Je vais l'aider...!

Espace libre de discussion.

Je vais l'aider...!

Message par Symphonie » Jeu Nov 27, 2008 12:19

Bon alors pour ne pas répéter ce que j'ai déjà dit en présentation je vous laisse le découvrir si ce n'est pas déjà fait : http://www.aspergeraide.com/phpBB2/viewtopic.php?t=1273

Je suis donc là pour mon compagnon (et peut être ma fille... on verra).

Ce qui me fait penser qu'il est aspie... (je vais lister, ça va aussi m'aider à y voir plus clair) :

-difficultés à être naturel en société, particulièrement quand il ne connaît pas bien les gens.

-difficultés quand il ne connait pas les gens à parler d'autre chose que de musique. Si l'incnnu est musicien, le dialogue est possible sinon non. Il est évasif, fuyant

-impossibilité à la spontanéité, et à l'imprévu... Je le lui ai reproché un nombre incalculable de fois : le manque de "fantaisie", le manque de surprise, notre vie très routinière. Une fois, j'ai voulu qu'on se fasse une virée à la mer, sur un coup de tête... Cela a provoqué une dispute violente. Je n'avais pas compris...

-impossibilité à faire face au conflit : il est "absent" je monologue, lorsqu'il y a dispute, ou il s'enferme, mais ne discute pas. Il attend que l'orage passe. Avec sa maman idem, ce qui a conduit à l'énorme mensonge sur notre vie et l'existence de sa fille...

-impossibilité de se projeter dans l'avenir : il est incapable de me dire ce qu'il veut pour lui dans l'avenir : vie de famille, vie de célibataire...?

-impossibilité à me raconter ce qu'il a fait dans une journée... Il dit qu'il n'arrive pas à résumer, qu'il ne sait pas par quel bout prendre les choses... Mais si je lui demande comment s'est passée sa réunion, ou son rendez-vous, là il peut parler et me raconter...

-besoin d'horaires précis, et de tout noter. les embouteillages sont une source énorme de stress, au point qu'il peut pleurer, parce qu'il risque de ne pas être à l'heure... c'est presque vital, du coup il prévoit des temps de trajets immenses pour tenir son planning.

de nombreuses manies :
-le rangement : travailler dans son bureau si ce n'est pas ranger est source d'angoisse... (avec moi qui sui assez "bordélique" je comprends mieux son stress à la maison parfois, et ses coups de folie à ranger tout, alors que ce n'est ni le moment, ni ultra nécessaire (selon mon critère du rangement à moi qui semble beaucoup moins exigent !)
-les collections ! Il collectionnerait bien tout et rien, il classe range, ordonne, il peut passer un temps fou à ça : il a une quantité de disques impressionnante : CD (probablement plus de 1000), vinyls (on a élagué, mais il en reste probablement près de 3000 ou plus, 78 tours même chose, il y a eu des lots de vendus, mais la collection complète ne tient pas dans une voiture break (outr le poids que ça fait !) les partitions... les petits bibelots sans valeur qui remplissent une vitrine, et son bureau, les peluches, qu'il achète sans arrêt !
-un attachement fort aux objet : il lui est difficile de jeter des chemises totalement passées, informes et presque transparentes, tellement elles ont été lavées, des pulls qu'il métait déjà à 15 ans... des plats et de la vaisselle qu'il a connus pendant son enfance dans la maison de vacances...bref je pourrai en lister tout plein !
-il ritualise : il y a des gestes qui semblent l'appaiser : il caresse le volant d'une taie d'oreiller entre son index et son majeur... cela semble diminuer son stress et lui permettre de s'endormir.
-il a peur des oiseaux : pas les voir, mais les toucher : le contact des plumes et la nervosité de l'animal... Alors que toucher des plumes n'est pas un problème

Il m'a confirmé qu'il n'avait jamais su voir et décrypter si une fille s'intéressait à lui, et inversement s'il pouvait ou pas être entreprenant avec une femme. C'est un sujet qu'on a encore du mal à aborder... (je ne suis pas sûre qu'il ait connu de femmes "gratuites" avant moi en fait, et je comprends que cela puisse être douloureux à avouer)

D'énormes difficultés à parler de ce qu'il ressent. Par exemple, il sait me dire qu'il m'aime, il le ressent profondément, mais il est incapable de comprendre pourquoi, et surtout, il ne comprend pas pourquoi moi je l'aime. Il lui semble qu'il ne me mérite pas. Il a mis beaucoup de temps à croire en nous. (je ne suis pas sûre qu'il y croie vraiment, j'ai l'impression qu'il a la sensation que je peux disparaître à tout moment, d'où une souffrance permanente). Au début il n'arrivait pas à profiter des bons moments parce qu'il pensait au départ...

Emménager avec moi, et avoir notre petite fille lui a paru une épreuve insurmontable. Il m'a dit hier soir combien ça avait été difficile de quitter la maison familiale où il a vécu 36 ans...

C'est par contre quelqu'un de très émotif, capable de pleurer en regardant un dessin animé... capable de pleurer en pensant à une musique qui le touche... capable de pleurer rien qu'en regardant sa fille jouer...

Je ne suis pas encore sûre qu'il soit Aspie, mais c'est tellement de choses que c'en est troublant, vous me direz ce que vous en pensez...

J'aimerais savoir comment l'aider. J'ai bien compris que les surprises, je vais dorénavant éviter :P qu'on prendra le temps d'organiser les choses... Bon là, forcément, au vu de la situation qu'on va devoir rattraper il va y avoir des changements dans sa vie, ça va être un peu difficile. Mais on va aller à son rythme.
N'hésitez pas à me faire part de vos trucs à vous, de vos astuces pour surmonter le quotidien, et toutes les angoisses que cela implique.
J'ai besoin de savoir comment je peux me comporter avec lui, quoi ne pas faire. Et l'autoriser à être lui même dorénavant.
Symphonie
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Mer Nov 26, 2008 15:15
Localisation : Ile de France

Message par bernard » Jeu Nov 27, 2008 12:38

Symphonie, je t'ai répondu sur l'autre post.
Les aspies ont une approche très particulière à la douleur et aux émotions.
Je pleure aussi quand je vais voir un dessin animé au cinéma avec ma fille.
Quand je me suis fait enlever une verrue sur l'épaule, j'ai refusé l'anesthésie locale pour ne pas perdre de temps et pour sentir la douleur, ce qui ne m'a fait ni chaud ni froid. C'est le dermato qui était surpris quand le bistouri grattait les chairs.
Mais je fonds sur les dessins animés comme un trop plein d'émotions.
Tu peux lui faire aussi le test de la lecture des expressions sur les visages. C'est surtout surprenant pour le NT qui fait le test.
On a fait le test à la maison tous les 3 aspies, séparément, et ma femme a été bluffé du résultat. Des erreurs d'appréciation avec les mêmes mots en erreur. A croire que c'était un coup monté. Or elle seule savait nos résultats. Depuis le SA l'intéresse beaucoup.
Est-ce que plus petit, il ne supportait pas le contact visuel ? Oeil - Oeil.
Par contre, cela m'a passé avec l'âge. Je fais comme les NT aujourd'hui sur ce point. Il a pu donc aussi le perdre avec l'age.
De plus, par rapport aux symptomes qui font le SA, on n'a pas tous les mêmes "trucs", ou alors pas avec la même intensité. Le livre de Tony Attwood dernière édition est bien fait et tu vas reconnaitre plus vite les traits de SA qu'il peut avoir s'il est aspie. Idem pour ta fille (on y parle adulte et enfant dans le livre).
Bonne découverte.
Bernard (49 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Passionné
 
Message(s) : 468
Inscription : Jeu Août 14, 2008 15:46
Localisation : Clermont-Ferrand (France)

Message par bzl92 » Mer Déc 03, 2008 0:27

Bonjour Symphonie,

Je suis soulagée de te lire, et de voir tout ce courage.
J'ai découvert il y a une semaine le SA (non sans mal) et ce site.

Comme toi, l'inexplicable commence à s'éclaircir, c'est comme un puzzle de 8 ans de vie où tout se met en place.

Je suis moins avancée que toi car je ne sais pas du tout si et comment je dois parler à mon ex de sa maladie.

Les symptômes sont tellement nombreux que je n'ai plus de doutes, moi qui ai cherché pendant tout ce temps sans comprendre...

Les signes que tu décris chez ton mari me parlent.
Le mien avait en plus une impossibilité de contact occulaire, une maladresse et une insensibilité au chaud/froid et à la douleur, des inflexions anormales dans la voix, une démarche très particulière, un silence pesant dans toute manifestations sociales, pas de projections dans le temps, pas d'envies ni de palisir dans rien.
Il est génial, surdoué, talentueux (avocat brillant, qui l'aurait cru?,?)

Il a 6 enfants (3 avec moi).
Et c'est là le problème. Pour l'instant, les 2 aînés sont surdoués. Mon aînée en prend le chemin, la numéro 2 m'inquiète beaucoup (peur du changement, émotivité débordante et irraisonnée, pas de communication à l'école, très maladroite, etc. Elle a 3 ans.)

Peux-tu dire comment ton mari vit cette annonce? qu'a t il décidé d'adapter? est-il "blessé" ou triste d'être "malade"??? Que comptes-tu faire pour ta fille?

J'aimerais tellement l'aider, et par contrecoup aider tous ses enfants qui pataugent émotionnellement face à un père déconnecté. Comment est ton mari avec la petite?
A-t-il déjà eu des épisodes dépressifs? des idées noires? c'est ce que je crains pour mon ex.

bon courage à toi, je suis dispo en MP si tu veux échanger.
bzl92
 
Message(s) : 9
Inscription : Mar Déc 02, 2008 20:53
Localisation : lavaur

Message par Veronique1 » Mer Déc 03, 2008 1:21

bonjour bzl92,

le S.A n'est pas une maladie, mais un handicap.
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par Symphonie » Jeu Déc 04, 2008 14:47

Bonjour bzl92,

Tout cela n'est pas facile, on avance doucement... Disons que pour lui, c'est un début d'éclaircissement, mais j'ai été franche et claire avec lui : pour moi, cela n'excuse pas son comportement. Il m'a profondément blessée, il a fait du tort à sa fille, à sa mère bref, les dégats sont nombreux. En revanche cela expliquerait. Cette situation, et plein d'autres dans sa vie.
Le temps fera son affaire pour panser les blessures.

Pour le reste, j'attends de lui qu'il aille à la rencontre de lui même, avec moi à ses côtés, mais ç doit être une démarche volontaire ! Et j'attends de lui qu'il profite de cette info pour apprendre à faire mieux. Je ne suis pas en train de lui mettre une "excuse" entre les mains...
Je veux qu'il soit combatif !

Alors pour le moment, c'est une peu flou, il n'est pas très enclin à approfondir le sujet. Je me documente pour essayer de mieux le comprendre, de l'aider, de réagir de façon proportionnée vis à vis de lui.
On va d'abord résoudre les problèmes un par un.

Notre fille est petite (2 ans 1/2) et pour le moment, les suspicions à son égard sont minces (des soucis avec les bruits, la peur des autres enfants, la difficulté à jouer avec les autres), donc on verra cela en temps, et on fera les recherches à ce moment là pour les deux.
Avec elle il est papa "copain"... j'ai du mal à obtenir son soutien dans l'éducation, il a tendance à se positionner en "enfant"... du genre si elle lui demande un bonbon il ne sait pas si c'est oui ou non (alors qu'il connait les critères) et donc il vient avec elle me demander... C'est un exemple, il y en a des tas...

Si tu veux en discuter, ici les MP étant désactivés, tu peux me contacter (ainsi que tout personne ici qui le souhaiterait ;) ) par msn ou mail à

joliesymphonie(at)hotmail.fr

(précaution anti-spam, remplacer (at) par l'arobase)

A bientôt !
Symphonie
Nouveau
 
Message(s) : 16
Inscription : Mer Nov 26, 2008 15:15
Localisation : Ile de France

Bonjour,

Message par Regina » Jeu Déc 04, 2008 15:15

Bonjour,

comme Véronique j'adhère à la théorie du handicap (il y a toujours des controverses dans ce domaine) et je pense que c'est important même pour la communication.
A mon fils je l'ai expliqué en lui disant, que bien que le mot "handicap" peut inquiéter, déjà nous sommes tous handicapés dans la famille puisque nous sommes myopes et la myopie est un handicap. Il y donc des degrées de handicap très différents, tout comme il y des formes de handicap diférents , dont celui du SA, qui est pratiquement "invisivble", parfois même à peine pérceptible. Et tout comme on peut porter des lunettes pour compenser la myopie il y a des moyens de combler le SA, certes plus fastidieux, plus délicat à mettre en oeuvre aussi et avec des résultats moins rapides/spectaulaires, mais faisables.
Ces raisonnements l'ont beaucoup rassuré et il dit d'être très content parce qu'il avait peur d'être malade.
Je pense, ce qui l'inquiétait dans cette crainte est, qu'instinctivement il est conscient du fait qu'une maladie est beaucoup plus inprévisible, peut dés fois être guérie mais aussi évoluer, s'aggraver. (Et s'il avait une maladie, bien, il y aurait là aussi des raisonnements qui pourraient le rassurer - toute est une question de l'angle de vue!)

A bientôt
Regina
Maman d'un garçon de 13 ans, en attente d'un diagnostique, j'aimerais nouer des contacts avec des personnes concernées dans le 06 et organiser des rencontres.
A bientôt, j'éspère.
Regina
Nouveau
 
Message(s) : 29
Inscription : Ven Oct 24, 2008 12:03
Localisation : 06


Retour vers ESPACE ASPERGER ADULTES

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité

cron