Conflit entre deux personnes Asperger

Espace libre de discussion.

Conflit entre deux personnes Asperger

Message par tanguy56 » Ven Nov 27, 2009 10:11

Bonjour,

Je reviens vers vous car je rencontre un problème. J'ai donc mon meilleur ami que je suspecte fortement d'être Asperger. Or, il se trouve qu'assez inopinément finalement, nous avons au passage découvert que ma compagne l'était également (elle se reconnaît parfaitement), ce qui ne m'a pas réellement surprise, il faut le dire. Curieuse coïncidence, enfin, disons que pour moi, c'est plutôt un signe du destin...
Enfin, néanmoins, la question n'est pas là. Ma compagne et mon ami se sont méchamment disputés avant-hier. Mon ami était, je trouve, instable depuis une quinzaine de jours, très nerveux, agité, avec une difficulté à laisser l'autre parler, sans doute parce qu'il a à nouveau des problèmes qu'il ne parvient pas à verbaliser. Or, ce comportement perturbe beaucoup ma compagne qui elle, est extrêmement routinière, n'aime pas être "dérangée" (au sens large du terme). Avant-hier, le ton est monté (car elle essayait de lui faire comprendre ce qu'il faisait de mal mais pas d'une manière diplomatique, cela va sans dire...) et lui est parti en claquant la porte. J'ai eu énormément de mal à le calmer une fois dehors, il était extrêmement énervé, très stressé. Il reconnaît que leurs attitudes et leur incompréhension sont sans doute liées à Asperger mais il ne supportait plus qu'elle ne le comprenne pas (ce qui est le cas en face...) alors que lui aussi "avait ses problèmes".
A la base, ils s'aiment beaucoup, et disent eux-mêmes que l'un est le seul à vraiment comprendre l'autre... sauf quand ça clashe...
Là, il refuse de communiquer, même avec moi. Il ne répond pas à nos sms. Je sais qu'il pourrait faire de grosses bêtises. Je lui ai écrit par mail mais il ne me répond pas, je me demande même s'il lit les mails.
Je suis très désemparée car :
1 - C'est mon meilleur ami et être privé de sa présence n'est pas évident
2 - Le savoir en détresse me rend triste
3 - Les voir tous les deux en froid me rend malheureuse car en effet, ils partagent des choses ensemble qu'ils ne peuvent partager avec personne d'autre.

Ma compagne, quant à elle, a décidé de se prendre en charge pour mieux gérer sa particularité. Elle s'intéresse beaucoup aux médecines douces (là, on vient de commencer les fleurs de Bach et cela l'aide énormément à gérer les relations sociales) et à la possibilité d'un régime. Elle a été médicalisée pendant longtemps pour des angoisses, des déprimes, un début de dépression et ça n'a pas été une réussite, les antidépresseurs et autres anxiolytiques ne lui ont rien apporté ou presque et c'est pourquoi, elle a choisi une autre voie. Elle se sent aussi bien mieux depuis qu'elle comprend pourquoi elle est "différente".
Quant à notre ami, s'il accepte éventuellement l'idée d'être Asperger, il est actuellement trop "mal" pour être accessible à une quelconque aide, même douce. En effet, il a de toute façon une grande méfiance pour tout ce qui touche à la psychologie, car trop souvent catalogué de ceci, de cela. Je pense toutefois arriver à l'aider à prendre au moins quelque chose à base de plantes, mais encore faudrait-il pour cela qu'il me reparle...
Ma question est donc la suivante : comment l'aborder sur ce point, lui dire que ce qui s'est passé avant-hier pourrait être évité grâce à une aide, qu'il n'y a pas de raison qu'il perde ceux qu'il aime. Je veux éviter de le culpabiliser mais je veux aussi lui faire comprendre que son attitude globale de l'avant veille n'était pas "acceptable" au sens où elle ne pouvait que générer le conflit (il n'est en effet pas évident, même très calme, de tenir le coup face à quelqu'un qui s'agite, coupe la parole, assène des choses à l'autre comme autant de vérité, sans entendre ce qu'il a lui même à dire, en tout cas, ma compagne, elle, a été incapable de prendre sur elle, elle a ressenti son attitude comme une énorme agression)..
Merci de vos conseils, et désolée pour la longueur.
Dernière édition par tanguy56 le Sam Déc 12, 2009 21:23, édité 1 fois.
tanguy56
Regulier
 
Message(s) : 92
Inscription : Lun Nov 16, 2009 17:45
Localisation : Vannes

Message par Veronique1 » Ven Nov 27, 2009 10:33

Cela ne sert à rien, en cas de clash d'essayer une discussion, il faut attendre le calme.
Un asperger a la faculté de tout oublier et d'être comme si rien ne s'etait passé, probablement que ce sera le cas.
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par Syndromegirl » Ven Nov 27, 2009 11:36

Probablement doit il s'obliger à oublier, sinon on ne pourrait plus vivre.

elle a ressenti son attitude comme une énorme agression


C'est souvent comme ça et hélas c'est pas parce qu'on est confronté à un autre asperger qu'on est mieux compris.Récemment, j'ai su que des personnes (que je connaissais par internet) neurotypiques et une asperger, avaient la même opinion erronée de moi, à savoir qu'ils me trouvaient égocentrique alors que je les avait aidées de mon mieux pendant des mois (l'oubli, c'est pour tout le monde apparement)

Votre ami, vous risquez de lui manquer aussi s'il autant de problème que ça.
Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand
l'homme n'a pas l'amour de Dieu dans son coeur. Albert Einstein

Image
Avatar de l’utilisateur
Syndromegirl
Regulier
 
Message(s) : 89
Inscription : Lun Oct 12, 2009 15:07
Localisation : France

Message par Etienne » Mar Déc 01, 2009 18:40

Ouais,c'est pas parce que on à le même handicap que ca va marcher.

Je suis partit d'un forum dont je citerais pas le nom,je pensais y trouver la place.Je trouve déjà les opinions de certains intervenants déjà limites,on croirait entendre des personnes qui ne connaissent rien à l'autisme.

Et l'administrateur aussi président,je m'entends plus avec lui,il me réponds jamais,il veut plus m'écouter.

J'ai vécu le rejet,le dénit,une obligation de conformisme alors que ce n'était pas adapté,on a fait comme ci mes demandes étaient des caprices,un refus de changer.Nuance:je refuse d'appliquer des conseils que je trouve et qui sont vraiment fumeux,complètement à côté de la plaque.

Chaque fois que je suis confronté à une situation de ce genre,j'ai la rage,la hargne.C'est me mettre face toujours envers les mêmes problèmes,les mêmes sources d'angoisses.

Je crois que je vais aller faire un tour chez l'orthophoniste,j'en ai un grand besoin.
Rien n'est jamais acquis dans la vie.Toujours prêt à donner le dernier souffle.
Etienne
Regulier
 
Message(s) : 138
Inscription : Jeu Sep 17, 2009 7:44
Localisation : Limousin

Message par omega » Mer Déc 02, 2009 11:46

Etienne a écrit :J'ai vécu le rejet,le dénit,une obligation de conformisme alors que ce n'était pas adapté

Ca semble plutôt paradoxal sur un forum consacré au SA :lol: mais situation déjà observée, y compris ici. :)
Il doit y avoir des résidus d'instinct de groupe qui traînent... lol

Pour le reste, tous les NT ne s'entendent pas ensemble, alors je ne vois pas pourquoi tous les SA s'entendraient, eux.
Il n'y a qu'à voir ici, l'ambiance est pacifique, mais c'est fréquenté par des personnes extrêmement différentes. :)
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par tanguy56 » Jeu Déc 03, 2009 12:52

Oui bien sûr, tous les NT ne s'entendent pas entre eux (ah sinon, ce serait le paradis je crois !) mais dans notre histoire à nous, ce qui bloque, ce n'est pas, à la base, un problème d'entente. Ce qui bloque, c'est que nous savons notre ami dans la détresse. Mais qu'il est aussi dans le déni total de sa détresse. Et c'est là que ça coince vis à vis de ma compagne, qui a admis sa détresse, son "handicap" et qui, depuis, va bien mieux. Elle ne comprend pas qu'il s'enferre dans ses problèmes et qu'il ne reconnaisse pas que sa détresse génère des comportements très difficiles à supporter (surtout par elle, qui est, et c'est bien logique, désarçonnée par des comportements sociaux agressifs, bien plus qu'une autre personne) et qu'il suffirait qu'il admette ce fait pour que nous puissions l'entourer au mieux et lui apporter de l'aide. Là, cela fait plus d'une semaine. Avec ma compagne, les échanges sont à présent nuls. Avec moi, après un échange de mails assez féroces de sa part, il a repris contact hier de façon plus pacifique, ce qui me fait dire qu'il cherche le contact malgré tout. Par contre, aucune remise en question, aucun signe que la prise de conscience est là. Je n'ai pas répondu. J'attends. Avant, je l'aurais fait, j'aurais tendu la main, quitte à renoncer à l'essentiel mais ça, on l'a trop fait et ça ne mène qu'à des conflits tôt ou tard... En même temps, je ne sais pas si le laisser "mariner" pour qu'il réfléchisse est la bonne solution... Est-ce que ça ne peut pas aggraver ses angoisses de se retrouver isolé et donc avec un risque qu'il ne se replie définitivement sur lui-même ? Mais en même temps, comment aller au fond des choses, pour de bon, sans le heurter, en l'aidant à voir la vérité en face (l'idéal serait bien sûr qu'il la trouve de lui-même...). ?
tanguy56
Regulier
 
Message(s) : 92
Inscription : Lun Nov 16, 2009 17:45
Localisation : Vannes

Message par omega » Jeu Déc 03, 2009 13:30

tanguy56 a écrit :Ce qui bloque, c'est que nous savons notre ami dans la détresse. Mais qu'il est aussi dans le déni total de sa détresse.
(...) Mais en même temps, comment aller au fond des choses, pour de bon, sans le heurter, en l'aidant à voir la vérité en face (l'idéal serait bien sûr qu'il la trouve de lui-même...). ?

Ben s'il ne veut PAS voir les choses, tu ne peux pas l'y contraindre.
On ne peut pas forcer les gens, et on ne doit pas, non plus.

Tout ce que vous pouvez faire, c'est lui dire les choses telles que vous les percevez, être présents et le conseiller à votre avis ... mais pour le reste, sa manière de voir les choses et ses propres décisions, tout cela lui appartient.

Tu peux t'investir, être présent pour l'aider autant que tu peux, mais pas exiger en retour.
Il faut accepter aussi que ce qu'on donne aux autres ne nous appartient plus, et qu'ils en fassent l'usage qui leur semble bon.
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par tanguy56 » Ven Déc 04, 2009 9:24

Merci beaucoup pour ta réponse Omega, qui est très éclairante. En effet, je crois que tu as absolument raison. Je vais donc essayer de lui faire savoir que je suis toujours là... sans rien attendre. Mais en même temps, je dois faire "attention" à mon propre couple car ma compagne se sentirait blessée si je revenais vers lui sans qu'il ait fait véritablement un premier pas avec une prise de conscience. Je ne sais pas si c'est le fait d'être Asperger ou pas mais elle est très "carrée", très convaincue qu'il y a des règles à respecter dans les relations amicales et que si on les bafoue, alors, c'est un affront terrible. Donc, il va falloir que je ménage la chèvre et le chou comme on dit...
Mais outre le fait que je suis malheureuse de cette situation, moi personnellement, je suis aussi malheureuse pour eux. Ma compagne est réellement en souffrance de ne plus le voir, elle a beau dire qu'elle lui en veut énormément, elle en parle sans cesse et chaque fois c'est pour dire qu'elle attend un premier pas. En fait, je crois qu'elle n'avait jamais vraiment eu d'ami, qui plus est homme... Il est donc le premier depuis l'école primaire. D'où l'importance...
tanguy56
Regulier
 
Message(s) : 92
Inscription : Lun Nov 16, 2009 17:45
Localisation : Vannes

Message par omega » Ven Déc 04, 2009 12:23

tanguy56 a écrit :Je ne sais pas si c'est le fait d'être Asperger ou pas mais elle est très "carrée", très convaincue qu'il y a des règles à respecter dans les relations amicales et que si on les bafoue, alors, c'est un affront terrible.

Je suis un peu (beaucoup) comme ça aussi... :D
Oui, ce sont des règles, ou plutôt un "code d'honneur", avec tout ce que cela suppose.
De tels amis sont indéfectibles, par contre, niveau d'exigence +++ très élevé, car ils attendent le même niveau de droiture chez les autres que celui qu'ils ont vis à vis d'eux-mêmes.

Ma compagne est réellement en souffrance de ne plus le voir, elle a beau dire qu'elle lui en veut énormément, elle en parle sans cesse et chaque fois c'est pour dire qu'elle attend un premier pas.

Des fois, il faut sortir des règlements rigides et faire preuve d'un peu plus de souplesse ... admettre que les autres aussi aient d'autres façons de penser, ou bien qu'ils ne puissent pas toujours être au niveau de ce qu'ils auraient voulu faire.
Sans faire réellement un premier pas en tant que tel, il y a peut-être moyen pour elle de ne pas lâcher son ami, de continuer à être présente à côté de lui et de le lui montrer? Bref continuer à être là pour lui, en attendant ce premier pas qui viendra ou pas.

Ou s'il y a besoin d'une pause dans leur relation, pour respirer l'un et l'autre chacun de leur côté pendant un temps, apprendre à l'accepter aussi.

C'est pas évident comme situation, à subir comme à côtoyer. :?

Il y a d'autres moyens que s'enfermer dans la rigidité pour poursuivre rigoureusement ce que l'on veut ;) : par exemple la vie, qui trouve toujours son chemin pour continuer, et qui est pourtant tout sauf rigide... :)

En fait, je crois qu'elle n'avait jamais vraiment eu d'ami, qui plus est homme... Il est donc le premier depuis l'école primaire. D'où l'importance...

Oui, je comprends très bien...
Hélas, ami indéfectible ne veut hélas pas dire tout puissant... Il y a des gens qu'on ne lâchera jamais, et pour qui on fera toujours tout ce qu'on pourra ... sauf l'impossible, et sauf ce qu'ils ne voudront pas.
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par tanguy56 » Ven Déc 04, 2009 13:03

Décidément, tu es un puits de science pour moi ! Merci beaucoup en tout cas de prendre le temps de me répondre. Vu les circonstances, je peux t'assurer que ce n'est pas de trop...
Parce que NT ne veut pas dire cohérent, loin s'en faut... La preuve dans ce qui suit. Ce matin, j'ai croisé mon ami (en fait, on habite dans le même lotissement, à quelques numéros). Je l'ai ostensiblement ignoré. Je sais c'est totalement idiot... Je voulais juste à travers cela qu'il se pose des questions sur mon comportement, qu'il se dise que peut-être, j'étais malheureuse. L'ennui c'est qu'il ne l'a pas du tout interprété comme ça. Quelques minutes après, il a débarqué chez moi, très en colère, me disant que lui ne faisait pas la tête et que vraiment, si c'était pour en arriver là... Et il m'a rendu la clé de notre maison. Ca m'a fait l'effet d'une gifle. J'ai à peine eu le temps d'en placer une (pas eu le temps d'expliquer mon comportement à moi), j'ai tenté de lui dire "ok, on parle si tu veux. Maintenant". Mais il s'en est allé, très brutalement, me disant qu'on en parlerait plus tard mais sur un ton qui me laisse peu espérer que ça vienne. Je suis totalement effondrée, j'ai l'impression d'avoir perdu mon meilleur ami. Je ne sais ce que je vais dire à ma compagne (qui était au boulot, heureusement !) : si je lui dis la vérité, elle risque de sérieusement le prendre en grippe, et notamment si elle se rend compte de ma détresse. Et le retour vis à vis d'elle risque d'être impossible. Si je le pouvais, je remonterais le temps...
Dans un accès de désespoir, ,je lui ai écrit un mail, dans lequel je lui explique mon attitude, tout ce que je ressens depuis cette dispute, le manque de notre amitié...
Si tu as encore un conseil avisé Omega, je suis preneuse parce qu'évidemment, je suis très très malheureuse...
tanguy56
Regulier
 
Message(s) : 92
Inscription : Lun Nov 16, 2009 17:45
Localisation : Vannes

Message par Alexandre76 » Ven Déc 04, 2009 16:39

* Jean de LA FONTAINE (1621-1695)
Le Chêne et le Roseau

Le Chêne un jour dit au Roseau :
"Vous avez bien sujet d'accuser la Nature ;
Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau.
Le moindre vent, qui d'aventure
Fait rider la face de l'eau,
Vous oblige à baisser la tête :
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d'arrêter les rayons du soleil,
Brave l'effort de la tempête.
Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphyr.
Encor si vous naissiez à l'abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n'auriez pas tant à souffrir :
Je vous défendrais de l'orage ;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste.
- Votre compassion, lui répondit l'Arbuste,
Part d'un bon naturel ; mais quittez ce souci.
Les vents me sont moins qu'à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu'ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. "Comme il disait ces mots,
Du bout de l'horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.
L'Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu'il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l'Empire des Morts.


Il s'agit là d'un problème de flexibilité.
Je suis dans ce cas et j''ai dû beaucoup travailler sur moi pour changer.
Prendre du recul et se poser la question : qu'est ce qui est le plus important ? : le principe qui règle selon toi l'amitié ou l'ami en lui même ? Est-ce réellement si important que ça les principes en définitive ? Aime t'on quelqu'un parce qu'il respecte des régles, ou bien pour lui même ?
Le mieux est de se parler et de dire ce que chacun a ressenti et comment chacun a perçu les choses, vouloir avoir raison dans ces cas là est inutile, ça ne mène à rien d'autre que de perdre du temps sur une question de principe dès lors que l'amitié doit aller au delà de ça. Sinon c'est que ça n'était pas de l'amitié...

«Héros social méconnu», avec un optimisme confiant, victime fréquente de la faiblesse sociale des autres, tout en restant confiant dans la possibilité de l'amitié véritable
Source : lien (j'aime bien cette page, elle est POSITIVE !
" Vous devez être le changement,

que vous voulez voir dans ce monde. "

Mohandas Karamchand Gandhi.

Diagnostiqué officiellement S.A depuis 2010.
Avatar de l’utilisateur
Alexandre76
Automodération
 
Message(s) : 1756
Inscription : Mar Nov 18, 2008 18:11
Localisation : Normandie

Message par tanguy56 » Sam Déc 05, 2009 14:23

Oui Alexandre, je pense que c'est également une excellente analyse. Oui bien sûr c'est un problème de flexibilité. D'ailleurs, avant qu'on comprenne qu'elle était Asperger, ce manque de souplesse lui était souvent reproché. C'est effectivement quelqu'un de très droit, pour qui le respect des règles peut approcher l'absurde, le kafkaïen. Et il vrai que dans le contexte présent, c'est un peu l'huile sur le feu en permanence. Et comme en face, c'est aussi un vrai volcan...
Je ne sais comment l'amener à plus de "détente", je sais que c'est qu'il lui faudrait, pour elle avant tout car finalement, je vois bien qu'elle en est très malheureuse, peut-être même davantage que moi... Elle ne cesse de parler de lui, regrettant en le fustigeant qu'il ne sorte pas de chez lui (alors même qu'elle est capable de me faire tout un cirque par qu'elle "ne veut pas le croiser"). Elle ne cesse aussi de se demander quand est-ce qu'il va venir s'excuser...
tanguy56
Regulier
 
Message(s) : 92
Inscription : Lun Nov 16, 2009 17:45
Localisation : Vannes

Message par Alexandre76 » Sam Déc 05, 2009 17:51

Peux-être vous faudra-t' il trouver un médiateur extérieur pour vous aider à régler la situation en rationalisant le conflit ? Manifestement il y a incohérence dans le comportement à cause des émotions (je lui en veux / je veux le revoir - je ne veux pas le croiser / quand vient-t' il s'excuser).
J'ai eu moi même souvent le même problème, il ne faut pas rester sur des procès d'intention vis à vis de l'autre et se recentrer sur l'essentiel : l'amitié.
Se parler : que chacun dise ce qui est important à ses yeux et en quoi l'attitude de l'autre a été mal vécue. Je gère des choses comme ça avec mon entourage presque tous les jours à cause de mon caractère, et du S.A surtout je crois, qui me fais mal interpréter les intentions de l'autre et me rend assez souvent... explosif.
Écrire une lettre peut-être, mais posément, avec la tête froide et sans rancœur (sinon ça peux empirer la situation) : vider son sac et signifier qu'on veux faire la paix.
Bon courage et patience car les relations humaines, du moins pour moi, c'est un travail sur soi de tous les jours !
Les principaux obstacles à surmonter : l'orgueil et la rigidité de pensée.
Si vraiment c'est une amitié que vous estimez devoir préserver cela vaut bien un petit sacrifice vis à vis de la fierté.
Et c'est moi qui dit ça !:lol: J'ai des fois du mal à faire ce sacrifice.
Comme je vous comprend, il m'arrive d'être têtu : une vrai tête de cochon.:evil: malheureusement ça ne fait que compliquer voire bloquer une situation.
Quelque chose que je médite depuis un moment : un des problèmes que j'ai lié au S.A je crois c'est de toujours vouloir utiliser la logique et l'intellect pour compenser une approche déficiente des émotions, du ressenti et de l'affectif (des siennes et de celles des autres). ça ne marche pas car les émotions ne sont pas logiques et raisonnables :roll:

En vieillissant ça s'arrange. Enfin faut essayer :oops:

Bonne chance !
Alexandre
Dernière édition par Alexandre76 le Sam Déc 05, 2009 18:27, édité 2 fois.
" Vous devez être le changement,

que vous voulez voir dans ce monde. "

Mohandas Karamchand Gandhi.

Diagnostiqué officiellement S.A depuis 2010.
Avatar de l’utilisateur
Alexandre76
Automodération
 
Message(s) : 1756
Inscription : Mar Nov 18, 2008 18:11
Localisation : Normandie

Message par tanguy56 » Sam Déc 05, 2009 18:02

Oui, ça pourrait être une idée... sauf que je ne vois pas comment ce serait possible. Lui n'a aucun ami et n'a confiance en personne (à part nous... et encore, ça dépend des jours). Et comme chacun attend de l'autre ce qu'il est incapable de faire lui, ça promet...
Je te dirais que je vais laisser couler pour l'instant, même s'il me manque beaucoup et que ma compagne en souffre elle aussi. Je fatigue un peu, d'autant que je suis clouée au lit avec une bonne grippe (A ????) et 40 ° de fièvre...
Sinon, blague à part, j'adore ton avatar. J'aime beaucoup la série Docteur House !
tanguy56
Regulier
 
Message(s) : 92
Inscription : Lun Nov 16, 2009 17:45
Localisation : Vannes

Message par Alexandre76 » Sam Déc 05, 2009 18:31

Tu as raison, laisse passer un peu de temps et... profites en pour te reposer et te soigner ;-)
De toute façon pour régler des choses comme ça il faut être en forme et avoir les idées claires.
Alexandre
" Vous devez être le changement,

que vous voulez voir dans ce monde. "

Mohandas Karamchand Gandhi.

Diagnostiqué officiellement S.A depuis 2010.
Avatar de l’utilisateur
Alexandre76
Automodération
 
Message(s) : 1756
Inscription : Mar Nov 18, 2008 18:11
Localisation : Normandie

Message par Alexandre76 » Sam Déc 05, 2009 18:40

J'ai remarqué une chose c'est qu'en couchant par écrit ses griefs envers l'autre, donc en les formalisant sans intention de les envoyer, on s'aperçoit souvent que ce qu'on reproche à l'autre est insignifiant et cela permet de prendre du recul. L'écrit finissant dans la corbeille dans 80 % des cas !
Un petit texte intèressant je trouve sur la gestion des conflits :
ICI
Alexandre
" Vous devez être le changement,

que vous voulez voir dans ce monde. "

Mohandas Karamchand Gandhi.

Diagnostiqué officiellement S.A depuis 2010.
Avatar de l’utilisateur
Alexandre76
Automodération
 
Message(s) : 1756
Inscription : Mar Nov 18, 2008 18:11
Localisation : Normandie

Message par omega » Lun Déc 07, 2009 11:25

Alexandre76 a écrit :J'ai remarqué une chose c'est qu'en couchant par écrit ses griefs envers l'autre, donc en les formalisant sans intention de les envoyer, on s'aperçoit souvent que ce qu'on reproche à l'autre est insignifiant et cela permet de prendre du recul. L'écrit finissant dans la corbeille dans 80 % des cas !

Exact. :D
Cela permet d'évacuer les émotions, et les comportement incohérents qui vont avec.

Bon rétablissement, Tanguy56!
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par tanguy56 » Jeu Déc 10, 2009 10:18

Quelques nouvelles du front. Pour la grippe, ça va mieux (comme quoi, on n'en meurt pas à tous les coups !). Pour le reste, ça va mieux aussi.
Disons que les passions commencent à se calmer de part et d'autre. Il me parle à moi, on communique depuis quelques jours, dans le calme et je le trouve moins catégorique. Par contre, le truc qui me chiffonne, c'est que lui pense que le fait qu'il ne soit plus fâché (et il trouve même le moyen de me dire qu'il ne l'a jamais été... gonflé sur ce coup-là avec tous les mails incendiaires qu'il nous a envoyé à l'une et à l'autre) suffise. En clair, on va se reparler doucement, et peut-être que tout redeviendra comme avant. Là, je ne peux quand même pas le laisser dans cette idée. Ma compagne elle, tient d'abord à de vraies excuses (c'est vrai qu'il lui a dit des choses pas très sympa et qu'il a pris la mouche sur des points qu'elle tentait seulement de lui expliquer, dans sa façon à elle de voir et ressentir les choses) et à une prise de conscience qu'il faut changer les choses (en clair, qu'il se prenne en main par rapport à son Asperger, qu'il se fasse aider comme elle se fait aider) et non pas qu'il se réfugie derrière le fait qu'il y a incompatibilité d'humeur chaque fois qu'il est ingérable et que ma compagne lui rentre dedans.
J'essaie de lui expliquer mais c'est terrible, j'ai l'impression qu'il ne comprend pas ce que je lui écris. Il me parle de temps à laisser passer (avec tout le langage ampoulé et métaphorique dont il est capable, ce qui est parfois extrêmement pénible). Un peu comme si je lui demandais la couleur du ciel et qu'il me répondait "oui" en guise de réponse. Il est vrai que j'essaie d'amener doucement les choses pour ne pas le heurter. Mais peut-être devrais-je dire les choses franchement ? Je ne sais pas trop ce qu'il peut entendre vraiment, compte tenu de son Asperger. Alors si vous avez une idée, je suis preneuse...
tanguy56
Regulier
 
Message(s) : 92
Inscription : Lun Nov 16, 2009 17:45
Localisation : Vannes

Message par Alexandre76 » Jeu Déc 10, 2009 10:56

Pas facile !
"ingérable" c'est un peu mon deuxième prénom certain jour ! :lol: Foutu caractère...
S'il est Asperger et bien je dirais expose les FAITS avec LOGIQUE en refusant les interprétations émotionnelles d'un côté comme de l'autre. Recherche et présente leur la VÉRITÉ OBJECTIVE qui doit résister à la tentation de s'arrêter à la perception individuelle et émotionnelle de chacun. En gros je dirais : ne pas s'attarder sur la forme (qui a raison, qui est en tord, qui doit s'excuser en premier, etc...) mais plutôt sur le fond : LE PROBLÈME DE COMMUNICATION, et pourquoi tout cela est parti en cacahuète. Tu peux parler de difficultés à communiquer si l'approche du S.A est trop directe.
Je suis bien placé pour te dire que ce n'est pas facile d'accepter certaine de ses faiblesses liées au S.A (rigidité, manque de compréhension de l'autre, absence d'empathie, colères, etc...) quand on est lucide et qu'on a un intellect je dirais .. correct. Car l'intellect est là pour compenser et cela peut donner des monstres de mauvaise foi (si si !) si tu accules un aspie au pied du mur face à ses faiblesses.
Si tu ne mets pas en avant le problème de communication, qui est PRIMORDIAL, vous allez noyer le poisson... jusqu'à la prochaine fois.
Je dis ça par rapport à mon vécu : je travaille là-dessus en permanence, avec la personne dont je partage la vie depuis bientôt 17 ans, la maman de mes 3 enfants et je te prie de croire que ce n'est pas facile tout les jours ! :roll:
Ni pour elle, ni pour moi ! Cela fait un an que j'ai découvert ce qu'étais le S.A : grosse remise en question de mon côté !!!
Comprendre le mécanisme qui bloque la communication, c'est une première étape (c'est le "pourquoi" > à cause du s.a, on ne peut rien y faire au début dans un premier temps on ne peut que s'en apercevoir (et encore pas toujours) après avoir mal réagit en situation de communication) ! LA SECONDE ÉTAPE, C'EST REMETTRE EN QUESTION SA FAÇON DE COMMUNIQUER ET... APPRENDRE ! (c'est le comment, le moyen de résoudre le problème, j'en suis là je crois, enfin, j'en suis là depuis longtemps en fait !). Le plus dur étant souvent de se remettre en question devant d'autre personnes, ce qui peut être délicat en fonction du degrés d'orgueil de chacun.

Je dirais (ça n'engage que moi) qu'un aspie aura toujours plus tendance à intellectualiser comme ça l'arrange en remettant l'autre en question plutôt que lui-même. Ce qui produit des communications souvent délicates.

Enfin, ce n'est pas simple tout ça...

Alexandre
8)
" Vous devez être le changement,

que vous voulez voir dans ce monde. "

Mohandas Karamchand Gandhi.

Diagnostiqué officiellement S.A depuis 2010.
Avatar de l’utilisateur
Alexandre76
Automodération
 
Message(s) : 1756
Inscription : Mar Nov 18, 2008 18:11
Localisation : Normandie

Message par tanguy56 » Lun Déc 14, 2009 10:44

Suite des aventures...
Entre lui et moi, ça va. On commence à parler de choses sérieuses. Les échanges se font avec le sourire, il est d'ailleurs reparti dans sa phase "adorable, touchante, emphatique" si, si, il peut quand même en être capable parfois. Les choses viennent doucement. Je devrais en être heureuse et m'en satisfaire pleinement mais il y a un "mais". Ma compagne, elle, est carrément en souffrance. Elle attend toujours de lui des excuses et qu'il lui dise qu'il va tenter de prendre en charge les manifestations Aspie qui lui font peur à elle quand il est avec elle, notamment l'interrompre sans cesse, ne pas l'écouter, ne pas la laisser parler etc... C'est une véritable obsession, qui tourne quasiment à l'absurde parfois. D'un sens, je la comprends car je suis bien d'accord que faire comme si de rien n'était, c'est aller au carton dans 15 jours, 1 mois, 6 mois... Mais en même temps, elle est tellement rigide dans sa façon d'attendre ces choses de lui que je sais que s'il lui écrit un seul mot "de travers", elle va repartir à fond là-dedans.
Elle sait qu'on se parle lui et moi et à chaque fois, elle me demande s'il a parlé d'elle, s'il compte s'excuser etc... Je suis bien obligée de lui répondre que non. Car en effet, nos conversations ensemble sont plus axées sur "comment va t-elle ?" (car il est soucieux de son état, de ses progrès etc...), et sur les recherches personnelles que je mène sur le syndrome. Je trouve pourtant que ce sont des avancées en tous points : il réfléchit, il ne m'envoie plus promener avec ça, il ne conteste plus systématiquement etc... Mais elle, elle est bloquée avec ça. Et je sais qu'elle est super malheureuse. Elle me dit "Il faut qu'on règle ça avant Noël". En effet, on lui acheté son cadeau de Noël et elle se trouve du coup coincée entre l'impossibilité (pour elle) de ne pas lui donner et le fait de lui donner alors que rien n'est réglé entre eux...
Il y a vraiment des moments où je me sens complètement submergée...
"Si tu ne sais pas où tu vas, sache au moins d'où tu viens"
tanguy56
Regulier
 
Message(s) : 92
Inscription : Lun Nov 16, 2009 17:45
Localisation : Vannes

Suivant

Retour vers ESPACE ASPERGER ADULTES

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron