Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Espace libre de discussion.

Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par kevinjo » Mer Mai 05, 2010 11:33

Bonjour.
Nous nous connaissons pas. c'est la première fois que je m'exprime dans ce forum car, c'est aussi la première fois que je me trouve bien dans un forum dont je comprends les discutions.

Je n'aime pas raconter ma vie car j'ai 52 ans et je l'ai raconté tellement de fois que je ne suis pas en mesure de le répéter encore et encore. il est possible qu'après quelques temps, en nous connaissant mieux, ma langue ce délie et je me met à parler de moi entre deux lignes.

Ce dont je veux parler, c'est le ressentiment de ce mal être depuis ma tendre enfance et que je n'ai pas trouvé des personnes sincères pour me comprendre.

Enfant je me bagarrais pour défendre mon intégrité et celle des personnes innocentes. Dès que je voyais une injustice et que la personne ne se rendait pas compte du mal qui faisait aux autres, je lui faisais mal physiquement pour qu'ils s'en rende compte. Je peux même dire que je faisais cela presque, pour le bien de la personne malfaisante, sans aucune haine.

Donc, de cette façon je me faisais respecter et parfois admirer, par ma sincérité. Mais cela ne me satisfaisait pas entièrement parce que la réaction des malfaisants était plus que ma volonté de mettre fin à tout cela.

Je vous passe et les meilleurs concernant mes échecs scolaires et autres, tout en faisant des choses extraordinaire qui étonnais et étonne encore beaucoup de monde, sans soulager mon moi intérieur.

Je ne sais pas si je suis ASPI ou pas et je voudrais ni pourrais le savoir. Car pour ma part, la détection des symptômes ASPERGER à mon age je n'y crois ni possible, ni faisable et/ou ni souhaitable.

Cependant, voici quelques questions que je me pose depuis toujours sans avoir des réponses satisfaisantes?

A qui faire confiance ?
A combien de personnes dois-je raconter ma vie en espoir de trouver la meilleur réponse à mon malêtre chronique.
Est-ce que les personnes qui pratiquent ces détections sont à même de ressentir les souffrances d'une personne différente reconnu sous le nom d' ASPERGER.
Comment connaître la bonne foie de personnes soit disant, savants.
Et si le mot ASPERGER n'était (encore une fois) qu'une manière de catégoriser les personnes pour mieux les compartimenter, pour le respect du sacré saint « de la socialisation ».
La socialisation, ne serait-il pas qu'une codification pur et simple créé de toute pièce, afin de faire obéir sans penser et sans poser de question. Du même genre que les mots vides de sans comme, l'intégration, l'assimilation, l'identité, valeur, croyance, …...
Ces concepts ne ressemblent-ils pas étrangement à un jeu qu'on appelle « JACQUES A DIT »?
N'est-ce pas la dénaturalisation de la pensé humaine et sa réduction à des signes sociales reconnus et pré-établies, qui est la cause de ce mal être de plus en plus rependues chez les êtres les plus pensantes ?

Autant de questions qui excluent automatiquement, la plupart des gens qui osent penser et poser des questions.

Je vais parler de quelques règles simples et pré-établies, durement exigibles sans lesquels la personne pensante est immédiatement mise à l'écart et durement sanctionnée.

Dire bonjour, bonsoir ou au revoir, Etc, pour débuter ou continuer une intégration sociale.
Est ce que en disant bonjour ou bonsoir on est sûr que la journées ou la soirées de l'interlocuteur sera meilleur ? Ou en disant au revoir la personne visée est assurée de notre bonne foie, qu'on tient vraiment à le revoir ?

N'est il pas plus facile de faire en sorte que la journée ou la soirée soient vraiment agréable pour la personne à qui on propose notre sincérité, au lieux d'en parler ?

Et si on n'est pas capable de faire cela, à quoi sert ce souhait qui peut engager des personnes de bonne foie ?

Et si le soit-disant « Phénomène ASPERGER » n'est qu'une réaction naturelle ou révolutionnaire humaine, refusant ces règles inutiles et aliénatrice qui les préparent à la docilité pour mieux être gouverner.

Qui a raison ? Qui a tord ?
Ceux qui ont créé les règles, les religions, les dogmes, les valeurs, ceux qui acceptent ces règles sans broncher ou, ceux qu'ils les refusent et posent des antithèses.

Car, rien de tout ça n'a jamais apporté le « BONHEUR » dont nous en raffolons tous.
kevinjo
Nouveau
 
Message(s) : 15
Inscription : Lun Mai 03, 2010 15:57
Localisation : France

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par omega » Mer Mai 05, 2010 12:13

Bonjour et bienvenue! :)

kevinjo a écrit :(...) c'est aussi la première fois que je me trouve bien dans un forum dont je comprends les discutions.

Ah, toi aussi? :D

A qui faire confiance ?

Je dirais: à toi & ton jugement avant quiconque d'autre.
Partant de là, tu sauras à qui faire confiance ou pas. :)

Car, rien de tout ça n'a jamais apporté le « BONHEUR » dont nous en raffolons tous.

Le bonheur, c'est en soi qu'on le trouve.
Personne, ni gourou ni psy ni savant ne peut nous l'apporter... ceux qui le croient sont naïfs, et ceux qui le font croire sont des imposteurs.
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par kevinjo » Mer Mai 05, 2010 12:59

Merci pour ces réponses. :D
Mais, cela est loin de me consoler.
ce n'est pas que je ne connaissais pas ces réponses mais comment les réaliser. :roll:
kevinjo
Nouveau
 
Message(s) : 15
Inscription : Lun Mai 03, 2010 15:57
Localisation : France

Message par sam » Mer Mai 05, 2010 15:28

Hey kevinjo,

a mon avis ce que tu te poses comme question et probablement nous tous ici et tout ceux qui se sentent un peu a part des autres en general, c est comment etre heureux. Et parce que les NT se sentent "normaux" ils sont, je trouve, beaucoup moins reflexifs sur leur vie et se "laissent aller" sans se demander quoi faire de leur vie ou qu est ce que le bonheur.

Tu vois, je pense que notre "difference" est un atout, elle nous oblige a nous poser des questions et a ne pas se laisser porter par le flot de la vie.

Ces questions m ont fait prendre beaucoup de directions ces derniers mois, entre PNL, coaching perso, hypnose, bouddhisme, toutes les idees sont bonnes et la vie a des couleurs que je ne realisais pas.

Comme l a dit omega, c est en soi que l on trouve le bonheur, en sa facon de voir le monde, pas en attendant qu un psy vous dise que vous allez bien (ca arrive ca d ailleurs ????). Il n y a pas (heureusement) d echelle du bonheur ou de points quand on a quelque chose. Ce depend uniquement de sa propre perception. Heureux les pauvres d esprit disait l autre, il avait pas forcement tort ...
Si on prend le temps d apprecier les petites choses de la vie, celles que l on a deja (un repas, une journee a faire du sport au soleil, aider un ami a demenager, ...) notre sentiment de satisfaction s en trouve renforcer, et c est ca le bonheur pour moi, et non la quete d un ideal ou d un bien qu on aura jamais ou eventuellement dans 15 ans.... J aime bien avant me coucher, trouver 3 choses qui ont faites que ma journee a ete agreable. Cest facile, ca me fait sourire en y repensant, et je dors appaise, et pas en pensant aux problemes que j aurai le lendemain avec mes clients et mes programmes qui vont me prendre la tete !
Neanmois cela ne veut pas dire pour etre heureux vivons caches, donner un peu de soi aux autres quand on le peut, est tellement enrichissant. De plus en plus d etudes tendent a prouver que les altruistes se sentent plus heureux que les egoistes.
sam
Regulier
 
Message(s) : 86
Inscription : Ven Mars 05, 2010 14:33
Localisation : Munich

Message par ISIS » Mer Mai 05, 2010 17:51

sam a écrit :a mon avis ce que tu te poses comme question et probablement nous tous ici et tout ceux qui se sentent un peu a part des autres en general, c est comment etre heureux. Et parce que les NT se sentent "normaux" ils sont, je trouve, beaucoup moins reflexifs sur leur vie et se "laissent aller" sans se demander quoi faire de leur vie ou qu est ce que le bonheur.


tres interessant, comme d'hab, sur ce forum
:)
sam a écrit :Tu vois, je pense que notre "difference" est un atout, elle nous oblige a nous poser des questions et a ne pas se laisser porter par le flot de la vie.

atout ou handicap, y'a du plus et moins, comme dans tout (ou presque), enfin, c'est ce que je pense :p

sam a écrit :pas en attendant qu un psy vous dise que vous allez bien (ca arrive ca d ailleurs ????).


oui, la mienne m'a plus ou moins dit ça sur moi... mais je pense que je suis aussi assez douée pour cacher ma souffrance, quelquefois, inconsciemment ou malgré moi...

sam a écrit :Il n y a pas (heureusement) d echelle du bonheur ou de points quand on a quelque chose. Ce depend uniquement de sa propre perception.


ou plutôt, de ses propres valeurs, je pense...

sam a écrit : Heureux les pauvres d esprit disait l autre, il avait pas forcement tort ...
[...]( De plus en plus d etudes tendent a prouver que les altruistes se sentent plus heureux que les egoistes.

j'ai aussi vu ça aussi... ah, si seulement...
femme, IDF
ISIS
Passionné
 
Message(s) : 242
Inscription : Jeu Avr 29, 2010 1:45
Localisation : France

Message par kevinjo » Mer Mai 05, 2010 18:17

sam a écrit :Hey kevinjo

C'est bon déjà d'entendre écrire quelqu'un Hey au lieu de bonjour ou bonsoir. Ça casse les règles établies. ça me convient parfaitement.

sam a écrit :Tu vois, je pense que notre "difference" est un atout, elle nous oblige a nous poser des questions et a ne pas se laisser porter par le flot de la vie.

Oui et 100 fois oui. Mais on nous le fait payer très cher sans que les différents puisse se défendre et faire connaitre cette importance qui est la différence, qui est pourtant le gagne pain de beaucoup de profiteurs sans vouloir partager ces miettes avec ceux qui les enrichissent avec et par leurs différences.

omega a écrit :Comme l a dit omega, c est en soi que l on trouve le bonheur

Je n'en disconviens pas. c'est l'évidence même et je le remercie de me le rappeler une fois de plus. Cela est nécessaire de l'entendre de mainte fois.

Mais moi ce que je veux me faire comprendre à travers les autres, c'est de dire que la codification du monde et la socialisation à outrance, est bon pour ceux qu'ils les acceptent telle quelles. Pas pour des personnes qui ont une envie presque vitale de secouer les choses.

Oui vitale, pour des personnes qui pansent. Comme des abeilles qui produisent du miel, des papions et les insectes qui pollenisent, les Rinoceroses qui éteignent le feu.

Ce que je dit c'est que le fruit de la pansé différente puissent aussi profiter à ceux qui sont les instigateurs et créent ces richesses.

On oublie ceux qui alimentent avec leurs différences le bien être de la société et remplir la poche des personnes qui n'ont ni les moyens intellectuels et ni l'envie de se fatiguer. Sans le moindre remord et sans le moindre de reconnaissance.

C'est bien cela qui est la cause des malheurs des personnes pensantes qui partagent tout ce qu'ils possèdent c'est à dire leurs pensés et leurs sincérité pour le bien des autres et cela, sans compter.

Voila la source de ma tristesse.
kevinjo
Nouveau
 
Message(s) : 15
Inscription : Lun Mai 03, 2010 15:57
Localisation : France

Message par ISIS » Mer Mai 05, 2010 19:33

hello kevin !

avant de commenter le reste, pourrais-je te demander si tu es avec quelqu'un ou l'as été ?
femme, IDF
ISIS
Passionné
 
Message(s) : 242
Inscription : Jeu Avr 29, 2010 1:45
Localisation : France

Message par kevinjo » Mer Mai 05, 2010 20:00

ISIS a écrit :hello kevin !

avant de commenter le reste, pourrais-je te demander si tu es avec quelqu'un ou l'as été ?


Oui je vie depuis 28 ans et marié avec la même femme. J'ai 2 enfants 26 ans et 21 ans (fille et garçon).
kevinjo
Nouveau
 
Message(s) : 15
Inscription : Lun Mai 03, 2010 15:57
Localisation : France

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par Gainsbourg » Mer Mai 05, 2010 21:29

kevinjo a écrit :Cependant, voici quelques questions que je me pose depuis toujours sans avoir des réponses satisfaisantes?

Bonjour Kevin ! Je vais essayer de répondre à quelques unes de vos questions !

kevinjo a écrit :A qui faire confiance ?
Tout dépend du niveau de confiance recherchée. La confiance totale ne doit être donnée à personne : nous sommes tous humains et même le plus capable d'entre nous a ses limites, que l'on en soit conscient ou pas.

kevinjo a écrit :A combien de personnes dois-je raconter ma vie en espoir de trouver la meilleur réponse à mon malêtre chronique.
à autant de personnes qu'il faut jusqu'à ce vous obteniez une réponse suffisante ou jusqu'à ce que vous voyez fatigué d'être déçu.

kevinjo a écrit :Est-ce que les personnes qui pratiquent ces détections sont à même de ressentir les souffrances d'une personne différente reconnu sous le nom d' ASPERGER.
Les ressentir, non. Ils ne peuvent vous percevoir qu'à travers leur ressenti et il est bien différent du vôtre. Ils peuvent broder, imaginer mais ils seront presque toujours à côté de la plaque.

kevinjo a écrit :Comment connaître la bonne foie de personnes soit disant, savants.
Je ne sais pas ce que vous considérez comme étant de bonne foi ou qui sont les savants à vos yeux.

kevinjo a écrit :Et si le mot ASPERGER n'était (encore une fois) qu'une manière de catégoriser les personnes pour mieux les compartimenter, pour le respect du sacré saint « de la socialisation ».

Non, c'est fortement héréditaire et on peut observer un développement différent de certaines parties du cerveau. Il peut y avoir des diagnostics abusifs mais c'est une vraie caractéristique (pas trouvé de meilleur mot pour remplacer maladie.)

kevinjo a écrit :La socialisation, ne serait-il pas qu'une codification pur et simple créé de toute pièce, afin de faire obéir sans penser et sans poser de question.
C'est une codification pure et simple créée de toute pièces afin de faciliter les intéractions sociales. C'est un peu comme un langage informatique : il y a le code de base, les 0 et les 1 avec lesquels il n'est pas évident de programmer, et les langages plus complexes type java, C, etc. Les langages complexes ont été créés de toute pièce pour pouvoir programmer presque sans penser et sans se poser de question sur l'essence même de l'exécution du programme.

kevinjo a écrit :N'est-ce pas la dénaturalisation de la pensé humaine et sa réduction à des signes sociales reconnus et pré-établies, qui est la cause de ce mal être de plus en plus rependues chez les êtres les plus pensantes ?
Les êtres les plus pensants souffrent plutôt de l'isolation, de l'absence de pair, du manque de miroir, d'obstacle à partir desquels ils pourraient se construire une personnalité plus solide. C'est juste une des nombreuses interprétations possibles mais c'est également une de celles que je préfère.

kevinjo a écrit :Dire bonjour, bonsoir ou au revoir, Etc, pour débuter ou continuer une intégration sociale.
Est ce que en disant bonjour ou bonsoir on est sûr que la journées ou la soirées de l'interlocuteur sera meilleur ? Ou en disant au revoir la personne visée est assurée de notre bonne foie, qu'on tient vraiment à le revoir ?

Les formules usuelles type bonjour/bonsoir sont simplement un signe que l'on souhaite démarrer/terminer une conversation. Le sens des mots composants ces formules sont choisis pour leur caractère agréable qui facilite l'échange. C'est le côté social de ces formules qui compte et non leur interprétation purement logique.

kevinjo a écrit :N'est il pas plus facile de faire en sorte que la journée ou la soirée soient vraiment agréable pour la personne à qui on propose notre sincérité, au lieux d'en parler ?

Non car l'investissement personnel demandé est alors bien trop important et l'échange n'est plus efficace d'un point de vue énergie sociale dépensée/énergie sociale reçue.
La sincérité est de dire "bonjour" en pensant "je veux entamer une conversation tout en n'étant pas désagréable et en utilisant un code social reconnu pour que tu ne dépenses pas de l'énergie à comprendre ce que je veux dire".



J'espère vous avoir un peu aidé et ça me ferait plaisir que vous ayiez d'autres questions.
Et bien sûr, c'est un simple point de vue de Gainsbourg, avec ses défauts et ses qualités, et je pourrais en changer demain si des informations pertinentes me font penser que j'avais mal compris certains concepts.

Au revoir/ à bientôt :D
Gainsbourg
Passionné
 
Message(s) : 253
Inscription : Ven Jan 29, 2010 13:09
Localisation : Paris

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par kevinjo » Mer Mai 05, 2010 23:03

Merci Gainsbourg, pour ces réponses.

Il est possible que vous trouviez mes propos exagérés ou défaitistes. Et que vous vouliez de façon très constructive me donnez les codes nécessaires pour me familiariser avec la vie "normale".

Mais si vous avez l'intime conviction dans vos affirmations, les problèmes sont réglés et le malêtre doit disparaitre de lui même en cliquant du doit.

Si cela était possible d'aussi facilement ça se saurait non ?
Le monde serait facile à comprendre pour tous de façon la plus uniforme.

Vous avez comparé les codifications sociales avec des langages de programmation comme le C, Java. Étant programmeur non pas dans ces langages mais en php qui a des similitudes avec le C. ces langages ne vous permettent aucune nuance ni erreur. Si vous mettez ne serait ce qu'un point de plus ou de moins dans les codes, le programme n'est plus fonctionnel. vous le savez bien.

Quel rapport avec un bonjour ou bonsoir qui peu être nuancé par un mimique ou un ton différant. Sans dire bonjour, le jour peut être bon ou pas alors que, une code mise à mauvaise endroit peut rendre tout le programme inutilisable.

Je vous dit encore, je suis réellement enchanté de votre intervention pour me venir en aide.

Mais laissez moi d'être dubitatif sur les métaphores que vous avez choisi pour appuyer votre théorie.

Les langages de programmation les chiffres le mathématique, la physique sont la logique pure jusqu'à ce qu'on ne prouve le contraire.

Les codification sociales font partie de la culture, croyance, l'identité, les valeurs. au mieux de la science humaine. Il sont facilement discutable.

Ce que je veux dire en disant l'inutilité de ces codifications, ce n'est pas parce que je suis en mesure de ne pas les pratiquer. Ou que je suis forcement une personne mal élevé. c'était uniquement pour donner un exemple simple et basique afin de me faire penser à l'inutilité d'une partie des codifications imposées de façon automatique.

Je voulais aussi de cette façon parler de la socialisation forcées qui se pratique par exemple dans les entreprises soit disant "performantes".

Toutes les réponses à ces questions ne sont pas faciles et vous le savez. Moi ce que je dit c'est de pouvoir bousculer sans violence ces règles sans craindre d'être pris pour un inadapté.

Encore une fois merci pour votre intervention. Ça permet de voir tous les points de vues est faire un trie de tout cela.

Cordialement
Kevinjo
kevinjo
Nouveau
 
Message(s) : 15
Inscription : Lun Mai 03, 2010 15:57
Localisation : France

Message par ISIS » Mer Mai 05, 2010 23:29

"le jour peut être bon ou pas " : c'est juste un voeu, non ? ^^
femme, IDF
ISIS
Passionné
 
Message(s) : 242
Inscription : Jeu Avr 29, 2010 1:45
Localisation : France

Message par kevinjo » Mer Mai 05, 2010 23:35

ISIS a écrit :"le jour peut être bon ou pas " : c'est juste un voeu, non ? ^^


Oui bien sûr c'était juste un exemple simple pour faire réfléchir sur l'ensemble des codifications sociales et la difficulté de certains humains afin de se faire acceptés par la société.
kevinjo
Nouveau
 
Message(s) : 15
Inscription : Lun Mai 03, 2010 15:57
Localisation : France

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par Gainsbourg » Mer Mai 05, 2010 23:38

Bonsoir Kevinjo !

kevinjo a écrit :Il est possible que vous trouviez mes propos exagérés ou défaitistes. Et que vous vouliez de façon très constructive me donnez les codes nécessaires pour me familiariser avec la vie "normale".
Je ne les ai pas encore lus mais s'ils sont comme les précédents, ils ne sont ni exagérés ni défaitistes. Il y a juste une très forte envie de modéliser le monde qui nous entoure (à mon avis.) Et à travers mes réponses je ne fais que présenter ma rationalisation des phénomènes sociaux qui m'entourent et que j'ai toujours du mal à comprendre. Je me pose des questions similaires aux vôtres depuis longtemps et les débuts de réponse que je vous offre sont celles que j'ai développées pour mon usage personnel. à mon avis, en vous répondant, je cherche autant à structurer mon point de vue qu'à le partager avec vous.


kevinjo a écrit :Mais si vous avez l'intime conviction dans vos affirmations, les problèmes sont réglés et le malêtre doit disparaitre de lui même en cliquant du doit.
Déjà je n'ai aucune intime conviction car cette attitude m'a trop souvent trahie. Disons que je suis un mathématicien qui a accepté la théorie du chaos et qui fonctionne avec des probabilités et non des certitudes. De même qu'un physicien quantique qui calcule la probabilité qu'un électron se trouve à tel endroit de son orbitale atomique.
Dans les sciences dures comme dans la vraie vie, on se rapidement compte qu'à partir d'un certain niveau les certitudes claires disparaissent et ne nous permettent plus de comprendre les problèmes étudiés. Il faut alors atteindre un autre niveau d'abstraction.

kevinjo a écrit :Si cela était possible d'aussi facilement ça se saurait non ?
Le monde serait facile à comprendre pour tous de façon la plus uniforme.

Ce n'est justement pas facile, même pour les NTs, et l'apprentissage du monde social chez les aspies est bien plus lent car nous devons traduire plusieurs fois les informations qui nous parviennent pour pouvoir les comprendre. Les NTs font ça instinctivement mais ont souvent du mal et ont leur quota de dépressifs.

kevinjo a écrit :Vous avez comparé les codifications sociales avec des langages de programmation comme le C, Java. Étant programmeur non pas dans ces langages mais en php qui a des similitudes avec le C. ces langages ne vous permettent aucune nuance ni erreur. Si vous mettez ne serait ce qu'un point de plus ou de moins dans les codes, le programme n'est plus fonctionnel. vous le savez bien.
Je sais bien que ces langages ne permettent pas d'erreurs ou de marge d'erreur par contre la programmation que vous faîtes permet d'introduire des zones d'erreur ou plutôt des zones de tolérance. Pour qu'une condition soit vérifiée, au lieu de X==7, vous pouvez utiliser X>0 && X<100 (javascript)
Reporté au monde social, pour initier une conversation on peut avoir une tape sur l'épaule, un sourire, "coucou", "bonjour", "salut", "hé toi", etc etc.

kevinjo a écrit :Quel rapport avec un bonjour ou bonsoir qui peu être nuancé par un mimique ou un ton différant. Sans dire bonjour, le jour peut être bon ou pas alors que, une code mise à mauvaise endroit peut rendre tout le programme inutilisable.

Non, le bonjour/bonsoir/mimique ne sont que des entrées et c'est le programme social qui est en nous et que l'on acquiert à fur et à mesure qui interprète ces données comme étant une valeur signifiant "initialisation normale d'une conversation".
Par exemple, initiation d'une conversation est le test ( X > 45 && X < 70).
Et bonjour = 46, bonsoir = 47, mimique = 48, etc.

kevinjo a écrit :Mais laissez moi d'être dubitatif sur les métaphores que vous avez choisi pour appuyer votre théorie.
Il m'arrive souvent de mal m'exprimer et parfois je me trompe complètement. Mais mon égo, si tant est qu'il existe, préfère penser qu'il s'agit le plus souvent du premier cas.

kevinjo a écrit :Les langages de programmation les chiffres le mathématique, la physique sont la logique pure jusqu'à ce qu'on ne prouve le contraire.

Les codification sociales font partie de la culture, croyance, l'identité, les valeurs. au mieux de la science humaine. Il sont facilement discutable.

Au contraire :D Les spécialistes des réseaux informatiques ont découvert énormément de similarités entre le fonctionnement de leurs réseaux, des réseaux en général et des réseaux sociaux. Ce n'est qu'un simple mais si vous avez envie de voir et comprendre le fonctionnement social des êtres humains du point de vue des réseaux vous pourriez lire ds livres sur les réseaux ou sur l'intelligence artificielle.
La logique pure est bien présente mais elle est bien plus subtile que les maths que l'on apprend en général.

kevinjo a écrit :Ce que je veux dire en disant l'inutilité de ces codifications, ce n'est pas parce que je suis en mesure de ne pas les pratiquer. Ou que je suis forcement une personne mal élevé. c'était uniquement pour donner un exemple simple et basique afin de me faire penser à l'inutilité d'une partie des codifications imposées de façon automatique.

Je comprends bien cette perplexité face à certains caprices du monde social mais quand on y réfléchit un peu plus ces particularités ont souvent une raison, voir même sont souvent des solutions élégantes face à un problème précis, mais ces codes prennent place dans une dynamique sociale et il faut avoir conscience de la plupart de ces éléments pour comprendre ce qui n'est pas toujours mon cas.

kevinjo a écrit :Je voulais aussi de cette façon parler de la socialisation forcées qui se pratique par exemple dans les entreprises soit disant "performantes".
Cette socialisation forcée est là principalement pour diminuer l'identité personnelle, augmenter la cohésion du groupe grâce à des référents communs et ainsi donner du pouvoir social à l'entreprise. Logiquement, ça n'a aucun sens. Socialement, ça peut avoir un impact énorme sur le moral, la fidélité, la motivation des gens. Les NTs sont illogiques (pour nous) et ce qui requiert des méthodes de gestion illogiques (pour nous).

kevinjo a écrit :Vous appelez le syndrome d'asperger "une maladie". Vous en êtes sûr de cette qualification ?
Je n'ai pas parlé de maladie, au contraire j'ai cherché à éviter ce mot qui ne correspond pas du tout au syndrome d'Asperger mais qui correspond à l'idée que s'en font les NTs.

kevinjo a écrit :Pouvez-vous me donner un schéma exacte sur toutes les types de réactions qui développent, les personnes atteinte de cette maladie ? comme par exemple une personnes atteint de cancer ?
Ce n'est pas une maladie et il n'y a pas de réactions de développement. C'est un ensemble de caractéristiques qui nous rend plutôt complexes et difficiles à définir.

kevinjo a écrit :Toutes les réponses à ces questions ne sont pas faciles et vous le savez. Moi ce que je dit c'est de pouvoir bousculer sans violence ces règles sans craindre d'être pris pour un inadapté.
Je pense comprendre très bien et il est souvent possible de bousculer ces règles sans passer pour un inadapté à partir du moment où vous utilisez leurs règles sociales. Adopter l'apparence d'un groupe dominant (comme les personnes aisées, très bien diplômées, etc) et vous verrez que beaucoup de tics qui étaient perçus comme désagréables deviennent des excentricités amusantes.
Gainsbourg
Passionné
 
Message(s) : 253
Inscription : Ven Jan 29, 2010 13:09
Localisation : Paris

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par kevinjo » Jeu Mai 06, 2010 10:43

en réponse à vos affirmations.

Excusez moi de ne plus comprendre votre raisonnement.
Vous pouvez avancer toutes les théories qui vous passent par la tête mais vous ne pouvez pas me convaincre que on peut tout expliquer avec des formules mathématiques, java-script ou tous autres langages basés sur la logique.

Voila mon avis définitif. Et j'en suis sur que cela est discutable mais avec les arguments logiques et non pas par les raisonnements tirés par les cheveux.

3 sortes de sciences ou réflexion principales qui régient notre intellect.

1 - Les sciences basés sur la logique pure comme mathématique et physique et leurs dérivés (langages informatique et autres) qui ont une base indiscutable qui est la logique. Comme 2 et 2 font quatre. Jusqu'à ce qu'on vient prouver le contraire.

2 - les sciences humaines sociologie, psychologie, philosophie.
Ces derniers sont basé sur des thèses, antithèses et de synthèses. Les synthèses à leur tour deviennent thèses et mise aux enchère (et cela de façon permanente).

3 - Les religions : Elles sont basées uniquement sur une synthèse sans qu'elles soient possible d'en débattre.

Les principes sociale sont issus l'ensemble de ces sciences et/ou réflexions, mais les sciences humaine et surtout la culture religieuse à eu une importante part dans la construction des codifications sociales.

Dans la philosophie : on a eu les naturaliste (comme Platon) et les humaniste (comme aristot) on peut parler des écoles de négationnisme comme celui de HEGEL et le Positivisme comme celui de Kant. Leurs théories différent complètement. Parce que ces théories ne se reposent pas sur un socle logique et solide comme le mathématique. Ces sont que des théories basées sur les probabilité.

Les religions entant que bases des codifications sociales.

Dans une société occidentale le principe est basé sur la paix, la tolérance et l'amour de d'autrui.

Dans une culture issus de l'islam ces règles sont pas du tout les mêmes. voir tout à fait opposés. Le premier règle est de ne pas accepter la religion des autres, deuxième règle est de convertir les non musulmans. Cela change de tout au tout dans l'acceptation des phénomènes de tolérances, l'amour et la paix.

Le paradoxe est que, les humains issus de la culture chrétiennes ne sont pas forcement des gens les plus tolérants. Si non toutes ces guerres depuis l'apparition de christianisme n'auraient pas eu lieu.

Les personnes issus de la culture musulmane ne sont pas nom plus des féroces et guerriers convertisseurs. très rare sont les gens qui veulent ou peuvent pratiquer tous les règles de l'islam et heureusement.

cependant une alternative existe. c'est que les religions et les cultures qui en sont dérivées, ne répondent pas à la vrais nature des humains.

C'est bien de cela dont je veut parler.

Personne sur cette terre n'est capable de tout expliquer en un court instant. Les choses ont mis des milliers d'années pour ressembler à notre société actuelle.

Cela demande une véritable réflexion humaine pour réviser nos classiques qui nous ont amené là.

Et C'est bien cela qui est la source de nos ennuies mentale.
Alors, n'essayez pas tout seul donner des réponses à toutes ces questions et aussi rapidement que vous le faites.

Cordialement
Kevinjo
kevinjo
Nouveau
 
Message(s) : 15
Inscription : Lun Mai 03, 2010 15:57
Localisation : France

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par Gainsbourg » Jeu Mai 06, 2010 11:01

kevinjo a écrit :en réponse à vos affirmations.

[...]

Alors, n'essayez pas tout seul donner des réponses à toutes ces questions et aussi rapidement que vous le faites.

Cordialement
Kevinjo
Je suis désolé de m'être mal exprimé mais je pensais avoir été clair : j'apporte des débuts de réponse et des timides tentatives de rationalisation. Pas des affirmations ou des réponses toutes faites 8)


Et juste pour savoir, vous avez quel niveau d'études ? Vous êtes allé jusque où en maths ? Il me semble que vous ayez d'importantes lacunes car il n'est pas très éclairé de dire que les probabilités ne sont pas mathématiques alors que c'est justement ce qu'elles sont. Et avez-vous déjà fait de la physique quantique ? ça donne également des structures permettant de mieux comprendre le monde. Idem pour l'étude des fractales qui sont également mathématiques.

Je ne dis pas que vous êtes bête hein, juste que vous seriez bien plus à l'aise si vous aviez quelques outils intellectuels supplémentaires. Là vous donnez l'impression de vous frapper contre une porte, de dire que c'est un obstacle insurmontable sans penser à tourner la poignée.

Bonne journée Kevinjo :D
Gainsbourg
Passionné
 
Message(s) : 253
Inscription : Ven Jan 29, 2010 13:09
Localisation : Paris

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par kevinjo » Jeu Mai 06, 2010 11:35

Gainsbourg a écrit :Et juste pour savoir, vous avez quel niveau d'études ? Vous êtes allé jusque où en maths ? Il me semble que vous ayez d'importantes lacunes car il n'est pas très éclairé de dire que les probabilités ne sont pas mathématiques alors que c'est justement ce qu'elles sont. Et avez-vous déjà fait de la physique quantique ? ça donne également des structures permettant de mieux comprendre le monde. Idem pour l'étude des fractales qui sont également mathématiques.


Mes niveaux d'études sont l'ingénieur en informatique de gestion. niveau de math pas grande chose. Juste assez pour vous dire que vous ne pouvez pas mélanger tout pour amener tout au math.

En ce qui concerne vos connaissances je crois que vous avez une très haute estime de vous. Car, il y a toujours des personnes qui sont plus instruits que vous et moi ceux qui le sont moins.

Moi je n'ai pas la prétention de connaitre mieux que quiconque et de façon scientifique les choses.

Et si vous voulez que je me remettent à l'étude de physique quantique pour pouvoir vous comprendre donnez moi quelques années et je viendrais vous voir ensuite.

Mes discours ont été pourtant simples et compréhensibles on n'est pas obligé d'être un savant pour les comprendre. Si vous estimez que mon niveau n'est pas assez élevé, essayez de vous mettre à mon niveau.

Qui peut le plus peut le moins.


Cordialement
Kevinjo
kevinjo
Nouveau
 
Message(s) : 15
Inscription : Lun Mai 03, 2010 15:57
Localisation : France

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par Gainsbourg » Jeu Mai 06, 2010 11:51

kevinjo a écrit :En ce qui concerne vos connaissances je crois que vous avez une très haute estime de vous. Car, il y a toujours des personnes qui sont plus instruits que vous et moi ceux qui le sont moins.

Je n'ai pas d'estime particulière de moi, désolé de vous décevoir :D

Mais j'aime bien les maths et je suis choqué quand quelqu'un me dit que les probabilités ne sont pas des maths. ça donne l'impression que cette personne n'a aucune idée de ce dont elle parle, aucune rigueur intellectuelle et aucune envie d'apprendre ou de s'ouvrir à de nouvelles idées. Bref, j'ai l'impression de parler à quelqu'un de complètement fermé qui a envie de voir confirmés ses préjugés.
Gainsbourg
Passionné
 
Message(s) : 253
Inscription : Ven Jan 29, 2010 13:09
Localisation : Paris

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par kevinjo » Jeu Mai 06, 2010 12:21

Gainsbourg a écrit :Mais j'aime bien les maths et je suis choqué quand quelqu'un me dit que les probabilités ne sont pas des maths. ça donne l'impression que cette personne n'a aucune idée de ce dont elle parle, aucune rigueur intellectuelle et aucune envie d'apprendre ou de s'ouvrir à de nouvelles idées. Bref, j'ai l'impression de parler à quelqu'un de complètement fermé qui a envie de voir confirmés ses préjugés.


Ne soyez pas déçu. C'est l'impression que vous donnez.
Vous voulez m'affirmer que vous associez entièrement les problèmes sociaux au mathématiques. chose dans lequel apparemment vous êtes connaisseur.

Si les problèmes sociaux était réglés avec les formules mathématiques aucun mathématiciens ne devrait être en difficulté de compréhension de ce monde.

Or, vous le savez que ce n'est pas le cas.
Prenez moi comme un enfant qui n'a aucun niveau d'étude et répondez à des questions simples que j'ai posé.

Et il possible qu'on puisse régler les problèmes sociaux avec des formules mathématiques. et si oui est ce vous êtes arrivé à les réglé les vôtres.

J'accepte l'idée que je sois vide des rigueurs intellectuelles. Mais pouvez vous envisager de mettre en question vos affirmations.

Pouvez vous, vous mettre à mon niveau, vous qui avez des rigueurs intellectuelles suffisantes, pour envisager de réfléchir sur la base des codifications sociales qu'on nous impose qui n'ont rien de scientifique ?

En m'excusant de vous avoir donner ces impressions.
Cordialement
Kevinjo
kevinjo
Nouveau
 
Message(s) : 15
Inscription : Lun Mai 03, 2010 15:57
Localisation : France

Re: Asberger, syndrôme ou la prise de conscience sociale

Message par Gainsbourg » Jeu Mai 06, 2010 12:37

kevinjo a écrit :Ne soyez pas déçu. C'est l'impression que vous donnez.
Vous voulez m'affirmer que vous associez entièrement les problèmes sociaux au mathématiques. chose dans lequel apparemment vous êtes connaisseur.

Je ne dis pas dit que les mécanismes sociaux peuvent être entièrement compris grâce aux mathématiques mais simplement que ça peut permettre de mieux les comprendre et de les modéliser plus ou moins efficacement.
Et je suis désolé pour la mauvaise impression mais je n'essaie pas de donner une quelconque impression. J'évoque timidement des hypothèses plus ou moins plausibles et qui m'ont été utiles.


kevinjo a écrit :Si les problèmes sociaux était réglés avec les formules mathématiques aucun mathématiciens ne devrait être en difficulté de compréhension de ce monde.
Je n'ai jamais dit qu'ils étaient réglés, juste que c'est un prisme à travers lequel la société devient bien plus logique, intéressante et compréhensible pour des personnes ayant des difficultés avec le sens social du monde.

kevinjo a écrit :Or, vous le savez que ce n'est pas le cas.
Les compagnies type facebook et google développent énormément le data mining vu que l'on dispose enfin d'importantes données sociales facilement traitables et semblent penser que le contraire est vrai dans une certaine mesure. Parlez-en un peu à Jean sur le forum, il semble très bien s'y connaître.

kevinjo a écrit :Et il possible qu'on puisse régler les problèmes sociaux avec des formules mathématiques. et si oui est ce vous êtes arrivé à les réglé les vôtres.
Je n'ai pas dit qu'il est possible de mieux les régler mais de peut-être un peu mieux les comprendre et d'être ainsi moins perdu.

kevinjo a écrit :J'accepte l'idée que je sois vide des rigueurs intellectuelles. Mais pouvez vous envisager de mettre en question vos affirmations.
Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, je souligne que je fais un usage intensif du conditionnel dans mes messages en général et encore plus sur ce fil.
Par exemple, mon premier message commence par "Je vais essayer de répondre à quelques unes de vos questions ! " ce qui indique bien que je propose pas des réponses absolues mais des tentatives de réponse.
Et je termine ce premier message par "Et bien sûr, c'est un simple point de vue de Gainsbourg, avec ses défauts et ses qualités, et je pourrais en changer demain si des informations pertinentes me font penser que j'avais mal compris certains concepts. " ce qui est une précaution supplémentaire pour indiquer que mes réponses ne sont certainement pas absolues.

Je remets très clairement mes affirmations en question depuis le début de notre conversation mais il semble que je n'arrive pas à être assez clair pour vous ou que votre manque de rigueur, déjà illustré en mathématique, est également bien présent dans les simples discussions.
Gainsbourg
Passionné
 
Message(s) : 253
Inscription : Ven Jan 29, 2010 13:09
Localisation : Paris

Message par sam » Jeu Mai 06, 2010 13:14

Au bout du compte je crois que le probleme vient du manque de flexibilite des NT. Ils ont des schemas bien etablis (bonjour/aurevoir, eviter les blancs ds les conversations, ...) et ils arrivent a composer avec ces situations quand elles restent dans les bornes des reponses attendues et s attendent a ce que tout le monde le fasse.

De mon cote j ai l impression que les Aspies, certes on n a pas de sens "innes" (je dis ca au risque de relancer le debat sur la genetique :-p) de ces situations sociales, mais sont beaucoup plus cools avec les differentes situations qui se presentent. Les problemes arrivent seulement parce que les NT attendent une reponse adequate conforme aux standards. Nous Aspies, on attend rien, les choses sont ce qu elles sont, point.

A propos des maths, ca donne une solution de contournement aux problemes tres elegante. Cela presenterait de facon claire et rigoureuse une facon de savoir reagir de maniere adequate basee sur les experiences passees. Ce n est ni plus ni moins que de l apprentissage, formule avec des formules (lourd comme phrase je sais :-D)
Ca serait interessant de formaliser les comportements classiques et les reponses attendues de maniere mathematique d ailleurs...

On en arrive au fameux test de la machine de Turing, qui arriverait a se faire passer pour humaine lors d une conversation. J en viens a me demander si la perception NT d un humain comparee a la perception Aspie ne donnerait pas des resultats tres differents pour les machines avec de l intelligence artificielle. Un programme pourrait etre considere comme mimant de maniere satisfaisante un comportement humain pour un NT, mais un Aspie aura peut etre considere une machine beaucoup moins "evoluee" comme humaine, ayant un seuil d acceptation du caractere humain tres different et base sur autre chose que les schemas etablis !

Je pense ne pas etre clair, desole, mais je veux dire qu un Aspie considerera une machine comme reagissant de maniere humaine alors qu un NT ne le fera pas. Le NT serait plus exigeant parce que plus sensible a ces situations sociales etablies et codifiees.

Est-ce que cela explique pourquoi tant d Aspies sont dans l informatique ? J adore les robots et je pourrai tres bien avoir une conversation sympathique avec l un d entre eux en me considerant eventuellement egal sur de nombreux points.
sam
Regulier
 
Message(s) : 86
Inscription : Ven Mars 05, 2010 14:33
Localisation : Munich

Suivant

Retour vers ESPACE ASPERGER ADULTES

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité