La peur des autres

Espace libre de discussion.

La peur des autres

Message par dark » Jeu Oct 30, 2008 8:58

Bonjour
j'ai peur de communiquer avec les gens sauf avec ma mère, ma grand-mère et ma cousine.
J'ai surtout peur de communiquer avec des inconnus.
Ma peur augmente quand il y a plus d'un interlocuteur.

Exemple:
Quand je parle avec ma mère tout va bien, puis mon beau-père arrive et là je me tais.

Avez-vous une explication?
dark
Regulier
 
Message(s) : 110
Inscription : Sam Oct 18, 2008 9:50
Localisation : loire

Message par stephAne » Jeu Oct 30, 2008 18:19

Bonjour Dark,

On a peur quand généralement on ne connait pas l'issue de quelque chose.
Et la, en particulier, (comme tu l'as bien défini dans un autre poste) du fait d'un déficit d'imagination au niveau des relations sociales ou Cécité Mentale, on n'a pas idée de ce qui se trame vis à vis d'un contact même familier.
Je pense, et j'en suis arrivé à cette conclusion, qu'il faut mettre en pratique certaines situations sociales de manière à s'aguerrir peu à peu.
C' est en réalisant que l'on risque rien quitte à se le répéter dans sa tête que l'on va intégrer les bénéfices d'un contact.
C'est vrai qu'il faut beaucoup se forcer au départ et que l'on peut préférer le silence ou ses routines.
Je pense que l'on peut y parvenir, j'y travaille tous les jours malgré parfois ma maladresse sociale.
Salut.
"le chemin de la vie est difficile, le difficile est le chemin de la vie"
stephAne
Enthousiaste
 
Message(s) : 47
Inscription : Ven Sep 07, 2007 18:26
Localisation : montpellier

Message par dark » Jeu Oct 30, 2008 19:53

stephAne a écrit :Bonjour Dark,

On a peur quand généralement on ne connait pas l'issue de quelque chose.
Et la, en particulier, (comme tu l'as bien défini dans un autre poste) du fait d'un déficit d'imagination au niveau des relations sociales ou Cécité Mentale, on n'a pas idée de ce qui se trame vis à vis d'un contact même familier.
Je pense, et j'en suis arrivé à cette conclusion, qu'il faut mettre en pratique certaines situations sociales de manière à s'aguerrir peu à peu.
C' est en réalisant que l'on risque rien quitte à se le répéter dans sa tête que l'on va intégrer les bénéfices d'un contact.
C'est vrai qu'il faut beaucoup se forcer au départ et que l'on peut préférer le silence ou ses routines.
Je pense que l'on peut y parvenir, j'y travaille tous les jours malgré parfois ma maladresse sociale.
Salut.
Ben moi,je pense que si on ne connait pas l'issue de quelquechose, on ne peut pas en avoir peur! Je pense que je suis conscient de mes difficultés sociales. J'évite les inconnus parce que auparavant, d'autres inconnus se sont moqués de moi et je l'ai mémorisé. J'évite de parler à mon beau-père car auparavant il m'a menacé.

Bref, je me sert de mes connaissances pour agir. (les connaissances qui sont "inscrites", pas celles qu'il faut deviner)
dark
Regulier
 
Message(s) : 110
Inscription : Sam Oct 18, 2008 9:50
Localisation : loire

Message par dark » Sam Nov 01, 2008 1:23

En fait, j'ai mal intitulé mon topic.
C'est pas "la peur des autres" mais "la peur de ne pas savoir quoi dire avec les autres".
Et quand je dis "la peur" c'est pas ça non plus, car je sais que je ne vais pas savoir quoi dire avec les autres.
Je trouve que je m'interroge trop sur le syndrôme. Il y a comme une incapacité à imaginer ce que l'on pourrait dire.
Je ne sais pas pourquoi il faut dire "bonjour, ça va, merci, vous avez beau temps?, comment va untel?, au revoir......"
Je suppose que ce sont des moyens d'entamer une conversation mais pourquoi je les dirais si je ne sais pas quoi dire ensuite??

Je pense que je suis plus à l'aise avec certaines personnes parce qu'elles ne vont pas m'obliger à parler. Je sais que je peux être avec elles sans parler et qu'elles respecteront mon silence, même si elles ne comprennent pas mon silence.
dark
Regulier
 
Message(s) : 110
Inscription : Sam Oct 18, 2008 9:50
Localisation : loire

Message par bb » Sam Nov 01, 2008 19:01

être... simplement en somme...
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par Invité » Sam Nov 01, 2008 19:58

dark a écrit :En fait, j'ai mal intitulé mon topic.
C'est pas "la peur des autres" mais "la peur de ne pas savoir quoi dire avec les autres".
Et quand je dis "la peur" c'est pas ça non plus, car je sais que je ne vais pas savoir quoi dire avec les autres.
Je trouve que je m'interroge trop sur le syndrôme. Il y a comme une incapacité à imaginer ce que l'on pourrait dire.
Je ne sais pas pourquoi il faut dire "bonjour, ça va, merci, vous avez beau temps?, comment va untel?, au revoir......"
Je suppose que ce sont des moyens d'entamer une conversation mais pourquoi je les dirais si je ne sais pas quoi dire ensuite??

Je pense que je suis plus à l'aise avec certaines personnes parce qu'elles ne vont pas m'obliger à parler. Je sais que je peux être avec elles sans parler et qu'elles respecteront mon silence, même si elles ne comprennent pas mon silence.


Peur de ne pas quoi dire aux autres ? Ho oui, très très souvent. Mais c'est pareil, j'apprends à gèrer, même si la moitié du temps je pense que ce que je dis n'a aucun interêt, qu'on va me trouver bizarre, c'est angoissant.
Je me suis inscrite de moi-même en salle de sport, fréquenté à 90 % par des dames à partir de la 30 aine --) 70 ans, cours d'aquagym et de taï chi chuan.
Si en salle ou dans l'eau, on est finalement "seul", c'est autre chose dans les vestiaires. Il faut trouver des sujets "bateaux" : la météo est l'un des meilleurs, tout le monde a un avis sur le temps qu'il fait LOL ou les soldes, ça marche bien les soldes.
Parfois, ça ne marche pas, donc je me tais, je les écoute vaguement sans trop saisir, je rentre dans ma bulle.
Invité
 

Message par katharyna » Dim Nov 16, 2008 20:08

Bonjour, Dark.
Je suis exactement dans le même cas que toi.
Si une conversation ne s'oriente pas vers un sujet précis, que je maîtrise il m'est très difficile de parler et encore plus de communiquer avec une personne.
Quand il commence à y avoir trois personnes et plus dans une conversation il m'est alors impossible de parler.
Le temps que je réfléchisse à une réponse et que je décide de quelle façon je vais la formuler la conversation des autres personnes a trop avancé pour que je puisse formuler la réponse que je souhaitais donner.

Bref tous ça pour dire que je ne sais pas quoi dire face aux autres, surtout à la fac.

Sinon j'arrive à communiquer assez bien avec mes parents et ma soeur mais je ne perçois pas quand je parle trop de mes intérêts spéciaux et qu'ils s'ennuient.

J'ai du mal à admettre que les sujets passionnants comme les sciences, les livres de SF-fantasy et les rêveries n'intéressent absolument pas la majorité des gens.
katharyna
Nouveau
 
Message(s) : 13
Inscription : Sam Mars 29, 2008 10:51
Localisation : paris

Message par Balshân » Mar Nov 18, 2008 5:01

Exactement comme vous. Pourtant je ne suis pas persuadé d'être Aspie (je n'ai que certains symptômes, mais pas tous, loin de là).

Katharyna et Dark, j'aurais pu écrire exactement ce que vous avez raconté, au mot près.

J'ai jamais compris pourquoi. Une fois j'en ai parlé à une psychiatre (qui me suivait pour une dépression), elle n'a pas eu l'air trop intéressée, et puis finalement au bout d'une dizaine de séances, elle m'a dit "je ne peux rien faire pour vous" (le truc qui rassure! :cry: ). Voir des psys ne m'a jamais servi à rien (si ce n'est à avoir des médicaments qui ont marché pendant quelques mois), d'ailleurs c'est peut-être simplement parce que je ne leur racontais pas grand-chose, et en tout cas pas ce qu'ils attendaient (mais qu'attendaient-ils?). Moi j'attendais qu'ils me posent des questions (sinon je voyais pas trop de quoi parler), mais visiblement, les psys ne fonctionnent pas comme ça, faut tout leur déballer spontanément. Mais voilà, moi je ne déballe rien spontanément, surtout à des gens que je connais pas. Bref, ça n'a pas marché, mais ma dépression est partie quand j'ai arrêté les antidépresseurs (:roll:)...

Et pour mes problèmes relationnels (pas savoir quoi dire aux gens), toujours aucune solution en vue...
Du coup, j'évite de me trouver dans des situations où je dois improviser une conversation avec des gens que je connais pas bien, pour éviter les silences gênants et qu'on me prenne pour quelqu'un de bizarre...

Plusieurs de mes amis sont des gens très bavards (je suis plus à l'aise avec des gens bavards, car ils ont toujours qch à dire, donc il n'y a pas de risque qu'il y ait un silence gênant même si je ne dis rien).

Enfin bref, si quelqu'un a une solution (autre que ne pas sortir de chez soi ou dire seulement bonjour) pour sortir de cette situation, je suis preneur... :wink:
Balshân
Nouveau
 
Message(s) : 10
Inscription : Mer Sep 10, 2008 14:12
Localisation : dans la forêt

Message par Invité » Mar Nov 18, 2008 10:03

je suis comme ça aussi Balshân, je suis beaucoup plus à l'aise avec les gens très bavards...ceux qui causent pour 2 :mrgreen:

et, d'ailleurs, j'étais très surprise en arrivant sur ce forum que des aspis envisagent ou vivent des relations amoureuses avec d'autres aspis.
Enfin de quoi ils causent :lol: :lol: :lol: ?
Invité
 

Message par Invité » Mar Nov 18, 2008 10:31

j'étais très surprise en arrivant sur ce forum que des aspis envisagent ou vivent des relations amoureuses avec d'autres aspis.
Enfin de quoi ils causent ?


A 30 ans, j'ai été malade, je suis allée chez ma doctoresse croyant avoir choppé un virus : elle a eclatée de rire devant mes symptômes : j'étais amoureuse...
Pou moi ça n'a pas été évident, montagnes russes de sentiments, j'ai eu beaucoup de mal à appréhender et à vivre cela. Surtout que Monsieur de l'autre côté était, et je l'ai seulement découvert en début d'année, "aspie" avec un côté beaucoup plus mysanthrope que je ne le suis.
Quand on était dans les bras l'un de l'autre, pas besoin de paroles, mais c'est vrai que dans la vie de tous les jours, la conversation manquait cruellement. J'ai ressenti un manque de mon côté, pas lui, j'ai besoin d'être stimulée continuellement pour rester dans le réel, pas lui, il était bien comme il était et n'avait pas l'intention de changer.

Un jour, on a décidé d'avoir un RV comme dans les films plutôt que de rester enfermés à la maison , on est allée dans une "waffle house" (fast-food de gaufres, USA) et on s'est retrouvé en face l'un de 'autre, devant notre assiette, on n'a pas pu sortir un mot...C'était loin de ce qu'on pouvait voir dans les films.
Nous avons fini nos gaufres en silence et lui il est retourné à son atelier où il a peint 6h de suite sans sortir....

J'ai tourné la page 6 mois après.
Invité
 

Message par bb » Dim Nov 23, 2008 11:46

j'ai peur des autres parce que personne dans mon enfance ne m'a appris le monde la communication neurotypique, une sorte de mode d'emploi rapide pour les circonstances de base au moins, nan... rien... j'ai avancé dans le flou et l'inexistence, l'incertitude, l'imprévisibilité la plus totale...

aucun adulte responsable ne m'a appris à fonctionner avec ce qui, de l'autisme m'était handicapant à communiquer avec autrui neurotypique.

alors aujourd'^hui ce n'est plus de la peur c de la terreur, mêne si j'ai une veste de normalité, au fond je tente petit à petit, à présent que je suis adulte, de me rencontrer, et m'apprendre progressivement, pour trouver comment fonctionner dans ce monde, en somme je fais à présent pour moi, ce que mes parents et d'autres professionnels auraient DU faire pour moi...

comprenez dès lors le retard que je peux avoir dans la méconnaissance de ce qui m'est possible dans la communication, les relations etc... en tant que personne autiste, ceci afin de ne pas perdre la raison, devenir toxicodépendante ou imbibée totalement de neuroleptiques, perdre une décénnie en hôpital psychiatrique, commettre des erreurs énormes dans les compétences sociales, se faie abuser dans le sens de vivre la crédulité sans protection...etc

pourquoi personne ne m'a appris? m'a expliqué? n'a tenue compte de ce dont j'avais besoin(besoins souvent simples, bien que différents de la norme!!!).


j'ai peur je suis très triste et en colère...

en même temps j'apprends la communication, à me protéger, petit à petit j'apprends à connaitre "bb", à m'accepter comme je suis... c'est un énorme travail...

ce qui m'impressionne le plus, c'est la terreur des autres, de tout ceux vers qui c'est moi qui doit aller, car si les personnes restent auprès de moi jusqu'à ce que je sois assurée deleur respect de ma personne, cela fonctionne bien, mais si moi je dois agir comme tout le monde, alors je vomirais rien de songer à l'exposition de ma vulnérabilité...

bonne journée

(je ne poste plus car pour moi les temps sont durs, et je ne veux pas marquer tous les jours la même chose sur le forum, je n'y vois pas de logique :) )
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par bernard » Lun Nov 24, 2008 2:04

Bonsoir BB,
Chaque jour est différent, même un petit peu et tes posts ne sont pas identiques. Tu sais exprimer des nuances dans tes posts et tu es une brique de ce forum comme nous tous qui cherchons des réponses.
Tu comptes pour nous.
Bernard (49 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)
Avatar de l’utilisateur
bernard
Passionné
 
Message(s) : 468
Inscription : Jeu Août 14, 2008 15:46
Localisation : Clermont-Ferrand (France)

Message par bb » Lun Nov 24, 2008 10:53

:oops: 8)
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par bb » Sam Jan 03, 2009 16:00

ben j'ai parlé longuement ce matin encore, avec une amie, de la peur , de la terreur plutôt... je me sens si triste, je suis si fatiguée...fâchée aussi...

je n'ai pas peur des gens, mais de leur cruauté, je... je n'ai plus la force d'absorber de négativité pour en dégager ma vérité, les dires de mon vis à vis à propos des mes difficultés... je n'ai plus le courage de prendre de risque à ce sujet précisément.

j'ai pris des risques à demander diverses prises en charge pour ma petite famille, sous couvert de la femme seule élevant des jumeaux...

à présent que j'atteins progressivement l'équilibre voulu il y a 3-4 ans pour ma tite famille, je reste quand même seule et désespérée dans ma tête. il y a une vraie bb coincée derrière différentes façades de neurotypie...

et la confusion, l'hypocrisie, la cruauté(ou méchanceté) des gens me terrorise... j'ai tout le temps envie de pleurer, de dire la vérité comme je la pense, de parler de ce qui me dérange, de décortiquer mes incompréhensions sans relâche, parceque j'ai BESOIN de comprendre, je ne peux plus supporter d'imprévisibilité, j'en peux plus.

je vais devoir exprimer mes émotions à l'aveugle, dans un monde qui me terrorise, je ne saurais actuellement reprendre les mêmes risques me concernant j'ai consummé là toute ma force...
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par omega » Lun Jan 05, 2009 16:25

bb a écrit :j'ai peur des autres parce que personne dans mon enfance ne m'a appris le monde la communication neurotypique, une sorte de mode d'emploi rapide pour les circonstances de base au moins, nan... rien... j'ai avancé dans le flou et l'inexistence, l'incertitude, l'imprévisibilité la plus totale...

Pareil que toi, mais je ne vois pas qui aurait pu me l'apprendre.
Pour ceux qui la comprennent, elle est évidente, naturelle, spontanée, implicite, inconsciente. S'explique-t-elle?
Et les autres ... ben voilà, quoi. :lol:

Chacun son chemin... il y a de la place pour chacun en ce monde.
J'ai moins peur des gens depuis qu'ils m'apparaissent comme des étrangers.

j'ai BESOIN de comprendre, je ne peux plus supporter d'imprévisibilité, j'en peux plus.

De comprendre quoi, qui? Les autres, ou toi-même?

Je ne suis pas sûre que la méchanceté des gens puisse être comprise... par contre, tu peux faire avec, apprendre à l'éviter du mieux possible et à ne lui accorder que l'attention qu'elle mérite.

Courage... :)
omega
Passionné
 
Message(s) : 1332
Inscription : Jeu Nov 27, 2008 17:12
Localisation : France

Message par bb » Lun Jan 05, 2009 16:47

en fait je sais pas... ou je sais plus...
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par bb » Dim Jan 11, 2009 12:18

je crois que je suis entrain de comprendre que je dois prendre du courage dans le coeur pour vivre la vie, et je vais certainement souffrir, parce que dans la vie on souffre c'est tout

ce fait ne doit pas m'empêcher de réaliser mes projets, le premier pas est difficile, parce que ma peur des autres vient aussi de ce qu'ils souffrent de ma souffrance, je ne le supporte pas, jour après jour, je vois à l'extérieur de moi ce que des gens ressentent de connaître mon quotidien...je dois gentiment m'y faire, mes jumeaux grandissent, ils sont intelligents, s'interrogent ont aussi meilleure conscience de ce qu'ils vivent, de ce que je vis...

mes enfants vont chez les petits copains faire la fête, des gens que je ne connais pas entre dans ma maison parce que c'est les parents du petit copain, ou que c'est bidule, le frère de machine qui vient avec trucmuche! les rencontres entre mamans se profilent aussi, car cela fait queqlues mois que les enfants ont commencé l'école...

et puis je vais avoir dans quelques mois la réponse de l'assurance invalidité...

tout va...dans le sens de vivre

suis-je le seul obstacle à moi-même?

est-ce que chaque être humain souffre et a peur des autres, mais vit malgré tout ,heure après heure pour se construire, vivre son présent?

et dans le cas du handicap? est-ce que l'envie de vivre pallie l'énergie supplémentaire requise pour poursuivre son chemin, comme chacun justement? n'est-il pas normal d'avoir la terreur des autres, quand les mentalités sont si cruelles avec les gens différents, n'est-ce pas une réaction normale au final?
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par bb » Dim Jan 11, 2009 13:01

ou donc va-t-on chercher la force de faire sa vie quand même, et si les parents n'ont rien appris de constructifs à ce sujet? et si mes seules références sont négatives, ou puis-je me servir de belles motivations, de références positives?
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Message par Invité » Dim Jan 11, 2009 14:11

salut bb,

en fait j'ai une phrase qui résume bien ce que tu traverse et comment on peut voir les chose pour continuer à avancer dans la vie même si les choses se compliquent quelque peu.

"le secret du bonheur consiste à prendre la vie à bras le corps sans jamais perdre espoir"

"prendre la vie à bras le corps" exprime bien le fait qu'il faut s'impliquer et cesser d'être spectateur de sa propre vie et "sans jamais perdre espoir" exprime bien le fait que le bonheur passe aussi par une certaine clairvoyance, par le fait de voir les bons côtés de la vie comme les mauvais, les choses qui progressent, que ce soit en nous ou chez les autres.

Il y en a une deuxième qui va très bien avec la première phrase :

"être heureux ce n'est pas nécessairement confortable"
Invité
 

Message par bb » Dim Jan 11, 2009 15:48

c'est vrai tout cela, je comprends solidement, cela signifie que tes propos de me donnent un moyen d'action dans le quotidien, et une certaine tranquilité d'esprit, car ce qui me gêne n'est pas uniquement ce qu'il adviendrait de faire, mais c'est surtout la manière d'y parvenir, un repère... solide, tangible

je suis une personne qui vit dans la terreur si je suis dans l'impuissance,le flou

je vis présentement un déclic , et je sais que je vais y parvenir, car je viens automatiquement de me focaliser sur un procédé très clair pour moi...me connaissant il pourra se passer n'importe quoi, je resterai focalisée sur l'essentiel de mon objectif...

bien sur il m'apparaît clairement que cela sera une période difficile, mais comme il est précisé dans cette phrase très représentative pour moi, et citée par laura " être heureux n'est pas nécessairement confortable"

je vais la dessiner cette phrase en faire un cadre car cela devient officiellement une des phrases qui m'accompagnent partout et qui me donne du courage, une ressource en somme...

pour ce qui est de prendre la vie à bras le corps, si je comprends bien l'expression, ben je sais faire!

merci , ce qu'il vient de se finaliser dans ma tête est très important pour ma vie présente et future...

si je saisi le principe il m'est indispensable d'agir, pas seulement de pousser la réflexion à son comble, et de baigner dans des soupirs d'inactions!!!

ma crise est officiellement terminée!

merci de me lire et merci d'exister
bb, dit bison blanc piégée entre deux mondes, inexistence...
Avatar de l’utilisateur
bb
Passionné
 
Message(s) : 498
Inscription : Mer Juin 08, 2005 16:36
Localisation : lausanne

Suivant

Retour vers ESPACE ASPERGER ADULTES

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron