les artistes, les politiciens....????

Espace libre de discussion.

les artistes, les politiciens....????

Message par Otis » Mar Mars 04, 2008 23:21

Depuis quelques temps, j'ai un problème : je vois des aspis partout !

Les artistes, presque tous, les politiciens, beaucoup, les prix nobels... (j'ai trouvé un lien là-dessus, mais je sais plus où je l'ai mis)

A la longue, je me suis dit : ou c'est moi qui déconne, ou ce syndrome c'est du n'importe quoi.

Puis il m'est venu une nouvelle idée : il n'est pas contradictoire que TOUS (en tirant la corde) les artistes soient des aspis. Il ne faut pas se poser la question : comment comparer Claude François et Sid Vicious
(note : je les choisis exprès parce que je n'écoute aucun des deux. François, je ne boude pas le danser en soirée (Alexandrie, je deviens fou si tu ne me parles pas, assez autiste), mais je ne vais pas le programmer chez moi !!!! Vicious, bof, c'est pas un génie. J'ai longtemps écouté les Pistols, mais le génie c'est Rotten/Lydon (je suis un antéchrist, je suis un anarchiste, je ne sais pas ce que je veux, mais je sais comment l'obtenir : en détruisant les passants !!) )
il faut poser la question : quelle est leur focalisation, quel est leur public visé !! Voilà !!
ET CA CHANGE TOUT (voir epistemo à moi que j'ai)

Le gars qui chante pour les enfants (Henri Dès), les simples d'esprit, les nt, forcément, il va pas faire comme celui qui vise les plus déchirés, genre Virgin Prunes.

la question n'est donc plus : tel chanteur est-il aspi (ils le sont quasi-tous, s'ils ont quelque chose à passer); mais : est-ce que ce chanteur-là vise l'aspi, volontairement, non, ou vise le tout venant ?

Pour revenir à Christophe Willem, je ne vois pas comment il pourrait ne pas avoir une sensibilité d'aspi, mais il est possible qu'il vise un plus large public, en étant, au fond, bien gentil.

Mutatis Mutandis, je dirais de même pour beaucoup de politiciens, et chefs divers.
je ne suis ni pour ni contre vous, bien au contraire
Otis
Passionné
 
Message(s) : 432
Inscription : Ven Fév 15, 2008 19:54
Localisation : bxl

Message par Veronique1 » Mer Mars 05, 2008 0:48

bonsoir Otis,

je suis ce que tu dis et je trouve drole que tu parles de Claude François. Parce que hier soir, quelqu'un dans une emission a fait le parralèle entre Claude François et Sarko (coté hyperactif), et puis il a dit que s'il etait mort, c'etait à cause des détails, il n'avait certainement pas supporté l'ampoule un peu de travers, et qu'il passait son temps à ne voir que les détails, Claude François disait de lui mème qu'il etait hyper anxieux, et des tas d'autres caractéristiques des SA. mais oui, je pense que tu te trompes, il faut entrer dans les critères du DSM 4 et CIM 10 de l'OMS. et d'après les stats, il n'y a qu'un autiste pour 150 personnes...donc peu de chance d'en rencontrer autant que tu le dis.
Amicalement
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par billyjul » Mer Mars 05, 2008 0:55

un texte de zazi écrit pour chris will

Je suis un oiseau
qui est tombé de haut
Je traîne ma peine
Une larme qui coule
J’ai dans la gorge une boule
Comme une pierre qui roule

Perdu l’innocence des jours passés dans la cour de l’école
Du bonheur j’en ai pas y en à k’pour Pierre et Paul

Jacques a dit cours, Jacques a dit vole
Mais pas le jour où je décolle

Jacques a dit cour, Jacques a dit aime
J’ai beau t’aidé tu par quand même

Jacques a dit marche, Jacques a dit rêve
Le fait en marche et que j’en crève

Jacques à dit certes je lui pardonne
Jacques est un rêve pas un homme

Reste une mélancolie
Caché sous mon manteau de pluie
Qui traîne encore
Je ne sens plus le vent dans mes voiles
Dis moi à quoi me serre mon étoile
Si je perds le Nord

Des îles je les ai mérités
Mes ailes je les ai pas volées
J’ai tout fait comme tu m’as dit
Mais le rêve s’évanoui

Jacques a dit cour, Jacques a dit vole
Mais pas le jour où je décolle

Jacques a dit cour, Jacques a dit aime
J’ai beau t’aimer tu par quand même

Jacques a dit marche, Jacques a dit crève
Le fait en marche et que j’en crève

Jacques a dit certes des tas de choses
Mais sur la vie pas toute rose

Jacques ne dit pas tout, Jacques me dit mort
Jacques ne sait pas ce qu’on vit
Jacques ne sait pas que c’est tout gris
Jacques ne sait rien de la vie
La vie c’est tout gris

Jacques a dit certes je lui pardonne
Jacques est un rêve pas un homme
billyjul
Regulier
 
Message(s) : 79
Inscription : Lun Jan 14, 2008 2:18
Localisation : paris

Message par Nita » Mer Mars 05, 2008 8:31

Un jour, agacé, l' un de mes fils m' a dit "Tu vois des autistes partout ! Ca te rassure de croire que tout le monde est comme toi !"

Je ne sais pas pourquoi j' ai cette tendance à voir des Aspies partout, mais je peux te dire, d' expérience, que cela peut occasionner de grosses déceptions.

Je me suis rendue à la raison le jour où j' ai été victime de mes croyances. Je m' étais engagée dans une relation affective avec une personne que j' aimais beaucoup, et qui - selon moi - semblait posséder toutes les caractéristiques du S.A. J' étais en confiance totale parce que je pensais que cette personne était Aspie, donc innofensive, parfaitement honnête, sincère, incapable de mentir, de tricher, etc.

Or cette personne m' a fait beaucoup de mal en me mentant quotidiennement pendant une assez longue pèriode. Lorsque j' ai découvert ses mensonges, j' en ai été malade. D' autant plus que la personne a continué à mentir, et a poussé le vice jusqu' à nier devant les preuves. A tel point que j' ai cru que j' allais devenir folle.
Cela a tourné à la torture mentale. Ce n' est certainement pas ce que recherchait cette personne, je ne pense pas qu' elle soit méchante, ni qu' elle ait fait exprès de me mettre dans un tel trouble, je me suis torturée mentalement toute seule en essayant obsessionnellement, et par tous les moyens, à comprendre pourquoi elle avait fait cela, et à me demander comment c' était possible qu' une personne soit d' une telle mauvaise foi, puisse mentir avec un tel applomb, même devant les preuves concrètes.
Cela a été d' autant plus destructeur pour moi que cette personne m' a dit qu' elle n' avait aucune explication rationnelle à me fournir.
Or tu sais comme c' est déstabilisant pour nous d' être confrontés à une situation illogique, irrationnelle... et comme nous sommes obsédés par le besoin de comprendre...
Dans cette histoire, j' ai bien failli devenir folle !
Je pense que si, au début de la relation, je n' avais pas été persuadée que cette personne était Aspie, j' aurais moins souffert.
J' ai été fragilisée par le fait que je ne m' attendais pas à ce que cette personne me mente, et que je lui ai attribué des qualités morales qu' elle ne possédait pas.

Donc: prudence !
Une personne qui a l' air d' être Aspie ne l' est pas forcément !

Beaucoup de gens ont des points communs avec les Aspies, mais comme le dit Véronique, il faut réunir un certain nombre de critères du DSM4 et (ou ?) de la CIM10 de l' OMS pour être diagnostiqué Asperger. Et cela, seuls les spécialistes peuvent le faire.

On peut être hyperactif, créatif, phobique, obsessionnel, non-conformiste, décalé, atypique, bizarre, etc. (c'est le cas de beaucoup d' artistes, entre autres) sans être Aspie.
Il ne faut pas perdre de vue le fait que le S.A. est un handicap comportant de nombreux troubles invalidants (c 'est pour cela que c'est un handicap).

Pour ma part, l' expérience que je viens de raconter me servira de leçon.
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par billyjul » Mer Mars 05, 2008 11:03

le mensonge n'est pas résevé aux NT nita moi j'ai apris àle faire même si j'ai vraiment du mal et que sa me stresse de mentir et que je n'aime pas sa
billyjul
Regulier
 
Message(s) : 79
Inscription : Lun Jan 14, 2008 2:18
Localisation : paris

Message par Nita » Mer Mars 05, 2008 14:35

Tu as raison, Billyjul, les Aspies peuvent apprendre à mentir. Moi-même je peux mentir, même si je mens très mal et si, comme toi j' ai horreur de cela.
Je n' ai eu recours au mensonge que très rarement, et dans des situations exceptionnelles.
J' évite de mentir, d' une part parce que cela me met en contradiction avec mes principes moraux, et que cela peut me rendre malade, d' autre part parce que cela se voit trop que je mens, on me l' a toujours fait remarquer que je ne sais pas mentir.
Même pour faire des blagues (genre Poisson d' Avril) je ne suis pas douée.

Peut-être que d' autres Aspies savent mieux mentir, mais je ne crois pas qu' un(e) Aspie puisse mentir avec autant d' applomb que la personne dont j' ai parlé, et sur une si longue durée.
En l' occurence, il s' agit d' un seul mensonge (il y en a peut-être eu d' autres, mais je n' en ai remarqué que celui-ci) et c'est un mensonge grave car il remettait en cause les bases même de notre relation.
Je ne pense pas qu' un(e) autiste soit capable de faire cela, et d' encore en plus nier devant les preuves (pas une fois, mais plusieurs fois pendant près d' un mois, tous les jours).
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par Veronique1 » Mer Mars 05, 2008 21:47

Bonsoir Nita,

Il faut arreter avec cette légende de dire que les aspi ne peuvent pas faire de mal, si, ils peuvent en faire, peut etre sans le vouloir, sans le faire exprès, sans s'en rendre compte, mais si ils peuvent faire parfois beaucoup de mal. Ce sont des etres humains, pas des anges...
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par Nita » Jeu Mars 06, 2008 1:15

Bonsoir Véronique,

Nous disons bien la même chose: si les Aspies font du mal, c' est involontairement.
Dans mon récit, la personne savait très bien ce qu' elle faisait, et avait parfaitement conscience des conséquences de ses actes, notamment de l' état dans lequel cela me mettait. Elle me l' a avoué.

Je ne connais pas tous les Aspies de la Terre, et ceux que je connais, je ne vis pas avec eux, la seule Aspie que je connais intimement c' est moi.
Mais je sais, j' ai constaté, que les Aspies peuvent effectivement faire du mal. Mais je suis convaincue que tous les Aspies sont incapables de faire souffrir quelqu' un sans raison, juste par vice. Peut-être que je me trompe, mais je le répète, je ne connais pas tous les Aspies de la Terre.

Personnellement, on m' a souvent dit que j' étais méchante, que j' étais capable de faire beaucoup de mal. Et je sais qu' effectivement, j' ai fait souffrir des gens. Mais je n' avais pas conscience de les faire souffrir. Généralement, c'est ma franchise, mes crises de colère, ma soit-disant indifférence, mon inconstance affective, mon immaturité, mes "caprices", mon égocentrisme, mon impulsivité, qui font souffrir les gens.
Par contre, tous les gens que je connais apprécient le fait que je sois digne de confiance. Je n' ai jamais trahi personne. Pour moi, la confiance c'est sacré.
Et c' est bien de cela dont je parlais dans l' exemple que j' ai donné en racontant ce récit. J' ai été trahie, et je n' arrive pas à comprendre

Toutes les personnes de mon entourage m' ont dit "Quand tu es en colère, tu es infernale, dans ces moments-là tu peux être très méchante. Tu peux dire des choses horriblement blessantes, mais au moins tu es franche et directe, et tu n' es pas rancunière. Tu exploses pendant cinq minutes et après on n' en parle plus".
Mais je sais que certaines personnes n' ont pas pu oublier des paroles que j' ai dites sans réfléchir, dans un moment de colère.
Parce que mon plus gros défaut est de dire tout ce que je pense, au moment où ça vient, sans réfléchir et sans avoir aucune conscience des répercussions que cela peut avoir. Ca c' est ce que l' on me reproche le plus souvent.
Mais faire du mal de façon délibérée, j' en suis incapable. Même si je le voulais, je pense que je ne saurais pas le faire.
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par Otis » Jeu Mars 06, 2008 1:24

Tu sais Nita, je me dis que ma femme séparée bientôt divorcée pourrait bien penser la même chose de moi, que toi de tu type dont tu parles. Tout ça n'est pas nécessairement contradictoire.
je compte en parler bientôt dans epistemo : dans un cadre fermé, une boite, une relation coincée (ce que des psys appellent "un couple pervers") le pire peut arriver. C'est une question d'échelle, de distance à laquelle on porte le regard. Un de mes rares succès de ma période prof avec mes élèves, c'est cette leçon que j'ai donnée : j'ai dit que si l'on prend la taille des gens, répartis disons de 1m60 à 1m90 (en Belgique on est plus grand :)), et qu'on regarde de loin, on ne voit pas beaucoup de différence dans le groupe, mais vu de près on dit "très petit" ou "très grand".
Deux aspis coincés dans la colère et le doute peuvent se mettre à se trouver infiniment distant, alors qu'ils sont si proches....

Mentir. Ma meilleure technique : dire la vérité pure avec un air ironique, comme ça on ne me croit pas, et je survis.
je ne suis ni pour ni contre vous, bien au contraire
Otis
Passionné
 
Message(s) : 432
Inscription : Ven Fév 15, 2008 19:54
Localisation : bxl

Message par Nita » Jeu Mars 06, 2008 2:34

Ohlala, Otis, c' est bien compliqué tout ça !
Décidemment, les relations humaines sont trop complexes pour moi. Et comme par hasard, c' est l' une des choses qui me passionnent le plus.
C' est plus fort que moi, il faut absolument que je cherche à comprendre... mon psy m' a dit que je cherchais à "percer le mystère humain".

Il y a des jours où j' en ai vraiment marre de me prendre la tête comme ça, et où je me dis "Laisse tomber, tu n' y comprendras jamais rien. Vis toute seule, oublie le reste du monde !"
et d' autres jours où je m' empoisonne la vie à essayer de comprendre pourquoi Untel fait ceci ou cela, à harceler tous les gens que je connais pour leur demander ce que je dois faire ou dire dans telle ou telle situation.

Otis a écrit :Mentir. Ma meilleure technique : dire la vérité pure avec un air ironique, comme ça on ne me croit pas, et je survis.

Ce ne doit pas être facile à faire ! Déjà, prendre un air ironique, de façon délibérée, ce n' est pas évident, mais en plus le faire dans un contexte où ton esprit est en contradiction avec l' expression faciale que tu affiches, c' est pour moi un exploit !

Moi j' ai le probléme inverse, depuis toute petite j' ai un rictus ironique (il s' est heureusement beaucoup atténué avec l' âge), je crois que c' est à cause d' un tic nerveux, qui associé à la forme de mes lèvres me donne cet air ironique par moments. Cela m' a valu beaucoup de mésaventures douloureuses. Les gens croient toujours que je suis ironique même quand je ne le suis pas (j' ai appris l' ironie assez tard, vers l' âge de 20 ans), et surtout malheureusement, dans des situations où je suis au contraire parfaitement sèrieuse et même profondemment triste.
Je hais mon rictus, à cause d' un souvenir dont je n' arrive pas à me défaire: j' avais 7 ans, ma grande soeur venait de se faire sévèrement gronder par notre grand-mère, j' ai regardé ma soeur en pensant qu' elle allait comprendre que j' étais choquée par ce qui lui arrivait. Or ma soeur a eu une réaction totalement inattendue, elle m' a crie: "Et ça te fait rire ?! "
A cause de ce maudit rictus, les gens croient souvent que je leurs mens ou que je me moque d' eux.

Pour ce qui est du mensonge, plutôt que de mentir, je préfère dire: "Je ne souhaite pas répondre à ta question. "Ou "cela ne te regarde pas."
Mais en général, comme je suis impulsive et que je ne réfléchis pas avant de parler, je dis la vérité.

D' autre part, il y a mensonge (le fait de dire une chose qui est fausse) et dissimulation (le fait de cacher quelque chose, dans le but de faire du mal ou pour ne pas montrer une partie moche de sa personnalité, ou pour des tas d' autres raisons).

La personne dont j' ai parlé ne m' a pas menti au départ. Elle m' a dissimulé quelque chose. C' est lorsque j' ai découvert ce qu' elle me dissimulait que cette personne m' a menti, ensuite elle s' est enfoncée dans le mensonge, ce qui est d' autant plus incompréhensible pour moi que je ne lui en voulais pas au départ, et que j' étais ouverte au dialogue.
Je ne voyais pas quel interêt elle avait à mentir. Je m' en foutais qu' elle m' ait caché cela.
Le probléme c' est qu' ensuite, cette personne a inventé toutes sortes de mensonges, et m' a entrainée dans une situation extrêmement déstabilisante pour moi, et où en plus je perdais l' estime de moi-même.
Là, l' expression que tu emploies: "couple pervers", prend tout son sens, car effectivement à un moment donné, notre relation a basculé dans la perversion. Mais je ne suis pas outillée pour gérer ce type de relation, moi cela me détruit.
D' autant plus que je suis très obsessionnelle. Quand je ne comprends pas quelque chose, je m' y accroche au-delà du raisonable, à en perdre le sommeil, à en oublier tout le reste, à ne plus penser qu' à cela et rien d' autre. Avec tout ce que cela implique: crises de rage, stéréotypies, troubles du comportement, anorexie, automutilation, etc.
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par Otis » Ven Mars 07, 2008 17:54

Oui, en fait moi aussi. L'ironie m'est arrivée sans que je le fasse exprès. Et j'ai eu le même genre de problème étant petit. Et plus tard, puisque ma femme a failli me poignarder un jour, littéralement, à cause de mon air ironique. Elle ad it un truc drôle sur le coup : que l'ironie était la forme la plus basse de l'humour. Quelques temps plus tard, j'ai découvert d'où venait cette citation : de "Meurs un autre jour !" Ma femme c'était identifiée au méchant de James Bond !!!! A l'époque je croyais que je l'aimais pour ce genre d'attitude. Mais manant, je me demande si ça ne serait pas une juste cause de divorce.
D'autant que je me suis toujours identifié à James Bond, et à son ironie.

Mais j'ai appris que si je "retrouvais" cet air, alors je pouvais tout dire sans que le ciel ne me tombe sur la tête. C'est une protection, quasi magique. Personne ne croit que je puisse dire la vérité si le dis comme ça.


A propos de l'aspisme et du quota 1/150. Evidemment, ce doit être un problème de sémantique, de lexique, de taxonomie, de nosologie, de......

Autiste profond, je ne suis aps, Sarko non plus, personne ici, forcément !
Trouble de l'apprentissage, moi oui, clairement, mais à quel point ? comment ? ahhhhh, si vous posez des questions pareilles.... (pourriez-vous relevez les quota ? Non ? L'Europe le peut-elle ??)

A ce stade-ci de mon intereaction avec vous il semble nécessaire que je prête plus d'attention aux sigles barbares (TED-ibère, ahah, NS....) si je veux nager comme un poison dans l'eau (note : le poison, c'est fait exprès).
Quand j'aurai le spectre entre les mains, je serai Ottokar, le roi des diagnostiqueurs. Et tous on est des PPDA : Personne Potentiellement Diagnosticable Asperger.

(note : à ajouter à epistemo)
je ne suis ni pour ni contre vous, bien au contraire
Otis
Passionné
 
Message(s) : 432
Inscription : Ven Fév 15, 2008 19:54
Localisation : bxl

Message par Nita » Ven Mars 07, 2008 18:53

Otis a écrit :Elle ad it un truc drôle sur le coup : que l'ironie était la forme la plus basse de l'humour.

C' est amusant, l' un de mes ex-conjoints me l' a dit aussi (plusieurs fois) mais je n' ai pas trouvé cela drôle parce qu' il le disait méchamment.

L' ironie me dérange, car je ne sais pas comment réagir face à une personne ironique. Et pourtant, je sais être ironique (j' évite quand même, parce que je sais que cela peut être très blessant pour la personne qui en est la cible, surtout que je ne suis pas capable de doser mon humour, ni d' utiliser systématiquement les mimiques faciales appropriées.
Par contre j' adore les humoristes qui manient ce style à la perfection (Pierre Desproges par exemple).
Comme je dis toujours: je suis un bon émetteur mais un trés mauvais récepteur :lol:

Je n' ai pas encore compris l' utilité de prendre un air ironique pour dire la vérité sans que les gens te croient. En fait, je ne vois pas l' utilité de dire la vérité avec l' intention de ne pas être cru. Mais bon, je suppose que je ne dois pas chercher à comprendre, c'est une méthode que tu as inventée pour te protéger des réactions de ta femme, si j' ai bien compris.

Personnellement, je trouve dommage d' en arriver là (ne le prends pas mal, c'est juste un point de vue personnel, et je pense en même temps à mes mésaventures personnelles) mais je sais bien que toute vérité n' est pas bonne à dire et qu' il est parfois nécessaire de mentir pour conserver de bonnes relations avec les autres.
En fait c'est cela que je trouve dommage. Moi je déteste que l' on me mente, même si c'est avec des intentions louables.

Moi aussi j' ai des troubles de l' apprentissage. Je n' ai jamais pu rien apprendre avec les méthodes classiques, tout ce que je sais je l' ai appris toute seule, ou avec des personnes qui ont pris le temps de m' expliquer avec des dessins ou en faisant faire plutôt que de me montrer comment on fait. Les explications théoriques n' ont aucune prise sur moi, il me faut des images, des exemples concrets.
Je ne suis même pas capable de comprendre le mode d' emploi d' un appareil, il faut que je manipule l' objet pour arriver à comprendre comment il fonctionne.
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par Otis » Ven Mars 07, 2008 19:52

Il avait peut-être vu le James Bond aussi :)

Je ne prends pas mal ta critique. Je pense la même chose en fait. Mais comme tu dis, parfois on est si loin dans le labyrinthe qu'il y a des secrets que l'on ne peut plus dire.

Pour ce qui est de l'apprentissage, je suis exactement comme toi. Sauf qu'à force de me battre avec ça, j'ai finis par acquérir le programme "apprentissage théorique". Un peu comme Trinity dans Matrix apprend à piloter l'hélicoptère.

Tu n'as pas fait la remarque que j'attendais : que la protection ne marche pas tant que ça, puisque j'ai bien failli me faire poignarder. Mais voilà : les métaux glissent de ses mains, l'acier, l'argent (comme dans la blague de Devos : une femme peut très bien tenir un secret, la mienne, il n'y a aps moyen de savoir ce qu'elle fait de mon argent :)), et l'or (elle a enlevé un jour l'alliance. Tu me diras que moi non plus je ne la porte plus. C'est vrai. Mais moi, c'est parce que dans les jours qui ont suivi la séparation de corps, je me suis découpé plusieurs tendons de la main gauche (étrange expérience : la peau s'était détachée comme une peau de banane, et je voyais le blanc des tendons, et là j'ai pensé que c'était quelque chose que je n'étais pas sensé voir. Du rouge, oui, ça c'est normal, mais du blanc, non) et c'est le chirurgien qui l'a enlevée. Tu te rends compte : il a fallu un chirurgien pour m'enlever mon alliance.
Deuil difficile tu dis ?
Quant à elle, à mon avis, c'est quand elle a voulu se faire sauter qu'elle l'a enlevée. Je dis cela sans aménité.
je ne suis ni pour ni contre vous, bien au contraire
Otis
Passionné
 
Message(s) : 432
Inscription : Ven Fév 15, 2008 19:54
Localisation : bxl

Message par soleil_vert » Sam Mars 08, 2008 16:31

Bonjour!


Je post ici car le thème que je souhaite abodrer est un problème qui apparait souvent dans divers sujets.
Je voulais rebondir sur les disparités symptomatologiques chez les personnes présentant le syndrome d'Asperger.
Si les particularités cognitives générées par ce syndrome s'originent d'un trouble génétique concernant les informations codant pour la digestion du gluten et de la caséine, et que ces molécules sont digérées de telle sorte qu'elles sont assimilées par l'organisme sous une forme analogue à un opiacée, alors j'ai pu observer que nous ne sommes pas tous égaux devant les effets d'une drogue.
D'ailleurs le simple fait que l'on parle de "spectre autistique" viendrait confirmer cela. Je pense que là où se complique cette particularié génétique, c'est qu'en plus du symptome il faille en quantifier son intensité.
Par exemple plus haut Otis a écrit que lui pouvait maintenant s'en sortir avec les apprentissages théoriques, donc même si il avait ce symptome" avant il a pu le dépasser, hors ça peut ne pas etre le cas pour les autres, (comme pour nita ou pour moi).
Ceci mène à penser que même sous le vocable diagnostiquant "d'aspie" l'on trouve différents assemblages originaux de symptomes.
Concernant l'effet psychotrope des protéines que notre organisme serait incapable de réduire comme la majorité des gens, comparer avec d'autres substances psychoactives semble interessant.
Si je prends l'exemple de l'alcool, j'ai cru observer que pour une même quantité d'alcool, certaines personnes peuvent prendre leur voiture et rentrer chez eux alors que d'autres n'arrivent même pas à se souvenir qu'ils ont une auto; certains parviennent à maintenir une apparence de normalié comportementale sous l'effet de l'alcool alors que d'autres perdent toute leur contenance habituelle etc etc
Au point de vu de la stricte observation scientifique, on peut entre deux personnes alcoolisées trouver des similitudes symptomatologiques vis à vis de leur état, problème d'équilibre, de perception des distances etc Néanmoins, au point de vu pratique, à l'observation d'ensemble, on voit bien que pour une même quantité de substance psychotrope, les individus réagissent différements et certains présenteront des symptomes que d'autres n'ont pas.
Je pense que c'est ce qui rend les diagnostiques si difficiles à établir.
Le dsm IV comme le CIM 10 proposent d'ailleurs un ensemble de symptomes dont seuls la présence de quelques uns chez un individu semble suffir à établir un diagnostique de certitude, encore ici cela montre les disparités que l'on peut rencontrer dans ce syndrome (je n'ai pas pu trouver hélas les dernières moutres du cim10 et du dsm IV :( )
Je pense que les discussions sur "comment sont" les Aspies sont essentielles, car elles posent des observations qui doivent être concidérées lors des diagnostiques, et qu'à partir du moment où l'on trouve un particularisme qui soit réccurent chez nombre d'Aspies et que ces données soient transmises aux professionnels diagnostiquant, cela ne fera qu'aider à une meilleur prise en charge.
Mais là où moi j'estime qu'il y a un problème, c'est que l'on sait maintenant qu'Asperger est un trouble d'origine génétique, et que son diagnostique de certitude s'effectue toujours grace à des outils diagnostiques issus du domaine de la psy. (enfin je crois :x)
Si Asperger n'est plus une psychopathologie, mais qu'elle est une pathologie génétique, alors les diagnostiques de certitude obtenus par le cim10 et le dsm IV diagnotiquent non plus la pathologie (génétique) mais simplement une partie des symptomes présentés par le sujet atteint.
Si le syndrome d'asperger est une pathologie génétique, alors il doit y avoir des signes physiologiques qui à mon sens seraient plus aptes à fournir un diagnostique de certitude (je ne dis pas là qu'il faille écarter les diagnostiques psy, surtout pas, car les diagnostiques psy évaluent les répercussions de cette maladie chez le sujet, ce qui est essentiel, ne serait-ce que pour établir ses difficultés d'interaction d'avec la sphère sociale).
Voilà tout ça pour poser une question en fait ( :s ) étant donné que je ne sais pas comment sont effectués les diagnostiques. Est-ce que les diagnostiques de certitude se basent sur des données physiologiques (recherche de peptides de gluten/caséine dans les urines, test génétique etc), ou est-ce que les diagnostiques de basent seulement sur des observations psychologiques? Ou les deux?

bonne journée et merci d'avance pour les réponses
et désolé si c'est hors sujet mais je n'ai pas trouvé de sujet "diagnostique" (mais j'ai du mal chercher :x p)
soleil_vert
Regulier
 
Message(s) : 96
Inscription : Dim Sep 16, 2007 21:22
Localisation : bordeaux

Message par Nita » Sam Mars 08, 2008 17:46

Bonjour Soleil-vert,

Je trouve ton message très intéressant.
J' espère que quelqu' un pourra répondre à ta question, car moi je ne suis pas assez informée dans ce domaine, et mon cas personnel n' est pas une référence.
Mais je ne suis pas sûre que tous les autistes présentent une intolérance à la caséïne et au gluten. Il est connu que ce type d' allergie peut provoquer des symptomes sembalbles à ceux de l' autisme, et qu' un régime alimentaire peut faire disparaitre ou atténuer ces symptômes, mais cela ne concerne que les personnes allergiques à ces substances.
Ces personnes-là ne sont pas forcément autistes au départ.
Enfin, je me trompe peut-être, je ne fais que répéter des choses que j' ai lues, et comme ma mémoire me joue des tours en ce moment il n' est pas impossible que je mélange les informations.
Sur le forum Satedi, il y a plusieurs discussions traitant de ce sujet précis.
A l' heure actuelle, on ignore encore les causes exactes de l' autisme et du Syndrome d' Asperger.

En ce qui me concerne, je ne pense pas que mes troubles soient liés à une allergie alimentaire ou à une mauvaise assimilation de certains aliments.
Parce que lorsque j' étais enfant, alors que je ne consommais que très peu de produits laitiers (seulement un bol de lait une fois par jour, jamais aucun autre laitage, excepté la créme à la Maizena que ma mère me faisait de temps en temps), mes troubles autistiques étaient beaucoup plus importants en nombre et en intensité que depuis que j' ai une alimentation essentiellement à base de produits laitiers.
Un médecin qui me suivait a voulu tenter une expérience en me faisant supprimer totalement le fromage de mon alimentation pendant 6 mois. Cela n' a rien changé, mes troubles n' ont pas disparu et ne se sont même pas atténués.

Je n' ai pas eu d' examens physiologues pour mon diagnostic, mais j' étais déjà connue depuis l' âge de 19 ans pour troubles autistiques. Mon pré-diagnostic a été effectué par un psychiatre de l' hopital psychiatrique où j' ai fait plusieurs séjours, qui m' a expliqué que mes troubles autistiques constituaient un handicap portant le nom de Trouble Envahissant du Développement.
C' est un autre psychiatre, que j' ai consulté de ma propre initiative, et qui est spécialisé dans le domaine de l' autisme (je ne sais pas si j' ai le droit de le nommer) qui a fait le complément de diagnostic, en me confirmant que j' avais effectivement des troubles autistiques et que d' après les critères du CIM 10, je me situais dans la catégorie Asperger.

J' ai eu des examens neurologiques, mais pas d' examen physiologique pour mon diagnostic.
Mais peut-être que cela dépend du patient, de son âge, de son histoire, etc.

Ceci dit, rien ne t' empêche de demander à ton médecin traitant de te prescrire des examens spécifiques, si tu veux être fixé quant à une éventuelle intolérance au gluten et à la casèine.
Mais je crois que si c' était le cas, tu aurais des symptômes physiques.
L' un de mes frères avait ce probléme, et il a souffert toute sa vie, dés sa naissance, de troubles physiques très gênants.

Amicalement
Nita
Nita
Passionné
 
Message(s) : 213
Inscription : Mer Sep 28, 2005 12:55
Localisation : France, Loire-Atlantique

Message par Otis » Sam Mars 08, 2008 19:32

Cher Soleil Vert,

je crois que non seulement tu ne t'es pas éloignée du sujet, mais que par grâce consciente ou non tu nous y plonges au coeur.

Ton histoire de nutrition m'oblige à regarder les choses en face : j'ai souffert d'un gros déni toute ma vie. En fait j'ai des problèmes de digestion. J'ai toukours refusé de le savoir. Mais tous mes amis savent que qqch ne tourne pas rond. Je passe les détails. (Dingue, non ? vous qui m'avez lu savez à quel point je peux me lâcher sur à peu près tous les sujets du monde.... mais CA, ça je le cache encore.....c'est comme le petit gars dans la chanson de Zazie : ça fait pas mal, je suis un dur...)
Fait : dans ma famille, chez les proches chers, ceux choisis par la vie, car enfants de Dieu aussi, misfit, aspie, TEDdies..... (choisissez), on digère mal. Fait : une amie qui connait ces choses m'a déjà parlé de "l'opiaçage de la nourriture". Eh bien, je me demande si je ne dois pas affronter le fait que je suis accroc à ça. Chaque repas me fait somnoler béatement. Et c'est la satisfaction que je cherche en fait. Et les onconvénients dans les intestins ? Eh bien je les nie. Je palie.

J'ai toujours palié. J'ai conduit bourré des années durant. Je voyais double, mais je savais que c'était le gauche le bon. C'est tout. Je ne m'occupais pas de l'image droite. Mes réflexes étaient plus lents : eh bien ma conduite aussi. Tout va bien. La route n'était pas assez large ? Je passais par les grands axes, et je ralentissais encore plus en croisant une autre voiture. Simple.
Dieu merçi je ne fais plus ça.

Pour ce qui est de l'apprentissage théorique, remarques :
1/ un peu privilègié par la vie, j'ai pu recommencer à l'infini mes examens
2/ j'ai fini en philo, ce que je conseille à tout aspi. Avant la philo, il m'en souvient ! j'étais incepable de hiérarchiser les propositions de type politique, culturelle... pourquoi tel argument avait valeur, et pas un autre ? Pourquoi pas être facho, coco, catho ???? après tout, pourquoi pas ? Des années de philo m'ont rendu capable d'avis sensé. (oui, je sais ça fait lourd de dire ça, mais bon, j'assume, parce qu'il le faut, parce que c'est tout simplement vrai)
3/ ça vaudrait la peine de faire des essais d'apprentissage entre aspis qui ont appris à apprendre. Avec des dessins, avec des modules s'il le faut.... avec ce qu'il faut, mais autrement qu'à l'école en tout cas.

Faudra qu'on se voie un jour.
Quelque part ça m'arrange que vous soyez Français, car m'exposer ainsi à des voisins, ça m'angoisserait un peu.
je ne suis ni pour ni contre vous, bien au contraire
Otis
Passionné
 
Message(s) : 432
Inscription : Ven Fév 15, 2008 19:54
Localisation : bxl

Message par Veronique1 » Dim Mars 09, 2008 0:13

Otis, tu peux toujours venir au café un jour, Bxl n'est pas si loin de Paris, Elaine, tu sais, t'attends pour te proposer une traduction (je plaisante, mais pas tant que ça, si t'es ok) je trouve que tu as pas mal de qualités. Amicalement
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par Veronique1 » Dim Mars 09, 2008 0:22

Je suis entrain de remarquer que nous sommes grave en dehors du sujet initial !!!

Billyjul, je ne sais pas si c'est zazie qui a écrit cela pour C. Willem, mais j'aime beaucoup aussi (partie) :

C'est vrai que tous les costumes me vont bien
c'est comme ça qu'est ce que j'y peux
A qui la faute ? Je suis l'un et l'autre
Double "jeu"
Après tout qu'est ce que j'y peux
c'est comme ça qu'est ce que j'y peux
Quand j'serai grand ce sera facile
enfin je saurai qui je suis, mais en entendant je me défile...
Après tout qu'est ce que j'y peux...
véronique
Veronique1
Passionné
 
Message(s) : 1287
Inscription : Mar Fév 20, 2007 22:52
Localisation : Région parisienne

Message par Otis » Dim Mars 09, 2008 18:03

Veronique1 a écrit :Je suis entrain de remarquer que nous sommes grave en dehors du sujet initial !!!

...


Farceuse..... après tout, c'est MON lien, c'est moi qui décide :). Je suis très heureux que Soleil Vert m'ai ouvert les yeux sur mes problèmes de métabolisation.

A propos du sujet initial : peut-être 1/200 seulement est autistique. Peut-être. Quoique j'en doute. Nous sommes tous PPDA, mais on le cache bien. Je développerai dans epistemo les raisons qui me font penser ainsi.
manant : les gens en vue, les stars, sont combien ? Mille, dix mille ?
1/200 * 60 millions de Français, ça fait 300.000. Alors, il y a moyen, non ?

Evidemment ça fait peur, parce qu'il faudrait assumer notre "supériorité". Et là, épouvante, guerre civile, haine, pogroms..... Mais si l'on a le profil assez bas et intelligent, on peut arriver :
1/ à assumer nous-mêmes
2/ faire passer le message.

Mutatis Mutandis, je ferais appel à la parole du Bouddha : nous avons tous le Bouddha en nous. Il faut arriver à cette conscience, c'est tout.
Moi je dis que je suis arrivé à cette conscience récemment, et vraiment beaucoup grâce à vous. Jamais je ne pourrai vous remercier assez.

Alors bientôt à Paris, OK. Donnez-moi juste des propositions concrètes de réunions.

Petite note : j'ai toujours fuis Paris. Bruxellois, Paris me fait horreur. Pourtant le centre est d'une beauté à couper le souffle. Mais pour un Belge, c'est dur.
Quand je sors du Thalys gare du Nord, j'ai un choc. Le langue, oui, je la comprends. Mais la posture corporelle est à mille lieues de la mienne. Quand je débarque à Waterloo/Paddington maintenant, la langue est différente, mais la posture corporelle des gens est celle que je connais. J'aime Londres. J'y ai vécu, travaillé (ce que j'appelle travailler :)). J'ai été dans le métro les lundis matins avec les millions d'autres. Je m'y sentais bien. Comme à Tokyo d'ailleurs.

ps : aujourd'hui, c'est Paris la banlieue de BXL, plus le contraire :)
je ne suis ni pour ni contre vous, bien au contraire
Otis
Passionné
 
Message(s) : 432
Inscription : Ven Fév 15, 2008 19:54
Localisation : bxl

Message par soleil_vert » Mar Mars 11, 2008 6:45

Bonjour!

Hé hé hé, la façon dont tu palies Otis me parait très artistique!

Ceci dit je n'ai hélas rouvé dans mes virevoltages aucune information probante (médicale) quant à d'éventuels gènes identifiés par rapport à la non digestion des certaines molécules.
Par ailleurs, les théories généticiennes ne concernent pas l'intolérence au gluten et à la caséine, qui elle est une pathologie auto immune (maladie coeliaque). L'intolérence au gluten et à la caséine est de l'ordre de l'alergie, alors que les thèses avancées concernant l'autisme évoquent (je n'ai pas trouvé de fait expérimental probant) une lacune au niveau enzymatique.

Je me ferais taquin en recentrant sur le sujet, en effet n'y a t il pas un artiste et un politicien qui cohabite en chaque corps?
Le corps doit pour fonctionner respecter des systèmes et des régimes strictes, malgrès cela, le corps s'empreint également de bien des originalités et créations uniques.
Ils coexistent bien forcés, d'ailleurs le politicien exulte souvent dans l'art triste, par leste éthique; a contrario, hors les artistes conventionnés, peu d'entre eux se font polis ptis chiens. Ainsi les originalités du corps toutes artistiques, ne répondraient pas à la nécéssié politique de celui-ci, (sauf pour les conventionnés donc). Ainsi en dedans comme en dehors, conventionnons donc les Aspies, ces artistes interieurs qui parmis eux même ont tant d'originalités, et fustigeons les politiciens dont les mouvements, semblables aux derniers soubresauts haletants d'une gelée anglaise, nous entrainent tous en voulant vilainement nous mouler à leurs desseins. Pouah, je deteste la gelée anglaise.
Santé!
soleil_vert
Regulier
 
Message(s) : 96
Inscription : Dim Sep 16, 2007 21:22
Localisation : bordeaux

Suivant

Retour vers ESPACE ASPERGER ADULTES

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité