R. Martin)

C'est valable pour ceux qui sont aspi, bien sûr.

Pour ceux qui ne le sont pas mais qui font comme si… Est-ce que ça existe ? Je n'en vois vraiment pas l'intérêt…

PS : cool un fan de Brussolo ! Moi aussi je l'aime bien, mais ça fait longtemps que je n'ai pas lu de bouquins de lui (il faut dire que j'ai trouvé le meilleur écrivain du monde : Terry Pratchett !^^)

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Mer Avr 16, 2014 10:15
par Danselune
Bonjour,

je suis désolée d'avance si j'arrive un peu comme un cheveux sur la soupe, je n'ai pas trouvé d'espace "présentation" (ou mal cherché).
J'aimerais cependant réagir à ce sujet.

Edit : j'ai trouvé l'espace présentation, du coup plutôt que de polluer je vais couper/coller une partie de ma réponse dans présentation, plutôt que de paraphraser...

(...)
Alors vraiment, en me reconnaissant dans les descriptions et témoignages sur l'Asperger (le dernier sur le blog de Emoi Emoi Aspergirl), j'en étais presque soulagée, même si je ne suis pas sûre d'avoir réellement le syndrome d'Asperger, ça me paraît pourtant comme une évidence, ça expliquerait tellement de choses...Et me redonnerait peut-être confiance en moi. J'ai fait les tests que j'ai trouvé sur le net juste pour voir, mais je suppose que leur fiabilité est toute aussi relative que les tests de QI qu'on peut y trouver. Plus je me renseigne, plus je suis convaincue de rentrer dans cette "case", alors OUI, si il s’avérait que je suis dans le vrai : ce serait un soulagement pour moi (de savoir que je ne suis pas seule, et aussi de trouver des explications a des évènements passés qui me restaient en travers).

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Sam Avr 26, 2014 9:11
par Aline
Il y a en effet une mode depuis quelques années, dans les séries notamment, qui consiste à mettre en lumière un personnage hors norme, aussi brillant dans son domaine que démuni sur le plan social.
Ils ne sont pas tous conçus pour incarner le SA, loin de là, mais un ou plusieurs traits de leur personnage y fait penser, ne serait-ce que dans l'imaginaire populaire.

Je pense notamment à :
- Dr Reid dans Esprits Criminels
- Dr House
- Sherlock (série récente BBC)
- Bones
- Profilage
- Perception
- Touch (qui, pour le coup, traite de l'autisme sous sa forme lourde)
- Monk

C'est donc à travers leurs talents supposés que l'on fait passer les Asperger pour des ordinateurs sur pattes.
Mais il en est qui n'ont pas découvert de talent en eux, soit parce qu'ils n'en ont pas eu l'occasion ou parce qu'ils ne s'en sentent pas capables simplement.

Etre Asperger n'est pas un costume de super-héros que l'on peut enfiler à loisir et déposer quand on est fatigué. C'est parfois une torture intérieure.

Ceci dit, Rudy Simone qui a écrit L'Asperger au féminin encourage à voir le SA comme un talent, un don particulier qui permet de ne pas percevoir les choses comme tout le monde. Je suis assez d'accord.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Avr 27, 2014 4:50
par soupline
Aline a écrit :C'est donc à travers leurs talents supposés que l'on fait passer les Asperger pour des ordinateurs sur pattes.
Mais il en est qui n'ont pas découvert de talent en eux, soit parce qu'ils n'en ont pas eu l'occasion ou parce qu'ils ne s'en sentent pas capables simplement.


Pas d'accord la dessus. Je pense que si on n'a pas de talent, on n'est pas asperger.
Un des symptomes pour être asperger et d'avoir des centres d'interets restreints.

Les 3 centres d'interets les plus communs que j'ai observé sont le dessin, l'informatique et la musique. Curieusement, j'ai jamais croisé un individu qui possédait plusieurs domaines de prédilections à la fois.

edit : bonne nouvelle, je viens de lire tes nouveaux posts, apparemment tu es dans la catégorie dessin
*aime bien ranger les gens dans des cases*

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Avr 27, 2014 12:04
par Aline
Je comprends ce que tu veux dire, mais je distingue pour ma part 'intérêt restreint' et 'talent médiatiquement sexy'.

A la télévision, les talents mis en valeur tournent tous autour du savoir encyclopédique, de la recherche d'indices, de la médecine, des nombres, etc. Ce sont majoritairement des intérêts restreints utiles à la résolution d'enquêtes, scénario oblige.
Mais les Asperger peuvent à mon avis avoir des intérêts restreints qui n'ont rien d'un talent aussi sexy que ceux-là.

Celui qui fait une fixation sur les timbres du XXe siècle ou les films d'arts martiaux ne se sentira pas particulièrement 'doué', dans aucun domaine que ce soit, car son intérêt restreint ne sert pas et ne peut pas être utilisé par les NT comme un outil affûté et plus efficace que les autres.

De plus, le livre de Rudy Simone cite un témoignage d'Aspie qui n'a aucun talent particulier, et qui n'est pas la seule. L'apprentissage peut être freiné par le contexte social et culturel, des problèmes de traitement sensoriel ou encore la propension à se fermer une fois soumis à la pression des autres. Donc, certains Aspie passent simplement à côté de leur éventuel talent, et sont pourtant diagnostiqués.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Avr 27, 2014 18:32
par soupline
[Talent : Le talent est une aptitude particulière dans une activité humaine.]
Un interet restreint conservé pendant suffisamment longtemps permet de développer des aptitudes donc je considère les centre d'interet restreint chez les asperger comme un synonyme de boite à talents.

Attention, un talent existe sans avoir aucune notion de "médiatiquement sexy".

Dans certaines séries télé (sherlock, house), le personnage est indispensable puisqu'il est le seul à posséder le talent pour résoudre intrigue.
Dans certaines séries télé (the big bang theory, the it crowd (qui sont 2 sitcoms)), il n'y a pas d'intrigue et donc le talent est inexploité.

Dans les deux cas, ce qui retient le public (le fameux 'médiatiquement sexy') n'est pas le talent seul. Ce qui retient le public, c'est la personnalité du personnage.

Les personnalités sont créées par les scénaristes, pas par le syndrome. Or le talent du scénariste c'est de crée du sexy pour le public alors il va toujours cumuler le talent avec une personnalité qui plait. Dans la vraie vie, le cumul des deux n'est pas automatique.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Avr 27, 2014 19:22
par Aline
soupline a écrit :[Talent : Le talent est une aptitude particulière dans une activité humaine.]
Un interet restreint conservé pendant suffisamment longtemps permet de développer des aptitudes donc je considère les centre d'interet restreint chez les asperger comme un synonyme de boite à talents.

Evidemment. Reste que certains Asperger, certes minoritaires, n'en ont aucun (je n'en ai jamais rencontré personnellement, mais enfin il s'agit de témoignages auxquels je décide de croire). Donc l'équation que tu citais plus haut :
soupline a écrit :Je pense que si on n'a pas de talent, on n'est pas asperger.

...ne tient pas dans tous les cas, tout comme les autres stéréotypes d'ailleurs (Aspie = pas de téléphone, pas de mensonge possible, pas d'imagination etc). Le spectre autistique est bien trop vaste pour le délimiter ainsi.

soupline a écrit :Dans certaines séries télé (sherlock, house), le personnage est indispensable puisqu'il est le seul à posséder le talent pour résoudre intrigue.
Dans certaines séries télé (the big bang theory, the it crowd (qui sont 2 sitcoms)), il n'y a pas d'intrigue et donc le talent est inexploité.

Dans les deux cas, ce qui retient le public (le fameux 'médiatiquement sexy') n'est pas le talent seul. Ce qui retient le public, c'est la personnalité du personnage.

Les personnalités sont créées par les scénaristes, pas par le syndrome. Or le talent du scénariste c'est de crée du sexy pour le public alors il va toujours cumuler le talent avec une personnalité qui plait. Dans la vraie vie, le cumul des deux n'est pas automatique.

Tout à fait d'accord avec toi là-dessus. C'est la loi des médias : un personnage doit être adoré ou détesté, ou les deux. Ces personnages contribuent néanmoins à brosser un portrait faussé, quoique sympathique comme le dit Sternburg, de l'autisme en général et du SA en particulier. D'où l'effet de mode.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Dim Avr 27, 2014 19:54
par soupline
(je n'en ai jamais rencontré personnellement)

idem

Ces personnages contribuent néanmoins à brosser un portrait faussé, quoique sympathique comme le dit Sternburg, de l'autisme en général et du SA en particulier. D'où l'effet de mode.

Je ne sais pas si on peut appeler ça un portrait faussé. Il y a des gens qui s'en rapprochent beaucoup et d'autres non.

C'est similaire pour les autres personnages du film, on peut très bien avoir un personnage principal qui est un quarterback américain super talentueux en sport mais complétement con. Pourtant tous les quaterbacks ne sont pas complétement cons. Il y en a qui le sont et d'autres non.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Lun Avr 28, 2014 9:53
par Faucon Hobereau
soupline a écrit :Pas d'accord la dessus. Je pense que si on n'a pas de talent, on n'est pas asperger.
Un des symptomes pour être asperger et d'avoir des centres d'interets restreints.


Talent et centres d’intérêts restreints ne sont pas forcément la même chose, Soupline. De plus tout les Aspergers n'ont pas forcément un talent particulier.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Ven Mai 09, 2014 23:39
par FemmeAspie
Mes 2 sous: si t'es bete, tu ne peux pas etre Aspie. La majorite d'entre nous (je dirais meme plus: tous) ont une intelligence superieure. Ca ne veut pas dire que nous reussissons tous une super vie pro - anxiete, problemes sociaux, hypersensitivites jouent un mechant frein. Ceux qui reussissent laissent leur trace. La psy qui m'a diagnostique m'avait dit que il y a de plus en plus de nouvelles technologies grace a des Aspies qui se font competition entre eux. Dans le passe les Aspies etaient surtout des scientifiques, maintenant ils sont plutot dans les ordis.

Re: L'effet de mode "Je suis aspie ? Yes !"

Message Publié : Mar Juin 17, 2014 10:11
par Vadelma
C'est exactement pour cela que je n'ai jamais fait les démarches pour un diagnostique. Il est vrai qu'on entend beaucoup plus parler du SA qu'avant et que ça nous fait automatiquement nous poser des questions. Je m'en posais avant d'en avoir entendu parler, mais je pensais juste être un peu précoce et pas sociable. Après tout, ça arrive.
Maintenant quand je lis les autres critères depuis quelques années ... ce n'est pas "juste un peu précoce". Mais il se peut que je sois tout simplement un peu "différente" et pas spécialement Aspie.

Ca rend compliqué le fait de faire les démarches, en fait. Les psychiatres et compagnie doivent avoir une foule de gens qui se pensent Aspie, et j'ai pas envie qu'on m'envoie chier ou qu'on se moque de moi, qu'on minimise tout ce que je dis (comme mes parents l'ont toujours fait, par exemple).